Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 20 200 fois
  • 184 J'aime
  • 9 Commentaires

Papa, je vais m'occuper de toi maintenant.

Chapitre 10

Chapitre final ... enfin, on verra ;-)

Inceste

Emilie


 — Florian, c’est une super idée d’avoir réaménager l’épicerie comme ça, dit mon père.


Mes deux hommes finissaient de déjeuner sur l’îlot central de la cuisine. 


— Ravi que ça te plaise Jérôme. Et encore merci d’avoir convaincu la Vieille.


Ils rirent ensemble. J’aimais beaucoup leur connivence. 

Huit mois avaient passé depuis ... la grande mise au point de nos vies. Et les changements avaient été nombreux.


Florian avait rendu la petite maison qu’il louait, et nous avions emménagés définitivement dans la maison de mon père. 

Non, correction, dans notre maison, puisqu’en cadeau de mariage, il nous l’avaient offerte.

Nous avions tout chamboulé dedans, et désormais la grande chambre de l’étage était notre suite conjugale. J’avais encore du mal à réaliser, mais le bonheur nous entourait.


Mon père s’était aménagé la chambre du rez-de-chaussée, et il en restait encore deux autres en haut inoccupées. 


Il avait démissionné un matin disant qu’il avait assez économisé pour partir plus tôt et coulait désormais des jours paisibles en jardinant la plupart du temps.


Florian lui, avait acheté et amélioré sérieusement l’épicerie de notre village.


— Hmm ... et dit-moi alors Florian, continua mon père, est-ce-que tu apprécies toujours notre ... arrangement familial ?

— Plus que jamais Jérôme. 

— Tant mieux alors ... Oooh, Emilie t’es diabolique tu sais ma chérie ?

— Mmhhh oui je sais Papa, dis-je en sortant sa bite de ma bouche et en la reprenant aussitôt.


Agenouillée sous le plan de travail, je sentais qu’il n’allait pas tarder à jouir.


— Hmm ... vas-y Papa, vide-toi, donne-moi tout s’il te plaît ...

— Oooh chérie je ... Ahnnnnn !


De longs jets saccadés frappèrent ma langue et mon palais tandis qu’il éjaculait entre mes lèvres, j’avalai tout avec une gourmandise insatiable.


— Tu es terrible ma belle ... me dit alors Florian en m’aidant puisque je peinais un peu à sortir de sous l’îlot.

— Que veux-tu, une envie de femme enceinte ça ne se refuse pas, lancé-je alors en passant mes mains sur mon énorme ventre.


******


— Et comme ça tu aimes aussi non ?

— Oohhhh oui ma belle ... me dit Florian tandis que j’enfonçais un doigt de plus dans son anus.


Je l’avais bien harnaché à notre nouvelle tête de lit. Sur le dos, mains et bras au dessus de la tête, et ses jambes relevés et elles aussi attachées à la tête du lit.

Son sexe et sa raie imberbes désormais ainsi exposés, j’en avais l’accès total, et depuis une bonne demi-heure je le branlais très lentement en même temps qu’un massage prostatique dont il était devenu très friand depuis un moment.


— Oooh tu ... oui là comme çaaaahhh ...


J’avais du plaisir à lui en donner, j’adorais le fouiller ainsi en la masturbant doucement mais très fermement. Mes trois doigts plantés au fond de lui, je caressais avec douceur la protubérance qui lui donnait tellement de plaisir. Je sentais dans ma main sa queue palpiter, la sève monter peu à peu et quand il était au bord de l’orgasme je la lâchais pour appuyer fortement avec mon pouce sur le gland. Toute sa semence redescendait un peu d’un coup, mais continuait de s’accumuler lentement. Je giflai alors doucement son membre si tendu, faisant aller et venir mes doigts plus loin encore dans son rectum.


— Mon petit mari aime le traitement que je lui inflige ?

— Oohnnn c’est ... Aaah Emilie j’adore ...

— Tu sais je pensais que tu aurais déjà joui mais ... c’est bien tu es endurant, j’adore ça ...

— Ooohhh je ...

— Mmmhh c’est bien, je vais bien te vider mon amour ... Mais tu sais qu’ensuite je ... tu ne pourras pas me satisfaire ...

— Ahnnn je ... je sais ...

— Je vais devoir aller retrouver mon père dans sa chambre tu comprends ?

— Ohhh oui je ...

— Hmm je sens que cette idée t’excite encore plus je me trompe ?

— Ahnnn non je ... Ooooh...

— Tu sais que ... je vais le laisser me faire ce qu’il veut ?

— Ahnnn oui ....

— Il ... va me baiser avec son énorme queue, et me faire jouir encore et encore, tu ne m’en veux pas, hein ?

— Non ... Aahnnn je vais ....

— Oui mon beau vas-y maintenant !

— AAH ! Aaahh !!

— Oui mon amour vide-toi !


Et tandis que je le branle frénétiquement il éjacule une quantité incroyable de sperme dans ma bouche.



Florian


Elle m’a éreinté encore une fois. Ma belle Emilie sait me faire jouir comme personne, n’a peur de rien et me passe tous mes vices. Vivre avec elle est un bonheur. Et enfin détaché je m’assois au bord du lit. Elle est sortie de la chambre il y a je ne sais combien de temps. J’ai dû m’assoupir un peu après le violent orgasme qu’elle m’a prodigué et je vais à la douche, revigorante et chaudement apaisante. Mon anus encore endolori, mon sexe également, je repense à cette vie géniale que nous avons.


