Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 36 372 fois
  • 132 J'aime
  • 0 Commentaire

Papa me donne le féssée

Chapitre 1

Inceste

A vingt ans, je vis avec papa qui a divorcé de maman, il y a plusieurs années de cela.

Agé de cinquante ans, papa est plutôt cool, aussi j’en profite largement pour sortir le samedi soir et rentrer à pas d’heure.

Cette fois-ci, j’ai fait fort lors du mariage de mon cousin Paul et je me réveille dans mon lit, en petite culotte sans avoir aucun souvenir de la façon que je suis rentrée.

Comment suis-je arrivée là ?

Mystère, je me lève et me dirige vers la salle de bain.


Je me regarde dans un miroir, quel choc, je suis affreuse, mon maquillage de la veille est parti en vrille. Après m’être démaquillée, je file sous la douche afin de me requinquer de la beuverie, je sors de la salle de bain, le corps enroulé dans un drap de bain et je me rends dans la cuisine, papa s’y trouve en pantalon de pyjama.


— Il faut qu’on parle de la soirée, dit-il.

— De quoi ? Je fais ce que je veux.

— Que tu crois ! me dit-il en m’attrapant le bras, quelle honte ! Je t’ai retrouvée ivre morte dans le jardin du manoir, vomissant tout l’alcool que tu as ingurgité et tu t’es comportée comme une petite pute sur le chemin du retour.


Un flash me revient, je me vois dans une voiture, la robe relevée jusqu’à la taille, la culotte a la main, jambes écartées, me branlant comme une salope et le chauffeur n’était autre que papa !

Je me débats :


— lâche-moi vieux crouton !


Mais papa me maintient fermement.


— Tu sais jeune fille que je suis encore capable de te donner la fessée et tout en disant cela, il s’assoit sur une chaise et me couche sur ses genoux. Tu vas l’avoir, petite insolente.


Papa remonte ma sortie de bain jusqu’à la taille et les coups commencent à tomber, je me débats comme je peux, ma sortie de bain git maintenant sur le sol de la cuisine, mais la main de papa continue de claquer sur mes fesses qui commencent à chauffer sérieusement. Je supplie papa d’arrêter, mais les fessées continuent à tomber, des larmes coulent sur mon visage. Papa commence à laisser traîner sa main sur mes fesses et lorsque sa main s’égare dans mon entrejambe, j’éprouve un étrange sentiment de plaisir, je gémis. Les claques cessent aussitôt, papa me dit :


— -Excuse-moi, je me suis laissé emporter, murmure-t-il.


Péniblement, je me redresse, je regarde papa. Celui-ci se lève et répète encore :


— Excuse-moi ma chérie, j’ai perdu la raison. Mon regard se porte sur la déformation de son pantalon de pyjama.

— Mais tu bandes ! Ça t’a plu de me doigter la chatte ! Hein, espèce de vicieux !

— Non, ma chérie, tu te fais des idées.


J’attrape sa main et la porte à hauteur de son nez.


— Tiens, sens, ça sent pas bon la bonne chatte et ça c’est quoi ?


D’un geste rapide, je baisse son pantalon et sa queue jaillit.


— La preuve que tu bandes !


Papa me prend dans des bras, il se colle contre moi et glisse une main dans mon entrejambes.


— Petite garce, ça ne t’a pas suffi de m’allumer dans la voiture ! Tu la veux vraiment ma queue dans ta chatte ? Petite salope ! T’as la chatte toute trempée, c’est les fessées qui t’ont fait mouiller comme cela ?


Papa insère un doigt dans ma chatte et la fouille doucement.


— T’es bien comme ta mère, tu as le feu au cul !


Je tente de me dégager, mais papa me maintient fermement en me coinçant contre la table de la cuisine.

D’un geste brusque, il me retourne et appuyant sur ma nuque, il me fait me pencher en avant.

Je sens son sexe s’insinuer entre mes fesses et avant que je ne puisse faire le moindre mouvement, papa enfonce d’un seul coup sa bite dans ma chatte, je pousse un petit cri.


— Oh oui, toi tu aimes les bites, petite pute, je le sens !


Il commence à me besogner lentement, sortant complètement sa bite avant de l’enfoncer entièrement dans ma chatte, son ventre claque sur mes fesses à chaque pénétration. Je commence à éprouver un certain plaisir, papa doit le remarquer, car il relâche son étreinte. Ses mains empoignent mes seins.


— Humm comme ils sont magnifiques !


