Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 036 fois
  • 105 J'aime
  • 9 Commentaires

Parallel Universe : Sex World

Chapitre 4

Divers

Bonjour à tous,

Après les nombreux retours positifs sur ma série, j’ai décidé d’essayer d’écrire un chapitre par semaine. N’hésitez pas à écrire un commentaire ou à aimer, ça me fait vraiment plaisir de voir que l’histoire est appréciée.

FireHorse

PS : Désolé du manque de sexe dans ce chapitre, je ne pouvait pas tellement en intégrer. Ne vous inquiétez pas, de nombreuses scènes sexuelles arriveront bientôt.

———————————————

Le sceau rouge devenait incandescent à l’air libre. Le S brillait d’une lumière éclatante, rougeâtre. Lucie, effarée, demanda :

— Tu l’as depuis quand ça ?


Raphaël ne comprend pas ce qu’elle veut signifier.

— De quoi tu parles ?

Lucie court hors de la pièce et revient avec un miroir. Elle le brandit devant Raphaël.

— Regarde !

Raphaël scruta la surface polie du miroir. Ses sourcils se haussèrent et il leva sa main pour toucher le sceau.

— J’ai jamais vu ça !

Lucie, dont les méninges tournent à 100 à l’heure, trouve une explication.

— Je sais, c’est la potion qui l’a fait apparaître. Tu devais l’avoir avant mais il devait être invisible t imperceptible !

Lucie ne savait plus quoi dire. Elle venait de trouver l’Élu, l’homme de la légende, que tout le monde attendait depuis plusieurs millénaires, le Puissant qui vaincrait Cephalus et reprendrait le Livre Du Sexe. La paix pourrait enfin régner et Sexome pourrait enfin être une planète peuplée de gens heureux.

La jeune fille, n’ayant aucune idée de la démarche à suivre, prit son portable et appela directement la Reine, le Sexe Suprême.

Le téléphone sonna pendant une dizaine de secondes, puis quelqu’un décrocha.

— Bureau du Sexe Suprême de Sexome, Bonjour !

Lucie essaya de parler sans précipitation.

— Je suis Chasseuse, matricule N°145 798 125. Je souhaite parler à la Reine de toute urgence.

— C’est à quel sujet ?

Lucie inspira lentement.

— Je dois parler à la Reine de toute urgence.

A l’autre bout du fil, ce fut le silence complet. Lucie regarda son téléphone et vit que le micro de sa correspondante avait été coupé. Elle pensa que la secrétaire devait se précipiter vers les appartements de la Reine. L’attente ne fut plus très longue. Au bout de quelques minutes, une voix sérieuse et autoritaire retentit à l’autre bout du fil.

— Chasseuse N°145 798 125, je vous écoute.

Lucie sut dès lors que c’était bien la Reine qui lui parlait. Elle prit une longue inspiration et lui déballa toute l’histoire. La Reine écoutât la totalité des paroles de Lucie, tout en notant les éléments importants. Lorsque la Chasseuse eut fini, un silence assourdissant s’installa dans la pièce, ponctué par les coups de crayon de la Reine. Quelques secondes plus tard, la Reine posa son crayon et prit la parole.

— Si cela s’avère, cette nouvelle illuminera le peuple Sexy. Les contrées sauvages où Cephalus sème la terreur pourront enfin être sous notre contrôle. Je vous dépêcherait des gardes afin de vous escorter jusqu’au Sexitol. Je vous défend de parler de votre découverte à qui que ce soit ! Je dois être la première à l’annoncer à toute la population afin que des rumeurs inutiles soient évitées.

— Oui, Ô ma Reine ! Vos désirs sont des ordres !

— Salutations, brave Chasseuse !

— Salutations, Ô Sexe Suprême !

Puis, la Reine raccrocha. Lucie tenait toujours le combiné en main, sonnée. Raphaël, qui avait regardé toute la scène, restait bouche bée. Soudain, un projectile traversa la fenêtre, les tirant de leur torpeur. Ils roulèrent ensemble au sol et regardèrent le petit objet qui venait d’atterrir sur le sol.

