Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 31 616 fois
  • 195 J'aime
  • 11 Commentaires

Le petit ami par intérim

Chapitre 1

L'annonce

Inceste
195
5

Avant-propos :

Toutes mes excuses si des mots sont choquants. Je sais qu’on est dans une période difficile où il faut rester solidaire les uns et les autres et surtout se protéger comme son prochain ! Sachez que j’ai essayé de rédiger au mieux pour que certains mots (ou phrases) ne soient pas trop "heurtants". Bonne lecture.


—---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


Après une longue journée épuisante d’une vingtaine d’heures au moins, j’étais content d’arriver chez moi. Encore deux ou trois étages pour attendre ma porte. Pfiou quel boulot aide-soignant ! Célibataire et par conséquent puceau, cela me laissait la liberté de ne pas compter mes heures ! Quel beau métier ! Certes éreintant, mais un réel bonheur de rendre des gens heureux, de sauver des vies en dépit des pertes ! Tout simplement le contact humain.



En ouvrant la porte, je me suis engouffré dans mon appartement. Plutôt bien placé, avec une belle vue sur la mer, dont je ne profitais que très rarement, avec une terrasse où le soleil venait souvent s’inviter. D’ailleurs, il doit y pointer son nez ... plutôt son rayon vu la lueur qui en était dégagée dans le couloir. Un coup d’œil à ma montre, il était huit heures.


Pas le temps de traîner, j’ai fermé la porte puis j’ai enlevé mes habits un à un. Hop, tout dans la machine ! Ensuite, direction la douche pour ôter l’odeur hospitalière, celle des seringues issues de piqûres anesthésiées à l’éther ou à la bétadine. Bref, à force de manipuler ces produits, avec l’habitude, je n’y prêtais plus grande attention comme au temps où j’étais en formation !


Après un quart d’heure passé sous l’eau à me savonner, j’en suis sorti vertu d’une simple serviette nouée à ma taille. Je me suis dirigé vers ma chambre, traversant le salon où les rayons réchauffaient mon corps nu offert aux regards indiscrets. Arrivé à mon lit, sous mes draps dans ma plus simple tenue, et portant pour seul vêtement un caleçon, je pus enfin goûter à un repos bien mérité. Cette pose fut de courte durée, car mon téléphone se mit à sonner.


— Thomas ? entendis-je d’une voix qui me semblait lointaine.

— Manu ? Tu vas bien ma puce ?

— Non, répondit-elle en reniflant !


Au bout du fil, je l’entendais pleurer. En tant que secouriste, enfin c’est un peu ma vocation de sauver des vies même un peu les âmes en peine puisque je suis aussi confronté à ce genre de situation dans mon service, je compris qu’elle devait déprimer. Bref, elle avait besoin de réconfort, et en tant que petite sœur, elle appelle son grand frère à qui elle peut parler étant donné que nous sommes à des âges peu éloignés, elle en avait 18 et moi 24.


— Qu’est-ce qui se passe ?

— J’ai besoin que tu viennes ! gémit-elle.

— On peut en parler par téléphone ?

— C’est trop important, viens s’il te plaît !

— OK, j’arrive ma Puce, je suis là dans une heure !

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Fais vite ! À tout à l’heure.


Puis j’ai raccroché le combiné, me demandant ce qui pouvait bien lui arriver. Nos parents nous avaient toujours appris à nous protéger les uns et les autres. C’est aussi pour ça que j’ai choisi de donner de mon temps à sauver des vies ! Malgré les yeux encore endormis, je me suis rapidement levé, mis un peu d’eau sur le visage et pris quelques vêtements. J’ai dévalé les escaliers quatre à quatre puis sauté dans ma voiture.

Ma sœur et moi n’habitions pas loin l’un de l’autre, c’était un avantage ! Un demi-kilomètre en voiture, tout au plus ! En plus à cette heure-ci, la circulation était fluide, heureusement pour moi qui allais m’endormir au volant !


En bas de son immeuble, j’ai sonné à son interphone, elle m’a rapidement ouvert la porte et j’ai gravi les escaliers à toute vitesse comme s’il y avait un incendie !


— Tu as fait vite, s’exclama-t-elle en m’attendant devant sa porte comme le Messie.

— Il n’y avait pas beaucoup de circulation !

— Entre, je dois te parler !


Elle m’amena jusqu’au salon et nous servit un café. La discussion s’installa ensuite.

Elle commença par se serrer contre moi en calant sa tête sur mon épaule puis se mit de nouveau à sangloter.


— Ça ne va pas toi !

— Thomas, je suis enceinte !

— Mais c’est génial ça ! m’exclamais-je, tu l’as annoncé aux parents ? Et qui est le père ?

— Thomas... le problème ... c’est que ... je ne sais ... pas...

— OK, je vois !

— Donc tu comprends ... pourquoi j’ai préféré ... t’appeler ?

— Tu as bien fait ma Puce !

— Je ne voulais pas ... en parler ... aux parents !

— Oui, tu les aurais inquiétés !

— Euh... Thomas ?

— Oui ?


Elle m’a regardé avec ses yeux devenus rouges par ses larmes. Puis elle m’a demandé timidement.


— Tu veux être le père de mon enfant ?


Devant sa question, j’ai manqué de m’étrangler avec mon café. En faisant ce métier d’aide médical, je pensais sauver des gens, mais pas comme ça !


De plus, ça me touche énormément qu’elle me le propose, j’avais des vues sur ma sœur, mais j’ignorais que dans ces circonstances, elle me propose, même par des sous-entendus, de coucher avec elle ! Enfin, voyons d’abord la suite avant d’espérer moult choses avec elle. Emmanuelle était une belle fille maintenant, aux cheveux blond mi-châtain, aux yeux gris-bleu et au corps parfait. Une déesse en deux mots !


Avant de répondre quoi que ce soit, je me mis à réfléchir. Frère ou pas, il m’était difficile de ne pas combler, voire satisfaire son désir. En effet, une place s’était libérée et c’était bel et bien tentant de la prendre !


— En fait, tu veux que je sois le père de mon neveu ?


Je la voyais un peu embarrassée de cette situation quasi inédite.


— Ben, en fait, je voudrais que tu sois avec moi durant ma grossesse, un peu comme un petit-ami ! dit-elle à demi-mot. Tu veux bien ?

— Je ne sais que te dire !

— T’acceptes ? T’es trop chou ! s’exclama celle-ci.


Pour me montrer son bonheur, m’a fait un gros câlin et un gros bisou sur la joue comme dans notre enfance. En effet, quand nous étions petits, elle se faisait souvent embêter par des garçons parce qu’elle était belle, même moi elle m’attirait ! Comme j’étais plus âgé, elle venait toujours vers moi en pleurant, me suppliant d’aller frapper ceux qui l’embêtaient.


— Parce que c’est bien toi pour te mettre dans des situations pareilles !

— Je sais que je te demande beaucoup, mais tu es le seul à qui je pouvais le demander. Et puis, en neuf mois, on pourra mieux se connaître !


Là, elle avait marqué un point ! Rester avec elle dans une relation intime au-delà de frère-sœur, c’est plus intéressant sexuellement parlant, et puis, voir ce que cache ma sœur sous ses vêtements me plaît, même si c’est la même chose que je vois à l’hôpital ! Mais ça n’est pas le même contexte, et je tiens à séparer vie professionnelle et vie privée même si le service que je rends à ma sœur est ambigu !

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder