Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 11 393 fois
  • 46 J'aime
  • 1 Commentaire

Pensions

Chapitre 1

Lesbienne

Je venais d’avoir 16ans, et je commençais mes études dans une autre ville, les problèmes de déplacement firent vite leurs apparitions, c’est pourquoi je décidais avec mes parents de trouver une chambre d’étudiant pour la semaine, heureusement, des amis à mes parents connaissaient des gens qui habitait une petite villa. Je me souviens de ce couple, il avait trois enfants, trois filles de 14, 15 et 17 ans. Elles, était enseignante dans un collège privé, toujours habillé de manière très classique, blonde, long cheveux le plus souvent attaché en chignon, elle souriait rarement. Lui, grand, ingénieur de formations, il voyageait souvent (8 mois par années), ce qui fit que j’étais souvent seul avec ces 3 jeunes filles et cette femmes de 36 ans. Il me louait une chambre à l’étage, relativement grande est bien éclairé du fait de ces grands vitrages.


Dans le salon, trônait une belle cheminée et je dois avouer qu’il faisait bon se réchauffer auprès d’elle, le problème, c’est qu’il fallait régulièrement l’approvisionner en bois se trouvant à la cave. Un soir, alors que la mère remontait de la cave chargée comme à son habitude d’une montagne de bûches, fit un faut pas, trébucha sur le tapis. Les bûches volèrent à travers le salon et elle, essayant de se rattraper, se retrouva quasiment en grand écart sur le sol. Je me précipitait pour l’aider à se relever et l’accompagnais en la soutenant jusqu’au canapé, je lui demandais si elle ne c’était pas blessé et me répondis que non mais se ravisa de suite, visiblement, le grand écart lui avait quelque peu froissé un muscle. Elle m’indiqua la salle de bain en m’expliquant que je trouverais dans la pharmacie une pommade anti- inflammatoire, je revins avec et lui proposais tout naturellement mon aide, un peu gênée d’abord, vu l’endroit qu’il fallait traiter, elle accepta tant bien que mal que je lui frictionne sa cuisse. Elle releva un peu sa longue robe, pas assez pour que je puisse voir sa petite culotte mais assez pour que je contemple ses longues jambes relativement bien galbé et comme je m’en aperçu, très ferme. Je commençais donc mon massage, en commençant juste en dessus du genoux puis remontais légèrement, petit à petit, jusqu’à la hauteur de sa robe, je la repoussais un peu plus haut à l’aide mon poignet, lui expliquant que je ne voulais pas lui mettre de la pommade sur sa robe et qu’il serait plus prudent de la remonter un peu plus et aussi d’écarter d’avantage ces jambes, ce qu’elle fit, non sans un regard un peu méfiant. J’avais à présent une vue imprenable sur sa jolie culotte en dentelle transparente d’ou dépassait quelques poils rebelles, cette vue m’excitât au plus au point, j’avais de plus en plus de mal à me concentrer sur ma tâche, tant cette situation m’électrisais, j’essayais donc d’approcher ma main de ce trésors, ma main désormais ne massait plus du tout sa cuisse, mais plutôt l’aine, mes doigts s’agitaient à quelque millimètre de la lisière de sa culotte, je tentais un dois furtif à la surface de ce tissus, cela ne provoquant aucune réaction, je m’enhardissais un peu plus en caressant de manière plus appuyé mais toujours discrètement, sans précipitations. C’est à ce moment que la porte d’entrée grinça, elle réajustât précipitamment sa jupe et salua l’aînée de ses fille.

Diffuse en direct !
Regarder son live