Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 17 845 fois
  • 78 J'aime
  • 4 Commentaires

Piégé par ma belle-mère

Chapitre 1

Travesti / Trans

Je m’appelle Arthur et j’ai 19 ans. Je suis blond, je porte les cheveux longs et je mesure 1 m 70 pour 58 kg. Je suis quelqu’un d’assez androgyne, et je suis pratiquement imberbe.


Je vis actuellement chez mon père, qui s’est remarié à Carine, 32 ans, brune, gros seins, belles fesses...



Cet été là, je suis en vacances dans le chalet de mon père avec Carine et lui. Mon père et moi sommes fans de course à pieds, et il est prévu que nous allions courir dans la montagne quasiment tous les jours pendant une semaine. Je me blesse le lundi, mais mon père décide d’y aller quand même le mardi et je reste seul avec Carine au chalet.


Alors que je m’occupe du feu dans la cheminée, une braise saute et mes habits commencent à prendre feu. Je mes dépêche alors de me mettre sous l’eau de la doche pour éteindre le feu. résultat, mon Tshirt est fichu ainsi que mon pull et le reste de mes habits sont trempés. Je les mets à sécher et pars en prendre d’autres. Ils sont tous sales et il faut les laver à la main, le chalet n’étant pas équipé de machine à laver.


Par flemmardise, je décide d’aller prendre des affaires à mon père. Je ne trouve rien à ma taille, mais je prends ce dont j’ai besoin et retourne auprès du feu.


Je croise alors Ma belle-mère, qui se moque gentiment de moi devant mon accoutrement : "qu’est ce que tu fais habillé comme ça ?" me demande-t-elle. Je lui explique mon aventure et elle n’insiste pas.


Au bout de quelques minutes, elle me dit : "je suis désolée mais je ne peux pas te laisser comme ça tu n’as l’air de rien !" et elle m’invite à la suivre vers l’armoire de mon père dans l’espoir de trouver quelque chose de mieux.


Sans surprise, tous les habits sont bien trop grands et rien ne va.


Elle me propose alors de me prêter quelque chose de sa garde-robe. Je décline évidemment l’offre mais elle insiste.


_"Allez on s’en fiche, je fais pratiquement la même taille que toi, tu es ridicule. Je dois bien avoir quelque chose de pas trop féminin !


_Bon ok..."


Elle ouvre alors sa commode et commence à sortir quelque habits. Pour le haut pas de problème je trouve un tshirt pas trop décolleté que je passe.


_"Hey, il te va mieux qu’à moi !" me dit-elle


_Mouais bon j’avoue.


Pour le bas, c’est un problème. N’ayant plus de caleçon, il me faut un sous vêtement, et encore une fois ceux de mon père sont bien trop grands. Elle me sort diverses culottes et strings, mais je refuse de les porter. Elle trouver finalement un shorty noir sans trop de dentelle mais transparent... Je n’ai pas d’autre choix, je le mets.


Vient ensuite le problème du pantalon. J’essaye d’abord un jean noir mais je ne parviens pas à le fermer. Elle me propose un pantalon de tailleur mais il fait beaucoup trop féminin à mon goût.

Dernier recours : elle trouve un leggings noir à taille élastique. Je commence à en avoir marre d’avoir le sexe à l’air devant elle (le shorty dévoilant presque tout de mon intimité), je mets donc le leggings.


_"Alors ?


_Ca va, c’es plutôt agréable, et doux en plus !


_Ah bah tu vois ! Tu as bien fait de m’écouter. En plus il te fait des jolies fesses."


Je me regarde dans le miroir. Elle a raison, j’ai un super cul avec ça !


Cette vision combinée à la douceur de l’habit commence à me donner une érection, très visible au vue de mes vêtements.


Carine s’en rend compte et s’en amuse : "moi aussi si j’étais un mec, ça m’exciterait de voir une aussi belle paire de fesses"


_"Oh c’est bon" dis-je vexé, "puisque c’est comme ça, je l’enlève et je reprends les fringues pourries."


_Oh la la, tu es susceptible. Tiens, j’ai une solution à ton problème !


