Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 44 898 fois
  • 224 J'aime
  • 6 Commentaires

Ma petite soeur soumise

Chapitre 1

Inceste

La semaine de travail était enfin finie, et bien que nous fussions seulement au mois de mai, il faisait déjà très chaud alors je rentrais chez moi avec l’espoir de me prendre un bon bain. Je vivais avec ma mère de 45 ans qui était assez autoritaire et ma sur de 19 ans, qui était seulement un an plus jeune que moi, mais faisait toujours des études. Je me dépêchai de rentrer à la maison pour être sûr que la salle de bain ne soit pas déjà prise.



Je tournai la clé dans la serrure et je vis que ma sur, Laura, était déjà rentrée des cours.


Laura, si tu es dans la salle de bain, dépêche-toi s’il te plaît, j’ai vraiment envie d’un bain là.

Donne-moi 2 minutes, Elena.


J’attendis donc que ma sur sorte de la salle de bain en rangeant mes affaires et en prenant un short et un t-shirt pour plus tard. Laura sortit enfin de la salle de bain et j’allais enfin pouvoir prendre ce bain que je voulais tant. Et là, je vis ma sur, seulement habillée de sa serviette autour d’elle, et ce fut comme si quelque chose se déclenchait dans ma tête. Elle avait un corps sublime et malgré la serviette autour d’elle, je pouvais voir ses formes, son cul un peu galbé et ses seins qui étaient assez gros. Si je me souvenais bien de ses soutifs, elle faisait du 95 C.


Je me dépêchai d’aller dans la salle de bain pour enfin prendre ce bain que je voulais tant. Alors que j’enlevai mes habits, je me regardai dans le miroir. Mes longs cheveux bruns descendaient sur mes seins. Seulement du 90 B, ils étaient plus petits que ceux de ma sur, mais avaient une belle forme arrondie.


Alors que l’eau coulait dans la baignoire pour la remplir, je revoyais Laura sortir de la salle de bain, avec seulement sa serviette. Sans m’en rendre compte, ma main descendit entre mes jambes et je commençai à me toucher, à frotter mon clito. Cette sensation était tellement agréable, mais c’était mal. Je me masturbais en pensant à Laura, ma petite sur. Cette piqûre de rappel me fit sortir de ce quasi-état de transe masturbatoire et je me précipitai dans la baignoire remplie d’eau chaude.


Jamais je n’avais pensé à elle de cette manière, mais quelque chose se passait depuis quelques jours et je ne m’en étais pas rendu compte jusqu’à maintenant, mais c’était comme si Laura essayait quelque chose avec moi. Seulement deux jours plus tôt, elle se baladait simplement avec un long t-shirt et un joli petit string noir et bien devant moi, elle avait fait tomber son téléphone et s’était bien penchée en avant devant moi pour le ramasser, me laissant tout voir. Mais j’étais moi-même sur mon téléphone, alors je n’avais pas vraiment remarqué ce qu’elle faisait à ce moment-là.


Une fois dans le bain, je recommençai ma session de masturbation. Alors que je sentais la pression de ma main sur mon clitoris, la porte de la salle de bain s’ouvrit brusquement et Laura rentra rapidement. Je cachai mon entrejambe et mes seins avec mes mains, mais j’étais devenue rouge quand ma sur me regarda.


Laura ! Que fais-tu là ? Tu sais bien que je prenais un bain enfin !

J’avais oublié ma brosse à cheveux ici. Oh et puis ça va, on est surs, je sais à quoi ressemble ton corps.


Et à peine avait-elle fini sa phrase qu’elle souleva son t-shirt pour me montrer ses seins.


Maintenant que tu les as vus, nous sommes quittes.


Et elle repartit aussitôt de la salle de bain en gloussant et en emportant sa brosse à cheveux.


Maintenant, j’en étais sûre, ma petite sur faisait exprès de me chauffer, elle aimait ça. Et je dois bien admettre que j’aimais ça aussi. Je finis mon bain dans un orgasme extraordinaire en repensant aux seins de Laura avant de m’habiller rapidement de mon short et mon t-shirt après le bain.


On était vendredi soir, j’avais donc tout le week-end pour comprendre ce que ma sur voulait et peut-être faire quelque chose avec elle. C’était quelque chose que je craignais, c’était une relation incestueuse après tout. Mais j’en avais de plus en plus envie. Cela faisait des mois que je n’avais rien fait avec quelqu’un et ça me manquait.