C’était une sorte de petite pierre noire, parcourut par des veines rouges comme de la lave. Un C barré ornait le dessus de la pierre, écarlate lui aussi. Un bip retentit soudain, puis suivit d’un autre. Lucie tendit les mains vers l’objet qui s’envola pour atterrir dans sa main. Elle se concentra et créa un champ de force qui bloqua l’explosion à l’intérieur de ses mains. Elle se releva et prit rapidement le bras de Raphaël, incapable de bouger. Pour le sortir de son immobilité, elle le gifla de toutes ses forces.

— Il faut qu’on parte tout de suite. Les sbires de Cephalus sont déjà au courant et vont nous tuer si on ne s’en va pas.

— Comment tu as...

— Je contrôle l’énergie Ancienne. Je t’apprendrai mais pour l’instant, il faut qu’on se casse.

Elle enfila rapidement sa combinaison de Chasseuse et lança une tenue noire à Raphaël.

— C’est un catalyseur de pouvoir. Il te masquera aux yeux des radars ennemis. Tu en as besoin parce que tu renfermes une puissance incroyable. Sans ça, les sbires te sentiraient à plusieurs kilomètres à la ronde.

Raphaël attrapa la combinaison et se vêtit en vitesse. La tenue lui sembla trop petite au début, mais elle s’élargit automatiquement pour s’ajuster pile poil à sa taille. Lucie ouvrit un placard et sortit deux armes : un arc et une épée de taille moyenne. Elle tendit l’épée à Raphaël, qui l’empoigna. Il s’attendait à crouler sous le poids de la ferraille mais, au contraire, l’arme semblait être équilibrée pour lui. Il fit rapidement quelques moulinets et se félicita intérieurement d’avoir prit des cours d’escrime pendant 7 ans.

Lucie mit l’arc en bandoulière et empoignât un carquois remplit de flèches. Elle attrapa Raphaël et l’entraîna jusqu’au salon. Elle s’approcha de la cheminée et appuya sur la statuette en argent qui était posée dessus. Un passage secret se dévoila doucement. Elle sauta sans hésiter dedans et il la suivit. La trappe d’accès de referma d’elle même et le couple se retrouva dans le noir.

Lucie tendit la paume vers le ciel et une boule d’énergie pure apparut dans sa main. Les alentours s’illuminèrent soudain. Ils se trouvaient dans une sorte de tunnel en pierres. Une odeur de cadavre régnait dans l’air et Raphaël eut un haut le coeur.

Elle lui fit signe d’avancer et ils arrivèrent finalement devant un tunnel encore plus petit. Lucie se pencha, laissant ses belles fesses rebondies dandiner devant les yeux éblouis de Raphaël. Il s’engouffra lui aussi dans le passage étroit.

Il sembla à Raphaël qu’ils rampèrent pendant des heures. La pierre écorchait les genoux du couple et la puanteur ne diminuait pas, au contraire. Au bout d’un moment qui parut une éternité pour le jeune homme, un doux bruit de clapotis se fit entendre devant eux. Une énergie nouvelle regagna les deux complices et ils accélèrent le « pas ».

Quelques minutes plus tard, un rayon de lumière illumina le tunnel. Lucie vit devant elle la fin de leur périple. Elle avança encore et put enfin voir nettement l’extérieur. Elle arriva au bord du tunnel et sauta au sol. Elle inspira doucement l’air frais du matin et observa l’endroit où ils étaient. C’était une forêt verte et remplit de chants d’oiseaux. Elle s’assit sur une pierre et se perdit dans ses pensées. Soudain, un vacarme remplit la clairière et elle fit volte face. Raphaël était étalé au sol, au pied du tunnel. Il leva la tête et exprima sa douleur.

— Aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhh !


Il se releva et son bras pendait lamentablement, comme une marionnette sans marionnettiste. Lucie se précipita vers lui et le soutint doucement. Elle l’aida à s’asseoir contre une pierre et recula pour mesurer l’étendue des dégâts. Raphaël était écorché de partout et il s’était sans doute cassé le bras. Il ne pourra pas continuer à marcher et les sbires de Cephalus les attraperont.


Diffuse en direct !
Regarder son live