Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 22 478 fois
  • 245 J'aime
  • 4 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Le père de ma meilleure amie

Chapitre 1

Hétéro

Comme beaucoup de nuits cette année, je dors chez ma meilleure amie. On adore regarder des vieux films toutes les deux avant d’aller se coucher.


Ce soir n’est pas différent, et elle a déjà rejoint le pays des songes. Je devrais aller la rejoindre là-bas, mais il y a une autre raison qui fait que j’aime dormir chez elle. Depuis le décès de sa mère, lorsqu’elle était encore toute jeune, elle vit seule avec son père, et il se pourrait que je sois grandement intéressée par son père. Depuis plusieurs années, je fantasme sur lui, et j’ai pris la décision d’essayer de faire avancer les choses.


Faisant attention à ne pas réveiller mon amie, je descends du lit et sors de la chambre. Comme souvent, son père est dans le salon en train de lire, avec la porte encore ouverte. J’avance lentement vers la porte, et j’essaie d’éternuer de la manière la plus naturelle possible afin d’être sûr que son regard se porte vers le couloir. Ensuite, j’y passe lentement, tout en étirant mes bras vers le haut, afin que mon très court haut révèle légèrement mes seins. Et, si ça ne se passe pas comme prévu, j’espère que ma culotte violette attire son attention.


Alors je finis de dépasser la porte, je sens mon cœur s’emballer. Je me dépêche de rejoindre les toilettes, y faisant ce que j’ai à faire sans perdre de temps, avant d’en ressortir. Malheureusement, toutes les lumières sont éteintes lorsque j’en ressors. Je m’y attendais. Après tout, il m’a toujours considérée comme sa seconde fille, et faire quelque chose par accident n’allait sûrement pas suffire. Mais il me reste une seconde et ultime idée.


Il est à peine 5h, et ma copine se lève. Elle travaille en tant que boulangère, se lever tôt a toujours fait partie de sa vie. En quelques minutes, elle s’habille et part rejoindre son lieu de travail, laissant la maison à son père et moi. J’ai demandé hier à son père de venir me réveiller aux alentours de 9h. Et, pour être sûr qu’il comprenne qu’il est le bienvenu, j’ai laissé la porte de la chambre grande ouverte, et je me suis complètement dénudée avant de m’endormir sur les draps.



Lorsque j’ouvre les yeux, il est 10h passé, et la porte de la chambre est fermée. Je suis obligé d’admettre qu’il ne doit pas être intéressé par moi de cette manière.



La journée fut longue. D’une part, parce que j’étais seule pendant la plus grande partie de celle-ci, son père ayant laissé un mot sur la table afin de prévenir qu’il était sorti, et d’autre part, parce que j’ai mis beaucoup de temps à accepter qu’il ne se passera jamais rien entre son père et moi. Même mon amie s’est rendu compte que j’avais pleuré lorsqu’elle est rentrée de son boulot. Elle a cru que son père m’avait fait quelque chose, mais j’ai réussi à la convaincre que c’était un problème dans ma famille.


Il a fallu que 17h arrive, et une après-midi occupée par des jeux de société avant que son père ne rentre. En le voyant, j’ai compris que ne plus le voir comme un fantasme allait être compliqué, et j’étais prête à rentrer chez moi. Mais mon amie voulait vraiment que je reste une nuit de plus, et son père insista aussi pour que je reste dormir. Je n’ai pas réussi à dire non, et nous avons passé la soirée à regarder un film qui passait à la télé.


Une fois fini, mon amie est directement partie se coucher, alors que je suis allée prendre ma douche. Je venais d’arrêter l’eau lorsque j’entendis quelqu’un toquer à la porte. À ma grande surprise, c’était son père qui souhaitait se laver les dents. J’ai enroulé ma serviette autour de mon corps, avant de venir lui ouvrir. Alors que je sortais de la pièce, son père me rappela que je devais aussi me laver les dents.


