Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 741 fois
  • 7 J'aime
  • 0 Commentaire

Je passe directeur

Chapitre 5

Avec plusieurs hommes

Je suis directeur - 1 -



La semaine après ce week-end, ma femme était à son travail quand elle reçut la visite de Stéphanie (la femme qui reste avec Bertrand son patron) :

— Bonjour, Bertrand vient de s’absenter, il ne devrait pas être long, si vous voulez vous pouvez l’attendre dans son bureau.

— Pour commencer tutoies moi et ce n’est pas Bertrand que je suis venu voir mais toi.

— Ah ! bon et que puis-je faire?

— Bertrand a été déçut qu’il n’ai que les patrons de ton mari qui profite de toi samedi soit.

— Oui, je m’en doute, mais je ne veux pas qu’il profite de mon corps sans que vous le sachiez.

— Vu que tu ne comprends pas ce que je te dis, je vais te flanquer une bonne fessée comme ça tu me tutoieras plus facilement. Si vous êtes libre jeudi soir venez mangez à la maison ? On passera une soirée à 4 et en plus vendredi est férié.

— C’est d’accord, j’en parle à Gaëtan ce soir.

— Non ce ne sera pas la peine, je vais aller lui demander en sortant d’ici.

-D’accord comme vous euh! pardon tu veux.

— Prends appuie sur le bureau que je te donne la fessée.

— Mais pas ici, demain chez toi si tu veux.

— Si, ici et tout de suite et vu que tu me l’a proposé demain tu en auras une aussi

Alors que Sylvie prends la position Bertrand rentre dans l’agence.

-A mon chérie tout rentre au bon moment, je vais fesser Sylvie car elle m’a vouvoyé alors que je lui avait demandé de me dire tu.

Stéphanie administre une dizaine de fessées à Sylvie puis lui baisse son pantalon de nouveau une dizaine de claques sur ses fesses et lui ordonne :

— retire complètement ton pantalon.

Sylvie s’exécute, une fois qu’elle a repris la position, Stéphanie lui retire sa culotte et lui administre une vingtaine de fessées. une fois fini Stéphanie quitte l’agence en emmenant le pantalon et la culotte de Sylvie. A la fin de son travail, elle met son cardigan qui lui arrive juste en dessous des fesses et me rejoint à mon bureau qui se trouve à cent mètres de son travail. Une fois rentrée je lui fais retirer se veste et lui donne quelques fessées, baisse mon pantalon et la pénètre sans ménagement:

— Salope, tu es trempée, sa rentre tout seul. mets toi à poil.

— Non, pas ici.

— A poil

-Qu’est ce t’es bonne, je vais pas tarder à jouir.

-Oui continue c’est bon je viens aussi, je jouiiiiis ...

-Oui moi je viens c’est trip bon.

Après avoir repris nos esprits nous regagnons notre maison.

Ayant accepté avec plaisir l’invitation de Stéphanie, jeudi nous nous préparons, la voyant mettre la robe qu’elle avait samedi dernier je lui dis :

— Tu ne vas pas y aller dans cette tenue?

— Si c’est Bertrand qui m’a demandé de m’habiller comme samedi quand nous avons reçut.

Nous arrivons chez Bertrand et Stéphanie qui habitent une petite cité d’un village voisin du notre. Ils nous accueillent avec beaucoup de satisfaction en voyant la tenue de Sylvie. Ils nous emmènent faire le tour de leur cité car il y a vraiment de belle maison dont une qui attire notre attention de par son architecture, Bertrand nous dis qu’elle est à vendre, l’homme a été muté à l’étranger pour son travail. Je regarde Sylvie et elle me dit que cette maison lui plait beaucoup extérieurement et qu’elle aimerait bien la visiter. Bertrand va sonner à la maison voisine et revient avec les clés. Nous visitons cette maison;, je prend l’adresse de l’agence pour m’y rende ou téléphoner samedi. Nous finissons le tour de la cité, une fois rentré Stéphanie sert l’apéro puis tout en discutant elle fait à mon épouse :

— Mais au fait je dois administrer une fessée.

-Euh ! oui.

-Penches toi et poses tes mains sur la table.

Une fois Sylvie en position, Stéphanie lui donne quelques fessées en travers sa robe puis écarte les pans de celle ci et lui met une vingtaine de fessées. Après la dernières clac je dis à ma femme :

-Je remarque que tu mouilles, ça t’excites de te faire fesser?

— Oui un peu mais c’est d’être fesser devant vous qui me fait mouiller.

Nous passons à table où nous prenons un léger mais délicieux repas préparé par Stéphanie dans le jardin, vu le temps les voisins mangent aussi dehors. Après le repas, nous discutons de tout et de rien, nous apprenons que Bertrand et Stéphanie s’entendent bien avec les voisins et qu’ils passent de temps en temps une soirée ensemble. Dans la conversation, je dis à nos hôtes que Sylvie n’a pas était assez fessée tout à l’heure et sans attendre leur réponse, j’attrape mon épouse et la couche en travers mes genoux ces fesses tournées vers les voisins tout en disant:

— Viens ici ma chérie que je te donne la fessée.

-Non ici il y a les voisins

— C’est pas grave, ils ne seront choqués parce qu’ils verront tes fesses.

Je commence à la fesser après une dizaine de tapes, je lui dis de retirer sa robe et de se remettre en position. quelques fessée plus tard, je lui dis d’aller prendre appuie sur la table et de rester dos aux voisins, car c’est Stéphanie et Bertrand vont la fesser. Alors que Bertrand fesse Sylvie, je remarque que les voisins regardent avec attention. Une fois la fessée terminée Stéphanie dit:

— Tu vas me lécher la chatte et Bertrand va te baiser mais il ne te fera jouir que quand j’aurai joui.

Stéphanie s’assied sur la table et Sylvie commence à lui manger la chatte et Bertrand passe derrière elle se déshabille et pénètre le sexe de mon épouse sans difficulté tellement qu’elle est trempée, Quand il voit qu’elle va jouir, il s’arrête quelques instants puis le pénètre de nouveau ne la faisant jouir qu’une fois que son épouse a joui. Après avoir repris ses esprits Stéphanie me regarde en disant :

— J’ai envie de me faire prendre par une queue, viens Gaëtan ma baiser.

Je m’approche d’elle retire sa robe, lui suce les seins et la chatte elle gémit de plus en plus, n’y tenant plus, je redresse et la pénètre sans difficulté tellement elle mouille, c’est là qu’elle me dit:

— Oui vas y baises moi fort, fait moi jouir.

— Oui, je vais te faire jouir

— Oui vas y continue plus fort je jouiiiiis ...

— Oui moi aussi je vais pas tarder à jouir

— Oui, décharge sur mon ventre comme ça ta femme pourra lécher.

— Oh! oui je viens .

Après avoir repris nos esprits, Je dis à ma femme que l’on va rentré à la maison , mais Bertrand et Stéphanie nous disent qu’il ont doit rester et passer tout le week-end ensemble, nous acceptons cette proposition. Nous gagnons la chambre ou un très grand lit nous attends.

Le reste du week-end est une autre histoire.

Diffuse en direct !
Regarder son live