Le site de l'histoire érotique

LE PARIE DE MON MARI

Chapitre 2

64
5

Une histoire érotique écrite par

Fantasme
publié le
Histoire lue 5 749 fois

64

3

Résum: Mon mari a parié et perdu une grosse somme d’argent ne pouvant pas rembourser beaucoup tous les mois, je suis devenue la maîtresse de Patrick l’homme à qui mon mari devait l’argent. Pour plus de détail voir le pari de mon mari.

Dix jours sont passés depuis ce fameux dimanche Patrick étant absent pour son travail, on est mardi en fin d’après midi, je suis au travail quand je reçois un E-mail de Patrick me demandant si l’ordinateur est équipé d’une webcam et si j’ai MSN. Je réponds par l’affirmatif. Il me demande de m’y connecter une fois fait je peux voir Patrick et nous entamons une conversation par caméra interposée:

— Comment vas-tu depuis la dernière fois?

— Bien, merci et toi ça vas?

— Oui très bien. Et comment a réagi ton mari dimanche après mon départ?

— Très bien, on a même fait l’amour et il n’a pas voulu que je me douche avant.

— Relève ta jupe, que je vois tes dessous. Tu es superbe avec tes Dim up, caresses toi, enlève ta culotte.

— Je peux mettre le verrou à la porte de mon bureau? J’ai peur que quelqu’un entre.

— Non, ouvre ton chemisier retire ton soutif et caresse tes seins et de l’autre main enfonces toi deux doigts dans ta chatte.

— Oh! C’est bon, j’ai envie de jouir.

— Non, tu dois jouir en même temps que moi.

A ce moment là je regarde mon écran et je vois Patrick nu en train de se branler ce qui a pour effet de faire monter mon excitation d’un cran. Alors que nous sommes sur le point de jouir la porte de mon bureau s’ouvre, c’est mon patron qui en voyant le tableau s’excuse d’être entré sans frappé et referme le porte et regagne son bureau. Je n’ai même pas eu le temps de faire quoi que se soit, j’explique à Patrick se qui vient de se passer mais sans arrêter de me masturber et même en mettant un troisième doigt dans ma chatte et quelques instant plus tard on jouit tous les deux en même temps. Après avoir repris mes esprits, je me rhabille salut Patrick et coupe la connexion puis je me dirige vers le bureau de mon patron. Tous les bureaux sont vides, j’arrive devant la porte de celui de mon patron, je frappe la lumière au dessus de la porte m’indique que je peux rentrer ce que je fais, dés la porte refermée je dis:

— Je suis venu m’excuser pour le tableau auquel vous avez assisté il y a quelques minutes.

— Non, c’est à moi de m’excuser je n’aurais pas du entrer sans frapper.

— Il faut que je vous explique pourquoi j’étais en train de me caresser.

— Je ne vous demande rien, vous pouvez faire se qu’il vous plaît de votre vie, je suis rentré dans votre bureau après les heures de bureau.

— Si je tiens absolument que vous sachiez pour quel raison j’étais à moitié nue dans mon bureau. Mon mari a parié une grosse somme d’argent et nous ne pouvons pas rembourser cette somme, l’homme à qui on doit cette somme veut bien diminuer celle-ci mais en contre partie je suis sa maîtresse 2 à 3 fois par semaine avec interdiction de refuser ce qu’il me demande.

— Mais votre mari est au courant de cet accord.

— Oui, c’est lui qui a perdu le pari et d’ailleurs la première fois ça s’est passé devant lui.

— Ah! bon, tu sais, je te trouve très belle et si je étais resté à te regarder prendre du plaisir tu aurais continué?

— Oui, certainement j’étais déjà à un point de non retour.

— Si j’avais su je serais resté c’est tellement beau une femme qui prend du plaisir en se branlant.

Après cette discussion, Je quitte mon travail et quand mon mari rentre, comme d’habitude je lui raconte tout dans les moindres détails y compris la conversation avec mon patron. Le soir au lit, il me fait l’amour juste avant que l’on s’endorme. Quelques jours plus tard alors que je suis avec mon amant je lui dis qu’après avoir coupé mon ordinateur, je suis allé voir mon patron pour lui expliquer pourquoi il m’avait vu avec mes doigts dans ma chatte et lui dit ce que mon patron m’a dit, c’est là qu’il me dit qu’il m’a enregistré sur son ordinateur et qu’il me l’enverra: et que si je veux je pourrais le transmettre à mon patron. Le lendemain comme de fait, j’ai un E-mail avec la vidéo et je la renvoie à mon patron avec ce petit mot:

— Vous m’avez dis que vous auriez aimé me regarder me caresser mardi dernier, alors je vous envoie cette vidéo que mon amant a enregistré comme ça vous pourrez me regarder autant de fois que vous le voulez.

— Très belle vidéo, merci.

Mercredi, Patrick arrive chez moi et me propose:

— Si on allait voir les magasins de centre ville de Lille (nous habitons à 50 KM de Lille)

— Pourquoi pas, la dernière fois que j’y suis allé, je n’étais pas encore marié.

