Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 16 027 fois
  • 37 J'aime
  • 1 Commentaire

Péripatétichien

Chapitre 3

Premier contatc

Zoophilie

Le lendemain matin, Mathis m’a téléphoné. A défaut de prendre son 06, j’avais réussi à lui filer le mien. Je me demandais bien pourquoi. Je me suis méfiée.


 -  Allo... Ouais Jessica ?... c’est Mathis là !

-  Ah ! salut.

-  Ouais, au sujet de demain, je voulais te dire...

-  Je l’ai vu venir. Il cherchait sûrement à se défausser. J’ai pris les devants.

-  T’inquiète. Ça avance. Dis-donc tu la préfères comment ?

-  Je la préfère qui ?

-  La meuf que j’amène... plutôt mignonne mais pas très dynamique ou moins jolie mais accro à la bite?

-  Euh....

-  Joli visage, beau petit lot mais pas de tempérament ou un peu moins belle mais qui aime franchement le sexe et qui va s’éclater avec ta queue ?

-  ... Pfffff....ben la deuxième.

-  Cool. Je t’amène une chaudasse. A demain.


Et J’ai raccroché sans plus lui laisser le temps de réfléchir.


J’avais eu un peu le temps d’y songer au petit matin en rentrant chez moi. Mais j’étais claquée et je m’étais couchée et endormie satisfaite encore de ma belle saillie. Heureusement que j’étais en vacances et qu’il ne fallait pas repartir au boulot.


Je ne voyais qu’une seule fille suffisamment salope pour accepter, peut-être, ma proposition : Vanessa. Mais j’étais quasiment sûre qu’elle s’était déjà tapée Mathis... et il n’y avait pas de raison pour qu’elle refuse de recommencer. Cependant, comme elle passait un peu pour une mytho à en raconter plus qu’elle n’en faisait, ce  serait un bon test pour voir si elle avait autant de tempérament qu’elle voulait bien le prétendre. Par exemple, elle disait qu’elle avait déjà fait des castings porno, qu’elle s’était faite sautée par telle star du X, qu’elle s’était faite gangbanguée, baisée par son oncle et ses cousins en tournante... bref, elle avait tout fait ou à peu près...


Il fallait donc que je la rencontre "fortuitement" et que je la convainque de baiser, ce qui ne devait pas être bien dur, mais avec un chien.... rien n’était moins sûr.


Je pris donc quelques renseignements téléphoniques pour être sûre de la croiser " par hasard" au moment de sa pause déjeuner. Fort heureusement, je connaissais bien deux ou trois de ses copines et ce ne fut pas très compliqué; mais il fallait faire vite car la pause méridienne approchait.


Je la trouvai donc exactement devant sa boutique au moment où elle partait manger.


-  Tiens ! salut Vanessa !

-  Tiens Jess... Qu’est-ce que tu fais par là ?

-  Des courses dans le quartier. Je suis en vacances.

-  Ah ? C’est bien. Ben viens à la boutique, on a des trucs super sympas.

-  Ah oui, pourquoi pas ? Mais tu t’en vas là.

-  Ouais, j’vais manger.

-  Oui... c’est l’heure.. faut que j’y aille aussi.

-  Ben, viens avec moi. Je suis seule ce midi. Tu vas me tenir compagnie. Et tu reviendras avec moi après.

-  Ça ne pouvait pas mieux se présenter. Je fis mine de résister un peu avant de la suivre bien évidemment.


Il ne suffisait plus que de laisser la conversation venir sur les mecs. Je pensais ne pas devoir attendre longtemps, c’est l’un des sujets de prédilection de Vanessa.


Et de fait, on n’avait pas encore commandé qu’elle me demanda si j’avais un mec en ce moment.


-  Non toujours pas. Mais, en revanche, j’ai eu un excellent plan cul.

— Non, raconte ? Avec qui ?

-  Avec Mathis ?

-  Avec Mathis ?


Elle faisait, genre "j’le connais pas" ou plutôt "j’ai oublié" de façon à se donner le mérite d’avoir tant de mecs dans son lit qu’elle ne peut plus se rappeler. Je ne m’y trompais pas mais rentrai dont son jeu.


-  Mais si, tu le connais ! Un métis pas très beau avec de grandes oreilles, mais très très bien pourvu... il a une queue de 20 cm au moins, très épaisse,  et des muscles partout... Un mec aussi bien gaulé, tu l’a sûrement déjà rencontrée toi...

-  Ah, oui, ah oui, je vois..... Laisse tomber !

-  Pourquoi ?

-  C’est un assez bon coup OK, mais tu le reverras pas. Ce mec, c’est un véritable queutard. Une fille par soir, jamais la même... Il prend et il jette comme un kleenex... rarement plus ...encore que moi j’y suis retournée trois ou quatre fois... mais, en matière de mec, il y a mieux...

