Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 104 012 fois
  • 137 J'aime
  • 0 Commentaire

Ma patronne, puis sa fille

Chapitre 1

Hétéro

A la sortie des écoles, mon diplôme en poche, je fut employé à la gestion d’un grand magasin de la région. Mes premières tache bien différentes de mes études furent les classements en archives, le suivi des flux commerciaux, bref des taches basiques, mais il fallait un début dans la vie professionnel. Les archives ce qu’il y a de bien, c’est sombre et peu fréquenté, ce jour là amenant des classeurs à ranger je trouve la porte non fermée à clés ? c’est surprenant car la consigne est que le local doit toujours être fermé, donc je rentre en poussant mon chariot et me dirige vers la travée correspondante, j’entend des chuchotements un homme et une femme sortent d’une travée et me demandent le motif de ma venue, rassurés ils repartent. Comme en général lorsque deux être s’isoles c’est certainement pour autre chose que le classement de papier ! dans la journée je repère la femme qui travaille à la comptabilité la quarantaine pas trop grande, coquette et marier. L’homme lui pas de trace ? Au fil du temps le chef de service satisfait de mes capacités m’admit au service comptabilité en remplacement d’une fille qui part en congé de maternité. Je deviens l’adjoint de madame Claire, (la femme surprise dans les archives) nous disposant le mobilier de façon que je puisse seconder madame Claire et surtout je fais en sorte d’être bien placé pour regarder sous ses cuisses ou dans son décolletée Plusieurs semaines passèrent et le chef de service me convoque. Madame Claire est très contente de ton travail, comme le service doit se restructurer la direction envisage de confier à Madame Claire la charge des achats.

Ceci implique des déplacements auprès des fournisseurs, pour ce poste Madame Claire souhaite te garder comme assistant quand pense-tu ? réfléchit et donne moi ta réponse pour la semaine prochaine. Revenus au bureau Claire me jette un regarde interrogateur, je lui sourit et la remercie pour la confiance qu’elle me témoigne. Les déplacements se faisaient en train ou en voiture, souvent nous restions à l’hôtel pendant les grands contrats, un soir à table elle me parla de sa famille, son mari un cadre dans le service bancaire et leurs deux enfants, l’aîné un militaire de carrière et sa fille élève infirmière, ce soir là Claire était particulièrement radieuse il faut dire qu’elle avait arraché un marché exceptionnelle, elle voulue que nous allions fêter ça ailleurs, mais avant je monte prendre une douche et me changer dit-elle, fait en autant, quand tu sera prêt viens m’attendre dans ma chambre les femmes sont si longue à se préparer me dit-elle ! une fois prêt je frappe à sa porte pas de réponse je rentre et lui dit que je l’attend sur le lit une robe est sortie ainsi que des bas, sortant de la salle de bain en peignoir elle prend sa robe et ses bas et passe derrière le paravent, enlève son peignoir et s’habille. Dans le petit club il règne une bonne ambiance, c’est la première fois que je vais dans ce genre d’endroit, elle le remarque et me dit c’est plus intime qu’au restaurant ? Oui bien sur ! assis dans un coin sur un canapé derrière une table basse nous regardons les personnes en sirotant notre boisson il y avait une piste de danse sur laquelle dansait quelques couples ’ veut-tu danser me demande Claire ? ’ vous savez je ne sait pas trop danser ! tu n’as jamais danser ? Si avec maman ou mes tantes chez nous au moment des fêtes, mais en ne peut pas dire que je sais danser. Aller vient me montrer tes talents, sur la piste je me laisse guider par Claire qui me dit que je me débrouille pas trop mal, la musique langoureuse la chaleur et la boisson font que petit à petit les slows nous rapprochent l’un contre l’autre, naturellement je bande et me tient à l’écart de son corps, pas longtemps car Claire fut bousculé et dans la man?uvre collé contre moi. Elle sentit mon érection me regarde et me dit c’est pour moi ? confus je bégaye des excuses ! mais de quoi dit-elle ? et pour me rassurer elle me fit une bise sur la joue puis nous poursuivons la danse collé l’un à l’autre. Vers minuit revenant à l’hôtel, elle me fit rentrer dans sa chambre puis ferme la porte et retire sa robe, tu sait il y a longtemps que j’attend ce moment me dit-elle en continuant de se déshabiller, veut tu rester coucher avec moi ? Oui ! alors déshabille toi également, nous passons dans la salle de bain faire une petite toilette avant de se mettre au lit, voilà comment je devient l’amant de ma patronne.

