Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 10 700 fois
  • 34 J'aime
  • 4 Commentaires

Petite pute pour daddies

Chapitre 5

En route pour un gangbang

Gay
34
5

Ce lieu était paradisiaque... du moins pour ceux qui aiment les bons gros plans cul entre hommes.


Juan avait aménagé une pièce à baise, un endroit entièrement dédié à la sodomie, à la pipe, au jus. Il avait abattu une cloison pour faire un espace uniquement consacré aux partouzes. Il y avait une douche à l’italienne et une urinoir, une croix de Saint-André contre un mur, une étagère garnie de sex-toys inimaginables, une machine à sodomiser, différents meubles et tapis pour jouer... bref, 40 m2 d’installations pour amateurs confirmés. Les murs étaient sombres et les fenêtres fermées. La lumière, tamisée permettait de distinguer tout cet attirail et, surtout, le sling qui était mis à contribution.


Je reconnus Juan, de dos, en train de bourrer un mec. Il me fallut approcher pour distinguer ce dernier qui me salua en demandant à Juan si c’était moi la petite lope, du moins à ce que je crus comprendre, car le gars s’exprimait indifféremment en anglais ou en espagnol.


Juan tourna la tête, lâcha la cuisse de son partenaire à laquelle il s’accrochait pour mieux se propulser dans ses flans, et me fit signe d"approcher. Il dit qui j’étais même si je ne pus tout comprendre, car il parlait trop vite. Il me roula une galoche extraordinaire (mon Dieu que je l’aimais ce mec !) avant de me laisser envisager plus que dévisager son partenaire.


Affalé dans le sling, ce dernier encaissait les coups de queue et il ne m’était pas donné de bien juger de ses proportions, pas aussi nettement du moins que lorsque je le vis plus tard debout. Mais mes premières impressions ne me trompèrent pas.


Le type était grand, et il s’avéra qu’il faisait une bonne demie-tête de plus que moi.


Il était massif très musclé, avec le ventre rebondi, mais ferme. Il me parut qu’il devait être quinquagénaire, ce que les quelques poils blancs de sa barbe me confirmèrent quand je fus plus proche de lui. Car il était poilu, quasiment hipster mais le crane dégarni, chauve au sommet et sur la nuque, rasé, à l’évidence, sur les côtés. Mais, excepté les quelques pois blancs, sa barbe était d’un roux foncé.


Sa queue, surtout, était impressionnante. Longue et très épaisse. Il m’est arrivé par la suite d’en voir et même d’en tâter des plus longues, mais jamais d’aussi épaisses, toute droite avec juste une courbure vers le haut au niveau du gland... et la paire de couilles en rapport. De beaux gros jolis bonbons dans leur sac bien pendu et tout poilu.


— Suce-le !


Cette invitation de Juan comblait mes envies et je me penchai sur le mec qui commença à me caresser les couilles et le sexe. Juan, à un moment, sortit sa bite du trou et me l’offrit. Je goûtai pour la première fois ce régal qu’est une queue enduite de la mouille d’un mec, ce que je ne réalisai que lorsque je l’eus dans ma bouche, car je m’étais précipité vers cette opulente sucette sans réfléchir. Mais depuis, il n’y a rien de meilleur pour moi que ce régal de la bite qui sort du cul.



Ce jeu dura un moment. Juan replantait le gars que je suçais et me remettait sa bite profondément.


Tout à coup, le gars essaya de me mettre un doigt dans l’anus.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Va te laver le cul ! M’ordonna-t-il.


Je me relevai donc pour obéir et satisfaire à ses intentions.


Juan m’attrapa.


— Bien à fond, car il va te pénétrer tout en profondeur.


Puis il m’embrassa passionnément.


Après cette toilette, toute en excitation mêlée de crainte en songeant au calibre que j’allais prendre, et après avoir grignoté quelques churros, je revins dans la fuckroom.


