Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 8 186 fois
  • 66 J'aime
  • 5 Commentaires

Père / Fils

Chapitre 1

Gay
66
5

Cette histoire a eu lieu l’année de mes 19 ans. J’étais en vacances chez mon père durant l’été. Il a une belle maison sur la côte landaise avec piscine. Mon père, 46 ans, mesure 1m78, sec, bien musclé. Il faut beaucoup de courses à pied. Il adore la nature. Quant à moi, je mesure 1m80, plutôt mince, contrairement à mon père. Mon domaine, c’est l’informatique et les nouvelles technologies. Dans la famille, nous avons toujours été pudiques. On ne s’est jamais vu nu.


Voilà maintenant 15 jours que je suis avec lui, et il faut dire que la pudeur commence à se dissiper.


Un après-midi, alors que je bronzais en boxer au bord de la piscine, mon père m’appela, car il avait un problème sur son ordinateur. Tu peux venir voir une minute, j’ai un souci avec le pc, mais je n’y arrive pas. Oui, j’arrive papa. Regarde ce que tu peux faire, c’est toi le boss en informatique. OK, alors voyons voir. Ah déjà, je vois que tu n’as pas d’antivirus, c’est sûrement ça ton problème.


Je vous passe les détails de la réparation. En allant naviguer pour aller télécharger l’antivirus, je me rends compte que mon père visite régulièrement des sites pornos. Jusque-là, rien d’anormal, mais à ma grande surprise, ce sont des vidéos gay. Je quitte de suite la page pour qu’il ne se doute de rien, mais je sens comme une boule au ventre, peut-être l’excitation de la situation.


L’après-midi se déroule normalement. Mon père fait du bois, et moi, je bronze. Le soir, il part se coucher avant moi. Du coup, j’en profite pour retourner sur son ordinateur pour vérifier ce que j’ai vu dans l’historique. A ma grande surprise, la majorité des vidéos pornos sont gay. Voici un panel de ses recherches : « daddy big cock » « dad and son »... Je suis extrêmement surpris, mais aussi très excité. Je sens mon sexe durcir. Je monte me coucher en pensant à mon père, et me fixe comme objectif de m’exhiber devant lui demain.


Ce nouveau jour commence. Je descends prendre le petit-déjeuner en boxer afin que mon père puisse voir quel bel atout il m’a donné. Ma stratégie fonctionne bien, je le vois mater mon paquet plusieurs fois.

— Bien dormi mon fils ?

— Oui nickel, et toi ?

— Super, tu vas refaire du bois aujourd’hui ?

— Non je vais me reposer. J’en ai fait toute la semaine.

— Cool, on va bronzer ensemble papa, mais avant, tu veux que je t’explique la mise à jour de ton PC ?

— Ah oui, bonne idée, comme ça, j’arriverai peut-être à me débrouiller sans toi.

— OK papa, viens voir.

Nous nous sommes installés tous les deux sur l’ordi, je lui explique vite fait et je clique par inadvertance sur l’historique pour voir sa réaction.


— Regarde papa, c’est simple... ah merde, sur quoi j’ai cliqué... quoi « son big cock », tu regarde ça toi ?

— Euh non, ça doit être un virus...

— OK papa, ça arrive, t’inquiète pas, je vais te faire un scan... mais en tout cas, ils ont des grosses bites (en riant).

— Oui, c’est vrai mon fils qu’ils ont des grosses bites.

— Comme la mienne ahah.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Je te crois sur parole, tu as peut-être la même que ton père ?

— Il faudra vérifier ça...


Mon père écourta cet échange, gêné par la situation.


Après manger, nous nous sommes installés sur les transats. En boxer tous les deux, et j’ai pu voir que lui aussi avait du matos. Nous sommes restés toute la soirée en boxer. Il faisait tellement bon. Après manger, nous avons regardé un film. Lui était sur le canapé et moi sur le fauteuil. A un moment, j’ai vu qu’une des scènes l’avait un peu chamboulé. Je mate allègrement son sexe qui durcit à vue d’œil. Il faut dire que cela m’excite aussi. Pour entamer la conversation, je me lève avec une érection non dissimulable et...


— Papa, tu veux un verre d’eau ?

— Oui, je veux bien.


Je le vois mater ma queue et il remet la sienne en place. En revenant, je lui dis...


— Voilà tiens. Je suis désolé pour tout à l’heure si je t’ai mis mal à l’aise.

— Non, rassure-toi fiston, ça va. Dis-moi la scène du film t’as fait de l’effet.

— Oui, il faut dire que j’ai pas baisé depuis 1 mois et je suis en manque. Toi aussi je vois ?

— Moi ça va faire 6 mois et la branlette ne suffit plus (en riant).

— Tu m’étonnes, daddy.


Je lui tends la perche pour voir sa réaction.

— Ah tu es tombé sur mon historique (gêné).

— Oui, je sais que ce n’était pas un virus, mais t’inquiète, ça ne me dérange pas.

— Tu sais, si j’ai quitté ta mère, c’est parce que je n’y trouvais plus mon compte. Je suis attiré par les hommes.

— Ah oui je comprends mieux. Tu sais, j’ai une révélation à te faire. Je suis bi.

— Oh je ne savais pas.

— Je crois que mon érection n’est pas due au film, mais à toi papa.

— Ah bon ?

— J’ai un faible pour les beaux hommes bien membrés.

— La mienne n’est pas géante, tu sais mon fils.

— Je pense que tu te sous-estimes. On compare ? (Je tente, ça passera peut-être)

— Ça me gêne, mais on compare juste alors.

— OK papa, alors, la voilà la mienne.

— Et beh je t’ai gâté. Regarde la mienne.

— Regarde on a quasiment la même.

— T’as une bonne queue, papa. Oui, mais la tienne est plus grande, combien elle mesure ?

— 22 centimètres et toi mon fils ?

— 20 centimètres peut-être 21 très excité.

— J’adore. Ça m’excite beaucoup.

— Cela te donne des idées mon fils ?

— Franchement oui papa.

— Lesquelles ?

— J’ai envie de te sucer papa.

— Moi aussi je veux te sucer.

— Tu connais le 69 ?

— Oui mon fils...


Nous nous sommes couchés au sol dans cette position. Vue de si près, la queue de mon père était impressionnante. Il avait des grosses couilles bien rasées, prêtes à être gobées. On commença à se sucer et se bouffer les couilles.


— Putain mon fils, elle est bonne ta queue. Regarde, j’arrive à la mettre en entier dans ma bouche.

— Moi aussi.

— Glrrrrpppp.

— Aaaarggg, C’est trop bon papa.


Je prends sa bite bien en bouche, je le suce le la base jusqu’au gland, je lèche ses couilles et il en fait de même. On se suce pendant presque 30 minutes

jusqu’à la jouissance dans la bouche de l’autre.


Nous avons terminé la soirée en discutant...


— Papa, ta queue est trop bonne.

— La tienne aussi, elle est énorme, j’ai adoré sentir ton jus dans ma gorge.

— Tu penses que c’était une bêtise.

— Non, ça sera notre secret.


Peut-être que les prochaines soirées seront plus chaudes.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder