Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 20 628 fois
  • 81 J'aime
  • 5 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

J'ai osé

Chapitre 2

le projet

Avec plusieurs hommes

Quelque temps plus tard, je suis retournée à ce petit bar, plein de souvenirs, avec Jean qui souhaitait y aller, afin de mieux visionner ce que je lui avais raconté de ma rencontre avec le couple, avant de les suivre à leur hôtel .

Je dois reconnaitre que quand j’ai ouvert la porte, sachant qu’il venait d’ouvrir et qu’il n’y aurait personne, comme la première fois, mon ventre a vite réclamé et je me suis retenue de sauter sur Jean ; c’est à ce moment que la patronne est sortie de sa réserve et que très vite, elle m’a reconnue, venant même me déposer un bisou sur la joue, puis en riant, elle m’a dit :


— Vous venez pour un nouveau spectacle, je dois reconnaître que j’en ai un bon souvenir et que cela m’a donné quelques idées.


La rassurant sur mes intentions, je lui ai présenté mon homme, lui expliquant la raison de ma présence, ce à quoi elle a répondu :


— Cela me fait très plaisir, car à mon grand regret, vous êtes partie très vite et depuis, j’ai regretté de me pas avoir votre téléphone.

— Ah oui ; il est vrai que pendant mon show improvisé, je vous ai vue vous caresser la chatte et j’espère qu’ensuite, votre serveur en a profité.


Elle se met à rire...


— Vous ne pensez si bien dire, car non seulement j’ai eu droit à une saillie des plus performantes, mais en plus, nous nous sommes découvert des atomes imprévus . Il vit maintenant avec moi, donc je dois vous en remercier deux fois ; pour le spectacle qui m’a beaucoup plu et pour le fait de m’avoir fait découvrir l’homme de ma vie. Pour l’instant, il n’est pas là, mais restez, il ne devrait pas tarder ; de plus, je me dois de vous raconter nos projets, projets issus de votre après-midi.


Devant son annonce, nous restons un peu interdits, attendant une explication, qu’elle ne nous donnera que quand son homme sera présent. Alors que nous discutions librement, à la fois de mon comportement, des envies de Jean, de leur nouvelle vie, si je comprenais bien, assez chaude, son compagnon est arrivé, tout aussi enjoué de me revoir. Après les présentations, il s’est assis à côté d’elle, l’enveloppant de son bras ; manifestement, ils sont très amoureux, mais nous attendions leurs projets.


— Votre démonstration et l’effet qu’elle a produit sur nous, nous ont donné l’envie d’organiser, de temps en temps, des animations, disons coquines, en présence d’un public averti, la salle étant privatisée par sécurité. Nous en avons parlé à des relations aussi libertines que vous et cela a semblé les intéresser.


Il marque un temps d’arrêt, interrogeant sa femme du regard, qui d’un battement de ses sourcils lui donne le feu vert ; il est un peu plus tendu puis il se lance :


— Par contre pour nous, la difficulté est de ne pas passer par des professionnels, car dans ce cas, très vite, l’ambiance sera modifiée ; avec seulement de participants libertins, se livrant sans réserve, le spectacle n’en sera que plus vivant, comme le vôtre, par exemple.


Jean me regarde et comprend manifestement la même chose que moi.


— Autrement dit, vous cherchez des participants, non professionnels, pour un spectacle osé; un public qui aura payé sa place, sinon pour vous, il n’y a que peu d’intérêt.


Il semble que ma question les gêne un peu ; c’est elle qui prend la parole.


— Oui, tu as raison (je constate qu’elle vient de me tutoyer), c’est aussi une raison, car ce bar a des difficultés pour lutter contre des établissements comme celui d’en face. C’est aussi pour donner la possibilité à des couples ou même des individuels comme toi de se donner en spectacle, envie assez courante chez les libertins ; de plus, il est évident qu’ils recevront un dédommagement, ou plutôt une récompense en plus de leurs plaisirs personnels.


Je dois reconnaitre qu’elle n’a pas tort, mais qu’il va leur être difficile de monter un tel spectacle ; surtout le premier, mais s’il touche le public présent, il lui sera peut-être plus facile d’y arriver ; je leur transmets mon raisonnement, ce qu’ils approuvent. Alors que deux puis trois hommes entrent dans le bar, son homme nous quitte, tandis que Sylvia nous convie à rester encore un peu.


Je dois reconnaitre que son projet a réveillé de bons souvenirs et Jean s’en aperçoit . Sa main se pose sur ma cuisse qu’il enserre, avant de franchement remonter ma jupe et venir me caresser le bourgeon encore coincé sous mon tanga. Je le regarde, car elle a manifestement vu le geste de Jean, mais elle ne semble pas s’en offusquer, baissant les éclairages, ne laissant qu’une lueur tamisée autour de nous ; à son retour, elle s’assoit près de moi, sa main vient suivre le même chemin. J’ai vite deux doigts de mains différentes qui s’infiltrent sous le bord de ma culotte, déjà bien intégrée entre mes petites lèvres ; c’est sans aucune difficulté qu’ils investissent ma chatte, sans se soucier des clients présents, qui eux par contre prennent vite conscience de notre petit jeu à trois.


Se penchant à mon oreille, elle me dit :


— Ne t’inquiète pas pour eux, l’un a déjà eu connaissance de ma chatte et les deux autres sont de fieffés coquins, cocufiant depuis longtemps leurs femmes ; tu peux te laisser aller.


