Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 831 fois
  • 121 J'aime
  • 1 Commentaire

Opération Hibou

Chapitre 5

La première cousine

Hétéro

Résumé : Enquêteur Sorcier diligenté sur un dossier complexe de meurtres rituels, j’avance dans mon enquête après diverses péripéties et surtout une incroyable rencontre. Désormais lié à Anka, c’est maintenant à deux que nous devons avancer.


                    Ceci dit pour l’instant, nous n’avançons pas vraiment ! Encore sous le choc de notre rencontre, je la rejoins dans le lit où elle joue la chatte qui s’étire. On discute un peu de ce qui c’’est passé, ni moi ni elle n’avions imaginé que cela nous arriverait à nous et encore moins avec un ennemi de la famille, d’ailleurs on ne sait même plus pourquoi nos familles se détestent depuis cinq cent ans. On sait par contre que nous sommes là dans les bras l’un de l’autre que nous sommes bien et qu’on aimerait que cela dure toujours. Mais dans la vie on ne peut pas toujours faire ce que l’on veut...

Surtout quand un cadavre démembré gît dans un pièce pas loin et qu’une sorcière presque inconnue qui passe des pactes démoniaques traîne dans le coin. Notre conversation amoureuse doit donc céder le pas à la réalité. Régler le problème de la disparition du cadavre est vite fait, elle connaît un cimetière à quelques kilomètres qui a été oublié voilà longtemps et qui, sans église ou chapelle n’est plus consacré ce qui à conduit aux retours de quelques goules ; lesquelles se feront un plaisir de faire disparaître le corps à leur façon.

— Bon, je vais faire comme si je n’avais pas compris que cela a déjà du servir quelques fois et que tu n’est pas l’exécutrice secrète de la famille

— Et moi monsieur le petit malin je vais faire semblant de croire qu’en tant qu’indépendant du Bureau tu ne joues pas le même rôle.

— Que veux tu j’aurais du m’en douter, qui se ressemble..

— S’assemble. Bon et la suite ?

— Voyons on sait que le tatouage appartient à une de tes cousines.

— Je te rappelle que je n’en ai que quatre de plus âgées que moi, ce qui va faciliter les recherches mais…

— Mais comme elles sont sorcières, elles usent de sorts pour le cacher en plus des vêtements…

— Et on sait qu’il n’y a sans doute qu’un seul moyen de le révéler. Le fait que j’aie pu le voir à l’époque était du à des circonstances exceptionnelles, Tatouage très récent, début de maîtrise de magie, relâchement car en famille.

— En même temps ma chérie ( oh son regard quand elle m’entend dire ces mots) quelqu’un a bien du l’initier à la magie noire et lui permettre de se lier avec un premier démon qui a paraphé son œuvre.

A ce stade, il convient d’expliquer que quand je parle de tatouage de magie noire, je ne fais par référence aux miens et encore moins à ceux des humains comme vous. Les nôtres sont artificiels même si pour la majorité des miens, leurs formes spécifiques me permettent de stocker de l’énergie magique d’où le danger pour les humains de se faire tatouer des formes "car c’est joli ce truc maori" par exemple… Enfin, pour les signes de magie noire, ce qui apparaît sur la peau c’est la signature du démon, le premier niveau du pacte, en bref le signe qu’on est passé du côté obscur de la force comme on le dirait dans certains films ( Oui, un certain cinéaste a une ascendance particulière) donc évidemment on le cache ensuite. Et comme cette vision fugitive remonte à quinze ans selon Anka, la sorcière est devenue puissante surtout pour survivre avec un démon ce qui reste rare quand il n’y a pas de bénéfices communs. Anka, qui a suivi le fil de mes pensées, reprends alors la parole :

— Oui mais là,concentrons nous sur les façons de le révéler, j’en connais trois ; le combat magique, la mort et l’orgie de plaisir, mais attaquer ou tuer trois innocentes..  

— Et c’est pareil pour le quatrième moyen

— Le quatrième ?

— La torture rituelle ça c’est pas mal pratiqué sur certains de nos ancêtres.

— Bon, cela ne nous laisse qu’une option

— Séduire tes quatre cousines, les faire jouir et éviter de se faire trucider à la fin.

