Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 815 fois
  • 8 J'aime
  • 0 Commentaire

Odile ou le plan A

Chapitre 1

Lesbienne

Depuis que j’ai vu une tache de rouge à lèvres sur sa chemise, je me doute que Pierre à une liaison. S’il m’en avait parlé, je lui aurais pardonné un écart. Alors je fais mon enquête policière à moi seule. Je suis assez grande et résistante : je vais réussir. Je connais ses horaires de travail : je vais près de son bureau, j’attends cinq minutes avant qu’il sorte. Il va en se promenant vers un hôtel que je trouve miteux. J’attends une petite heure. Il est rapide, plus qu’avec moi. Il sort avec une jolie nana de mon âge en gros, bien munie en poitrine. Je la suis elle, je veux tout savoir. Elle prend un métro, juste à coté. Facile de savoir où elle va. Je connais son adresse, son nom marqué sur une vielle boite à la lettre. (Odile….)

Le lendemain je me pointe assez tôt vers chez elle. Je la détaille. Mon mec a bon goût. Elle fait des courses. J’arrive à bavarder avec elle. Je l’invite même dans le bistro du coin. Nous buvons un plus deux cafés. Elle me dit qu’elle a un amant qu’elle aime bien. Il lui a dit que sa femme ne baisait plus, qu’il était bien obligé de coucher avec une autre.

Quand je lui dis que je suis la femme, que j’aime baiser, qu’elle n’a qu’à m’essayer, Odile en tombe des nues.

Quand je lui disais de m’essayer, j’étais sérieuse. Je l’invite pour le repas. Je sors mon grand jeu de la séduction. Je caresse une main puis l’autre. Elle se laisse embobiner. Je ne pensais jamais lever une fille si vite, moi qui ignore le BA ba du saphisme. Ou elle est une idiote ou elle aime aussi les femmes. Tant pis je mets mon plan A en action. Je vais essayer d’abord comment les femmes fonctionnent à deux, ensuite lui faire l’amour, puisque c’est ainsi qu’elles appellent leur relation particulière, ensuite, ensuite…..Si ça ne marche pas se sera le tour du plan B que je ne connais pas encore.

Début du plan A !!

Après le repas je l’invite à venir avec moi ou chez elle ou ailleurs pour nous amuser à des jeux inédits. Elle n’est pas totalement idiote, jeux inédits quand on est deux femmes = lit. Odile choisit le lit, mais contrairement à ce que je pensais chez elle. Je jubile mais ne sais toujours pas comment l’emmener au paradis sans bite. Je sais que la langue sert beaucoup. Je verrais bien comment faire : elle sait peut-être bien lécher une fille.

Chez elle, aucun meuble de qualité, sauf la chambre où elle me conduit directement. Chez elle une seule chose compte, le plaisir, le sexuel. Le plus fort est que j’ai fait les premier pas et c’est elle qui veut m’embrasser sur la bouche. J’allais rejeter un baiser hors norme. Mais le plan A… Je m’oblige à me laisser embrasser…… Sa langue entre dans ma bouche. Je ne crie pas au loup. C’est aussi agréable qu’avec mon oiseau de mari. Je décide de prendre ce qui est agréable, de rejeter le reste. J’enlève ma robe à sa demande. Odile est rapidement nue, prête au sacrifice à l’autel de Lesbos. Elle est bien fichue, je comprends Pierre en un sens. Contrairement à moi elle a le pubis rasé. Elle enlève elle-même mon soutien gorge, mon slip à fleurs. Je me trouve en tenue d’Eve vite fait.

Ca y est elle s’occupe sérieusement de moi, elle veut mon plaisir c’est certain. Ce n’est pas de l’exploration quand elle passe sa main sur ma chatte. Elle me donne des envies pas nettes. Elle se met en adoration devant mon ventre. Sa langue me rend un hommage agréable. Elle caresse les lèvres : je suis trempée. Je me couche surle lit, je ne tiens pas debout quand je suis par trop excitée. Elle passe sa tête entre mes cuisses. Je la laisse lécher les lèvres. Elle enroule la langue autour de mon bouton. Elle m’envoie des décharges pas possibles. Je sursaute en ayant un orgasme. Je ne pensais jamais qu’une fille me donne ces frissons. Je pense qu’elle va arrêter. Elle étend sa main sur le périnée, vers mon cul. Seul Pierre y a accès. Et là, pourtant je désire qu’elle aille plus moins qu’elle me fasse des machins que mon Pierre ne me fait pas. Elle le fait en posant un doigt sur l’anus, elle ne le rentre pas d’un centimètre. Quand Pierre m’encule, il me met sa queue en entier, il me fait toujours jouir.. Elle arrive aux mêmes résultats qu’en caressant le bord.