Elle me tend une jupe blanche à taille élastique, s’arrêtant à mi cuisse. J’hésite un peu puis je la passe, gêné de mon érection.


Je prends un blazer bleu marine et je sors de la chambre pour retourner dans la salon. Entre-temps, le feu s’est éteint et la température est tombée. Je vais chercher des chaussettes pour avoir un peu plus chaud.


Lorsque Carine me voit avec les chaussettes, elle s’énerve :


"Je te prête de jolis habits, et tu mets des chaussettes avec, tu n’as pas honte ?"


_Bah tu as une meilleure idée ?


Elle revient avec une paire de collants couleur chair dans les mains. "Tiens, mets ça".


_"Non mais c’est bon, je ne suis pas une fille non plus !"


_"Oh arrête un peu, pleins d’hommes portent des collants pour avoir chaud, ce n’es pas une honte !"


A force d’insister, je cède et je mets les collants. Je m’y prends n’importe comment, et je déchire le voile léger et fragile du bas.


Elle ne s’énerve pas, et va chercher une autre paire dans sa chambre. En revenant, elle me les met elle même, en m’expliquant qu’il faut d’abord le retrousser et non l’enfiler directement.


La sensation est divine. C’est la première fois que je porte des collants, mais déjà je sens la jupe éfleurer le voile gainant ma jambe, si bien que mon érection revient tout de suite.


Je croise les jambes pour la cacher.


"oh mais je vois que tu prends déjà des postures féminines !"


_ Haha très drôle !


_Oh ne te vexe pas, ça te va très bien en plus !


Le compliment me fait rougir et mon sexe est dur comme jamais. Je file au toilette me décharger, je n’en pouvais plus.


En revenant, Carine me tend une paire de bottines en cuir noir avec un petit talon. "tu m’as déjà abîmé une paire, tu ne vas pas m’en ruiner une autre en marchant par terre pieds nus.


La sensation est géniale, et j’ai l’impression que mon cul a pris du volume en marchant avec ces petits talons pas si dur à prendre en main.


"On dirait presque un femme quand même"


_"Super" dis-je ironiquement


_"Ça te dirait de ressembler à une femme au point de s’y méprendre ?" pendant qu’elle me dit ça, elle s’est rapprochée de moi pour parler à 10 cm de mon visage. Je sens son parfum, son haleine...


_"Heu... oui..." bredouillai-je sans le vouloir. Je n’arrive pas à contrôler mes mots, mais elle les a bien entendus.


Elle me traîne vers la salle de bains et me fait déshabiller. Je me retrouve nu comme un vers devant elle, et je suis pris d’une incroyable érection. Elle se penche vers mon sexe et commence à me faire une fellation. Je ne peux résister. Je sens l’orgasme monter. Je le préviens mais elle continue de plus belle. Je jouis dans sa bouche.


Elle se relève pour m’embrasser. La garce, elle a gardé toute mon semence dans sa bouche et me la rend par la même occasion, n’empêchant de cracher. Je n’ai d’autre choix que d’avaler, ce que me provoque un haut le cœur.


Une fois mon sexe redescendu, elle va chercher un objet en métal et me le mets dessus. Elle le ferme au moyen d’un cadenas et m’explique qu’elle ne va pas s’en sortir si elle doit me sucer toutes les 20 minutes.


Elle me fait ensuite une épilation en règle, avec le maillot et la raie des fesses, un brushing et d’autres soins que je pensais réservés aux dames. Puis, vient le tour du maquillage. J’ai le droit au rouge à lèvre, mascara, manucure... la totale !


Elle m’emmène dans la chambre où elle étale plusieurs tenues sur le lit, et me dit d’en choisir une et de la rejoindre au salon.


Une fois partie, je redescends un petit peu dans mon excitation, et je me dis que la plaisanterie a assez duré. Je me prépare à aller la chercher pour qu’elle m’enlève cette cage à pénis ridicule, quand je vois le reflet de moi-même dans la glace. Je vois une jolie jeune femme, certes avec un pénis et sans seins, mais tout de même.


L’excitation remonte, et je décide de mettre une tenue "juste pour essayer". Je l’enlèverai juste après.


