Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 21 411 fois
  • 249 J'aime
  • 8 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Le pari stupide

Chapitre 1

Le début

Hétéro

Yann et Yoan étaient deux frères jumeaux, ils avaient tous les deux seize ans, le jour où ils avaient fait ce pari stupide : qui aurait le plus d’enfants au cours de sa vie ?

Maintenant qu’ils ont dix-huit ans, ils devaient se mettre au travail pour y réussir. Les deux frères étaient assis autour de la table du salon, et essayaient de faire des calculs.


— On peut éjaculer en moyenne trois ou quatre fois par jour ! dit Yann.

— Je pense aller à cinq, voire six.

— Donc on peut potentiellement mettre entre trois et six femmes enceintes par jour ?

— Oui ! Enfin, si elles gardent leur enfant, commenta Yoan.

— Mouais !

— Il faut aussi un test de paternité pour valider. Mais je ne suis pas sûr qu’on puisse trouver des femmes d’accord pour porter notre enfant, sans rien demander.

— Eh bien... je pense que si !


Yann se leva et revint avec une liste de femmes, de pseudos venant d’un forum. Yoan regarda le message de son frère, et les réponses de nombreuses femmes, qui accepteraient de porter leurs enfants. Il y avait déjà douze candidates possibles.


— Eh ben ça alors ? dit Yoan.

— Apparemment, il y a des... désespérées qui feraient n’importe quoi pour tomber enceintes. Il faut... mettre un contrat au point. Pour qu’on sache quels sont les rôles de chacun. Les femmes porteront et élèveront les enfants. On veut juste un test de paternité.

— Et l’argent ?

— J’y viens. Le coût annuel d’un enfant est de 9 000€ par an.

— Sérieux ! On va se ruiner, si on doit rémunérer les mères. Est-ce qu’on ne peut pas ajouter qu’elles ne doivent rien nous demander ? Comme pour un don de sperme, elles ne demandent rien au « père ».


Yoan et Yann mirent donc au point le contrat de « don de sperme ». Les termes étaient simples. L’un ou l’autre venait faire l’amour avec la femme qui voulait un enfant pendant une semaine ; période du droit de « location ». Cette dernière devrait être en période d’ovulation. Le don comme son nom l’indique était gratuit. Mais pendant la semaine, ou la journée de location, la future mère devait fournir le gîte et le couvert. Une fois la semaine passée, la femme devait lui envoyer un message dès que le test de grossesse était positif, puis ils effectuaient un test de paternité qui peut s’effectuer sur une femme enceinte à partir de six à huit semaines de grossesse.

Les deux se quitteraient à ce moment-là et ni l’un, ni l’autre n’entendrait plus parler de l’autre. A moins que le père ou l’enfant à sa majorité veuille reprendre contact ou dans le second cas, en cas de souci médical pour que le père vienne en aide à son enfant, si possible.


— Qu’est-ce que tu fais ? demande Yoan à son frère.

— Je prépare un classeur, pour classer les tests de paternité.

— Comment on fait ?

— On commence sur une période d’un an ? Chacun de son côté, on s’active... et on n’en parle plus pendant un an. On fait le point à ce moment-là.

— Un an ? Très bien. On fait comme ça !


Et voilà comment tout commença.

Yoan est le plus sceptique de cette histoire, mais maintenant que le sujet était lancé, il voulait gagner ce pari. Et puis l’idée de faire l’amour avec de nombreuses femmes, il ne pouvait pas nier, c’était assez excitant. Le jeune homme commença à fréquenter tout un tas de site et de forums différents pour lire un peu ce que les gens s’échangeaient comme sujets et informations. Le jeune homme se décida à laisser un message, il fit une présentation rapide de lui. Puis, il se mit à disposition des femmes. Esclave de ces dames...


Clara, trente-huit ans, fut la première à lui répondre, il discuta pendant de nombreuses heures par MP sur le forum, puis par SMS, et un rendez-vous fut pris entre Yoan et Clara. Ils se retrouvèrent sur une place en ville. Il fit une bonne centaine de kilomètres pour arriver chez elle.


— Bonjour, fit Clara !

— Bonjour, répondit Yoan.


Le jeune homme découvrit une femme de taille modeste, bien que plus petite que lui. Elle avait les cheveux longs et bruns, attachés en une queue-de-cheval. Elle avait les yeux marron, la peau blanche. La femme avait un métier très prenant, et s’était rendu compte qu’elle était « seule » à la veille de ses quarante ans.


