Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 30 879 fois
  • 58 J'aime
  • 3 Commentaires

La passion brûlante d'un frère et une soeur

Chapitre 3

Inceste

Laura et moi étions un peu distants les jours suivants, à cause de ce qu’il s’était passé cette, il était nécessaire que cela se tasse dans nos mémoires. Heureusement, un peu plus tard, tout avait l’air d’être revenu comme avant. Je ne savais pas si ma sœur était vraiment passée à autre chose ou si comme moi, elle faisait juste semblant. Car dorénavant, il n’y avait pas un jour où je n’avais pas envie d’elle. J’étais réellement confus. Était-ce juste un fantasme passager ou un réel amour à l’horizon ; est-ce qu’un amour fraternel peut se transformer en un réel amour ? J’étais rempli d’interrogations, sans aucune réponse. Mais tant que ma sœur et moi restions proches, c’est tout ce qui comptait.

Mais un jour, elle a annoncé à tout le monde avoir un nouveau copain. J’étais… surpris. Surpris qu’elle ne m’en ait pas parlé avant. J’étais jaloux, aussi ridicule qu’il était de l’être.

J’ai alors été idiot et j’ai décidé de prendre mes distances dans ma relation avec ma sœur. Terminés nos balades, nos jeux, nos rires.


Un soir, nous avons été tous les deux invité à une soirée par un ami en commun. Ma sœur a bien évidemment ramené son fameux copain, Marc. Honnêtement, j’avais beau avoir une certaine haine envers lui, le jeune homme avait l’air d’être un gars bien. Alors j’ai décidé de laisser tomber et j’ai commencé à boire un petit peu trop. Au fil de la soirée la tension est montée, pourtant Marc ne faisait rien en particulier. Je me suis alors levé, j’ai été le trouver alors qu’il était isolé et je l’ai plaqué contre le mur. J’étais saoul, je ne suis même pas sûr que ce que j’ai dit été compréhensible :

— Tu as intérêt à prendre bien soin de ma sœur, enfoiré.

— Quoi ? dit-il en rigolant, comme si j’étais en train de blaguer.

— Tu m’as entendu, fils de pute.

Les gens s’étaient retournés vers nous et me regardaient. Ma sœur est arrivée, elle a demandé ce qu’il se passait et m’a ordonné de le lâcher. Je suis alors sorti de la maison en titubant. Ce soir-là, j’avais honte de moi, j’en avais les larmes aux yeux. Qu’est-ce qui m’arrivait ?


Un peu plus tard, ma sœur est rentrée elle aussi, il devait être 3 ou 4h du matin, j’étais encore debout, j’étais devant le PC. Laura a toqué à ma porte et elle a demandé à me parler, nous nous sommes alors mis sur mon lit :

— Qu’est-ce qu’il s’est passé ce soir, avec Marc ?

— Rien de spécial, j’étais saoul.

— Allez, parles moi ! J’ai bien remarqué que tu me fuyais ces derniers temps… Je croyais que nous étions proches…

— A quoi bon ? Dis-je, désespéré.

— A quoi bon, quoi ?

J’ai pris une longue inspiration, j’ai poussé un long soupir et j’ai dit, encore un peu sous l’effet de l’alcool :

— A quoi ça sert que je te dise ce que je ressens ? Je vois pas l’intérêt de te dire que je suis jaloux de Marc comme c’est pas possible, ou que la seule fille dont j’ai envie m’est inaccessible, parce que c’est ma soeur. Je ne vois pas le but de…

Et avant que je puisse finir ma phrase, elle m’a attrapé la tête de ses deux mains, et m’a dit de sa douce voix :

— Chut, je ne savais pas que c’était réciproque…

Et elle m’a embrassé comme jamais je n’avais été embrassé auparavant. Je pouvais sentir sa langue fouiller ma bouche. Dans son élan, nous avons basculé sur le lit, moi sur le dos, elle au-dessus. Tout en continuant à nous embrasser, elle a commencé à défaire mon pantalon.

— Je suis pas sûr que… essayais-je de dire, sans grande conviction.

— Tais-toi, j’en ai envie.

