Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 996 fois
  • 0 J'aime
  • 0 Commentaire

Pick Pocket

Chapitre 1

Divers

J’ai environ 30 ans, et je travaille dans un édifice à bureau du centre-ville. Alors que j’étais dans le metro pour retourner à la maison, je sentis une presser et tâtonner mon pénis de l’intérireur de ma poche. La main me massait la basedu pénis ainsi que la partie droite des testicules. Je me retournai pour voir une jeune femme collée contre moi, la main dans ma poche; je lui fit un sourire qu’elle me rendit. Je réfléchis alors un peu et m’aperçu que en fait, j’étais en train de me faire masturber par une pick-pocket.


La jeune femme d’environ 5 pieds 7 pouces retira sa main. J’eûs alors un signe de désapprobation que je ui erprimai du regard. Je pris en même temps l’occasion de regarder son corps. Elle devait faire du 35C, ce qui reste raissonnable et le reste de son corps faisait rêver; une vraie taille de quêpe sans un once de gras mais en revanche, des cuisses plutôt musclée. Sa main ne fut pas sortit longtemps de ma poche en fait, elle ne sortit celle-ci que pour plus de liberté car sa main retourna directement sous mes sous-vêtement. Je santais maintenant la peau de sa main sur mon sexe. J’avais droit à un massage de rêve comprenant tout, des tesicules et de ce qui se trouve à leur arrière jusqu’au gland tout au bout. La sensation en était indescriptible et en plus, son agilité aurait presque pu laisser croire qu’elle avait une main a sept doigt. Ce massage me procurant un plaisir sans comparaison, et je tentai de lui rendre la pareille.


Je glissa alors ma main dans ses pantalons et m’apreçu qu’elle n’avait pas de petites culottes mais en revanche, ses pantalons possédaient des poches intérieurs. On comprend à quoi il serve puisqu’elle est pick-pocket. Alors que je commençais a explorer son monde intime, le vagon s’arrêta. Une vielle dame passa alors à mes cotés et me dit de calmer mes ardeurs. Je retirai alors ma main de ses pantalons et passa mot à ma compagne des paroles de la vielle dames. Cela calma son visage incompréhensif et enleva sa main à son tour. C’est ma déception qui suivit la sienne. Lui disant que j’aurais aimé que ça continue, elle répondit qu’il valait mieux attendre encore un peu jusqu’au terminus, il y aurait moins de monde à bord et on pourrait ainsi laissser libre cours à nos fantaisies.


Ce fut une longue attente! le vagon voisin se vida, nous y allèrent et je repris mon massage tandis qu’elle enlevait je ne sais trop quoi de ses poches de chemise. Le terminus arriva. nous sortîmes mais, après la visite d’un agent de sécurité, retounîmes à l’intérieur. Le train se stationnait pour longtemps, quelle chance ! Nous nous déshabillèrent en hâte, sachant parfaitement ce que l’autre cachait derriêre ses vêtements et elle entreprit de me suçer la queue. Alors qu’elle commença son oeuvre, je fis quelques simagries et nous nous ramassènt en position 69 les deux dévorant le sexe de l’autre en même temps. Ce ne fut vite plus assez pour nos demande et j’enfila un condom qu’elle me tendit pour ensuite la prendre par derrtère, comme un animal.


Malheureusement, court fut pour moi le plaisir d’être en elle car un second agent de sécurité passa et celui-ci nous mis définitivement dehors, nus les vêtements à la suite. Les quelques personnes sur le quai nous observait. Nous nous dirigeâmes alors dans le tunnel, en marchant sur le minuscule trotoir qu’il y avait en bordure. Nous étions trop chauds et excité pour arrêter cette aventure sur le moment même. Dans un coin à l’ombre, pas trop loin du quai, nous reprîmes d’où nous étions rendus mais en changeant les positions. Je lui laissa la place du dessus et me laissai faire. Elle montait et descendait sur mon membre dépassant les sept pouces, m’exhibant ses seins qui dansaient sur le rythme de son corps. Elle eut alors un orgasme et je la suivit.


J’étais rendu au paradis des hommes ! Je ne pouvais rêver de mieux. Nous retâmes un sur l’autre pendant un bon moment. Je lui demandait alors la raison de ce tout et elle me réponsit que je l’avait excité avec le taille de mon membre et ma beauté. J’étais charmé et je la laissa partir. restant couché et rêvant encore du plaisir qu’elle m’avait donné. Je me rhabilla et juste après que ce fut fait, je m’aperçu de la diparition de mon portefeuille. De toute façon, ça aura valu le coup !!!

Diffuse en direct !
Regarder son live