Il commence à me caresser les seins, pinçant les tétons, me faisant gémir. Brusquement, papa me retourne et me fait m’allonger sur la table, il se place entre mes jambes et me pénètre à nouveau, il se penche, prend entre ses dents un téton et le tète avidement. Je ferme les yeux, et je commence à gémir de plaisir. Tandis que papa s’occupe de l’autre téton.


— Hum oh papa, comme c’est bon !


Papa approche ses lèvres de ma bouche et les pose sur mes lèvres, j’entrouvre la bouche, sa langue s’insinue dans ma bouche à la rencontre de ma langue et nous échangeons un long baiser, nos langues s’enroulant entre elles. Je jouis, papa pousse un grognement sourd, je le regarde, il a le visage convulsé, la mâchoire crispée, il se retient de juter. De ma main droite, j’attrape ses couilles et je serre.

Le visage de papa se crispe.


— Oh oui ! C’est bon, je jouis !


Je sens son jus envahir mon intimité, c’est chaud, c’est bon, puis papa ralentit son va-et-vient, il se retire et il s’agenouille entre mes jambes et plaque sa bouche sur ma chatte pleine de mouille et de sperme, sa langue titille mon clitoris.


— Arrête papa, je vais encore jouir, arrête !


Mais papa n’arrête pas, il aspire mon clitoris, je jouis de nouveau, me tortillant dans tous les sens, poussant des petits cris de plaisir et soudain, j’explose.


— Oh c’est trop bon.


Un jet de cyprine gicle dans la bouche de papa qui s’écarte. Ses doigts remplacent sa langue :


— T’as encore du jus, petite salope ?


Pour toute réponse, j’envoie des giclées de mouille qui arrosent son torse. Papa me redresse et me fait m’agenouiller devant lui, son sexe se dresse devant mes yeux, long et épais, imposant.


— Tu le veux encore ?

— Oui papa, baise-moi la bouche. Je veux ton jus.

— Vas-y suce !


Je tends la main et saisis sa bite, je dépose un baiser sur le gland, avant de prendre son sexe en bouche.

Je lèche son sexe, ma langue en fait plusieurs fois le tour avant de titiller le frein, puis j’avale sa bite jusqu’aux couilles et je fais quelques va-et-vient avant de recevoir son sperme au fond de ma gorge. Je lâche son mandrin.

Papa le prend en main et l’agite sous mon nez et dit :- Tu vois ma fille, tu m’excites depuis fort longtemps et ma bite en veut encore. Je t’ai baisé la chatte, la bouche et il me reste un orifice à honorer, je vais te la mettre dans le cul !


— Oui papa moi, j’en ai envie.

— Je me mets à quatre pattes et à l’aide de mes mains, j’écarte mes fesses.

— Je vais t’éclater le cul, petite salope !


Papa lubrifie ses doigts dans ma chatte avant de les introduire, un à un, dans mon petit trou puis je sens son gland pointer au bord de mon anus et il s’enfonce lentement en moi, la douleur me fait pousser des cris.


— Ouille, ça fait mal, papa arrête !

— Le plus dur est fait, mon gland est dans ton cul, le reste va aller tout seul.


Lentement, mon cul avale le manche de papa, je serre les dents et enfin, je sens le ventre de papa contre mes fesses.


— Voilà, tu as pris ma bite dans le cul.

— Putain, papa, ça fait mal, tu sais !

— Oui je sais, mais ça va aller ma chérie, je te laisse t’habituer.


Papa reste immobile, la bite au fond de mon trou et au bout d’un moment, je me suis habituée à cette intrusion,


— Vas-y papa, défonce-moi le cul.


Papa commence à aller et venir dans mon cul, me faisant pousser un râle de douleur.


— Doucement, papa !

— Mais papa ne m’écoute pas, il accélère le mouvement. La tête enfouie dans le coude, je subis cette sodomie. Papa m’encule, les allers-retours sont réguliers et je commence à y trouver du plaisir.

— Oh oui oui papa, je vais jouir, ça vient !


Papa me bourre le cul, il m’encule sauvagement, soudain, il se cabre et envoie dans mes entrailles son sperme. Papa se retire, il se lève péniblement et s’assoit sur sa chaise.


— Non de non, comment j’ai pu faire ça ?


Je me redresse, je m’approche de papa, je lui prends la main et lui dis :

— Viens, allons prendre une douche, ensuite nous irons dans ta chambre, j’ai un tas de bêtises à t’avouer.

Diffuse en direct !
Regarder son live