Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 126 J'aime
  • 9 Commentaires

Pensées d'une femme mariée

Chapitre unique

Hétéro
Pensées d’une femme mariéeUn homme me fait l’amour, il m’aime, du moins l’espace d’un coït, il est tendre, doux, prévenant. Les préliminaires sont longs et délicieux. Je sens l’orgasme m’envahir, je jouis, mais j’ai peur, je sais que quand son sperme va se rependre en moi, c’est son amour qui va partir en longs jets dans mon sexe. L’amour qu’il avait pour moi au début de notre tendre accouplement est en train de s’envoler en laissant s’écouler sa semence dans mon corps. Mon souvenir a disparu de son esprit. Je ne m’étais pas trompée, il dépose un baiser furtif sur mes lèvres encore fiévreuses de désir, elles qui ont enrobé son sexe avec passion. Comme je désirerais qu’il me serre encore longuement dans ses bras, me câline, prolonge le plaisir qu’il vient de me donner. Il m’ignore complètement, comme le ferait un animal qui vient de satisfaire ses besoins. Seule une chose compte pour lui, sa performance sexuelle.
— Tu as bien joui ma chérie, c’était bon, on se revoit bientôt ?
Combien de fois ai-je entendu cette question ?J’ai de la chance, il m’appelle encore chérie, souvent mes amants me nomment par mon prénom, Océane. Est-ce de l’amour, non juste un besoin de se faire du bien ? Ainsi, j’ignore si toutes les femmes sont comme moi, je souhaiterais un peu de sentiments pour pleinement jouir d’un rapport sexuel avec un homme ou une femme. Certaines fois, dans les bras d’un amant pendant un énorme orgasme, s’il me demandait de le suivre à cet instant, serai-je prête à tout quitter pour lui afin de vivre ce que j’imagine être le grand amour avec un A majuscule ? Puis le coup de foudre passé, je reviens au domicile conjugal après être partie plusieurs jours. Sans un mot, je regarde mon mari, les yeux remplis de larmes. Je me colle contre lui, il m’accueille dans ses bras, m’embrasse longuement comme pour me nettoyer la bouche des baisers de l’autre. M’entrainant dans notre chambre, dénudée, il me prend doucement, enfonçant son sexe comme pour reconquérir l’endroit qu’un ennemi avait un instant occupé.
Son membre efface la souillure de l’adultère. Son sperme lave la jouissance de son rival. Lui m’aime, il reste en moi, même après avoir savouré mon corps. Des mots d’amour, des bises sur tout le visage, pas un mot de reproche, voilà l’homme qui m’adore et que j’apprécie, celui qui malgré toutes mes aventures me comprend. Dans le fond, m’apprécierait-il, autant si j’étais une épouse fidèle, fade, la ménagère, la femme d’intérieur parfaite, lui préparant ses chaussons et un verre de whisky quand il rentre du bureau. Un jour ou deux passés, il me demande de lui raconter mon aventure, même la plus odieuse, jamais, il ne me juge. Je pense que cela lui provoque de la colère, de la jalousie, mais également que les deux ingrédients mélangés font naitre une érection plus importante que la moyenne. Il me prend plus brutalement que d’habitude, ce qui n’est pas pour me déplaire. Mon mari en me rabotant le vagin m’interroge sur les relations sexuelles que j’ai eues avec d’autres hommes.
Entre deux gémissements, je me confesse. Cela me procure autant de plaisir qu’à lui et de revivre les souvenirs récents de mes escapades me procure une sensation de bien-être. Il m’insulte, ce qui n’est pas le cas dans la vie courante.
— Tu as aimé salope de prendre des coups de bite d’un inconnu, ton cul est un réservoir à foutre, petite pétasse.
Au lieu de m’offenser, ces mots fouettent ma libido, je n’en peux plus, sous ses violents coups de boutoir, je m’envole dans les nuages, vaincue par l’orgasme, je suis projetée dans la Voie lactée. Je m’abandonne à lui. Le suppliant de se soulager les testicules dans mon ventre. Le flot ininterrompu de sa semence m’inonde le vagin, je jouis tellement que je sanglote. Mon époux s’écroule sur moi de tout son poids, son torse velu écrase mes seins. Il reste en moi jusqu’à ce que son sexe ramolli, vaincu par ma chatte, se désolidarise de moi, libérant le mélange des liquides produits par nos organes sexuels. Par ailleurs, j’éprouve un plaisir intense à sentir l’élixir chaud sortir de mon vagin et couler dans le sillon de mes fesses, souillant le drap. Nous nous enlaçons et finissons par nous endormir, comblés.
Alors, nous changeons de position, je lui tourne le dos, ma main entre les cuisses comme pour garder son jus en moi, lui collant son sexe contre mes fesses, une main sur mon sein gauche.C’est sûrement cela l’Amour.
Diffuse en direct !
Regarder son live