— Euh... comment faisons-nous ?

— Je pense qu’on peut commencer par prendre un café, proposa-t-il en lui indiquant un bar.


Clara et Yoan s’installèrent au bar. Le jeune homme expliqua comment les choses allaient se passer. Ils devaient en premier lieu faire un test pour le Sida, ensuite, ils passeraient une semaine ensemble chez elle et ils feraient l’amour pour concevoir l’enfant durant sa période de fécondité. Ensuite, il partirait et elle reprendrait contact avec lui pour indiquer si elle était enceinte ou non. Puis, il viendrait passer un ou deux jours avec elle, le temps de faire un test de paternité. Puis, ils ne se reverraient plus.


Ils se rendirent dans un lieu de dépistage, et en trente minutes, ils ressortirent avec leur test négatif en poche. Clara invita le jeune homme à venir chez elle. Yoan trouva l’endroit propre, et agréable. L’endroit serait idéal pour y élever un enfant. C’était tout de même important pour lui ce genre de choses.


— As-tu tenté d’autres façons d’avoir des enfants ? Insémination ? Adoption ?

— Malheureusement en France, l’insémination ne se fait que pour les... difficultés médicales. Et l’Adoption est longue... et j’ai déjà trente-huit ans.

— Je vois ! Et un homme pour partager ta vie ?

— Je... J’ai cherché quelqu’un depuis plusieurs mois. Mais...

— Si tu ne veux pas me répondre, il n’y a pas de souci. Donc tu es comptable dans une grande entreprise ?

— Oui !


La femme lui parla de son travail, il l’écoutait avec patience, et intérêt. Parce qu’il n’allait pas s’investir dans une relation avec elle, il n’avait pas besoin de se faire connaître auprès d’elle. Et pouvait donc la laisser parler tout à son loisir. Et elle semblait en avoir des choses à dire. Elle n’avait jamais trouvé quelqu’un pour l’écouter on dirait. Yoan était assis sur le canapé, et buvait en verre de vin en l’observant. Elle avait un corps, un peu rond, mais pas désagréable à regarder. Il lui sourit.


Yoan se leva et tendit la main vers Clara, elle saisit sa main, et tous les deux rejoignirent la chambre. Le jeune homme commença à déshabiller la femme, qui aurait pu être sa mère, mais ce n’était pas un problème pour lui. Yoan découvrit le corps de Clara. Elle était jolie, avec ses seins en poire, et son sexe touffu. Il avança sa main sur le pubis de la femme, et commença à la caresser. Elle s’accrocha à lui, avec ses mains autour de son cou. Elle écarta les jambes, et se laissa aller. Le jeune homme lui procura du plaisir, elle gémit dans ses bras. Il la poussa doucement et l’allongea sur son lit. Il se mit à genoux entre ses jambes pour venir lui lécher son clitoris avec sa langue.


— Yoan ! fit-elle.


Elle posa ses mains sur sa tête, et le poussa vers son sexe pour que sa langue rentre mieux entre ses lèvres intimes. Elle jouit avec délectation, elle ne pensait pas qu’il allait lui faire connaître un tel bonheur. La conception d’un enfant n’avait pas besoin de tous ces préliminaires. La jeune femme repoussa doucement Yoan, et l’aida à se relever. Assise sur le bord du lit, elle prit Yoan en bouche en face d’elle, et commença une fellation.


Yoan se dit qu’il avait bien fait de commencer les préliminaires, vu qu’il lui avait donné du plaisir, elle voulait lui rendre la pareille. Yoan se trouvait bien dans sa bouche, il posa sa main sur sa tête pour la maintenir en place, quand il accéléra le rythme.


— Mmmh ! fit-elle.


Yoan ôta son pénis de sa bouche, en croisant son regard affolé. Il s’accroupit devant elle, et la prit dans ses bras.


— Excuse-moi !


Il l’allongea sur son lit, et glissa sa main dans son sexe, en venant l’embrasser avec attention, mêlant leurs deux langues l’une à l’autre. Puis sa bouche descendit vers l’un de ses seins, qu’il prit en bouche pour lui suçoter le téton. Il refit monter le plaisir dans le corps de Clara, avant de se mettre au-dessus d’elle. Il prit son sexe en main, et le présenta devant l’entrée de la jeune femme. Il la pénétra avec tendresse. Une fois bien installé en elle, il commença à faire des va-et-vient, de plus en plus... rapides. Avant de ralentir, puis de recommencer. Il voulait qu’elle jouisse avant lui.