— Exactement !

— Ceci dit, ma chérie ( j’adore provoquer son regard) ta cousine X doit avoir une raison entre vengeance, recherche de pouvoir, folie meurtrière, jalousie amoureuse ou familiale... Le choix est vaste. Ce serait bien de gratter la dessus.

— Je vais m’y mettre mais revenons au sujet, parce que la aussi entre comment faire, le faire, survivre et la suite, il y a du boulot

— Ce n’est pas cela le plus dur tu le sais bien.

Elle me regarde, marmonne quelque chose avant de se redresser pour quitter le lit et finalement comme je la regarde intensément, lâche dans un souffle avant de se coller à moi 

— Te partager avec une autre c’est ça le plus dur. C’est bon tu l’as entendu là. Allez je t’explique j’ai donc quatre cousines et…

Une heure plus tard, j’ai saisi l’essentiel des infos sur les quatre. Je les ai classées dans ma tête avec leurs petits surnoms comme moyen mnémotechnique

Carla la nympho jalouse, Zara la tête pensante, Zika la touche à tout et Katia la romantique.

— La première cible c’est Carla, je l’aimais bien mais maintenant elle toujours à se vanter de ceci ou cela, elle parle tout le temps de sexe et adore me piquer mes petits copains et évidemment après ils sont toujours conquis et en parlent comme d’une supernana

— Bref tu l’apprécies pas et ce serait bien si c’était elle.

Un grommellement est la seule réponse qu’elle daigne me faire mais après quelques secondes de câlins elle consent à reparler et nous mettons au point notre stratégie. Oh elle est simple, me faire voir comme le petit ami d’Anka, me laisser draguer,coucher avec Anka pas loin en sécurité et découvrir si c’est Carla la méchante. Basique on vous dit. 

Il faut croire que cette Carla a un radar car à peine deux jours plus tard, et alors même que nous n’avons encore rien préparé elle nous croise non loin du parc. A peine Anka qui m’a présenté comme un humain c’est elle éloignée pour un (faux) appel que j’ai droit à des minauderies et des oeillades, elle fait vraiment pouffe chaudasse et comme prévu je fais le gars rapidement séduit et elle me glisse son numéro.

— Alors ? Me fait Anka une fois seuls à nouveau.

— Alors entre son numéro de fausse blonde chaudasse et des sorts d’attraction ( ceux d’amour n’existent PAS) elle m’énerve déjà. Ses seins sont tout aussi dopés au glamour, bon cela doit plaire à certains vu ce que tu me dit mais moi je ne vois que toi.

— Et sinon tu as son portable j’imagine ?

— Oui. Bon voilà comment je vois la chose.. 


Le lendemain après un appel je me rends à l’ hôtel de luxe dans la chambre prévue. Heureusement nous avons pu l’équiper à temps et Anka se trouve dans la suite contiguë. Carla m’y attends en petit déshabillé et j’ai droit dés le début à un sort d’attraction supplémentaire sans parler des nombreuses bagues qu’elle arbore et qui sont autant de diffuseurs de glamour visant à la rendre plus jolie. Ce que je ne comprends pas trop car elle est tout à fait normale sans ces artifices et puis je repense à Anka et je comprends qu’elle veut la dépasser par tous les moyens. Nous sommes nus en quelques minutes et nous nous embrassons de façon plutôt sympathique, ses seins sont ronds et pleins et plutôt érectiles sous mes caresses. Elle est totalement épilée suivant la mode mise en valeur par les magasines féminins. Quand je suis nu devant elle, un soupçon de panique passe dans ses yeux ce que évidemment ne remarquerait pas un homme normal. Elle prend mon sexe en main, passe et repasse délicatement ses doigts le long de mon sexe comme si elle n’avait pas encore vu un si bel engin, elle me caresse ma foi fort bien et j’ai comme l’impression qu’elle a envie que je jouisse car quand je veux la basculer sur le large sofa, elle se raidit un peu et me murmure des paroles envoûtantes qui, n’était-ce moi me feraient jouir rapidement. Je fais semblant de bailler plusieurs fois et en même temps joue le gars résistant qui en a après elle. Je finis par réussir à la caresser et elle s’abandonne très lentement, puis plus facilement ( j’avoue avoir lancé un sort de décontraction tant elle apparaît crispée) et enfin, elle s’enhardit à me demander de la prendre. Je suis étonné de son attitude qui contraste avec sa façon de se présenter ou de se la raconter auprès des autres femmes selon tous nos renseignements. Je cesse de penser à cela et revient à son corps chaud. Dans la classique position du missionnaire, la seule qui semble lui convenir, je m’introduis doucement en elle. Bien que très excitée, elle est plutôt étroite et je fais vraiment lentement. Quand enfin je suis entièrement en elle, elle respire fort, la bouche grande ouverte et lentement je puis aller et venir plus fort. Vu notre position, je picore ses seins de baisers et elle se décoince lentement. C’est quand ce mot résonne dans ma tête que je comprends soudain. Tout dans son attitude tient du matamore et suis sûr que ses « admirateurs »précédents ont subi quelques modifications de mémoire. 