Le premier soir nous avons seulement baisés sans faire des éclats, je sait que tu aimerais des fantaisies, nous verrons ça pour plus tard car je suis fatigué me dit-elle mais comme nous devons rester plusieurs jours nous avons le temps, ce soir mon chéri contente-toi de jouir dans mon vagin et ensuite un bon sommeil réparateur ?. Le lendemain soir après le souper Claire m’invita dans sa chambre, viens prendre ta douche avec moi dit-elle, sortie de la douche elle passe une très belle chemise de nuit. sur le lit elle me dit tu sait à mon âge les ébats amoureux ont perdu de leurs intensités. Avec mon mari les ardeurs du premier jour se sont beaucoup réduit, mais quelques chose me dit qu’avec les yeux que tu as je vais retrouver un semblant de jeunesse. Excuse moi tu couche nu ? pour toute réponse je respire son parfum! le visage à hauteur de ses fesses J’écarte ses jambes et me penche en avant j’embrasse toute langue dehors cuisses écartées son sexe, son anus, Elle m’attire vers elle prend mon sexe en main et se l’enfonce dans son vagin trempé sans problème comme elle a de beaux nichons j’en profite pour les caresser, ses jambes noués dans mon dos je sentais sa cyprine dégouliner sur mes couille ’ mon dieu que c’est bon dit-elle ’ Je caresse ses fesses j’avance un doigt mouillé vers son anus, je le tourne devant sa rosette et petit à petit je le rentre jusqu’à la première phalange sa chatte trempée et offertes ’ oui, c’est bon, baise mon cul, mais va doucement car il y a si longtemps ’

Claire ce met à quatre pattes, puis j’écarte ses fesses, son anus est serrer elle se relâche, tout doucement je pousse sur son anneau qui résiste je caresse son clito et viens mouillé avec mon doigt son ?illet, prenant ma bitte en main j’enfonce la moitié de mon sexe dans son anus dilaté, elle pousse un petit cri de douleur et après une légère pause je m’enfonce jusqu’à la garde, soumise elle ressent une agréable sensation, ma bite au plus profond d’elle, je te sent gros au fond et J’adore ça, me dit-elle excitée, Claire bouge sa croupe Vas-y, encule-moi ! je la saisit par les hanches et avec fougue la sodomise sortant ma queue jusqu’au gland elle pousse un cri, ma queue navigue dans son cul, elle éprouve un énorme plaisir, d’être enculée par un jeune homme qui a l’âge de son fils, j’aime t’enculer lui dit-je ! et toi ? ’ Ah ! Tu me fais jouir ! C’est bon ! Oui ! Encule-moi ! j’accélère le mouvement en disant ’ Je vais gicler dans ton cul ’ Le sperme coule dans les entrailles de Claire qui est foudroyée par un orgasme interminable, tout le temps que je me vide je donne des coups de bite dans ses reins avec un plaisir immense, ma queue faiblit, j’encule ma patronne à fond et reste ainsi de longues minutes, la tenant serré contre moi. Le pieu mollit de plus en plus et s’échappe enfin de l’anus bien ouvert. Claire se sent bien dans mes bras, elle n’a aucun remord ni aucune honte de ce qu’elle a fait et même très surprise par le plaisir qu’elle a éprouvé en se faisant sodomiser. Elle m’embrasse tendrement, notre baiser dure de longues secondes et en se redressant, elle me dit gentiment ’ J’ai le petit trou tout ouvert ! Dis-moi, tu aimes m’enculer ? ’ je sourit ton cul est tellement serré ! montre-moi si je l’ai bien défoncer ? Sans la moindre hésitation, Claire se retourne et à genoux, elle tend ses fesses son anus palpite encore ouvert d’un bon centimètre, Alors, comment tu le trouves mon cul ? je croit qu’il en redemande ! Merci mais pour ce soir ça va ! C’est un beau cadeau que tu viens de me faire ! Nous partons faire une toilette et une fois lavé elle enfile une serviette dans sa culotte, elle prend d’une main ma bitte et commence un mouvement de va-et-vient puis ouvre sa bouche et enfonce ma queue au plus profond de sa gorge. la retirant doucement jusqu’au gland, puis l’avale jusqu’à la racine, son nez bute sur mon pubis. Elle me suce ainsi un long moment, tout en me malaxant les couilles d’une main.