Avec son approbation donc, je me glisse en avant, mes fesses débordantes du siège ; arrachant mon tanga, elle vient me fouiller allégrement la fente ; la tête sur son épaule, je me laisse aller et quand elle attaque mon clito, je ne peux retenir un petit cri de plaisir, tant j’en avais envie. Les deux hommes ont bien perçu et compris l’origine de ce cri et ils se sont rapprochés. Michel, le tavernier est discrètement parti fermer les portes, nous laissant ainsi loin des indiscrets et heureusement, car Sylvia s’est mise entre mes jambes ; elle me broute le bourgeon, alors que lui, après accord de Jean, vient de m’ouvrir le corsage et fait sortir mes seins de leur soutien ; ainsi maintenus par la dentelle, les tétons sont bien bandés, signe de mon plaisir évident.


Alors qu’elle vient de me faire jouir avec sa bouche, elle me redresse et me fixant, elle demande à Jean :


— Serais-tu d’accord que pour la première séance, ce soit elle sur la scène, avec deux hommes que je connais bien, l’un est à côté de nous, l’autre tout aussi bien monté ; les deux sont, non seulement clean, mais aussi très puissants.


Avant de m’allonger sur la table, elle me retire le reste de mes vêtements, déjà bien déchirés; regardant Jean cette fois, elle attend sa réponse ; elle ne sait pas que c’est toujours moi qui décide, confirmant l’accord éventuel. Lui attrapant la tête, je la fixe, puis lui plaque la bouche sur mon abricot suintant de cyprine, ne lui laissant que l’espace pour que sa langue me fouille à nouveau :

— Si Jean est d’accord, je le suis aussi, mais je reste le maître du jeu. Si je le souhaite, parce que certaines choses ne me conviennent pas, le jeu s’arrêtera aussitôt, client ou pas. De plus, comme ainsi je te rends service, pardon, je vous rends service, je veux aussi que cela me serve, donc ce que tu me laisseras ira à une asso dont je suis la présidente, sans qu’il sache bien sûr d’où cela vient ; vous êtes d’accord ?


Michel a déjà donné son accord d’un signe de tête ; je relève celle de Sylvia, attendant son avis. Presque assurée qu’elle le donne, car c’était, je le comprends maintenant, l’objet de son invitation. À côté de nous, le client, déjà sélectionné se branle une tige que je juge plutôt courte, encore en partie dans son pantalon, mais par contre très épaisse ; sans regarder Jean, j’écarte Sylvia et lui tendant la main, je l’invite devant moi, écartelant les cuisses, lui dévoilant son futur trésor


— Viens, j’ai envie de faire un essai avec toi pour savoir si cela vaut le coup; alors prouve-moi que tu es puissant et performant, car lors du spectacle, les clients devront en avoir pour leurs argents.


Le pantalon sur les chevilles, son sexe finalement est à mon goût, au vu de sa taille et de sa longueur, il va très certainement m’emplir toute ma gaine du plaisir. Quand il s’engage entre mes petites lèvres, s’ouvrant un large passage en elles, mon plaisir est au rendez-vous; son chibre s’enfonce. D’une dernière poussée, il vient percuter le fond de ma matrice, je l’enserre de mes jambes, ne pouvant retenir un long gémissement. Il est en moi, écartelant mes chairs, son gland, gros et épais venant me ramoner régulièrement mon point sensible ; je ne m’attendais pas à une pénétration aussi puissante, aussi performante, me pourfendant longuement, avant de se vider en moi; comme à chaque fois, la sensation du sperme me fécondant, ma jouissance a déferlé et Jean m’a embrassée afin d’en atténuer l’ampleur.


Quand il s’est retiré, son méat suintant encore de sa semence, je me suis redressée et doucement, j’ai gobé ce dard qui venait de si bien me faire jouir, puis l’embrassant, je lui ai dit :


— si tu es aussi performant à chaque fois, non seulement je m’offrirai à toi devant tout le monde, mais en plus je ferais de toi mon amant, si Sylvia, car je pense qu’elle en profite beaucoup elle aussi, est d’accord.


L’autre homme n’avait pas bougé, bloqué un peu par Michel ; il se branlait, sans que son vit ait beaucoup d’intérêt; par contre, je voulais que Michel remplisse une part du contrat : ma récompense. Alors que discrètement, je disais à Jean de s’occuper de Sylvia pour éviter une éventuelle jalousie, j’ai attiré Michel contre moi et me penchant sur la table, je me suis offerte :


— A toi de profiter de mon corps, baise-moi, féconde-moi, j’ai trop envie de ta queue. J’ai envie que tu me prennes devant elle, alors qu’elle va j’en suis sûre, bien jouir sous les assauts de Jean, qui malgré son âge est encore un fier baiseur.


En effet, Jean avait attiré Sylvia, la mettant à plat ventre sur une table à côté de nous, et de concert, lui la possédant, moi me faisant saillir par Michel, particulièrement puissant dans ses coups de queue, nous nous sommes accouplés devant les deux hommes, trop heureux du tableau final.

Alors qu’il venait de juter en elle, Sylvia a pris ma main, me prouvant ainsi sa jouissance s’il en était besoin, tandis que Michel m’engrossait, feulant sous la sensation des jets me remplissant le ventre.


Il nous a fallu un petit moment avant de reprendre nos esprits ; avant de rouvrir et d’être à la disposition de ses clients, Sylvia a emmené Nini se faire une petite toilette, toilette qui s’est accompagnée sans aucun doute de quelques touchers lesbiens, si j’en crois les gémissements parfois perceptibles.


C’est après avoir fixé une date que nous nous sommes quittés, Nini toute excitée de se montrer en public, mais aussi je le sais, de pouvoir se faire deux hommes lui prouvant leurs capacités de la saillir pleinement.

Diffuse en direct !
Regarder son live