Je suis restée à son pouvoir, il faut que je fasse quelque chose. Ah oui, la langue. J’allais passer ma langue aussi là où il faut quand elle me retourne vient sur moi, passe sa tête encore une fois entre mes jambes. Elle lèche toute la fente. J’ai sous le nez sa fente à elle. Elle est sans doute plus mouillée que la mienne. Je n’ose pas lécher, passer ma langue sur le con d’une autre……mon plan A..

Je goute avec appréhension de sexe. C’est différent que la bite et le sperme, c’est finalement excitant, agréable. Je passe ma langue dans des endroits inconnus que pourtant je possède aussi, que connais Pierre quand il me suce, quand il la suce, elle la maîtresse, Odile. J’essaie de rendre coup de langue pour coup de langue. Il faut croire que je me débrouille pas mal, nous jouissons ensemble. Ainsi je jouis du même corps que mon mari. Impensable.

Elle ne m’oblige pas par la force à continuer nos jeux. Elle est forte pour ça. Nous partons souvent aux paradis soit à deux soit seule quand nous ne faisons que lécher l’autre. J’ai tenue à ce que nous nous fassions jouir comme font dit-on les vraies lesbiennes. Après de multiples combines d’essais nous arrivons à faire coller nos chattes l’une contre l’autre. C’est délicieusement pervers d’être ainsi. Je ne voudrais pas arrêter. Pourtant je dois renter, Pierre doit m’attendre aujourd’hui. Et mon plan A

Cette nuit Pierre fait la gueule : j’ai refusé de baiser. J’en avais eu ma dose. Le lendemain soir j’offre un récital de baise. Je m’arrête toujours juste avant qu’il jouisse. Je lui demande de coucher à trois avec une autre fille. Il me regarde un peu de travers. J’insiste à chaque fois qu’il est entre mes jambes, sa queue dans le con ou le cul selon notre humeur.

Ce n’est plus mon plan A, c’est une nécessité ; j’ai besoin de sa langue en plus. J’ai besoin de sentir sa chatte contre la mienne. Je lui dis que je sais qui est sa maîtresse, que nous avons même baiser. Il commence à comprendre que je sais, que je connais, que j’ai baisé la même femme que lui. Il en met du temps à se décider, je passe moi du temps avec Odile ? J’ai besoin d’elle de ses caresses particulières. Et lui baguenaude, ne pense qu’à ses petits besoins de sa petite bite. Je prends le taureau par les cornes. Ce soir Odile vient chez moi, pas chez lui, il a une réunion dehors, il rentrera tard. Nous dinons pressées de nous retrouver couchées. Je ne pensais jamais recevoir chez moi, en pleine nuit l’amante, maîtresse de mon mari, en plus pour baiser. Mon plan A est mort sans regret.

Odile profite des lieux pour demander mes jouets.

Elle me demande de lui mettre l’œuf dans le con, je le fais et le mets en route, comme me fit Pierre. Elle se laisse aller au plaisir naissant. Elle est en levrette, je lui entre la vingtaine de billes du chapelet. J’en connais les effets orgasmiques relevés. En attendant de sortir ce que j’ai entré, je lui lèche le cul, j’y ai pris gout. Elle commence une longue série d’orgasmes qui commencent quand je sors lentement les billes de son cul.

Je sors l’œuf pour lui fourrer gros gode celui que Pierre me mets avant le final, et lui me le met dans le cul.

Quand Pierre arrive elle me lèche le clitoris en 69. Il ne fait aucune différence entre les deux femmes, il les baisent, elles sont à lui. Il commence par Odile en lui mettant la queue dans la bouche : elle le suce bien mieux que moi. Il sort de la bouche pour venir sur moi, il ouvre mes fesses. Sa langue commence à me lécher, il continue quand il est très excité à venir poser le gland sur l’anus. C’est moi qui ouvre mon cul qui lui donne accès pour qu’il m’encule.

Mon plan A a foiré.

Diffuse en direct !
Regarder son live