J’entendais quelque chose dans sa chambre et cette petite salope avait laissé la porte entrouverte. Pas beaucoup, mais assez pour me permettre d’y jeter un coup d’il. Elle était à quatre pattes, sa main entre ses jambes et se rentrant sa brosse à cheveux dans son vagin. Je comprenais mieux maintenant pourquoi elle la voulait tellement cette fameuse brosse. Mais voir ce spectacle me provoqua des chatouilles dans mon short, je sentis cette envie de me masturber moi aussi. Mon short devint de plus en plus mouillé à force de regarder ce magnifique spectacle. Je devais faire quelque chose.



Je passai alors la soirée à me toucher, en repassant dans ma tête les images de Laura. Je devais agir, faire quelque chose, je ne pouvais pas laisser ce désir incestueux me consumer sans tenter quelque chose. Et au moment du troisième orgasme de la soirée, une idée me vint. Notre mère, quelqu’un de très sérieux et autoritaire, devait sortir avec des amies le lendemain pendant toute la journée, pendant que ma sur et moi, nous resterions à la maison. C’est là que je frapperais et j’espérais vraiment que cela marche.


Je me suis réveillée le lendemain matin, avec l’envie de cette relation incestueuse. Avant de sortir de ma chambre et d’aller manger, je m’excitai un peu pour faire pointer mes tétons. Je voulais que ma sur les voie sous mon t-shirt. Et une fois dans la cuisine, elle me lança un regard d’affamée.


Tes seins ont l’air en forme, frangine.

Oui j’ai remarqué, je ne sais pas pourquoi ils sont comme ça ce matin. J’espère que cela ne te dérange pas. Répondis-je avec une certaine malice.

Non, pas du tout, Elena, ne t’inquiète pas, ça m’arrive à moi aussi.


Alors que nous finissions notre petit-déjeuner en parlant de choses banales comme ses cours ou mon boulot de secrétaire, notre mère passa rapidement la tête dans la cuisine


Bon les filles, j’y vais. Amusez-vous bien.

Je vais étudier quasiment toute la journée, je ne vais pas m’éclater. Lui répondit Laura.

C’est ce que je voulais entendre. Elena, garde un il sur elle.

Mais oui, bien sûr, ne t’inquiète pas. Tu devrais y aller maintenant.

Oui, tu as raison. À ce soir les filles.


Et notre mère partit sur ces mots.


Après le petit-déjeuner, je décidai de me prendre une douche rapide. C’était seulement le mois de mai, mais il faisait déjà bien chaud. Je pris une douche et je commençai à mettre mon plan en place. Je laissai discrètement mon téléphone dans la salle de bain et je laissai la place à ma sur. Et j’attendais, avec uniquement une serviette enroulée autour de moi, qu’elle entreprenne de se doucher. À peine commençai-je à entendre l’eau à couler que je me précipitai dans la salle de bain pour récupérer mon téléphone.


Désolée Laura, j’ai oublié mon téléphone. Criai-je au moment où je rentrai dans la pièce.


Et elle était là, nue, devant moi. Ses seins bombés, son sexe bien entretenu, son cul galbé, elle était parfaite. Je récupérai mon téléphone rapidement avant de sortir de la salle de bain pour aller me masturber, en pensant à Laura, encore une fois.


La journée défila, je jouais tranquillement à un jeu vidéo et j’entendis un petit bruit en fond. Un bruit assez familier que je reconnus immédiatement. Je mis alors le jeu en pause et je me précipitai discrètement vers la porte de la chambre de ma sur. Oui, c’était bien ça, elle était en train de se toucher. Mon cur battait de plus en plus vite et je commençai à trembler, mais sur un élan d’excitation, j’ouvris la porte brusquement.


Elle était allongée sur son lit, les jambes écartées, sa brosse à cheveux dans son vagin encore une fois. Elle avait un regard un peu paniqué, elle ne s’attendait pas à ce que je débarque comme ça dans sa chambre. Elle n’eut pas le temps de placer un mot que je commençai.


Alors, ça t’amuse de me chauffer ? Tu crois que je n’ai rien remarqué ?

On peut parler de ça après, je ne suis pas dans la meilleure position pour parler là.