Elle me tient la queue dans sa main et m’entraîne au lit. Allongé près d’elle je me tend vers sa bouche qu’elle avale d’un coup ma bite léchant toute la hampe et même les deux couilles Elle me pompe et me demande de me branler dans sa gorge, ses joues sont déformées elle avale tout le pieu. Soudain, je gémit ’ Tu vas me faire jouir ’ Aussitôt, elle m’avale, jusqu’aux couilles je décharge avec violence dans sa bouche offerte le foutre coule dans sa gorge elle me branle vigoureusement et se l’enfonce entièrement dans sa gorge, merci mon amour c’était merveilleux. Pour ton âge tu as vraiment de l’expérience, qui t’as éduquer ? Plusieurs femme de ton âge. Vraiment ce soir j’ai retrouver le plaisir de faire l’amour. Epuisée, Claire descend sa chemise de nuit me souhaite bonne nuit en se tournant et s’endort ses fesses contre mon sexe. Le matin Claire qui sort de la salle de bain, me réveille en m’embrassant, va mon chéri ton bain est près, aujourd’hui nous avons une grosse journée, sortie du bain Claire fait les valises, séparant le linge salle, je remarque ses culottes en coton, tu ne met pas des culottes en nylon lui dit-je ? Non car ça m’irrite le vagin surtout quand je mouille ! par contre je porte du nylon pour mes combinaisons et chemise de nuit, tiens regarde, elle soulève sa robe et me montre ses dessous, ils te plaisent ? naturellement j’aime regarder les femmes qui en porte, -- tu aime regarder ? oui, et en porter sur moi ! -- en porter sur toi ? Oui, j’aime aussi me branler dedans. Je me disait aussi quand je te surprenait en train de regarder. Mais qu’es qui peut bien regarder comme ça ? et naturellement j’avais pas fait le rapprochement mon doudou ! La rencontre avec les différents fournisseurs ayant était plus long que prévus, et comme il se faisait tard nous fûmes contraint de chercher un hôtel. Claire ne voulant pas trop s’embarrassé prit le strict nécessaire pour la toilette et le change, une douche vite fait, après un bon repas Claire téléphone à son mari pour le rassurer et lui dire que nous aurons du retard (il n’est pas prudent de rouler après une dure journée de travaille).