Aussitôt je décide de changer de stratégie et lui lance un sec :

— Bon sang t’est vraiment pépère, allez bouge toi

Elle me regarde effarée, l’air de vouloir lancer une répartie mais je la devance et rajoute 

— Allez à quatre pattes qu’on puisse enfin vraiment baiser, je croyais que t’étais une chaudasse toi !


Derrière son écran et avec le son du micro Anka doit se demander ce qui me prends. Mais, vu son intelligence et sa finesse m’est avis qu’elle va vite comprendre. Carla s’est finalement mise en position, me présentant son joli postérieur, je me penche, collant ma queue tendue contre le chaud sillon, la mords un peu dans le cou, ah son frisson qui m’indique que j’ai bien jugé et enfin, lui murmure à l’oreille :

— Maintenant je vais te donner ce que tu mérites !

Un léger soupir me répond qui m’encourage a lui empoigner les seins par dessous, me positionner comme il faut et m’enfoncer à nouveau dans sa chatte.Son abricot me semble plus chaud, plus humide et je sens son corps qui bouge , s’accordant lentement à mon rythme. J’imagine qu’Anka a désormais compris que toute l’image que c’était fabriquée Carla n’était qu’une illusion et qu’en fait elle avait une nature bien différente de celle de sa cousine. Je serre ses tétons avec une certaine force et la mordille plus fort dans le cou la faisant gémir de plaisir en accord. Je me lâche un peu plus, la serre aux hanches et me redresse après lui avoir enjoint de se toucher les seins. Aucune discussion, elle s’exécute simplement et gémit encore plus fort.

— Branle toi bien,et savoure !

— Hmmm, ouiiiii

Elle commence vraiment à se lâcher, à être elle même tout simplement. Je sens sa cyprine couler sur ma queue et j’entre et sors facilement, plongeant à chaque fois ma queue en entier dans son vagin étroit. Elle n’est plus que gémissements de plaisir entre deux phrases sur ses sensations :

— Oh c’est bon,jamais j’ai eu, oh le pied, oh vas-y, oh ouiiii

Je claque ses fesses avec ma main droite, la faisant sursauter et donner des coups de reins en arrière, cherchant mon sexe gonflé et clamant qu’elle va jouir. J’observe le bas de son dos mais ne voit rien apparaître aussi je la prends plus fort et plus rapidement. Soudain, elle se tétanise, frémit et ouvre la bouche sur un cri muet avant de s’effondrer d’un coup. J’en profite et fais un petit geste vers l’oeil de la caméra pour signaler qu’elle n’a pas de signe démoniaque. Je me dis que c’est bon mais c’est sans compter sur un certain désir de vengeance d’Anka qui d’un coup entre dans la suite avec une certaine grandiloquence il faut le dire. Les effets de tonnerre autour d’elle, son aura sombre, cela réveille rapidement Carla qui d’entrée de jeu se prend un aller retour de mon aimée.