Elle commença à gémir en serrant son corps contre lui, encerclant son cou avec ses bras. Enfin elle poussa un petit cri en arquant son corps contre lui. Yoan... éjacula à son tour dans le vagin de la jeune femme. Il concevait son premier enfant avec cette belle femme. Il se retira et s’allongea sur son lit. Clara vint se lover contre lui, et posa sa tête sur son épaule. Yoan entoura son bras autour d’elle, et parvint à mettre la couverture sur leurs corps. La femme s’endormit avec le sourire sur le visage.


Le lendemain, il fut le premier à se lever, il se rendit dans la cuisine, et lui prépara le petit-déjeuner. Il fouilla dans les placards, il espérait qu’elle ne lui en voudrait pas trop. Il parvint à trouver les bols, le café, et des gâteaux. Demain, il irait lui acheter des croissants, ou des pains au chocolat/chocolatines. Le jeune homme installa le tout sur un plateau, et entra dans la chambre. Clara dormait toujours, il posa le plateau sur la commode, et s’assit à côté d’elle, et lui caressa tendrement la joue, en murmurant son prénom. Clara ouvrit les yeux, et croisa le regard de Yoan. Elle sourit, et il se pencha pour l’embrasser.


— Tu es très belle quand tu dors.

— Merci !


Il se releva et déposa le plateau sur ses genoux, quand elle fut prête. Clara le regarda, surpris, et le remercia avec un magnifique sourire. Elle mangea, et Yoan la regardait faire avec un air ravi sur le visage.


Ils passèrent une journée délicieuse tous les deux. Ils firent une balade dans la forêt, Clara oublia plusieurs fois qu’elle avait un « contrat » avec cet homme. Le soir, ils firent à nouveau l’amour tous les deux. Yoan était toujours attentif à son envie, alors elle faisait de son mieux pour répondre à son désir. Par exemple, elle le laissa aller plus fort et plus loin dans sa bouche, même si elle n’aimait pas trop les fellations. Il éjacula aussi dans son vagin, ce soir, pour donner toutes les chances à la confection de leur enfant.


— Et si ça... marche pas ! Est-ce que tu reviendras ? demanda Clara, allongée dans les bras de Yoan.

— Je ne sais pas... on verra ! Mais pourquoi veux-tu que ça ne marche pas ?

— Non pour rien, c’est juste que... Désolée !


Le lendemain, la jeune femme dut retourner au travail, elle se leva et trouva le petit-déjeuner prêt sur la table, avec même une petite poche de viennoiseries sur la table. Elle sourit devant cette attention du jeune homme. Ce dernier se trouvait actuellement sous la douche. Elle imagina son corps nu, mouillé, des gouttes glissant sur sa peau. Elle secoua sa tête.


— Je suis partie, fit-elle au travers de la porte.


La porte de la salle de bain s’ouvrit, Yoan était presque nu, entouré par une serviette. Il se pencha vers elle pour l’embrasser.


— Bonne journée à toi.

— Merci, à toi aussi.


Clara passa sa journée au travail, en posant sa main sur son ventre, espérant qu’ils avaient conçu leur bébé au cours de ces deux nuits magiques. Elle rentra chez elle, et trouva le repas prêt pour le soir. Yoan était assis dans son salon, un ordinateur portable sur les genoux. Il ferma l’ordinateur, et vint la prendre dans ses bras pour la serrer contre lui.


Clara et Yoan partagèrent le repas, puis passèrent la soirée à regarder un film à la télévision, dans les bras l’un de l’autre. La jeune femme l’observait en se demandant pourquoi elle ne l’avait pas croisé plus tôt, ou même pourquoi il avait vingt ans de moins qu’elle. Clara se rendait compte qu’elle était en train de tomber amoureuse de lui. C’était possible en quelques jours. Non, quand il serait parti, et qu’elle aurait l’enfant, elle oublierait sa présence. Il n’était là que pour ça. Prendre soin d’elle était un bonus. Un bonus qu’elle devait apprécier sans en vouloir plus.


Yoan avait passé sa journée, à faire la cuisine pour la jeune femme, lui préparant des petits plats.

