Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 41 041 fois
  • 177 J'aime
  • 4 Commentaires

Ma petite niece Julie et le Gynecologue

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Julie va vous raconter son histoire qui s’est déroulée, il y a quelques années.

Petite brune assez fine, je viens de fêter mon seizième anniversaire.

Cette année, j’ai obtenu un examen me permettant de devenir monitrice de colonie de vacances.

Pour les vacances d’été j’ai rejoint le point de rendez vous, nous sommes quatre filles et six garçons, je suis la plus jeune, mes camarades ont entre dix huit et vingt deux ans.

Ce soir, les vacances sont terminées, nous avons décidés d’organisés une petite fête.

Les jeunes couchés, nous poursuivons entre moniteurs, deux filles et cinq garçons, les autres étant de surveillance.

Nous sommes très vite euphoriques, alcool et pétards sont au menu, après s’être bien amusés, nous décidons de jouer aux cartes.

L’idée des garçons est de faire un strip poker, qui bien sûr, se termine en partouze, les deux filles sont assaillies par les cinq mâles qui n’ont qu’une idée, se faire ces deux salopes, surtout moi, la petite jeune, qui comme ils disent, vaut le coup de bite….

Nous avons passé une grande partie de la nuit à boire, fumer et baiser, je suis remplie de sperme, tous les orifices des deux femelles ont été mis à contribution.


Un mois après être rentré, je suis inquiète, pas de règles, d’autant que je ne prends pas la pilule, le test de grossesse s’avère positif.

Impossible d’en parler à mes parents, je ne vais pas avoir un gamin à tout juste seize ans, je ne sais même pas qui est le père, car les cinq garçons me sont passés dessus plusieurs fois durant cette nuit de débauche, je suis désemparée.

Je vais à la clinique, en expliquant mon cas, j’ai réussi en insistant auprès du gynéco, et en lui faisant un peu de charme, à obtenir un rendez vous, après sa consultation du soir dans deux jours.

Le docteur, un homme d’une quarantaine d’années, en blouse blanche me reçoit, je lui explique, plus en détail, le but de ma visite, il me pose de nombreuses questions très indiscrètes, je pense qu’il profite de la situation pour se faire plaisir avec une petite jeune, encore bien naïve.

Il me demande de me déshabiller entièrement, et m’installe dans un fauteuil, cuisses grandes ouvertes, les pieds dans les étriers, ma minette est exposée au regard de cet homme qui me contemple avec envie, je ressens de la honte, ainsi qu’une bouffée de chaleur envahir mes joues.

Le docteur palpe mes seins, triture mes tétons qui réagissent rapidement, il touche mon bas ventre, puis se dirige vers ma minette, qu’il entrouvre délicatement, il caresse et pince mon petit bouton.

Il fait coulisser un doigt dans mon intimité, ce qui a pour effet de me faire mouiller abondamment, je suis de plus en plus gênée et surtout très excitée par ce qu’il me fait subir.

Il continue son exploration, qui n’est pas désagréable, bien au contraire, le praticien me regarde avec un petit sourire, il continu de me caresser en me procurant une certaine jouissance, la demoiselle est très réceptive dit il.


Il me confirme que je suis enceinte, pour avorter, comme je suis mineure, il faut l’avis de mes parents, je le supplie en lui disant que ce n’est pas possible, car je ne peux les mettre au courant de ce qui m’arrive.

Il n’insiste pas, attrape un spéculum d’une dimension impressionnante, il me dit qu’il va me préparer, je prends peur au vu de la grosseur de l’engin.

Je lui dis que ce n’est pas possible, ma petite chatte, ne peut en aucun cas avaler cet appareil, sans que j’aie mal

Devant ma panique, il me propose, si je suis d’accord, un procédé plus naturel dit il, c’est alors que j’aperçois son sexe qui est de bonne taille, pointer dans le pan de sa blouse, et se diriger vers mon entre cuisse.

