Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 12 897 fois
  • 92 J'aime
  • 1 Commentaire

L'oiseau rare

Chapitre 1

Mise en bouche

Orgie / Partouze

Je suis peut-être un petit vicieux, mais après avoir fait connaître à mon épouse le triolisme, je me suis mis en tête de lui trouver des partenaires avec d’énormes sexes. En fait, c’est surtout moi qui désirais la voir se faire trancher par un énorme mandrin... A force d’avoir ce fantasme, je ne pensais plus qu’à ça... Je lui ai fait connaître des hommes bien membrés, dont un, avec une verge de 21 centimètres X 5 !!! Mais il faut que je découvre « l’Oiseau rare » avec un sexe encore plus énorme...



Je me mets donc en quête du partenaire au véritable pieu pour les regarder tout à loisir, pour voir son comportement quand elle aura sous les yeux, et à portée de mains, un super gros chibre.....


J’ai un sexe pas très imposant, dans la moyenne, 13 centimètres X 4..... Mais ma femme a une chatte large et profonde, un vrai gouffre !


Alors je me suis mis à passer des annonces sur le Net, et j’ai cherché longtemps, connaissant ses goûts par cœur. Mais il y avait toujours un détail qui clochait, homme trop gros ou trop poilu, trop vieux, un sexe pas assez imposant à mon goût ou des abrutis vulgaires et peu fiables.



J’ai cherché..... Mais c’est par une connaissance commune que j’ai trouvé la « perle rare », et en plus, cette amie habite dans la région ! Elle s’appelle Martine, mais n’a pas voulu m’en dire plus, elle m’a seulement demandé de lui faire confiance, et que son neveu serait présent.


Yvette, malgré ses 50 ans est hyperbandante, des seins bien fermes, 90 C, un ventre un peu rebondi, une chatte bien épilée... et un gros cul !!!


Je démine le terrain en lui disant que Martine nous a invités à déjeuner et que nous ferons la connaissance de son neveu et d’un autre homme.


Le jour dit, nous voici donc en voiture pour aller chez notre amie. Je savoure déjà le moment fatidique où Yvette découvrira l’énorme «pieu » de notre partenaire en priant pour qu’il lui plaise, car c’est toujours elle qui a le dernier mot..... J’espère qu’elle aura « le coup de foudre ».



Nous voici arrivés à destination... Martine nous présente son neveu Claude, Yvette le détaille assez brièvement, mais sans plus. C’est un garçon pas bien grand et il lui fait un grand sourire. Elle lui demande son âge : vingt ans ; puis ne fait guère plus attention à lui. On parle de tout et de rien, puis l’apéro, et on passe à table. J’apprends qu’il fait des études de médecine pour devenir Gynéco. Pendant le repas, je remonte un peu la jupe d’Yvette pour voir le comportement du jeune homme, est-ce qu’il a déjà vu de près une femme plantureuse ?


Il a l’air d’apprécier la marchandise. Yvette se prend au jeu et entrouvre un peu plus son corsage.


Il y a longtemps qu’elle ne s’est plus tapé de petits jeunes et ça doit l’émoustiller de le chauffer.


A la fin du repas, Yvette va aux toilettes, je lui demande en douce de ne pas remettre sa culotte.


En bon petit soldat, je sais qu’elle va m’obéir. J’en profite pour avoir une conversation avec Martine :


— Alors ton étalon ? Il arrive quand ?


— Quand ? Mais il est déjà là. C’est mon neveu !


— Quoi ? Cet ado mal poussé en graines ? Tu te fous de moi ?


Yvette revient. Une fois rassise entre Claude et moi, je lui demande d’écarter les cuisses, Claude comprend l’invitation, et pose la main entre ses cuisses, elle tressaille un peu, mais réagit aussitôt en le giflant:


— Eh ! Pas touche petit morveux, tu te crois où ?


Il lui répond du tac au tac en se frottant la joue :


— Du calme Yvette ! Je ne vais pas y aller par quatre chemins avant de prendre une deuxième baffe, je suis là à la demande de votre mari.


Yvette me regarde d’un regard interrogateur et réprobateur. Je lui explique :


— Je voudrais qu’il soit ton partenaire, un petit jeune, ça ne se refuse pas. Mais c’est à toi de prendre la décision !


— Tu ne le regretteras pas Yvette, l’encourage Martine, je te le promets, c’est « l’Oiseau rare ».


Yvette met un certain temps avant de se remettre de la surprise, nous regarde chacun à notre tour avant de répliquer, se rendant compte du guet-apens:



— Ah toi et tes plans foireux, tu es un vrai dépravé Georges ! Mais un peu de chair fraîche, ça ne se refuse pas.



Claude revient à la charge et touche sa fente, quand il retire sa main, elle brille de la mouille de ma femme.


Mais je ne veux pas qu’Yvette passe à la casserole tout de suite avec lui, je lui dis d’aller vers la piscine et me tourne vers Claude :


— Claude, ce n’est pas que je ne fais pas confiance à Martine, mais je peux voir la marchandise ?


— Pas de problème ! me répond-il, très sérieux.


— Je descends la fermeture éclair de son pantalon, il ne porte pas de slip. Je glisse la main dans la fente et saisis sa verge, j’ai des difficultés à sortir son engin. Putain le morceau !!! Je remets tout en place avec encore plus de difficultés.


— Alors ? Rassuré ?


— Euh... Oui... Oui, oui ! Nom de Dieu !


Je rejoins les filles au bord de la piscine et commence à caresser Yvette, elle se laisse faire et me rend mes caresses en m’embrassant... Les ébats sont ouverts, nous pouvons commencer.