Mon choix est difficile. Le look rockeuse avec pantalon en cuir me tente, ainsi que le style strip-teaseuse comprenant des bas résille et une mini-jupe...


J’opte finalement pour la tenue "secrétaire sexy".


Je déroule délicatement les bas couture que je fixe au porte jarretelles. Je mets le string noir fendu et j’enfile par dessus la jupe crayon fendue sur l’arrière, en cuir, m’arrivant au genou. Je suis obligée de faire de tous petits pas avec celle ci. Je prends ensuite le soutien gorge que j’ai du mal à fixer et le rembourre avec des bas.


Je passe par dessus un chemisier blanc transparent laissant entrevoir mon soutien gorge, le rentre dans la jupe, et complète la tenue par une veste de blazer noire donnant un effet strict à la tenue, et une paire d’escarpins noirs à hauts talons. Enfin, je choisis quelques bijoux et me fais une queue de cheval tirée sur l’arrière et mets les lunettes posées à côté d’une autre tenue.


Mon reflet me donne envie de me faire l’amour, et mon membre s’agite dans la cage. Je décide alors d’enlever les habits et d’arrêter toute cette mascarade.


Mais à ce moment là, rentre Carine, habillée d’une robe moulante noire et de cuissardes à hauts talons. Elle s’approche de moi, restée figée, et me mets une petite claque sur les fesses. Je me sens fondre.


Elle m’invite à la suivre; On arrive dans le salon, et un gode ceinture est posé sur la table.


_"tu vas devoir me rendre la pareille petite cochonne, me dit-elle


Elle enfile doucement l’objet, le serre et vient vers moi. Elle me prend la main et la guide vers le faux pénis lentement. Je me laisse faire. Je comprends que je vais devoir la sucer. Je m’agenouille devant elle et prends le sexe en bouche.


_"On dirait que tu as fait ça toute ta vie ! tu es vachement bonne !"


C’est vrai que je trouve cela plutôt naturel. J’adore la sensation.


Elle me liche les lèvres ainsi pendant quelques minutes puis m’invite à me relever. Je pense : "bon c’était sympa mais ça fait du bien quand c’est fini".


Je m’asseois sur la canapé pour reprendre mes esprits et va s’en va. Elle revient avec un flacon à la main, s’assois à côté de moi et m’embrasse à pleine bouche. Elle glisse ensuite ses mains sous ma jupe et touche mon sexe restreint. Un frisson me parcours. Elle me fait lever et appuyer contre le mur, pendant qu’elle relève me jupe.


Elle se baisse et crache sur mon petit trou. Je comprends alors ses intentions et je refuse catégoriquement. Elle ne me laisse pas, le choix : en 3 secondes je me retrouve menottée et à plat ventre sur la table.


Elle commence par m’introduire 1 doigt, puis 2, puis 3, tout en me murmurant de me détendre à l’oreille.


Je sens un liquide froid sur ma rosette. Je sais ce qui va se passer. Elle présente le gode à l’entrée, et force tendrement mais fermement. Ça me fait un mal de chien et je la supplie d’arrêter mais rien n’y fait, elle fait coulisser son objet en moi.


Tout d’un coup, je sens son ventre buter sur mes fesses. Elle m’a rentré les 18 cm en un coup ! Elle reste ainsi pendant un temps, puis commence des va et viens.


Je commence à prendre du plaisir à sentir ce membre en plastique en moi.


Elle accélère d’un coup et commence à me pilonner littéralement le cul. Mais je prends mon pied. Je lui crie de continuer, de ne jamais s’arrêter. J’ai un orgasme 10 fois plus intense que jusqu’à présent, une chaleur parcours mon corps tout entier pendant qu’elle m’écarte l’olive en me traitant de petite traînée, de garce...


Elle se retire, et me fait nettoyer le gode. Je suis amoureuse.


Elle me place alors un Plug de bonne taille, orné d’une pierre rose, "pour me garder ouverte au cas où"


Je vais alors me nettoyer après qu’elle a enlevé la cage de mon sexe qui ne tarde pas à grossir. Une fois dans la douche, j’entends mon père qui revient. Ces vacances vont être sympa !

Diffuse en direct !
Regarder son live