Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 14 809 fois
  • 57 J'aime
  • 3 Commentaires

Je n'ai pas pu enculer la soeur de mon meilleur ami

Chapitre 1

Erotique

Je n’ai pas pu enculer la sœur de mon meilleur ami


Je vais vous raconter ce qui s’est passé il y a quelques années après la fin de mes études secondaires. La famille de mon meilleur ami m’avait invité dans leur maisonnette située près d’un lac pour passer l’été en leur compagnie. Je ne pouvais attendre et ce fut encore mieux, quand j’appris que la sœur de John sera également de la partie. Jane avait deux ans de plus que moi et elle était très sexy. Je ne pouvais pas m’empêcher de lorgner ses jolis nichons pointus et son beau cul.

Je rêvais souvent de mettre ma main dans sa petite culotte, et c’est ainsi que cette aventure incroyable est arrivée. Nous étions installés dan la maison depuis quelques jours et les parents de John voulaient aller en ville pour faire des courses. Jane était absente et je pensais que c’était l’occasion de fureter dans sa chambre à la recherche de ses petites culottes. Je suis comme ça, je pourrais aller en douce dans la maison de toutes les filles et toutes les femmes du monde pour savoir quelle culotte elles portent. Aussi je disais que j’étais malade et je suis resté à la maison.

Dix minutes après leur départ, je courus jusqu’à la chambre de Jane, je fouillais un peu partout et je trouvais de superbes culottes. Je ne savais pas qu’elle possédait d’aussi belles culottes. J’enlevais mon jean, mon slip et j’essayais ses culottes, ses strings, ses bikinis, ses shorts, elle avait de tout et tout cela était très sexy. Je commençais à frotter ma bite contre la petite culotte que j’avais enfilée, quand j’entendis la porte d’entrée se fermer. J’entendis des voix, c’était Jane accompagnée d’un garçon. Je pris mes affaires et je me cachais dans son cabinet de toilette.

Dés que la porte s’était refermée et que j’avais retenu ma respiration, je vis Jane marcher à côté d’un garçon que je n’avais jamais vu.

Le garçon était très fort, et ce fut le choc de ma vie, lorsque je le vis.

Il demanda à Jane :"Combien ?" Je n’en croyais pas mes oreilles, la sœur de mon meilleur ami vend son cul !!! Oh! Mon Dieu ! Je mordais ma lèvre lorsqu’elle commença à se déshabiller et je vis son soutien gorge sexy "léopard’ qui allait bien avec son string. Elle s’agenouilla et lui enleva son jeans et son slip pour découvrir une énorme bite, le genre de bite que je n’avais encore jamais vu. Imaginez-vous une bite de 30 cm de longueur et de 8 cm de diamètre et je me demandais comment il pourrait fourrer une bite de ce calibre dans le trou du cul de la frêle Jane sans la fendre en deux et la faire hurler de douleur. De nouveau le gars la regarda et lui demanda : "Combien pour recevoir cette bite dans tous tes trous d’amour ?

Jane leva les yeux et lui répondit :"300 dollars et mets une capote." Le type lui dit en souriant, sors tes capotes parce que je vais faire sortir la merde de ton cul avec ma bite."

"Tu n’as pas de capote ?"

-"Tu ne penses pas que je vais laisser traîner un paquet de capotes pour que mes parents comprennent que je baise comme une salope toute la journée, tu es fou". Le garçon resta planté devant le lit et dit :

— Qu’allons-nous faire maintenant. Je n’ai pas de capote non plus."

Jane leva les yeux et dit :-" J’ai vraiment besoin d’argent, tu peux m’enculer sans capote, pour la moitié du prix, d’accord ?

Elle disait ça au moment où j’allais tirer mon coup, elle alla prendre cette énorme bite dans son cul ? Il n’en était pas question. Il fallait que je m’occupe de ça, ce n’était pas comme si j’étais prisonnier dans un placard. Le gars costaud sortit son portefeuilles et jeta quelques billets sur le lit et demanda à Jane de se préparer. Elle se leva et retira son soutien gorge et montra ses beaux petits nichons, ôta son string, et montra aussi sa petite chatte rasée. J’étais au septième ciel, quel été et il était loin d’être terminé.