Je lui mets ma main entre les cuisses et à ma grande joie, je la sens qui mouille terriblement, je ressors mes doigts entièrement suintants de sa mouille. Claude ne s’occupe pas de nous, mais de sa tante. Je me déshabille, tee-shirt, pantalon, puis enfin mon slip... Je suis en pleine érection, la queue raide à souhait.



Claude a retiré la jupe de Martine qui l’aide d’un mouvement de hanches. Je fais de même avec Yvette jusqu’à ce qu’elle soit entièrement nue. Claude profite de la vue, car j’écarte les cuisses de ma femme, découvrant sa chatte toute gonflée et toute trempée. Claude de son côté, farfouille des doigts la grotte de sa tante qui a un petit gémissement et constate qu’elle aussi dégouline de cyprine.


Il est toujours en pantalon et tee-shirt. Il a plongé sa tête entre les cuisses de Martine et lui suce le clito jusqu’à la faire hurler sous l’orgasme. On dirait qu’elle aime ça, la tata !


Yvette me prend en bouche. Huuummm ! J’apprécie. Ses caresses sont très douces. Elle me gobe entièrement, distillant savamment ses coups de langue. J’aime sentir ma bite vibrante, palpitante, irradier dans sa bouche. Doucement, elle aspire un peu en remontant, enroule sa langue autour de ma hampe brûlante, s’en délecte. La succion se fait plus fort. Je sens mon plaisir croître. Elle suce plus fort puis décide de calmer un peu le jeu. Sa langue explore mes couilles, remonte sur mon gland. Je reprends un peu mes esprits, la renverse et la prends sans plus attendre, accentuant mon va-et-vient dans sa chatte. Ses hanches impriment à ma bite un mouvement circulaire. Elle agrandit le cercle. Je gémis et sens dans mes couilles quelque chose de puissant se préparer. Mes coups de reins se font plus fort. Je n’ai plus aucun contrôle, déchaîné, je jouis sans discontinuer en un dernier coup de reins très puissant et me retire de sa chatte.


Me redressant, je vois Claude qui embrasse Martine à pleine bouche avant de se diriger vers nous.


Yvette redescend doucement dans les tours et je ne sais même pas si elle se rend compte de sa présence. Il la relève et lui murmure à l’oreille. Elle ânonne de la tête, ferme les yeux et commence à lui retirer son tee-shirt, caresse son torse, puis elle l’embrasse sur les tétons, sa main descend et lui caresse l’abdomen, passe la ceinture du pantalon et recherche sa queue. Je ris sous cape :



— Tu ne vas pas être déçue, ma vieille !



J’épie ses gestes, je me suis glissé entre leurs jambes pour ne pas en perdre une miette. Quand elle va sentir ça à travers le pantalon, elle risque de se poser des questions !


Sa main bute contre la queue de Claude puis monte à l’assaut de la bosse et tout à coup sa main se fige. Elle tâte et malaxe son sexe en partant de la racine. Sa main a beau descendre, elle est toujours en contact avec quelque chose de ferme.


Je voudrais être dans sa tête pour savoir ce qu’elle pense. Elle doit descendre sa main jusqu’à mi-cuisse, pour enfin sentir le renflement du gland de cette formidable bite !!!!!


Yvette ouvre les yeux pour se prouver qu’elle ne rêve pas :


— Tu as l’air particulièrement gâté par la nature, toi !


— Oui ! Mais toutes les femmes n’apprécient pas, certaines prennent peur.


— Hummmm ! Je les comprends, mais moi j’adore ça depuis quelque temps, hein, Georges !? Tu aimerais que je l’essaie, non ? m’interroge-t-elle en me regardant d’un œil malicieux et reprenant tout doucement son exploration.


— Fais ce que tu as envie ma chérie, profite du petit jeune !



Elle referme ses doigts puis commence à caresser la teub, la sentant se raidir et s’allonger à chaque mouvement.



— Mais !... Elle s’allonge encore !



Elle se jette sur la ceinture puis sur la fermeture éclair pour enlever le pantalon de Claude et commence à tirer. Le vêtement glisse vers le bas, le pubis apparaît puis la racine de la verge et des sacs imposants, mais la hampe n’en finit pas. Le pantalon est bientôt aux genoux.



L’énorme queue se redresse brutalement, n’étant plus contrainte par le vêtement qui la maintenait plaquée contre sa cuisse gauche et jaillit d’un seul coup. Je m’étais déplacé sur le côté pour jouir aussi bien du spectacle que des expressions du visage de ma chérie. Elle a les yeux comme des billes de loto, sa bouche forme un « oh » muet, commençant à réaliser ou intégrer les dimensions hors-norme de cette poutre droite comme un I.



Elle est comme tétanisée en regardant ce mandrin qui dénote sur le corps fluet de ce jeune homme.


Son avant-bras est à peine plus long que la queue, mais ce qui est encore plus impressionnant, c’est l’épaisseur de ce mandrin, je n’ai jamais vu ça !


Si vous regardez des fois des films pornos sur le Net, vous êtes peut-être déjà tombés sur celles de Jordy EL NINO, un jeune acteur du X espagnol. Pour le physique, Claude lui ressemble. Mais pour ce qui est du gabarit, Jordy a une mitraillette et Claude, un bazooka !



Des questions se bousculent dans la tête de ma femme, elle me les a avouées plus tard.


Est-ce que ça va rentrer dans ma chatte, dans ma bouche ?????


A suivre...


Diffuse en direct !
Regarder son live