— Vas te changer mettre une robe courte et sans sous vêtements.

Nous voilà partis, sur l’autoroute, Patrick me demande de remonter ma robe et mettre mes pieds bien écartés sur le tableau de bord. En dépassant certain camion nous avons le droit à quelques coups de klaxon et des appels de phares. Arrivés en ville, nous nous promenons depuis un moment, comme si nous étions marie et femme, Patrick a sa main sur ma taille, alors que nous passons dans une rue un plus calme du coté du vieux Lille, Patrick descend sa main, la passe sous ma robe et remonte jusqu’à mes fesses. Si des gens nous suivent, ils vont s’apercevoir que je n’ai pas de culotte. Je tente de protester, mais il me pousse dans un coin d’un passage donnant dans la cour d’un immeuble, il fait sombre, là il me fait pencher en avant, je m’appuie sur une pierre, Patrick relève ma robe et me pénètre sans trop de difficulté car je mouille. Il m’amène vite vers l’orgasme, mais au moment ou je vais jouir, il se retire et me dit :

— Tu as envie de jouir salope?

— Oh! Oui dépêches toi de me faire jouir.

— Enlèves ta robe, je veux que tu sois à poil pour jouir.

— Mais n’importe qui peut passer.

— Ça m’est égale mets toi à poil.

Sachant que je n’ai pas le droit de refuser sous peine de voir notre contrat rompu, je m’exécute, dès que je suis nue je reprends la position et aussitôt Patrick me pénètre à nouveau et à peine quelques allers et retours et j’ai un orgasme fulgurant. Mais Patrick n’a pas encore joui et continue à me baiser très fort, un homme passe et nous voit, il s’arrête, au bout de quelques instants n’en pouvant plus, il sort son sexe et se branle puis s’approche un peu plus de nous. Quand l’homme est proche de nous et baisse totalement son pantalon et Patrick m’ordonne :

— Suces le jusqu’à ce qu’il jouisse dans ta bouche

— Non, Je ne le connais pas.

A peine ma phrase fini que je reçois une série de fessée et de nouveau Patrick m’ordonne:

— Tu vas le sucer et le faire jouir en même temps que je jouirai.

— Oui, d’accord.

Je prends donc en bouche le sexe de cet homme dont je ne connais même pas le prénom. Je le pompe pendant plusieurs minutes et j’accélère le rythme en sentant que Patrick ne va plus tenir longtemps. Au moment où les deux hommes jouissent j’ai moi aussi un orgasme. Patrick m’oblige à nettoyer leur sexe avec ma bouche. Une fois leur bite bien propre nous nous rhabillons tous les trois. Il est temps de regagner la voiture pour rentrer chez nous. Arrivés à la voiture Patrick me dit:

— Comme tu as osé refuser de sucer l’homme tout à l’heure, tu vas enlever ta robe pour le retour

— Pas ici en ville, sur l’autoroute je veux bien.

— Non, tu la retires tout de suite, je te veux à poil pendant tout le retour sinon j’annule le contrat.

N’ayant pas d’autre choix j’enlève ma robe et c’est totalement nue que je fais le retour et comme à l’aller plusieurs véhicules et principalement les camions klaxonnent ou font des appels de phares. Patrick me dépose chez moi et il m’interdit de me rhabiller pour rentrer dans la maison. La porte à peine fermée, je me rencontre que mon mari est déjà rentré lui aussi ayant entendu la porte d’entrée il sort de la cuisine arrive devant moi et s’exclame:

— Mais enfin tu n’es pas sortie dans cette tenue?

— Non j’ai mis une robe avant de partir.

— Mais alors pourquoi tu es toute nue maintenant?

— Il vaut mieux que je te raconte toute l’après midi mais avant je prends une douche et je passe un peignoir.

— Non reste comme ça.

Nous avançons dans la cuisine Je raconte donc toute mon après midi dans les moindres détails et dès la fin de mon récit mon mari me baise après m’avoir allongée sur la table et j’ai encore eu du plaisir.

Deux jours plus tard, alors que je rentre du boulot un peu plutôt que d’habitude, je remarque que la voiture de Patrick est devant la maison et que mon mari est rentré. Une fois dans la maison, je les entends qui se marre bien, ils n’ont pas du m’entendre rentrer, je reste dans le couloir, je les entends bien rigoler et là cette phrase sortant de la bouche de mon mari, c’était vraiment génial cette idée de dette pour l’obliger à coucher avec toi et le contrat que si elle refuse quoi que se soit le contrat est nul. Là je rentre dans une colère noire, je fais irruption dans le salon je vire Patrick en lui disant de ne plus chercher à me voir que si j’ai envie de le voir je sais où il habite. Une fois Patrick parti je me fâche contre mon mari en lui demandant pourquoi il a fait ça.

La suite au prochain épisode.

PS : dites-moi si je dois continuer