Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 037 fois
  • 13 J'aime
  • 2 Commentaires

Otokonoko - Kenichi

Chapitre 1

Travesti / Trans

Chapitre 1 ) DOUCE ANIMATRICE


Ma mère aurait voulu une fille.


Du coup, elle m’a toujours habillé comme tel. Parfois dans la rue, des passants se retournaient vers moi et s’exclamaient : «Oh, la jolie petite fille! ». Je batifolais gaiement dans mes robes à frous-frous et ma mère semblait satisfaite.


Aujourd’hui, je suis un banal fonctionnaire; Ayant brillamment réussi le concours d’infirmier, je travaille dans un hôpital public.

J’ai abandonné mon apparence de petite fille et les nœuds dans mes cheveux pour adopter le look d’un homme lambda... Cependant, quand je ne travaille pas, j’aime m’habiller comme une jeune femme. Je ne me considère pas comme un transsexuel, encore moins homosexuel, mais revêtir de jolies robes et me maquiller me plait.


« Kenichi ! Tu es le dernier, tu éteindras les lumières en sortant !

_ Oui ! »


Il est déjà tard... Sans m’en rendre compte, je me suis perdu dans le travail et le temps a passé vite. De toute façon, personne ne m’attends à la maison.

Une fois arrivé chez moi, j’ai allumé mon ordinateur. Sur un site pour les « otokonoko », les hommes qui s’habillent en femme, j’ai noté les rencontres et concours prévus. Je vais souvent à ce genre de rencontre, c’est vraiment agréable. On m’a complimenté sur ma ressemblance aux femmes, tant dans ma tenue que dans mon attitude, et mon nom (de scène) est assez célèbre dans le milieu. J’ai toujours su m’habiller de manière féminine, mais j’ai tout de même eu besoin de regarder les vraies filles pour apprendre à me maquiller. Demain, pas de boulot. Et je vais dormir tout de suite, parce qu’il y a une rencontre avec un concours demain, je dois être frais.


Le lendemain, j’ai revêtu ma perruque châtain avec les deux couettes ondulées, mon ensemble d’écolière, mes lentilles bleues et un bonnet panda. Paré de faux-cils et d’un maquillage naturel, j’arpente les rues. Arrivé au rassemblement, pleins d’autres hommes. Certains sont aussi en écolières. L’heure du défilé arrive, je monte sur les planches. L’animatrice est une belle femme accompagnée d’hommes, dont certains sont des nôtres.


« Oh, quel jolie écolière ! À qui ai-je affaire? Me demande-t-elle dans son micro tout en souriant.

_ Je m’appelle Kagamiko, mon groupe sanguin est B et j’ai 26 ans!

_ Tu es vraiment très jolies, Kagamiko. Que signifie ce prénom?

_ Il veut dire « Enfant du miroir ».

_ Tu es une très jolie enfant du miroir, Kagamiko !

_ Merci, mais « jolie » ne me convient pas.

_ Oh? Quelle enfant capricieuse, dit-elle en provoquant les amusements de la foule, et qu’est-ce qui te conviendrais?

_ Je suis une écolière mignonne.

_ Ah, quelle orgueil ! Mais c’est vrai que Kagamiko est très mignonne ! Félicitation ! »


Je descend de la scène pour laisser place à un autre concurrent. La soirée s’est déroulée sans accros, et les gents étaient très agréables. A la fin de la rencontre, alors que la salle se vidait et que je m’apprêtais à partir, on me retient par la manche.


« Excusez-moi, vous êtes Kagamiko-san?

_ Oui, c’est moi ! »


L’animatrice du concourt?


« Eh bien, ça va vous sembler bizarre, mais je trouve les écolières érotiques. Vous allez me prendre pour une folle, mais ça vous dirait de coucher avec moi? »


J’ai été très surpris. Mais en y réfléchissant, il ne restait pratiquement personne, et elle était très jolie. Ses lunettes et ses grands yeux lui donnaient un côté moe* que j’aimais bien...

J’ai fais oui de la tête, et elle m’a entrainée dans une loge dont elle a fermé la porte à clef. Elle a retiré et déboutonné son chemisier et j’ai pu admirer son absence de poitrine dissimulée sous un soutient-gorge gonflable. Ensuite, elle a fait glisser sa jupe droite sur ses pieds et a dévoilé son boxer avec une bosse... Attendez...


« Vous êtes un homme?!?

_ Oui. Ça ne se voit pas, hein...

_ Je ne veux pas coucher avec vous !

_ Pourquoi pas?

_ Je ne suis pas gay !

_ Tu n’as qu’a imaginer que je suis une femme...

_ Non, je ne peux pas ! »


J’ai été encore plus surpris  ; même comme ça, il a des traits féminins, et une voix qui porte à confusion. Alors que j’étais bouche bée, il me retourne brusquement et me pousse sur un fauteuil. J’ai hurlé et me suis débattu.


« Non, je ne veux pas !

_ Tu m’as dit oui, tout à l’heure !

_ Parce que je pensais que tu étais une femme ! »


Il a baissé ma culotte et m’a arraché un gémissement indigné et gêné. Je me suis retourné et l’ai giflé.


« Oh ! Trop mignon, on dirait vraiment une jeune fille qu’on agresse sexuellement, tu es toute rouge ! »


Je l’ai contourné et je suis parti en courant. Qui aurait cru que cette voix, ces cheveux coupés au carré, cette taille et ces bas si érotiques dissimulaient en fait un homme?

Diffuse en direct !
Regarder son live