Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 20 124 fois
  • 162 J'aime
  • 9 Commentaires

Pas très sage à l’arrêt de bus

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition

Histoire écrite en collaboration avec le gentil Yanis



Depuis la fin du confinement et ma première aventure de masturbation en cabine d’essayage, je me découvre un vrai plaisir à jouer à prendre du plaisir, seule et dans des endroits plus ou moins risqués. Je vous présente donc ici une nouvelle anecdote, et toujours dans les conditions du direct.


Il est 9h du matin et il fait encore une chaleur à crever. Je m’avance tranquillement et légèrement vêtue vers mon arrêt de bus ; je dois aller voir une copine sur son lieu de travail. Légèrement vêtue je disais donc : je porte une simple robe d’été rouge, un peu décolleté mais sans être provocante, courte mais pas mini quand même, et sans le moindre sous-vêtement : ni soutien-gorge ni culotte. Aux pieds, une simple paire de baskets blanches. Arrivée à l’abribus, je m’assois sur le banc. Il est encore tôt et je suis toute seule à attendre. En jetant un œil sur les horaires de passages du bus affichées sur la paroi toute proche, je m’aperçois qu’il n’arrivera que dans une demi heure environ. L’idée fait rapidement son chemin dans ma tête. Je prends mon sac et j’en sors mon gode favori, le violet, vibrant, celui qui mesure dans les vingt centimètres et qui a un diamètre de quatre centimètres.


Je le lèche rapidement pour l’humidifier un peu puis j’écarte les jambes je le glisse sous ma robe. Je le frotte contre mes lèvres intimes et je mouille déjà, tellement cette idée de me toucher en pleine (grande) ville et en journée m’excite. J’insère alors mon jouet sexuel dans ma chatte, en douceur et en profondeur. Je démarre le mode vibration et comme je sais que je vais sûrement manquer de temps, je le mets directement sur la puissance maximale, niveau 3. Je fais quelques va-et-vient discrets mais je ne peux pas vraiment me toucher comme je le voudrais parce que je vois des personnes (deux femmes et un homme) venir s’installer sous l’arrêt de bus. Je sors précipitamment ma main de sous ma robe mais je garde le gode bien enfoncé dans ma chatte. Pour m’assurer d’être bien cachée, j’installe mon sac sur mes cuisses et mes deux mains bien posées par dessus. Ils ne sont pas trop proches de moi heureusement, à environ un mètre cinquante je dirais (merci les gestes barrières). Le gode lui continue à vibrer en moi et je me mords la lèvre pour cacher au mieux mon plaisir et rester discrète.


Soudain, en observant les gens qui attendent avec moi, je me rends compte que les deux femmes ont des écouteurs sur les oreilles et le mec, quant à lui, porte carrément un casque. Soulagée de voir ça, je laisse échapper un gémissement pas trop bruyant quand même mais qui me fait beaucoup de bien malgré tout. Le gode vibre toujours en moi et à la puissance maximale donc. La situation est délicieusement gênante. Je sens que je mouille et que ma robe s’imbibe de tout cette liqueur de plaisir. Je fais ce que je peux pour masquer mes sensations et croyez moi, ce n’est pas évident. Je ne tarde pas à sombrer et à être terrassée par un orgasme violent que je suis contrainte de contenir le plus possible. J’en ai presque les larmes aux yeux tellement le plaisir m’envahit en même temps que je dois faire un terrible effort pour ne pas me mettre à crier ma jouissance. À peine un ou deux très discrets gémissements comme celui de tout à l’heure. J’ai les jambes qui tremblent et mes mains agrippées à mon sac. Wouah quel pied.


Le problème, comme je suis placée, c’est que je ne peux pas retirer le gode sans être vue par une des deux femmes. Et le jouet coquin ne débande pas, il reste dur et il continue à vibrer en moi. Je sens ma cyprine dégouliner encore entre mes cuisses et s’étaler sur le tissu de ma robe. C’est toujours aussi bon, je n’ai même pas le temps de reprendre mes esprits. Je sens mes tétons tout durs qui pointent indécemment contre le haut de ma robe. Mes mains serrent toujours mon sac tandis que je sens le plaisir de saisir de moi à nouveau. Si mes voisins d’attente savaient ce qui se passe sous ma robe, je crois qu’ils seraient bien surpris voire choqués. En attendant je suis bien contente qu’ils soient occupés à écouter de la musique, le nez plongé dans leur smartphone. Je peux m’adonner à peu près sans crainte à mon petit tripotage. On en parle beaucoup aux infos en ce moment mais c’est une autre sorte de deuxième vague qui se forme en moi actuellement. Ainsi, submergée, je ne tarde pas à ressentir les effets annonciateurs d’un nouvel orgasme. Quelques secondes plus tard, j’explose pour la deuxième fois en quelques minutes. Le deuxième est aussi fort que le premier, plus peut-être car le risque est encore plus grand, vu que le bus peut arriver bientôt. Cette fois-ci mes gémissements se font un peu plus sonores sans être des cris quand même… je sais me tenir. Ma jouissance est puissante et divine mais de bon matin, ça fatigue franchement. Je me calme et reprends mon souffle ; un autre problème se pose à moi…


Il faut absolument que je retire ce gode de ma chatte, et avant que le bus se ramène en plus. Je décale légèrement mon sac pour avoir facilement accès à ma robe tout en la cachant des trois inconnus. Je guette l’opportunité. Là, c’est bon, personne ne fait attention à moi, j’ai un créneau : dans un geste à la fois rapide, habile et précis, je plonge ma main sous la robe, entre mes cuisses et je retire mon joujou fétiche. Je le plonge ensuite dans le sac et fait mine de chercher un truc à l’intérieur tandis que je le nettoie vite fait avec un mouchoir avant de le ranger dans son étui. Je me remets tranquillement de mes émotions à présent, personne n’a remarqué que je me faisais jouir comme ça, sur la banquette d’un abribus. Cinq minutes plus tard environ, mon bus arrive. Je me lève, ajuste ma robe puis je rentre dans le bus comme si de rien n’était, satisfaite de ma nouvelle petite séance de masturbation risquée, un grand sourire se dessine sur mon visage de jeune femme (pas si) innocente.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder