Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 202 fois
  • 11 J'aime
  • 0 Commentaire

Patrice et Julien

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Patrice m’avait dit que nous irions dans la campagne pour nous aimer sur l’herbe. Je sais qu’il aime me baiser dans la nature, surtout quand nous pouvons être surpris par un tiers qu’il invite à me partager. J’aime bien être en vue de tous et me faire baiser devant lui par un strict inconnu. Pour nous ce n’est pas tromper, c’est prendre un plaisir différent comme se branler par exemple.

Changement de programme: quand j’arrive chez lui, il ne peut pas sortir: il attend un pote, un ancien camarade. En somme je m’étais habillée pour rien, une jupe courte, un boléro ouvert devant.

Il ne veut pas que je sois déçue, il met sa main sous ma jupe, caresse mes cuisses avant d’aboutir sur ma chatte: je mouille déjà. Il branle mon clitoris. Je le laisse faire, j’y trouve mon compte, je jouis plutôt bien.

Je quitte la jupe: il peut me faire ce qu’il veux.

J’espère sa bite, je reçois sa langue. Il la passe sur le clitoris, encore, puis dans la cage aux plaisirs. Il me donne un bel orgasme en remuant sa langue en rond.

Malheureusement, quelqu’un sonne à la porte.

— Mon copain arrive, je vais lui ouvrir.

— Il faut que je me rhabille.

— Pas du tout: tu comprendras vite pourquoi.

Je ne vais pas me montrer dans un tèl débraillé. Je remet ma jupe en place, déçue toujours de n’avoir pas pu me faire mettre.

Ce qui me parait bizarre c’est de ne pas entendre trop de bruit dans le séjour. Je me lève pour aller voir ce qui ce passe. Je suis surprise de voir mon Patrice et son copain, pris dans un baiser sur la bouche. J’étais loin de me douter des mœurs particulières de mon amant. Son ami sort la bite de Patrice, la branle au grand plaisir de son propriétaire.

J’apparais à ce moment là. Je ne pouvais imaginer la suite.

Loin de s’excuser, mon amant me demande de rester: il me présente même celui qui le branle: c’est mon copain, Julien. Il me branle bien tu sais, comme toi. En guise de salutation de la part de Julien je n’ai droit qu’à un simple mouvement de tête.

Sans pudeur ils se déshabillent. Je connais par cœur le corps de Patrice, je découvre celui de Julien: belle bite qui bande aussi, plus grosse que celle de Patrice.

Je ne sais si celle qui ont déjà vu leur amant se faire branler pas un homme sont comme moi: je me mets comme eux, toute nue, je m’assois sur le divan, j’écarte les cuisses pour me branler. Ils me regardent, surtout le copain. Il entraîne Patrice vers le divan, le fait asseoir près de moi. Il s’approche, se met à genoux, prend la bite de mon amant. Il le branle encore.

Il se masturbe également. Je commence à avoir des envies prolongées de baises. Je me ferais mettre par les deux s’ils le veulent.

Julien abandonne la bite pour la mettre dans la bouche. Il la découvre avec ses lèvres. Je suis au première loge pour voir la bite entrer dans une bouche d’homme, surtout c’est la première fois que je vois Patrice se faire sucer devant moi.

Je regarde et me branle: je mets plusieurs doigts dans le vagin, c’est comme si je me faisais mettre. La bite ressort, Julien la lèche depuis les couilles jusqu’au gland. Il la fait redescendre pour recommencer. Je vois la queue avoir des mouvement incontrôlés de bas en haut. Patrice a envie de jouir: il n’en est pas loin. J’attends pour voir son jet, à moins que son copain le fasse jouir dans sa bouche, ce qui est probable.

Il n’empêche que voir cette bite dans la bouche d’un autre m’excite de plus en plus.

Pourquoi je m’en a-t-il jamais parlé avant: ça ne se cache pas cette attirance, surtout à sa maîtresse: tous le goûts sont dans la nature;

Ce qui me plairait maintenant c’est qu’ils s’y mettent tous les deux, sur moi, qu’ils me prennent en double.