Ils avaient changé de place, mais pas de position. Le grand barbu, David, était sur un banc, allongé sur le dos et toujours en train de se faire sodomiser. Mais, installé sur ce meuble, je pouvais me mettre en 69 au-dessus de lui comme c’en était le but.


Mon activité reprit entre les deux queues. Juan limait le gars, me sortait son sexe et recommençait à le pénétrer, et moi je reprenais la grosse matraque à m’en déboîter la mâchoire. Pendant ce temps, David me bouffait les couilles ou l’anus.


Enfin, Juan éjacula sur les roustons velus du colosse britannique, car David venait bien de là-bas.


Aux cris précurseurs qu’il avait poussés, je m’étais arrêté de sucer pour profiter du spectacle et je reçus une giclée de foutre en plein visage. Le reste plut sur la bite, les couilles et la rondelle du gars qui grognait de contentement. Juan ramassa du sperme qui s’écoulait au-dessus du trou avec le bout de sa queue et la réintroduisit.


Quant à moi, je mangeai les lourdes gouttelettes de sperme qui s’accrochaient aux poils des couilles avant d’avoir à sucer la bite de mon homme quand il la sortit définitivement.


— A toi maintenant !


David se leva. Debout, il était encore plus imposant et sa queue toute droite était dirigée vers moi, victime désignée et préparée.


On me fit agenouiller sur un banc, et aussitôt, je sentis les poils de la barbe sur mes fesses. David me mangea le fion très longuement et sauvagement. Juan me faisait bouffer ses couilles ou sa bite molle, ou m’embrassait ou, encore, me pinçait les tétons, de plus en plus fort.


Enfin, il y eut un doigt, puis deux, sans ménagement et sans plaisir pour moi.


Je compris ce qu’il disait en anglais.: "J’vais enculer cette salope". Le reste était moins clair, mais Juan me fit comprendre qu’on avait l’intention de m’évaser la chatte et de me détruire bien à fond ; Juan recommanda d’y aller progressivement, mais, en termes de progression, ce fut tout de même rapide. Il y eut une bonne noisette de gel pour me graisser l’orifice sur lequel le gars appliqua son gros nœud. Puis il poussa. Le braquemart entra progressivement en me déchirant, mais il n’y eut pas de reprise. Le colosse entrait avec une régularité saisissante. Je serrais des dents et gémissaient. C’était trop gros, trop dur, trop douloureux. Je demandai qu’on fît une pause et, de fait, le machin s’immobilisa, mais un très court instant, avant que la brutasse m’agrippe par les épaules et entre tout d’un coup en moi.


On dut m’entendre crier dans tout l’immeuble.


Je suppliai Juan d’intervenir, mais il ne fit que me consoler, en me caressant et en me disant que, comme la veille au soir, j’allais m’y faire et qu’alors, ce serait un gigantesque panard, que j’étais belle sous l’homme, une jolie petite pute et que s’il avait bandé derechef, c’est deux bites que j’aurais eu dans le fion... ce qui ne saurait tarder.


Il disait vrai, mais il me fallut ravaler mes larmes pendant un moment avant que l’énorme pieu ne commence à me faire du bien, un bien que je me gardais d’exprimer trop clairement, car, dès que je le faisais, il poussait si profondément qu’on aurait dit qu’il voulait faire entrer ses couilles et j’avais mal à chaque fois. Quand cela se produisait, il fallait quelques instants pour récupérer et que le plaisir reprenne les commandes et je me disais qu’il allait bien finir par éjaculer et me libérer de son étreinte qui était éreintante, car, non content de me bourrer le cul, il le faisait avec une telle force que j’étais secoué comme un prunier et, comme je me plaignis d’avoir aussi mal aux genoux, on me changea de place.


Entièrement couché sur le dos, le mec s’allongea sur moi et me démonta dans cette position. C’est lourd un gars de 100 kilos qui remue juste son cul pour jouer avec son pénis dans votre chatte à peine dépucelée.


Cependant, comme ses mouvements avaient moins d’amplitude, je trouvais cela plus agréable et franchement bon même. Mais, à chaque fois qu’on exprimait un début de contentement, David prenait cela pour une autorisation d’aller plus loin.


Il me mit donc sur le dos, m’obligea à ramener mes jambes vers moi et se fraya un passage ainsi... Il est plus exact de dire qu’il me déchira. Et les très vigoureux coups de queue reprirent. Je n’avais guère le loisir de m’en réjouir ou de m’en plaindre, car sa langue occupait souvent ma bouche et s’y montrait aussi vigoureuse que sa queue dans mon cul. J’avais du mal à respirer et je bavais tout ce que je savais.


Le type me besognait depuis au moins 25 minutes et cela n’en finissait pas. Je me disais qu’il n’en avait plus que pour quelques instants, que je sentirais le sperme s’écouler en moi à moins qu’il ne choisisse au dernier instant de juter ailleurs, mais je désirais surtout reposer mon pauvre corps écrabouillé par le mastodonte et peu m’importait où il allait répandre sa semence. J’en étais là de mes espérances quand on sonna à la porte.


Juan s’en alla ouvrir. J’entendis des rires des voix, des bises qu’on claquait puis un brouhaha de choses diverses, des valises qu’on déposait... enfin, au bout de quelques minutes. Juan revint avec deux mecs. David, sans s’arrêter de me limer, mais en s’appuyant sur ses bras bandés à mort de part et d’autre de mon corps, jeta un regard en arrière. La conversation, en anglais, donna à peu près ceci.


— Salut les gros porcs ! On se fait désirer bâtards !

— Salut grosse queue !

— Content de vous voir !

— Bien occupé, on dirait David !

— Trop bonne petite chatte !

— C’est la petite pute qu’on nous avait promise ?

— Il n’y en a pas d’autres ! intervint Juan.


Les deux gars commençaient à enlever leurs fringues. Ce ne fut pas long. Comme ils s’étaient déjà débarrassés de leurs vestes en arrivant, du moins, le supposai-je, ils n’avaient qu’un polo à enlever. Et comme ils n’avaient pas de slips, dès qu’ils débraguettèrent leurs pantalons, les bites apparurent déjà gonflées.


— Ils sont où les autres PD ? demanda David.

— Ils ont pris un autre taxi et je pense, vu l’allure qu’il avait, qu’ils ont trouvé un coin tranquille pour sodomiser le chauffeur...

— Les salauds... Ils vont arriver les couilles vides...

— T’auras peut-être rechargé les tiennes... Elle est bonne la petite pute de Juan ?

— Putain, les gars, il l’a déflorée hier soir, mais elle est serrée...

— Tout est serré pour ta grosse tige...

— Tu nous la prêtes ?

— J’la féconde d’abord et elle est à vous.


Les deux gars s’étaient approchés et je pouvais les dévisager... enfin... ce n’est pas le visage qui m’intéressait le plus, encore qu’il était loin d’être ingrat.


Le premier s’appelait Tom. Grand, une petite quarantaine, très poilu, poil très noir, barbe fournie et épaisse, large sourire, peau bronze avec la marque du slip qui prouvait qu’il en portait à l’ordinaire. Jolie bite circoncise et bonne paire de couilles.


Le second était un black, sexagénaire, le poil devenu blanc encore abondant et frisé sur sa tête et sa poitrine, un peu plus foncé au pubis et au sexe, queue longue, mais moins épaisse que David avec un gros gland magnifique.


— Bouffe ma queue petite lope ! dit le second, gentiment, d’une voix chantante dans un français parfait avec un petit accent créole.


J’aurais bien demandé une pause, mais je fis ainsi la connaissance de Léonard en avalant sa queue, pendant que David accélérait le rythme et que ses râles indiquaient la proximité de l’orgasme.


A suivre.

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder