Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 1 495 fois
  • 1 J'aime
  • 0 Commentaire

Petite douceur à Venise

Chapitre 1

Hétéro

Voici un petit fantasme, comme j’aimerai en vivre souvent (si ça en intéresse faites le savoir...).


Je suis à Venise avec ma copine, nous avons décidé de faire un tour romantique en gondole le long des canaux. Nous en choisissont une noire, dont l’intérieur est tout matellassé de velours rouge, et des coussins sont éparpillés. Le soleil brille dans un beau ciel bleu, nous empruntons des canaux peu fréquentés par les piétons, nous passons devant la maison de Casanova, je pense alors à tous les ébats qu’il a eu, et je me sens un peu excité en imaginant toutes ses conquêtes. Machinalement je met la main sur la cuisse de ma copine, qui porte une robe légère, mettant en valeur son décolleté et une belle poitrine ne demandant qu’à sortir. Elle porte egalement des bas transparent, et je tremble légèrement enn les effleurant. Ma main court sur sa cuisse, et remonte de plus en plus vers son jardin secret. Elle fait mine de ne rien sentir, et regarde les palais défilé. Je m’allonge alors entre ses jambes et fait glisser sa culotte en dentelle noire, malgré ses airs d’indifférente, elle est très excité, et sa chatte est chaude. J’embrasse l’intérieur de ses cuisses, fait glisser ma langue, et d’un coup lui enfonce dans la vulve, à la recherche de son clito. Elle a un sursaut en arrière, mais s’abandonne rapidement, et se déhanche pour donner un mouvement sur ma langue, je la lèche et avale toute sa mouille, j’enfonce aussi un doigt que je lui met ensuite dans la bouche afin qu’elle puisse gouter à son excitation. Je la sens jouir sur ma langue, elle étouffe quelque cri, et finalement se relache après un sacré orgasme.

Je m’étends à ses côtés, mais elle est bien décidé à me rendre la monnaie de ma pièce, et sans que j’ai eu le temps de dire ouf, elle plonge sur mon pantalon, ouvre ma braguette et tire un sexe tout bandé tellement excité par la lêche. Elle l’avale goulument, et telle une experte elle me fait venir en très peu de temps, mais je l’arrête avant, je la prends dans mes bras l’embrasse, et lui déboutonne la robe afin d’enfin aérer sa poitrine que je malaxe furieusement. Je l’alonge sur le dos, sans cesser de l’embrasser, ni de la caresser. Evidemment le gondolier ne perd pas une miette, mais n’intervient, satisfait de sa position surélevé. Je fourre ma bite qui a

repris encore plus de vigueur dans sa chatte toute offerte, ça glisse tout seul tellement elle m’a bien lêcher et tellement elle est excitée. J’entame un vas et vient de plus en plus rapide, elle me supplie d’accèleré encore,

car elle va bientôt jouir, mais je m’arrête, elle ne comprends pas. Je la mets alors à 4 pattes lui faisant ployer les bras, afin que son beau cul soit pointé vers moi. Ah comme il est beau. Je lui mouille le trou avec la ouille de sa chatte, et lui enfonce un doigt, je tourne bien pour élargir le passage, et je m’enfonce en elle, elle pousse un petit cri, mais me demande d’enfoncer encore, ce que je m’enpresse de faire, et je l’encule à fond, en même temps, je lui passe les doigts dans la chatte sur le même rythme. La douleur et l’excitation la font hurler de plaisr, et elle jouit en criant. Lorsque je sens qu’à nouveau je vais venir, je me retire, l’allonge à nouveau sur le dos, m’assoie à califourchon sur son ventre, et lui dit de me branler avec ses seins. Elle prend donc ses seins à pleines mains, m’entoure la bite avec, et et me branle, il me faut peu de temps pour venir avec un telle branlette espagnole, elle me chope alors le sexe et le fourre dans sa bouche au moment où j’envoie toute la sauce, elle n’en laisse échappé aucune goute, et mon pompe à tout me vider.

Satisfait de notre ébat, nous nous allongeons côte à côte, et nous nous embrassons tendrement. D’un coup d’oeil furtif je peux voir le gondolier, enlever la main de son pantalon, un liquide blanc coulant...

Diffuse en direct !
Regarder son live