— Putain, t’essaye encore de me piquer mon mec, et en plus tu joues avec la magie pour ça

— Je, mais non ,enfin, il ent…

— On s’en fout qu’il entende, de toute façon tu avais prévu de lui transformer la mémoire, ne nie pas espèce de traînée, tu sais qui je suis et tu bidouilles avec la magie, tu pouvais pas agir normalement non ? Regarde toi il t’as fallu ce mec pour te révéler à toi même et avoir enfin ton premier fade !

— Je ne le ferais plus, promis

— Prête le sermentde Circé alors !

Pendant que Carla s’exécute et prête le serment sacré de la plus grande magicienne de la mythologie, je note qu’elle a comme un air soulagé. Anka l’a remarquée aussi et lui demande si elle ne se sens pas mieux maintenant ce à quoi sa cousine acquiesce. D’un geste elle efface elle même le glamour qui l’embellissait et nous la voyons, un peu moins mince, des seins un peu moins gros, une peau un peu moins lisse, des cheveux un enfin vous saisissez quoi. 

— Mais tu est toute jolie au naturel Fais-je

— L’humain a raison tu n’avais pas besoin de tout cela.

— Mais plus personne ne voudra de moi

— Espèce de nouille, regarde le il bande toujours !

Bon je ne peux pas dire que c’est surtout l’arrivée d’une Anka ultra excitante en mode guerrière qui me fait cet effet là, mais je sens toute l’affection que malgré tout elle a gardée pour sa cousine et ne rectifie donc rien.

— Encore qu’il al’air un peu désemparé, suce le un peu allez.

— J’ai jamais trop...

— Oh bon sang, alors regarde et apprends.

Sur ces mots, Anka s’assied sur le lit à côté de sa cousine et me prends en bouche pour me gratifier d’une superbe fellation que sa cousine regarde avec fascination surtout quand Anka me gratifie d’une gorge profonde. Quand elle se retire, les lèvres gonflées, quelques gouttes brillantes sur le menton, elle rajoute !   

— Bon ça il faut de l’entraînement mais commence au moins. Allez voilà, prends le, lèche,oui voilà 

Je crois alors halluciner en voyant (et sentant) Carla me sucer en suivant les conseils de ma compagne. C’est malhabile mais elle s’améliore rapidement et quelques instants plus tard, mon sexe est totalement érigé. Anka la fait alors se remettre à quatre pattes, empoigne ma queue humide et la fait entrer dans l’abricot mûr à point de Carla. Je fais rapidement de grands allers et retours, le sexe bien lubrifié de ses secrétions car je la sens désormais enfin à ce ace qu’elle fait, ce qu’elle ressent. Anka flatte de la main la croupe de sa cousine, me fait un petit clin d’oeil et après avoir humidifié son majeur vient titiller le petit trou de sa cousine qui gémit instantanément et frissonne comme si elle avait été victime d’un électrochoc. Je regarde mon aimée faire pénétrer plus fort son doigt, puis un autre au fur et à mesure que les soupirs d’aise de Carla se font plus forts. Puis Anka se penche et mord (fort) le cou de sa cousine puis lui dit d’une voix suave :

— Ceci dit chère cousine, si j’ai décidée de t‘initier aux plaisirs il ne faudrait pas non plus oublier que tu t’est plutôt mal comportée et que tout se paye. 

Et, comme je me recule, elle me stoppe, prend mon sexe en main, crache sur le petit trou un peu ouvert de ses doigtages, me positionne juste devant l’entrée secrète et rajoute avec la même petite voix suave :

— Maintenant il va te faire découvrir d’autres jouissances

Et en disant cela elle écarte les fesses de sa cousine et sur un regard de connivence j’entre lentement mais sûrement dans le petit cul de celle-ci. Un long soupir s’échappe de la bouche de Carla mais elle ne se soustrait pas à l’intromission de mon engin qui écarte son intimité secrète . Je suis serré comme jamais en elle mais ne m’arrête que quand je suis entièrement enfoncé en elle. 

— Allez branle toi petite voleuse et toi mon chéri fais la jouir et surtout défonce la bien fort.


Ce n’est qu’une heure plus tard après avoir vérifié plusieurs fois que Carla  ivre d’orgasmes n’était pas une sorcière démoniaque que nous la laissons quitter la chambre...

Diffuse en direct !
Regarder son live