Ensuite, il avait passé son après-midi devant son ordinateur, à discuter avec sa « prochaine cliente ». Elle habitait à deux cents kilomètres, Emma de son prénom, elle a trente-neuf ans. Apparemment, il y avait beaucoup de femmes mûres qui arrivaient à leur « fin de vie » en tant que mère, et elles se rendaient compte qu’elles étaient seules, soit à cause de leur travail, soit parce qu’elles n’avaient pas le partenaire idéal. Mais cela l’arrangeait bien, avec un peu de chance, il n’aurait même pas besoin de prendre un appartement.


Clara et lui se remirent au lit. Le jeune homme lui proposa de changer de position.


— J’ai lu que la levrette était idéale pour tomber enceinte.


Yoan fit mettre la jeune femme à quatre pattes, et commença par lécher son sexe, en se mettant dans la même position derrière elle. Clara plongea sa tête dans les coussins, et se mit à gémir, avant de jouir sous la langue et les doigts du jeune homme. Il se redressa et vint prendre la jeune femme, il la pénétra, par derrière avec énergie et vigueur, cogna son bassin contre les fesses de Clara. Elle jouit à nouveau sous ses coups, et Yoan éjacula bien fort dans son vagin. Elle serait enceinte, c’est certain.

Le lendemain, la journée se répéta, petit-déjeuner pour le matin, puis chacun à son travail, Clara dans son entreprise, et Yoan chez elle, à cuisiner, et à faire ses recherches. Il avait déjà trouvé quatre femmes pour faire un enfant avec lui. La première donc Emma, trente-neuf ans, la seconde, Ambre, trente-cinq ans, Julie, trente-sept ans, et Sara quarante ans. Il ne savait pas du tout où en était son frère dans cette histoire. Ils avaient dit un an, avant d’en reparler.


Le soir, Clara et Yoan refirent l’amour, cette fois dans la position de la cuillère qui permet à la femme de garder plus de spermatozoïdes dans son vagin. Le jeune homme s’allongea derrière elle, caressant son corps, ses seins, et son sexe avec ses mains. Clara prit son vit dans la sienne, et le branla avec tendresse. Il plongea enfin dans son antre et la pénétra avec vigueur.


Le troisième jour, mercredi, Clara venait de poser son sac sur le porte-manteau, rentrant de sa journée de travail, quand Yoan la surprit. Il la prit dans ses bras, il était déjà nu. Il guida la jeune femme dans la cuisine, l’embrassa tout en la déshabillant. Les vêtements volèrent dans la pièce et Clara en pouffa de rire. Cet homme avait trop de charme, il était doux, gentil, passionné.


Pourquoi voulait-il lui faire un enfant comme ça ? Quel était son vrai but ? Voulait-il simplement faire plaisir aux femmes seules, qui avaient un grand désir de mère ?

Il enleva son pantalon, et glissa ses doigts dans son sexe, la doigtant pour qu’elle mouille, sécrète de la cyprine afin de faciliter son passage et celui de ses petits spermatozoïdes. Il l’embrassa avec tendresse. Il bascula la jeune femme sur la table, Clara le sentit venir contre elle et la pénétrer. Il leva ses jambes sur ses épaules et fit des mouvements profonds en elle. Elle gémit, en posant ses mains sur son visage. Comment pouvait-elle prendre autant de plaisir avec lui comme ça ? Il lui faisait connaître le paradis, avec son sexe, qui la faisait toujours jouir depuis ses trois jours, mais aussi avec ses attentions et ses petits plats.


Elle se mit à jouir en poussant de petits cris de plaisir. Yoan se retira d’elle, et la remit debout avec le sourire.


— J’en avais envie, dit-il avec le sourire.


Clara se releva, parvint à trouver sa culotte, et fila dans la salle de bain, en faisant attention à ce que Yoan ne voie pas ses larmes. Elle ne voulait pas qu’il... sache qu’elle était sur le point de tomber amoureuse de lui. Elle devait... prendre sur elle, blinder son petit cœur, et lui laisser le merveilleux cadeau qu’est un enfant. C’est tout. Et quelques souvenirs merveilleux. Yoan fut un peu surpris de sa conduite, mais lui n’avait pas de sentiments particuliers pour elle. Il la trouvait jolie, et intéressante, mais sans plus. Elle n’avait pas réussi à le faire craquer.

Clara parvint à sortir de la salle de bain, avec une attitude normale, la jeune femme avait presque envie de le mettre dehors avant la fin de la semaine. Il lui restait encore deux jours. Il partirait dans la journée de samedi. Il avait encore une fois préparé le repas, et même le ménage avait été fait dans la maison. Vraiment une perle, cet homme.