Je rêve sans doute, Julien ne doit aimer que les hommes, pas les filles, même pour enculer.

Sacré Julien, il caresses le couilles et un doigt va sur l’anus de Patrice. Il le rentre même. Et Patrice ferme les yeux, comme quand je le suce. Il se régale, le salaud.

Le peu que je vois de sa pine est mouillé par la salive d’un autre homme qui se masturbe devant moi. Pourquoi il ne m’a pas demandé de le branler ou le sucer ou mieux, me la mettre. J’aurai accepté tout de cet inconnu.

Je vois le corps de Patrice sursauter: il jouit tellement qu’il rempli la bouche de son copain: ça déborde même.

Julien se relève un peu, me regarde pour venir me donner un baiser pour partager le sperme. J’ai enfin un peu de sperme dans la bouche: je n’ai pas tout perdu.

Je me branle toujours quand la main de Julien m’arrête.

— Je vais te baiser devant ton type, ça te vas?

— Bien sur, encule moi aussi.

— Après si je peux, lui pourra te le faire aussi.

— Je vous voudrais tous les deux ensemble.

— Dans le cul et le con?

— Oui.

— Tu n’es pas vicieuse, toi !

— C’est vrai j’aime baiser et jouir. Vite baises moi.

Je suis bien mise pour qu’il me la mette là où il veut. Il me la met doucement, avec beaucoup de tendresse alors que je ne suis rien pour lui, qu’une pute. Il me fait du bien dès qu’il entre dans mon vagin. Il sait drôlement bien y faire. Je ne suis pas sa première fille. Sa langue est douce dans ma bouche, comme sa bite dans mon con. Il va et vient il me donne des frissons au début, puis des tremblements et enfin des orgasmes à répétition. Il ne jouit pas: tant mieux, je vois la bite de Patrice se relever: il bande déjà bien.

Je demande ce que je voulais: les deux en même temps. Julien se couche sur le tapis, me demande de venir sur lui pour me mettre où je veux: il vient de me baiser, il peut bien m’enculer: il m’aura goûté partout. Je viens sur lui, entre un peu sa bite dans l’anus: je sais que le reste entrera facilement. Il caresse mes seins, je suis encore plus excitée. Je me laisse aller complètement: je sens ses couilles contre mes fesses. Il me fait coucher presque sur lui, la pine de Patrice arrive sur moi. Je peux à peine la guider dans le vagin. Il me la met comme souvent avec une certaine brutalité: j’aime quand il me prend ainsi. Il connaît mes points faibles.

Je les aime tous les deux: ils me donne ce que j’attends d’eux: le plaisir immoral des les avoir ensemble dans mon ventre.

J’aime quand ils se trouvent ensemble en se croisant dans le bas ventre. J’ai le plaisir qui monte dans mes reins, je suis une loque maintenant entre ces deux mâles qui ne se gênent plus pour me faire ce qu’ils veulent de moi.

Je pense avoir trop jouie quand ils me libèrent. Patrice me met contre le divan, toujours à genoux, il ouvre mes fesses pour venir dans mon cul. Je l’accueille avec plaisir, surtout quand je regarde par-dessus l’épaule et que je vois qu’il se fait mettre pas son ami Julien. Il doit l’avoir à fond, comme moi. Il n’y a plus que Patrice à bouger: il peux me la mettre facilement, et il se fait enculer aussi facilement. Il me semble que c’est julien qui me la met encore une fois.

Je crie mes jouissances, Patrice les gémit, je ne sais pas ce que fait Julien sinon de jouir comme nous.

Nous arrêtons surtout parce que les hommes ne bandent plus. Ils pourraient me lécher, me sucer le cul, je ne sais pas, moi, s’occuper des mes plaisirs. Julien explique que depuis qu’il bande Patrice se fait mettre avec plaisir dans le cul.

Diffuse en direct !
Regarder son live