Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 58 192 fois
  • 226 J'aime
  • 14 Commentaires

Le piège.

Chapitre 1

Premiers émois solitaires ...

SM / Fétichisme

Je m’appelle David, j’ai un peu plus de vingt ans et je suis étudiant en fac de philosophie à Paris La Sorbonne. Contrairement à de nombreux jeunes qui ont hâte de quitter la maison familiale, surtout pendant leurs études supérieures, je loge toujours chez ma mère sur les hauteurs de Montmartre. Ma mère, Jeanne, est veuve depuis déjà près de 10 ans et elle apprécie m’avoir encore avec elle à la maison. Je suis son fils unique et, dirons-nous, son seul homme depuis le décès de mon père.


Pour certains, je suis un peu efféminé alors que pour d’autres je suis un peu androgyne. Disons que je ne suis ni un costaud, ni un grand sportif, ni un balèze, ni une force de la nature. Je suis blond, des yeux bleus, 1m75, 65 kilos, imberbe, physique agréable. Je suis plutôt un intellectuel rêveur qu’un actif exubérant. J’ai quelques excellents copains masculins qui apprécient ma compagnie et se moquent des commentaires graveleux de fier-à-bras toujours en quête de querelles. J’ai par ailleurs d’excellentes copines, dont un bon nombre de la faculté, qui aiment bien travailler avec moi ou sortir après les cours. Même si j’aime la compagnie de ces filles, dont certaines sont ravissantes, je ne recherche ni relation amoureuse ni étreintes charnelles avec elles. Pour moi, le plaisir est avant tout cérébral et je ne ressens nul besoin de sexe.


Ma mère, âgée de 55 ans, est issue d’une famille très bourgeoise et a suivi une éducation très stricte. Elle est très croyante et va à la messe de la paroisse tous les dimanches. Il m’arrive parfois de l’accompagner au Sacré Cœur, pas très loin de chez nous, et je trouve que l’ambiance y est très propice à la méditation, quelles que soient ses croyances. Elle est médecin réanimatrice à l’Hôpital Bichat près de la Porte de Saint Ouen et, bien qu’elle exerce essentiellement de jour, elle est régulièrement de garde la nuit.


Monopolisée par son travail particulièrement exigeant, et très investie par ailleurs dans la vie de la paroisse et quelques associations caritatives, elle n’a nullement recherché à remplacer mon père et je ne lui connais aucune fréquentation masculine hors cadre professionnel. C’est pourtant une femme encore très séduisante qui entretient son corps par des exercices de gymnastique avec une coach sportive et qui veille à être toujours élégante, au travail comme à la maison. Elle fait à peu près ma taille, a une poitrine encore ferme, de jolies jambes et des fesses bien galbées. Je ne doute pas qu’elle pourrait se trouver un nouvel homme, mais les plaisirs de la chair me semblent être le dernier de ses soucis.


Nous aimons tous les deux la vie que nous menons ensemble et ni l’un ni l’autre ne semble souhaiter rompre cette douce harmonie familiale. Nous prenons le plus souvent possibles nos repas ensemble et nous prenons plaisir à raconter nos journées. Elle me parle de son travail, je lui parle de mes études. Je l’accompagne pour les courses alimentaires et il nous arrive d’aller régulièrement ensemble au cinéma ou au théâtre. C’est une drôle vie pour un garçon de mon âge penserez-vous, mais cette vie me convient.


Cette vie calme et rangée s’est déréglée lorsque j’ai découvert un plaisir étrange. Récemment en fin de journée au retour de la fac, ma mère n’a pas encore fini de préparer le dîner et je décide de prendre ma douche avant de passer à table. Une fois lavé, alors que je suis en train de me sécher, je remarque la lingerie de ma mère qu’elle a mise à sécher sur un petit étendoir dans un coin de la salle de bain. Je ne sais pas pourquoi, mais je prends l’un de ses bas de soie, j’enfile la main dedans et je me caresse les testicules pour apprécier la douceur du tissu. Immédiatement, cela m’a provoqué une superbe érection et j’ai poursuivi l’expérience en me masturbant après avoir enfilé l’autre bas sur mon autre main. J’ai pris un énorme plaisir à me caresser délicatement les bourses et à branler lentement ma queue. Mes jets de sperme ont fusé et arrosé le lavabo tellement j’en avais dans les bourses. Il faut bien dire que je ne me masturbais alors que de manière très épisodique.


Une fois les preuves de ma jouissance disparue, j’ai rejoint ma mère dans la cuisine et le dîner puis la soirée se sont poursuivis normalement.


Deux jours plus tard, ma mère étant de garde et ne rentrant donc que le lendemain matin, je décide de renouveler l’expérience de la salle de bas. Je fonce dans la chambre de ma mère et j’ouvre grand l’armoire où elle range tous ses vêtements. Je fouille un peu partout en veillant à ne rien déranger pour éviter d’éveiller ses soupçons. Après quelques instants, je trouve les deux tiroirs qui m’intéressent. Dans le premier, elle range ses ensembles soutien-gorge et petites culottes. Parmi ces dernières, il y en a de tous les styles, mais elles sont toutes sexy ; les couleurs sont variées, mais beaucoup de noir, rouge et blanc. Ma main joue avec les tissus et c’est terriblement excitant de sentir la douceur de la soie, du satin et d’autres textures que je ne connais pas. Dans le second tiroir, ce sont les collants et surtout les bas. En ce qui me concerne, je trouve les seconds beaucoup plus excitants. J’en sors quelques-uns pour mieux les toucher.


Il y a là des bas noirs et couleur chair autofixants, mais il y a aussi des bas résille et des bas à couture qui nécessitent des jarretières. Je ne pensais pas que ma mère en portait, mais au fond du tiroir, je découvre de ravissants porte-jarretelles et de superbes serres tailles. J’imagine que ma mère doit parfois se faire plaisir en portant ce genre de lingerie sous ses tailleurs BCBG de doctoresse.


Je prends un string noir en satin et des bas noirs autofixants que j’enfile après m’être mis nu. Je m’allonge sur le lit de ma mère face au grand miroir et je commence à me masturber. Je suis tellement excité que je dois faire une pause pour ne pas jouir trop vite. J’ai les yeux fermés et je me branle d’une main tandis que de l’autre je caresse mes cuisses gainées de soie noire.

Ma bite est bien dure et mes tétons se tendent ; c’est un pur bonheur ! Soudain, je ne peux plus me retenir et je jouis longuement sur mon ventre. Des giclées de foutre atteignent ma poitrine et mon menton tellement cette séance de plaisir solitaire m’a excité. Une fois remis de mes émotions juvéniles, je remets tout en ordre et quitte la chambre de ma mère.


Cette nuit-là mon sommeil a été particulièrement agité, j’ai fait de nombreux rêves érotiques tous plus délirants les uns que les autres, mais tous aussi excitants.

Le lendemain matin, ma mère n’étant pas encore rentrée alors que je me prépare pour aller à la fac. Nu, je fonce dans sa chambre, ouvre l’armoire et subtilise un petit string noir et des bas noirs. Une fois dans ma chambre, je mets le string et les bas puis j’enfile par-dessus mon jean. Une fois habillé, je ressens comme un délicieux frisson d’interdit et je me demande ce que penseraient les gens que je vais croiser s’ils savaient que je porte la lingerie de ma mère. Mais qu’importe, moi je trouve cela très excitant et je sais que cela va changer beaucoup de choses dans mon quotidien.....

Diffuse en direct !
Regarder son live