Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Fantasme
  • Lue 54 147 fois
  • 48 J'aime
  • 0 Commentaire

Petite partie en Famille

Chapitre 1

Inceste

Partie en Famille 1


Maman, Papa et moi sommes en train de faire une partie à trois, comme nous en avons l’habitude, quand nous avons entendu une automobile remonter l’allée.

— Ce doit être Cathy et Lily.

Dit mon père, en montant sur la terrasse pour aller à la rencontre de ses soeurs, sa bite bien bandée dans sa main.

— He bien. les choses vont devenir encore plus chaudes maintenant, dis-je en levant les yeux de la chatte baveuse de ma mère que je dévore voracement depuis plus de quinze minutes.

— Ne t’arrête pas, Chéri. tu n’en as pas encore fini avec moi |

Proteste ma mère, en étendant la main et plaque ma tête vers son con en chaleur.

— Je n’en finirai jamais avec vous, Maman.

Je lui souris quand je baisse la tête et me suis remis à diriger ma langue le long de la fente entre ses deux lèvres vaginales douces. Ma langue retrouve le clitoris bandé de maman et j’ai commencé à y aller à fond quand mes deux tantes apparaissent sur la terrasse, habillées avec des hauts minuscules et serrés et en short ce qui a met en valeur leurs seins et les globes ronds et fermes de leurs culs.

— Bien. Bien. Il semble que nous arrivions juste à temps.

Dit ma tante Cathy, en enlevant discrètement son haut pour que sa grosse poitrine mésanges se balance librement.

— Salut, les filles.

Réplique ma mère, entre deux cris aigus de joie comme ma langue fait effet sur elle.

— Pourquoi n’enlevez-vous pas ces vêtements et participez avec nous ?

— Nous en avions l’intention. ne t’inquiètes pas pour nous.

S’exclame ma tante Lily, qui aussi rapide que sa soeur ôte son haut. Les deux femmes n’ont pas hésité malgré le fait qu’elles ont toutes les deux la cinquantaine, de laisser tomber aussi leur short pour nous rejoindre totalement nues. Du coin de l’oeil, j’aperçois mes deux tantes tomber à genoux devant mon père pour sucer sa bite et ses couillles. Cathy n’a pas perdu une seconde, elle a mis rapidement la queue bien bandée de son frère dans la bouche et a commencé à le sucer à fond pendant que Lily est allée carresser et lécher les parties de mon père. Les yeux de papa lui sont sortis de la tête, il aprécie d’être pompé et avoir ses deux sours à genoux devant lui, de se trouver au paradis. J’avais hâte de sucer le coq de mon père plus tard aussi et le faire sucer moi, mais pour maintenant j’avais d’autres choses à faire.

— Viens ici, maman !!! Maintenant vite on se fait un soixante-neuf.

Ai-je dit, en retirant ma langue de son minet, maintenant tout à fait lubrifié par ma langue Maman n’a pas besoin d’encouragement, je grimpe sur le canapé et m’allonge sur elle, les grognements et les gémissements de plaisir de Papa sont devenus plus forts quand ses soeurs ont élevé le rythme. Maman et moi montons d’un degré, maintenant sa tête est descendue sur mon pieu pendant que je me suis remis à lécher son con. Nous étions si absorbés avec ce que nous faisons que nous avons presque oublié que les autres étaient là, jusqu’à ce que j’aie senti des mains caresser mes fesses.

— Ho la la. Cathy. notre neveu a assurément un cul mignon.

Claironne ma tante Lily, en respirant d’une voix rauque.

— Ouais.

Lui répond ma tante Cathy et ensuite, à mon père :

— Vous devez être très fiers de lui.

— Oh oui.je le suis.

Dit mon père, la voix pleine de fierté comme je viens de positionner ma mère sur ses mains et genoux- Je crache de la salive sur ma main et l’enfonce dans son vagin. Je décalotte alors mon prépuce autant que je peux. Je me suis mis en place pendant que mon père et mes tantes se sont approché plus près pour me regarder baiser ma mère. Quand je suis entré dans Maman, j’ai eu le sentiment d’avoir l’immense privilege d’avoir la permission de baiser le trou dont je suis sorti il y a presque trente ans et surtout de savoir que mon père et mes tantes m’observent. Cathy et Lily jouent avec leurs cons avec leurs doigts tandis que Papa s’est reculé et se masturbe tout en regardant son fils baiser sa femme.

— C’est bien mon fils. vas-y. baise-la fort. elle aime vraiment ça.

Commente Papa.