Je suis allée m’habiller, et mon amie était déjà endormie. En revenant vers la salle de bain, je remarquai qu’un préservatif était posé en évidence sur le lavabo. À ce moment, je sentis mon cœur s’accélérer. La seule personne qui aurait pu poser ça là devait être son père. Je le pris et je me dirigeai vers la porte entrouverte de la chambre du père. Il était sous sa couette, et je pouvais voir dans son regard qu’il était aussi peu confiant que moi. Je lui ai montré le préservatif, et il souleva légèrement la couette pour m’inviter à le rejoindre. J’ai fermé la porte derrière moi, ce qui a plongé la pièce dans le noir. Je l’ai rejoint dans le lit, et je lui ai donné le préservatif. Je ne voyais rien, mais je sentais la couette bouger. Lorsqu’une main vint se faufiler sous mon bas de pyjama, je ne pus m’empêcher de frissonner, et sa main se recula immédiatement. Il était hors de question que tout se finisse comme ça.


Je retirai tous mes habits, avant de me mettre juste au-dessus de lui. D’une main, je saisis son sexe portant le préservatif, et je l’insérai délicatement dans mon vagin. J’avais déjà perdu ma virginité avec des jouets, mais c’était la première fois que j’en avais une vraie et une aussi grosse. Mais je pouvais me sentir tellement mouillé, que je pus la prendre entièrement en moi sans aucun problème. Sans attendre, je commençai à bouger, sentant sa bite bien profondément en moi. Il posa ses mains sur mes fesses, alors que je continuai de bouger. Je pouvais sentir tous mes poils pubiens complètement trempés, mais c’était trop bon pour que je puisse m’arrêter. Puis, dans un mouvement un poil plus rapide que les autres, je sentis quelque chose en moi. Je me retirai, et la capote était remplie par son sperme. Sa grosse voix finit par briser le silence, et il me dit que c’était tellement bon qu’il n’ait pas pu tenir plus longtemps.


Néanmoins, il me dit qu’il avait une autre capote si jamais je le souhaitais. Il alluma la lumière, et le vit mettre un nouveau préservatif. Il s’approcha de moi, et je me sentis devenir rouge en le voyant nu, face à moi. Je me retournai, alors qu’il posa ses mains sur mes fesses. Il me demanda ce que je préférais, et je lui répondis que j’avais entièrement confiance en lui. Il entra lentement dans mon cul. C’était une sensation complètement différente alors qu’il se mit à bouger lentement. Je ressentais une certaine chaleur au niveau de mes fesses, et des gémissements m’échappèrent. Il mit une main sur ma bouche, et accéléra le mouvement, ce qui me fit gémir plus fort. Il me demanda si tout allait bien, et je lui avouai que j’y prenais plus de plaisir que ce que j’aurais cru, mais que je serais incapable de ne pas faire de bruit. En réponse, il glissa trois doigts dans ma bouche, avant d’accélérer ses mouvements.


En une seconde, il entrait et sortait de mon cul, frappant son bassin contre mes fesses, alors que de son autre main, il se mit à me tirer les cheveux. Il continua ses mouvements de plus en plus fort, et je finis par jouir rapidement, déversant ma mouille sur mon lit, et tremblant de tout mon corps, alors que ma conscience sombrait.



Je me suis réveillé le lendemain, dans le lit de mon amie où je dors normalement, habillé de mon pyjama, et sentant un truc collant sur mon visage. En descendant, je vis un mot sur la table du père. Il m’expliquait qu’il m’avait ramenée le soir sans que mon amie se réveille, et après m’avoir habillée. Il disait aussi que, n’ayant pu finir hier, il était venu jouir sur mon visage avant de partir, et après le départ de mon amie. En réponse, je rédigeai un mot dans lequel je parlais du plaisir que j’avais éprouvé, et que j’étais prête à le refaire. Je lui laissai mon numéro sous son oreiller, avec ma culotte en souvenir.


Diffuse en direct !
Regarder son live