— Est-ce que tu comptes... faire ça toute ta vie ? demanda-t-elle.

— Je ne sais pas trop ! C’est bien possible.

— Tu n’as pas... peur d’avoir trop d’enfants.

— Oh... eh bien c’est comme un don de sperme, mas contrairement à... l’anonymat, j’ai la chance de rencontrer des femmes superbes.

— Est-ce que je suis la... première ?

— Mmmh ! A ton avis.

— Ce n’est pas une réponse.

— Est-ce que tu veux vraiment le savoir ? Tu veux aussi connaître leurs noms ? dit Yoan en fixant la jeune femme.


Il ne voulait pas lui dire qu’elle était la première, il avait peut-être un peu trop d’orgueil, déjà il en fallait sans doute beaucoup trop pour croire qu’il était le donneur idéal pour toutes ces femmes en mal d’enfants. Il leur offrait le bonheur d’être mère, comme elle le souhaitait, de quoi pouvaient-elles bien se plaindre ?

Le soir venu, Clara et Yoan se glissèrent nus dans le lit. Le jeune homme lui prodigua le plus long et le plus profond cunnilingus qu’elle n’ait jamais eu. Elle jouit sous sa langue. Elle était allongée sur le dos, et avait ramené ses genoux au niveau de sa poitrine. Yoan était agenouillé devant elle. D’abord sa langue, lui caressa son sexe, puis il présenta son pénis pour pénétrer la jeune femme, en se mettant accroupi au-dessus du sexe de Clara. Il fit de profonds va-et-vient, et éjacula assez vite dans le sexe de la jeune femme.


La nuit fut assez difficile pour Clara, elle sentait le jeune homme contre elle, respirant doucement. Elle n’avait pas du tout pensé que les choses se passent comme ça. Elle s’était imaginé qu’il allait lui donner son sperme, d’une manière plus... froide. Mais Yoan était chaud, bouillant... vivant, et incroyablement passionné, doux et... bon. Dans tous les sens du terme, bon dans le sexe, bon avec la cuisine, bon avec elle... mais seulement... il ne restait qu’une semaine. Et qu’il y en avait eu d’autres, et qu’il y en aurait sans doute beaucoup d’autres après elle.


Le lendemain, elle prit rapidement son petit-déjeuner, puis alla à son travail, espérant ne pas penser à Yoan de la journée. Mais ce fut un lamentable échec. Elle rentra ; il avait encore cuisiné ; s’il faisait ça avec toutes les femmes, elles allaient toutes tomber amoureuses de lui. Qui ne le serait pas, avec autant d’attentions et de tendresse. Le jeune homme était sur son ordinateur, elle se doutait qu’il devait être sur les forums ou les sites de rencontres pour trouver la prochaine. Elle s’avança vers le plat en train de mijoter, il se glissa derrière elle pour la prendre dans ses bras, et venir poser sa bouche dans son cou.


Après le repas, Clara et Yoan passèrent une nouvelle soirée à regarder un film, bien tranquillement sur le canapé. Puis ils commencèrent à se dévêtir dans le salon, en se câlinant à coups de baisers, de coups de langue, et leurs mains sur le corps de l’un ou de l’autre. Il fallait à tout prix qu’elle tombe enceinte. Elle ne voulait pas perdre ses chances de devenir mère, et en plus, elle ne pourrait jamais supporter une semaine de plus comme ça, sans pleurer toutes les larmes de son corps.


Ils allèrent dans la chambre, Yoan allongea Clara sur le ventre, il glissa un coussin sous ses hanches, pour surélever son bassin. Il l’invita à écarter les jambes, il en profita pour la doigter un peu, avant de venir à genoux derrière elle pour la pénétrer avec énergie. Faire l’amour avec cette femme était vraiment magique. Il avait vraiment bien choisi la première de cette folle aventure d’avoir le plus d’enfants, ce pari avec son frère. Il s’endormit en la tenant dans ses bras.


Le lendemain, il prépara son futur planning, il avait sous-estimé le nombre de femmes voulant un enfant (de lui). Il y avait sans doute un genre de bouches à oreilles, certains lui parlèrent d’un autre homme qui semblait s’être lancé dans le même « bisness ». Sans doute son frère. Enfin à la fin de la première semaine, il y avait huit femmes qui le demandaient.

Semaine 1 : Clara

Semaine 2 : Emma

Semaine 3 : Ambre

Semaine 4 : Julie - Message Enceinte (Clara)

Semaine 5 : Sophie - Message Enceinte (Emma)

Semaine 6 : Marion - Message Enceinte (Ambre)

Semaine 7 : Lisa - Message Enceinte (Julie)

Semaine 8 : Agathe - Message Enceinte (Sophie) - Test de Paternité (Clara)


Vendredi était la dernière journée qu’il passait avec Clara. Il partirait assez tôt le samedi, s’il voulait faire les deux cents kilomètres tranquillement, pouvoir faire les tests, et faire connaissance dans la journée, sans tout précipiter. Comme à son habitude, il prépara le petit-déjeuner, et le repas. Et le soir, ils se retrouvèrent à nouveau dans le lit de la jeune femme. Il était allongé aux côtés de Clara, et lui caressait doucement le ventre, en se demandant si son enfant était en train de grandir dans son ventre, en elle.


Il leva son regard vers elle, et lui fit un sourire, la jeune femme vint se lover dans ses bras. Yoan lui caressa doucement le dos.


— C’est notre dernier soir, fais-moi l’amour intensément.

— Intensément ?

— Pour donner toutes nos chances.

— Si tu veux, Clara !


Yoan se redressa au-dessus d’elle, et commença à caresser le corps de Clara. Il posa ses mains sur ses seins pour titiller ses tétons, qui se durcirent sous ses caresses, puis il vint les prendre en bouche. Il parcourut chaque partie de son corps avec patience, et tendresse. Allant jusqu’à lui sucer les orteils, et mordre doucement son oreille.


Sa main vint se glisser dans le sexe de la jeune femme, et la doigta avec... douceur. Il fit de lents va-et-vient dans son vagin. Il glissa aussi sa langue sur son pubis pour la faire jouir avec son organe humide. Il mordit doucement les cuisses de la femme, avant de glisser sa langue le long de ses jambes pour téter les orteils. Il remonta vers son ventre. Il prit le bras de Clara, et lécha les doigts de la jeune femme. Tout son corps fut rapidement humide que ce soit de salive ou de sueur. Clara réalisa que les préliminaires avaient duré plus d’une heure. Elle tendit la main vers lui, prit son sexe en main et le guida doucement pour qu’il se mette sur le dos.


Clara se mit aussitôt à l’œuvre pour donner énormément de plaisir à cet homme. Caressant son corps avec ses mains, sa langue et sa bouche. Elle se promena aussi sur son corps, et le mit à nouveau dans sa bouche, pour lui faire une fellation. Yoan la laissa faire quelques instants, en posant sa main dans ses cheveux. Il sentit qu’il allait jouir, et son sperme était précieux, il ne pouvait pas le mettre dans sa bouche, ou ailleurs. Il rallongea donc la jeune femme sur le dos, et la prit en lui soulevant les jambes, qui vinrent se poser sur ses coudes, et il la pénétra avec fougue. Il éjacula une première fois dans son vagin.


Yoan aida Clara à se mettre à quatre pattes, il se mit à genoux derrière elle, pour venir la pénétrer par-derrière. Il fit de profonds et rapides va-et-vient dans son corps. Clara gémit et jouit. Il éjacula une nouvelle fois. Il ne pouvait pas faire mieux. Il se retira de son corps, et s’allongea sur le dos, en reprenant son souffle. Il bandait encore. Clara vint poser sa tête sur son épaule, et le regardait avec le sourire. Demain, il ne serait plus là. Elle serait bientôt à nouveau seule dans son lit... froid.


— Tu veux... commença Yoan en se tournant vers elle.


Il voulait lui demander si elle voulait faire un troisième round, sauf que Clara dormait dans ses bras. Yoan sourit, et se leva du lit de la jeune femme. Il termina sa nuit en mettant le réveil de son portable. C’était mieux comme ça, il n’aimait pas trop les au revoir. Il se leva à 5h, prépara le petit-déjeuner et laissa un mot à Clara pour lui souhaiter une belle vie. Il lui demanda de lui envoyer un message dès qu’elle aurait la validité de sa grossesse, dès qu’elle serait à huit ou neuf semaines, ils pourraient alors effectuer un test de paternité à partir de son sang, et de celui de la jeune femme.

Diffuse en direct !
Regarder son live