Puis elle prit son sac et tira un lubrifiant qu’elle tendit à l’homme. Il lubrifia sa bite et çà sentait la cerise, c’était un lubrifiant parfumé, Jane se leva et se pencha sur le lit, l’homme se plaça derrière elle et commença à introduire sa grosse bite dans le trou du cul de Jane. Elle l’arrêta et lui demanda d’aller moins vite car elle n’avait été enculée qu’une seule fois et son trou du cul était encore très serré, pas aussi serré bien sur que le trou du cul de sa sœur de 18 ans qui avait été enculée par son oncle âgée de 85 ans, à l’occasion de la fête des vendanges. Elle se dégagea et prit la bite pour la coller devant son œillet, se balançant d’avant en arrière pour la faire rentrer progressivement dans son cul. C’était une vue superbe.

Comme elle le laissait besogner son cul à sa façon, elle poussa son cul en arrière, il saisit ses hanches et donna un formidable coup de bite, Jane poussa un cri terrible et il pesa fortement sur son cul comme je n’ai jamais pu voir dans un film porno. Je réussissais à éloigner mes yeux de son cul que le garçon martyrisait, pendant quelques secondes juste pour découvrir qu’elle avait des larmes qui coulaient sur ses joues.

Je crois qu’il l’avait bien enculée. C’était vraiment merveilleux de la voir se faire enculer sauvagement et qu’une bite gigantesque eut raison de son trou du cul qui était maintenant béant. On aurait pu lui enfoncer la branche d’un arbre et la faire encore jouir jusqu’à la fin des temps.

Il la baisait de plus en plus violement. Il y a dix minutes il disait qu’il allait décharger dans son charmant petit cul d’amour, mais moi j’avais déjà juté deux fois rien que regarder ce type enculer Jane et je ne comprenais pas qu’il ne jouissait pas encore, il se réservait et rassemblait ses forces pour vider entièrement ses couilles dans le pétard de la fille qu’il honorait avec tant de passion. Lorsqu’il pesa lourdement sur son cul, elle lui dit de ne pas arrêter car elle sentait la jouissance se rapprocher. Il avait dû lui donner deux coups de bite particulièrement féroces, car elle semblait être abasourdie par les grands coups de béliers qu’elle recevait sans cesse pour le plus grand plaisir de son cul qui en redemandait.

Il commença à gémir et sortit sa monstrueuse pine du cul meurtri, attrapa ses cheveux et dirigea sa bite pleine de merde vers sa bonne bouche d’enfant gâté. Jane ferma sa bouche et ses yeux et il s’arrêta et dit : "Ouvre ta petite gueule d’amour, putain." Jane commença à ouvrir sa bouche et il enfonça sa bite qui venait de son cul dans sa bouche. Je n’en croyais pas mes yeux, ce n’est pas possible de voir cette bite qui a gâté son trou du cul pendant si longtemps pouvait de nouveau gâter sa bouche.

Je vis Jane se pâmer en savourant le goût de son cul. Son odeur imprégnait cette bite fantastique. Le salaud déchargea dans sa bouche 8 salves abondantes de foutre chaud et gluant. Cela dégoulinait sur son visage sur ses nichons sur son cou, sur son ventre.

Il retira sa verge de sa bouche l’essuya sur son menton, puis lui donna une très violente claque sur son cul qui s’empourpra et la poussa dédaigneusement, lui faisant comprendre qu’il avait bien profité de son cul.

Il se rhabilla rapidement et se précipita vers la porte. Jane resta allongée sur le lit, les nichons couverts de foutre et le menton couvert de merde.

Je restais dans mon coin en attendant qu’elle quitte le lit ou qu’elle fit autre chose, et je connus le deuxième choc de ma vie. Jane regardait son cabinet de toilette et me demanda de sortir. Je sortis avec rien d’autre sur moi que son string arborant un drôle de sourire.

Jane me regarda pendant un certain temps et me sourit simplement. Je ne savais pas quoi dire. Je restais là, la bite à l’air, une bite qui n’avait jamais été aussi grosse. Après tout, j’avais vu tout ce qu’elle avait fait, tout ce qu’elle avait dit, c’était que j’avais l’air sexy dans sa petite culotte et que son secret avait été découvert. Les mots me manquaient pour dire quelque chose. La sœur de mon meilleur ami a été enculée devant moi

-"Comment savais tu que j’étais là ?" Jane me sourit et me dit qu’elle avait vu ses parents en ville qui lui avaient dit que je devais être à la maison. Elle me regarda et me dit si cela devait être notre secret. Je crois. Elle me dit que je pouvais l’enculer, afin de sceller notre accord, mais elle ne pouvait pas recevoir ma bite dans son cul tant qu’il ne sera pas guéri, après le traitement que le gars lui avait fait subir. Je n’ai pas encore pu l’enculer, mais j’ai eu le plaisir d’assister à une extraordinaire enculade que je ne suis pas prêt d’oublier et je m’en contentais.

Diffuse en direct !
Regarder son live