Elle a déboutonné mon pantalon, l’a abaissé jusqu’à mes genoux puis mes jambes ont fait le reste. Je me suis relevé et j’ai enlevé son haut. Je n’avais alors jamais vu ma sœur en sous-vêtement et cette nuit là, elle arborait un soutien-gorge noir très sexy, elle devait faire du 85C, quelque chose comme ça. Je l’ai alors prise et j’ai échangé nos places de sorte que je sois au-dessus d’elle. Avant de retirer son pantalon, je l’ai embrassé et je lui ai demandé une dernière fois si c’était bien ce qu’elle voulait vraiment. Quand elle m’a répondu par l’affirmative, j’ai enlevé son pantalon mais aussi sa petite culotte en même temps. Nous étions pris par le désir, nous étions impatient, mais plus j’y pense et plus je me dis que peut-être nous nous dépêchions pour ne pas pouvoir penser à ce que nous étions en train de faire. J’ai enlevé mon tee-shirt, j’ai abaissé mon boxer, je bandais déjà bien dur. J’avais le cœur qui battait, il ne pouvait plus y avoir de retour en arrière possible. Mais n’arrivant pas à réfléchir correctement, j’ai décidé de m’abandonner au plaisir. J’ai pénétré ma propre sœur en une fois, elle a lâché un gémissement à moitié étouffé, elle a posé sa main sur sa bouche pour étouffer ses prochains cris. Mon volet était encore ouvert, la lumière de la lune passait par ma fenêtre éclairant juste mon lit. Nous étions tous les deux, là, dans le noir, à faire l’amour alors que nos parents étaient dans la chambre à côté. J’assenais ma sœur de coups de rein passionnel. Je l’embrassais dans le cou pendant qu’elle serrait les draps de sa main et mordant son autre de sa bouche pulpeuse. Nous étions tous les deux ivres de plaisir. Parfois, nous nous regardions dans les yeux, sans rien se dire, parfois je jetais un coup d’œil sur son si beau corps. Laura est une femme menue mais avec de belles courbes. Je pouvais voir un semblant de poil rasé sur son pubis. Ses petites lèvres s’entrouvraient à chaque passage de mon sexe. J’aimais quand elle passait sa main sur mon torse ou quand elle m’agrippait le dos pour m’encourager à aller plus loin en elle et que je pouvais sentir ses ongles entrer dans ma peau. Après un moment, elle s’est relevée. Nos poitrines se faisaient face, nos jambes se croisaient. Laura m’avait agrippé le cou et bougeait elle-même ses hanches. Sa bouche était entrouverte, elle était magnifique. Moi, j’avais ma main tenant son dos et je pouvais commencer sentir la transpiration sur son corps. Parfois nos regards se croisaient et je ne pouvais m’empêcher de l’embrasser.

Ensuite, dans la continuité de notre position, je me suis allongé et elle était au-dessus de moi. Elle avait posé ses deux mains sur mon torse et montait ma verge énergiquement. Laura a placé mon doigt dans sa bouche pour le mordre gentiment mais aussi pour cacher les petits bruits qu’elle faisait. Il y avait une certaine excitation dans le risque de se faire prendre à tout moment. L’envie d’éjaculer me tiraillait. Mais je ne voulais pas que ça s’arrête, soudain, ma sœur m’a dit tout bas qu’elle allait jouir, une aubaine pour moi, je pouvais enfin libérer ma semence. Elle a alors accéléré son mouvement, puis son visage s’est crispé : elle était en train de jouir sur ma bite et qu’est-ce qu’elle était belle avec ses cheveux qui tombaient sur son épaule! J’ai joui en elle et ce fut à mon tour de devoir retenir mes petits cris. Nos respirations étaient bruyantes, elle a posé ses avant-bras de part et d’autre de mon torse, son visage était à quelques centimètres du mien. Nous nous sommes regardés, nous nous sommes souris et nous avons même ri ensemble tout en reprenant notre souffle. Je pouvais encore sentir son vagin se contracter autour de ma queue. J’étais tout transpirant mais cela ne l’a pas empêché de poser sa tête sur ma poitrine. J’en ai profité pour déposer un baiser sur son crâne. Nous n’avons pas échangé un mot, cela aurait cassé la magie de notre acte. Nous voulions rester dans cette bulle le plus longtemps possible. Je me suis endormi là comme ça avec ma sœur dans mes bras.

Diffuse en direct !
Regarder son live