-  ça peut pas être mieux que son compagnon !

-  Son compagnon ? Quel compagnon ?

-  Non, non, j’peux rien dire, c’est trop...

-  Mais si vas-y racoooonte...

-  Oh, non, c’est hyper spé...

-  Oh tu sais, sans me vanter, j’en ai vu d’autres....

-  Oh mais pas ça.


Nous nous étions rapprochées l’une de l’autre pour nous parler confidentiellement en étouffant des petits gloussements de rires avec des airs entendus.

-  Aller, raconte... C’est un de ses potes ? Il a quoi de spécial cet autre mec ?

-  C’est pas un mec !

-  Pas un mec ? Une nana avec un gode ceinture ? Tu sais j’ai déjà fait ça, y’a pas de mystère...

-  ....

-  Aller, mais dis quoi !

-  C’est pas ça non plus.

-  Alors un gros gode, un gode géant, une machine à baise ? Vas-y j’ai j’ai tout fait ! Tout je te dis. Tu me croirais pas !

-  Non, non, vraiment, j’ai honte...

-  Mais c’est quoi merde  ? C’est pas une bite ?

-  Oh que si ! Et énorme !

-  Et c’est pas un mec ?

-  Non !

-  ... plusieurs ? je connais... hmmmm !

-  Non ! Son compagnon je t’ai dit. C’est au singulier.

-  Ah, oui, c’est vrai... C’est pas un ou plusieurs mecs.... une nana... un jouet....Ben alors... Qu’est-ce que ... ça.... peut.... être? ....Non ? C’est... C’est ?

-  Oui !

-  Non ! Un... animal ?

-  Hmm hmm !

-  Pas possible ?


Elle pouffait de rire en mettant sa main devant sa bouche


-  Quoi ? Un chien ?

-  Hmm, hmmm... tu l’as déjà fait, çà ?

-  Il a pas de chien Mathis !

-  Oh que si, et un beau... et bien calibré !

-  Tu... tu t’es tapée un chien ?

-  T’en parles à personne hein ?

-  Je te crois pas !

-  Je t’assure !

-  Et Mathis avec ?

-  Le mec dans la bouche, le chien dans la chatte.

-  Non ?!

-  Si !

-  Et c’était comment ?

-  Le mec ?

-  Mais non idiote, le mec je sais ! Le chien !

-  Comment c’était ?

-  Ouiiiii... Dis-moi !

-  Dantesque !

-  Mais encore ? Il t’a fait quoi ?

-  J’étais en train de sucer Mathis. Le chien est arrivé... il m’a reniflée et m’a grimpée !

-  Et tu as laissé faire !

-  Je n’ai pas eu trop le choix... je ne pouvais pas bouger.

-  Et Mathis, il a rien dit.

-  Au contraire, il a aidé le chien.

-  Le gros porc ! J’suis sûre qu’il en a fait exprès. de toute façon ce mec c’est un pervers sexuel ! Ça a dû te traumatiser !

-  Non... J’ai honte.... mais c’était bon.

-  Vraiment ?

-  Tu peux pas savoir !


Et je lui racontai comment le chien m’avait prise, la solidité et la grosseur de son sexe, la bonne vingtaine de minutes qu’il avait passées dans ma chatte, son éjaculation puissante et abondante, sa langue sur ma raie à la recherche de la moindre goutte de sperme au plus profond de mes plis.


-  et ben dis donc ! Je croyais avoir tout vu ! Mais ça !

-  Et je te jure que le mec et le chien avaient envie de remettre ça!

-  Là tu m’épates.

-  Et j’y retourne demain soir !

-  Mathis t’a filé un autre rencart ?

-  Oh, je ne me fais pas d’illusion, ce n’est pas pour moi... c’est parce qu’il veut me voir sautée par le chien.

-  J’avoue que j’aimerais être petite souris pour voir ça aussi.

-  Eh ben  viens !

-  Sérieux ?

-  Ben oui, Mathis, il ne refuse jamais deux nanas...

-  Oui mais je n’ai pas envie de me faire monter par le chien.

-  Personne ne t’y obligera. Tu me regarderas en te faisant sauter par l’autre crétin.

-  OK, c’est d’accord.... mais demain je ne peux pas... Après demain ?

-  Pas de problème, moi j’y retourne et, s’il est d’accord, je te recontacte. Si je lui dis qu’on vient à deux, y’aura pas de problème.

-  OK.


Le lendemain soir, je retournai donc seule chez Mathis. Mais d’emblée je lui dis que j’avais trouvé une autre fille qui m’accompagnerait la prochaine fois. Il ne nous restait donc qu’à mieux former le chien et à voir si son maître tiendrait mieux la distance cette fois-ci. Pendant ces prolégomènes, je m’étais déjà dessapée et je tenais son gros zob fermement en main. Il était à ma merci.


A suivre

Diffuse en direct !
Regarder son live