Claire ce soir là me présente sa croupe, imaginez la scène; cette magnifique femme de quarante ans entièrement nue, sauf son porte-jarretelles et ses bas au corps épanoui dans cette position, elle se penche, fait saillir sa croupe en avant, et par dessus son épaule m’adressa un ’baise moi!’ j’approche mon sexe encore tendu de ses fesses et la pénètre d’un seul coup de reins, la pénétrant pendant un bon quart d’ heure, elle jouit plusieurs fois avant que je ne me répande en elle, les yeux brillants ’ elle me dit toute la journée j’ai eu envie de toi.’ M’ayant invité, elle me présente son mari et sa fille qui à 19 ans, son mari très sympathique me demande si sa femme n’est pas trop exigeante ? il y a des sujets ou elle est vraiment intransigeante, mais comme c’est ma première année professionnelle je peut dire que j’ai une bonne patronne, pourquoi n’envisager vous pas une carrière bancaire me dit-il ? je voudrai bien mais il faut être pistonner pour rentrer ! Sa femme lui dit tu ne va pas le débaucher ? c’est juste une supposition ! Sa fille nous quitte car elle prend des cours de danse de salon, je lui dit que j’aimerai bien apprendre à danser aussi, car sur les pistes je suis gauche ! viens voir une séance pour savoir si ça t’intéresse ? ok, pour la prochaine fois ! viens mercredi prochain ! alors à mercredi. Dans l’après midi, son mari part jouer au billard, je reste seul avec Claire, elle m’attire contre elle ma main déboutonne son chemisier puis passe sous sa jupe, remonte le long de ses bas et arrive bien haut entre les cuisses, elle ne porte rien dessous, mes doigts entrent dans ses lèvres et je sent la moiteur de sa chatte qui apparemment doit mouiller depuis un certain temps. Elle me pousse sur un fauteuil très large et confortable et me présente sa toison à lécher j’introduis la langue et je commence à aspirer son écume, pendant ce temps mes mains agrippe ses fesses, lui rentrant un doigt dans son anus elle se colle plus fort sur ma bouche elle explose de bonheur.

Claire se dégage de ma bouche et prenant ma place dans le fauteuil, elle m’agrippe la fermeture éclair de mon jean et la fit glisser. Puis elle dégrafe ma ceinture et ouvre mon pantalon, ma queue tendu dans mon slip et lorsque qu’elle baisse celui-ci, ma bite jaillit à l’horizontale et vint heurter les lèvres de sa bouche qu’elle ouvre et commence à faire courir sa langue sur mon gland. j’agrippe sa tête et l’oblige à la prendre en entier dans sa bouche je bute au fond de son palais, elle me suce du mieux possible je lui dit que je vais jouir dans sa bouche, mon foutre jaillit au fond de sa gorge je maintient sa tête fermement pour tout avaler. Une fois ma bite molle elle sort ma queue de sa bouche et la nettoie avec sa langue, maintenant tu va partir me dit-elle car mon mari peut revenir si il n’a pas de place pour jouer, mais avant suit-moi arrivé dans sa chambre elle ouvre sa commode et me donne une de ses combinaison. La fille de Claire m’emmène donc un soir à son cours de danse, j’ai prit des cours afin d’apprendre à danser correctement toutes les danses, le dimanche je la retrouvai souvent à la salle des fêtes et nous dansions souvent ensembles, malheureusement elle me prenait pour un collaborateur de sa mère. J’essayait de la draguer mais en vain, ’ tu travail avec maman et j’ai mes études à finir ’ mais à force de persévérance un jour que ses parents était partie elle me fit venir. Le soir nous sommes allez danser et en revenant elle me dit ’ viens coucher chez moi, mes parents sont parties le week-end ’. élève infirmière elle savait se protéger, ayant déjà eu des rapports avec les garçons il lui manquer le raffinement, nous avions 2 jours devant nous.

C’était une fille épatante fine élancée comme son père des petits seins et des cuisses fines, la serrant dans mes bras nos sexes l’un contre l’autre je sent une main venir happer mon sexe la prenant en main elle me branle doucement ma main descend sur son minet qui est tout humide de désir, elle dirige ma queue devant son vagin je rentre dedans c’est chaud est humide la renversant sous moi elle me sert les fesses afin de sentir ma virilité au fond d’elle je lui fait mettre ses jambes autour de mes reins et nous commençants les va et vient ’ reste en moi au moment de jouir me dit-elle ’ Elle n’est pas au sens du terme une fille très attirée par le sexe refusant la fellation et la sodomie, comme mais rapport avec sa mère me comble, ce fut pour nous deux une expérience. Souvent je la retrouve au dancing c’est son plaisir et quelques fois en danse ensemble mais seulement en bon copains. Grâce à mes talents de danseur je me fit beaucoup de filles certaine d’un soir d’autre plus longtemps auquel rien de spécial qui retient la peine d’en parler ça reste des aventures pas forcément sexuelle.

Philippe

Diffuse en direct !
Regarder son live