Je ne dis rien, et regarde ce membre s’approcher de mon intimité pour me baiser.

L’absence de réprobation, l’encourage à présenter son imposante bite à l’entrée de ma petite moule qui va avoir des difficultés à avaler un tel engin, ce que j’ai connu auparavant, est loin d’y ressembler.

Sans se soucier de moi, il pénètre lentement ma petite moule, la grosse tige rouge, se fraye un passage, écartant au passage mes chairs humides.

Bien planté au plus profond de mon ventre, il ne bouge plus et me sourit, et imprime ensuite un mouvement de va et vient, tel un piston bien huilé, il investit mes profondeurs vaginales, au début, je grimace un peu, très vite remplacé par une impression de bien être et de plaisir.

Tout en coulissant en moi, il appuie sur un bip, une porte s’ouvre, un grand et corpulent noir fait son entrée, il se déshabille, il a une queue impressionnante, grosse, longue.

Le doc, m’explique, qu’il est nécessaire de dilater un peu plus mon utérus, et que ce membre, même si à mes yeux, est impressionnant, ne devrait pas poser de soucis, je ne devrais pas trop souffrir, mais au contraire ressentir du plaisir, tout en me dilatant mon vagin.

Il laisse sa place à son collègue, qui positionne la bête à l’entrée de ma grotte, il pousse un bon coup, et m’embroche en m’arrachant quelques cris de douleur.

Après m’avoir bien besognée, et craché sa semence dans mon ventre, il se rhabille, et me pose quelques questions, assez indiscrètes, comment je m’étais fait sauter, dans qu’elles positions, si j’avais pris du plaisir.

En fait, il est l’anesthésiste qui s’occupera de moi, lors de l’intervention qui est prévu pour dans deux jours.

Le docteur m’explique, qu’il me gardera le soir, et que je pourrais rentrer le lendemain.

J’ai raconté à mes parents, que je ne rentrais pas le soir, je devais dormir chez une copine, car nous avions d’importantes révisions à faire.

Le jour arrive, les deux intervenants sont là, ainsi qu’une infirmière, petite blonde, assez jeune et fort jolie, le médecin, lui demande de me préparer.

Elle me demande de me déshabiller entièrement, elle me fait revêtir une grande chemise assez légère, puis me demande de m’allonger sur une table assez confortable, les cuisses repliées et bien ouvertes.

Elle relève ma chemise, me fait un cunnilingus, en mordillant mon clitoris, elle vrille sa langue qui s’insère entre mes lèvres vaginales, suivi d’une pénétration de son index qu’elle fait coulisser dans mon intimité, avec ce traitement, je commence à bien mouiller et à transpirer abondamment.

Pendant qu’elle s’occupe de moi, le docteur, relève la blouse de la jeune fille, il descend sa petite culotte rose au bas de ses jambes, lui doigte sa minette, en lui arrachant quelques petits cris de plaisir, puis il pénètre son assistante, qui couine et geint sous les coups de queue de son patron, qui tout en la baisant, la traite de petite salope en lui malaxant ses petits seins qu’il a dégagé de son soutif.

L’anesthésiste, remplace alors l’infirmière entre mes cuisses, il introduit sa grosse bite dans mon abricot qui est devenu bien juteux.

Après quelques coups de cette imposante pique, il me dit que je suis prête.


A mon réveil, l’infirmière me rassure, et me dit que tout s’est bien passé.

Je suis revenu quelques jours après l’intervention pour me faire examiner, les deux praticiens et la petite infirmière étaient là, nous avons passés un bon moment de baise, tout les quatre, pour voir selon leurs dires, si tout fonctionnait bien.

Je pense qu’ils ont un peu profité de ma naïveté, j’ai quand même pris du plaisir, en leur compagnie

Pour éviter une nouvelle intervention, le gynéco, m’a prescrit la pilule, et m’a donné rendez vous dans un an, je ne sais si je reviendrais me faire partouzer ?

Diffuse en direct !
Regarder son live