Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 424 fois
  • 8 J'aime
  • 4 Commentaires

One shot

Chapitre unique

Erotique

La grande maison était maintenant vide. Il pleuvait, j’avais terminé le vin et les infos étaient alarmantes. L’amant arriverait demain par le train. Nous avions prévu d’investir et marquer chacune des pièces de nos odeurs, de nos liquides... Je voulais des souvenirs pour mes vieux jours, dans ces murs qui m’avaient vue enfant, ado, jeune femme, mère, et bientôt retraitée...

Je tournais en rond, il était avare de messages. Pourtant, il savait à quel point les mots préliminaires échauffaient mon impatience... Je n’arriverai pas à m’endormir...


Je roule vers le port, traversant le pont aux pavés mouillés. Commander un rhum arrangé, puis un second... Solitaire, je pense à la femme fatiguée de "l’Absinthe" de Degas, les écouteurs dans mes oreilles, chansons guimauve nostalgique, face aux bateaux échoués sur la vase de la marée basse...

La sensation d’être observée me sort soudain de ma douce mélancolie. Instinctivement, mon regard trouve celui de l’homme en arrêt, dans un petit groupe, à une table non loin de la mienne. Aussi instinctivement, je lui souris...

Un autre rhum, s’il vous plait!

Celui là, je le savoure les yeux dans les yeux, à cinq mètres de distance... Amusée, j’appuie mon oeillade qui annonce la couleur: en chasse ! Un sourire discret, mais éloquent, acquiesce ma proposition muette...

(Et, même si tout ça n’était qu’un jeu avec moi même, mon sexe, libre sous ma robe sans sous vêtements, brûle... Je ne ramènerai peut être pas ce mâle dans mes filets, mais je sais déjà que ma jouissance vibratoire onaniste sera puissante, et mon sommeil profond...)

J’observe sa gestuelle, son attitude dans le groupe... Il gère avec naturel sa participation aux conversations animées, aux rires, et notre dialogue silencieux. Peut être s’amuse-t’il simplement de constater son pouvoir de séduction sur la solitaire en-rhumée... Jouons donc, je te laisse la main, à toi d’annoncer !


Le groupe se disperse, je reste à rêvasser devant les voiliers et mon verre vide. Il s’est levé en me lançant un regard ferme, décidé, appuyé, puis s’est retourné vers moi une dernière fois en quittant la terrasse. C’était délicieux...


Le bar va bientôt fermer, je suis grisée...

Au moment où je m’apprête à ouvrir ma voiture dans la rue sombre, il se colle puissamment à mon dos, à mon cul, plonge sa bouche dans mon cou...

Plaquée contre la tôle, abandonnée à mon tournis, je le laisse jouer ses atouts, à lui de prendre ! Il attrape, empoigne, malaxe, serre... Saoule de rhum et de ses gestes intransigeants, je ne suis plus que gémissements, râles et hululements dans la nuit... Seins nus contre le métal froid, robe soulevée avec autorité, il me perfore sans concession. Je m’oublie.

Comme j’oublie espace et temps. Yeux fermés, corps brûlant dans l’obscurité glacée, je ne suis que jouissance...


"Merci"

Chuchoté à mon oreille.

Et le bruit de ses pas qui s’éloignent.

Je ne me suis pas retournée.

Mon sommeil fut bon, long, profond.

Dans quelques heures, l’amant sera là.

Diffuse en direct !
Regarder son live