C’est quand je sors de la salle de bain, une serviette autour de la taille, que j’entends alors les gémissements qui viennent de l’étage du bas. Je souris, et descend voir.


Depuis le couloir je vois la porte de la chambre entrouverte. Les mots, plutôt les cris d’Emilie me parviennent déjà.


— Aaahhh oui Papa !!! Oui !!!


Je regarde dans l’entrebâillement, la vue est toujours aussi intense comme à chaque fois que je les observe.


 Emilie est à quatre pattes sur le lit, et presque debout derrière elle, son père la sodomise avec une ardeur phénoménale en la tenant par les hanches. Son sexe est si gros, je crois que je ne m’y ferai jamais. Le voir entrer et sortir si brutalement de l’anus de ma douce Emilie est si violent graphiquement. Son gros ventre pend sous elle, et ses énormes seins balancent sans pudeur au rythme des assauts de Jérôme.


— Tu t’es bien occupé de ton homme ma chérie ? lui demande Jérôme, haletant à chaque poussée puissante et rapide.

— Ahnnn oui ... Ohnnnn oui Papa je l’ai bien fait jouir ! Ooohnnnn !!!


Ses gémissements deviennent des râles, sa tête enfoncée dans le matelas, ses mains agrippant le drap à chaque pénétration plus profonde que la précédente, il la pilonne sans retenue, défonçant son anus sans la moindre tempérance.


— C’est à ton tour ma chérie alors ... je vais te faire jouir c’est ce que tu voulais non ?

— Ahnnn oui Papa ... mais je .. je n’arrête pas de jouir déjaaaahhh !!!

— Tu en veux encore ?

— Ahnnnn je ... OUI !!! Oui ENCORE !!

— Alors demande-le moi ma chérie ...

— Oooohh !! Papa fais-le ... Encule-moi encore ! Défonce-moi le cul !!!AAHHHH !!!


Je referme doucement la porte, et les laissant à leur plaisir je vais me coucher, pour rêver d’elle comme chaque nuit.


******


J’émerge doucement, passant la main dans le lit je constate que j’y suis seul. C’est rare, mais ça arrive parfois quand ... Et bien quand Emilie est particulièrement demandeuse. Et depuis le début de sa grossesse ça arrive assez ... 

Je sais déjà où elle est. 

Et ça me va, étrangement.


Je descend l’escalier, et dans le même couloir que la veille mais légèrement plus éclairé, j’entends de longs et gutturaux gémissements alternant avec des hurlements de plaisir inouïs. 


Je regarde de nouveau à travers l’ouverture de la chambre de Jérôme : en sueur, encore à quatre pattes mais les fesses encore plus relevées, Emilie gémit en continu tandis que son père lui enfonce sa main entière dans la chatte. 

Un énorme gode planté dans son cul, il lui étrille le clitoris en même temps en tournant frénétiquement ses doigts dessus, la faisant gémir de plus belle quand il la fiste encore plus profondément


— Rhhaaaaahh ouiiii Papaaaaahh ... Aaaahnnnnnn !!!

— T’en voulais hein, tu voulais que je te défonce toute la nuit ma chérie ?

— Ahnnnnn oui ... AAAHNNNNNNN !!!


Il lui défonce chaque orifice et elle en redemande, dans une perversion impossible à décrire.

La main de Jérôme va et vient entièrement au fond d’elle, ses lèvres intimes si grandes sont rougies et s’étalent de chaque côté comme un papillon lubrique au dessus de son énorme ventre rond, tandis qu’il passe de son clitoris érigé au gode qui darde de son anus comme un piquet vibrant.


Jérôme lève alors les yeux et me voit, il sourit tandis que j’entre dans la chambre.


— Oh mais qui est donc là !? Ton gentil mari ma chérie !


Emilie tourne sa tête vers moi, elle a l’air épuisée, vidée, mais me sourit délicieusement.


— Ahnnn mon amour ! Ooohhh je ... Ahnnnn viens, viens toi aussi ... AAAHHH !!


Quittant mon short et je m’approche d’elle et viens me mettre sur le lit , mon sexe déjà dur devant son visage.

Elle m’engloutit aussitôt, sa bouche avalant ma queue tout entier, la faisant buter au fond de sa gorge.

Jérôme la faisant aller et venir sur moi, je lui baise la bouche en l’accompagnant, complètement dévoré.


— Tu t’es faite baiser toute la nuit n’est-ce pas mon amour ? lui demandé-je

— Mmhaaahh oui bébé il m’a ... AAAHHNNN !!!

— Tu devras dormir un peu tout à l’heure ... continué-je les yeux dans les siens, mon sexe dans sa gorge.

— Mhaaahh ... oui mais ... Aaahh ! ... d’abord ... Ooohh ... défoncez-moi ... tous les deux ...

— Demande-le nous mon amour, lui dis-je alors comme son père le fait.


Elle laisse s’échapper mon sexe, le prend dans sa main, et tandis que Jérôme s’acharne sur elle plus encore, elle pousse un long gémissement quand un énième orgasme la terrasse encore une fois :


— RhaaaAAHHH  !!! Baisez-moi mes amours !! AAHHHH !!! Défoncez-moi par tous les trous !!



Fin du Volume 1 ;-)

Diffuse en direct !
Regarder son live