La première fois que j’ai baisé ma mère c’est il y a plus de dix ans pour mon dix-huitième anniversaire où maman et papa m’ont invité à les rejoindre dans leurs parties de sexe en famille comme j’étais alors assez vieux pour être considéré comme un adulte consentant. Nous étions allés dîner pour célébrer ma majorité et Maman a flirté avec moi tout au long de la soirée pendant que le papa la pelotait. Quand nous sommes rentrés à la maison, je me sentais excité et quand maman a suggéré que nous montions dans leur chambre à coucher j’ai entrevu la perspective d’une excitante fin de la soirée. Une fois à l’intérieur de la chambre, Papa s’est mis dans un fauteuil pendant que Maman m’a embrassé sur les lèvres, un acte qui m’a fait bander immédiatement. Papa regardait de près et caressait la bosse dans son pantalon pendant que la maman a continué à flirter avec moi, en arrivant en bas pour se frotter la bosse qui tendait mon pantalon. Ce fut un des meilleurs sentiments que je n’avais jamais quand Maman commença à déboutonner lentement ma chemise, en la tirant de mon pantalon et la fit passer au dessus de mes épaules et la lança sur le plancher. Le point de non retour était atteint et, pour faciliter mon effeuillage par Maman, j’ai défait la ceinture et mon pantalon pour les faire glisser sur le plancher aussi. J’ai marché sur mes vêtements et suis resté là dans mon slip blanc qui donnait l’impression de se déchirer dans deux, ma bite était si dure.

— Eh bien, que regardes-tu ?

Dit ma mère à mon père qui a fait un signe de tête de reconnaissance quand et Maman lui ont regardé la tente proéminente dans mon short.

— Il semble qu’il soit aussi grand que le tien !

Mon père a souri, content de savoir qu’il avait engendré un fils qui était aussi grand et aussi bien monté que lui. Jusqu’à ce moment, je n’avais jamais vu la bite de mon père mais à la bosse de son pantalon je pouvais dire que nous en avons de la même grosseur.

— Et un cul agréable, aussi.

Compléta mon père

— Tourne-toi, fiston.

J’ai obéi, en tournant le dos pour montrer mon cul ferme à mes parents. Mon slip blanc a accentué les courbes de mes fesses et a mis ma raie en valeur. Je ne suis rien demandé de ce que l’on attendait de moi ensuite, je savais que c’était maintenant ou jamais et si je ne continuai pas, je n’aurais jamais plus d’autre occassion.

Donc je me suis retourné pour faire face à mes parents et ensuite j’ai enlevé mon slip et j’étais nu devant eux avec ma bite fièrement dressée à leur attention. Papa a sifflé d’admiration pendant que la maman a soufflé de stupéfaction, leurs compliments non dits m’ont rendu vraiment fier. Je n’ai senti aucun embarras bien que je me tenais avec mon pieu bien raide et mes boules pleines de sperme, juste un sentiment pesant de bonheur.

— Pouvons-nous demander à Lily et Cathy de nous rejoindre ?

Demande-je, je suis bien conscient qu’ils ont fait beaucoup plus d’une partie de cul et d’inceste car elles nous rendent visite souvent et j’ai perdu le compte des nombres de fois ou j’ai entendu le papa faire une partie carrée avec sa femme et soeurs et aussi souvent regretté que je ne puisse pas y participer. Mais de tels interdis ont disparu maintenant que je suis assez vieux pour participer, je suis maintenant un adulte

Je songe encore à cette première fois avec eux. Maman tombe à genoux devant moi, en prenant mes boules dans le creux avec une main et en mettant l’autre autour de ma bite bien raide.

— Je crois que je vais te faire quelque chose.

Dit Maman, en me souriant comme je lui souri en retour, et en dirigeant mes mains par ses doux cheveux blonds.

— Ouais, suce-moi s’il te plaît, Maman !

Lui dis-je et je ne dois pas attendre longtemps, moins d’une seconde et Maman me prend dans sa bouche et commence à sucer bien à fond. Mes grosses boules donnent une claque contre son menton quand Maman a enlevé sa main. Elle coule ses mains derrière moi pour tripoter mon cul. Ses ongles rentrent doucement dans mes deux globes charnus de mes fesses, elle me procure une extase avec l’habileté qu’elle a pour la pratique de la fellation.

— Comme celle qu’elle te fait, fiston ?

Demande mon père, ses yeux cillent devant la scène torride se déroulant devant lui.

— Ouais. Papa,"

Ai-je répondu.

— Maman est une sacrée grande bouffeuse de bites.

— C’est sûr c’en est une sacrée.

Continue Papa, en souriant

— J’en ai profité pleinement moi-même au cours des ans.


A suivre ...

Diffuse en direct !
Regarder son live