Non, parce que là, tu m’as vraiment chauffé et il est temps que tu payes pour cela.


Je retirai mon short et ma culotte, lui révélant mon sexe trempé d’excitation, laissant Laura me regarder. Je montai sur le lit, par-dessus ma petite sur et positionnai mon pubis au-dessus de son visage.


Elle tremblait d’excitation, ne sachant pas ce qui allait se passer, ne sachant pas ce qui l’attendait. Je l’attrapai par les cheveux et prononçai cette phrase :


Tu m’as chauffée et excitée, maintenant tu vas me lécher.


Et je m’assis sur son visage juste après.


Je la sentais sucer mon clitoris, laissant la langue le titiller dans sa bouche. C’était excellent, elle savait y faire. Je la laissai s’occuper de la partie inférieure de mon corps et je jouai avec mes seins. Les malaxant, pinçant gentiment mes tétons. Laura passa sa main droite derrière moi et je sentis soudain un doigt à l’intérieur de moi, ma sur était en train de me doigter pendant qu’elle continuer de sucer mon clitoris.


Je sentis le plaisir parcourir mon corps, je sentis que j’étais sur le point de jouir. Laura le sentit aussi et sortit son doigt de mon vagin et s’approcha de mes fesses. Elle rentra alors son doigt trempé par ma cyprine dans mes fesses. Cette sensation était quelque peu douloureuse sur le coup, car je fus surprise, mais un certain plaisir s’installa et je jouis alors sur le visage de ma sur.


Après cet orgasme extraordinaire, je me levai du lit et nous nous regardâmes.


Alors je vois que j’avais raison de te chauffer, tu es attirée par ta petite sur.

En même temps, il est difficile de rester insensible à ton corps, Laura.

Oh oui, je suis au courant. Dit-elle en malaxant ses seins devant moi. Alors, comment veux-tu la jouer frangine ? Tu penses qu’on peut continuer ?

Je pense oui. Je dois avouer que j’ai beaucoup aimé comme tu m’as bouffé. Lui répondis-je en remettant ma culotte noire et mon short.

Je dois admettre avoir adoré ça. J’ai toujours aimé être soumise dans mes précédentes relations et là, te voir toi, ma grande sur, prendre les choses en mains comme ça, j’ai adoré.


Laura se leva toujours nue de son lit et s’approcha de moi. Elle attrapa alors ma main droite et l’emmena sur son entrejambe.


Si tu le veux, ceci est à toi. Ainsi que tout le reste.

Oh oui, petite sur, je le veux. Tu es ma petite salope à moi. Retourne étudier maintenant, tes examens sont bientôt.


Je vis alors Laura ramasser sa culotte sur le sol. Et une nouvelle idée me vint en tête.


Non, pas de culotte. Je la lui attrapai des mains avant de continuer. Puisque tout ton corps est à moi, il va y avoir de nouvelles règles. La première est que tu restes cul nu à la maison quand nous sommes seules. Et quand maman est là, tu peux mettre un short, mais pas de culotte.

Pas de soucis, Elena. Je ferai tout ce que tu veux. Je sens qu’on va s’amuser.


Laura s’assit alors à son bureau pour étudier, avec seulement un t-shirt. Je sortis de sa chambre pour rejoindre la mienne, mais j’avais oublié que j’avais toujours sa culotte dans les mains. Je décidai de la garder dans un coin de ma chambre, ça pourrait me servir plus tard.


Le reste du week-end se passa normalement à part quelques nouveautés. À chaque fois que je le voulais et quand notre mère était dans une autre pièce, je donnais une fessée à Laura. Elle aimait ça et c’était limite si elle ne réclamait pas.


Et le dimanche soir, nous mangeâmes toutes les trois ensemble et notre mère nous annonça quelque chose :


Les filles, j’ai croisé votre tante Olivia hier en faisant du shopping et elle voudrait que nous allions manger chez elle dimanche prochain.

Ah trop cool, on ne l’a pas vu depuis Noël. S’exclama ma sur.

Je sais. Et votre cousin Guillaume sera là aussi. Je sais que vous n’êtes pas très proches, mais faites un effort s’il vous plaît.


Tout un plan se mit en place dans ma tête, si notre cousin était là, il y aurait moyen de bien s’amuser avec ma sur.

Diffuse en direct !
Regarder son live