Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 40 301 fois
  • 142 J'aime
  • 1 Commentaire

Piégée par l'orage

Chapitre 1

Zoophilie

Je m’appelle Emma, j’ai trente deux ans, et, d’après mes amis, je suis assez belle. Je suis célibataire, ce qui ne m’empêche pas d’aimer le sexe. Mes partenaires, hommes ou femmes peuvent en témoigner. Je suis toujours habillée très sexy, sauf au travail ou je porte un tailleur assez strict.

Je suis juge au palais de justice dans un département du sud de la France.

Aujourd’hui, la journée a été très chargée. Un tas de dossier à traiter, dont un qui revient souvent sur la table.

C’est un jeune délinquant qui sème la terreur parmi le voisinage avec son chien, un énorme berger allemand. Le gamin doit avoir dix huit ans, très beau, mais en manque d’affection.

-Alors jeune homme, lui dis-je, encore vous. C’est plus que de la récidive. Je dois sévir. Vous avez quarante huit heures pour vous débarrasser de vôtre chien.

Le jeune homme, prénommé Boris, quitte le tribunal, le regard menaçant.

  Il est dix huit heure quand je quitte le palais de justice.

Le ciel se charge de gros nuages, çà sent l’orage. Ils sont très violents dans cette région. je démarre, et décide de prendre la départementale pour dire bonjour à mes parents.

Maintenant, c’est le déluge. la chaussée est inondée.

Subitement, ma voiture cale.

"Oh mon dieu, dis-je, dans ce coin isolé, qui va me venir en aide" A travers la pluie battante, je distingue des phares qui s’approchent. Je sors de ma voiture, et fait des grands signes pour intercepter le véhicule. C’est un gros 4x4. il s’arrête Un homme sort, vêtue d’un kaway, qui lui couvre une partie du visage.

-Un problème, demande-t-il.

-J’ai calé, que je réponds, elle veut plus démarrer. Mes parents habitent tout prêt, si vous pouviez me déposer.

-D’accord, passez à l’arrière.

A peine monté, deux bras me saisissent par la taille, et me plaque sur le siège. Je tourne la tête, et remarque un énorme berger allemand à la place passager. le chauffeur se retourne, c’est Boris, le jeune délinquant. Je croise le visage de celui qui me maintient de force sur le siège.

-Pat, mais qu’est-ce-que tu fais, lâche moi, voyou. Tu vas voir quand je vais croiser tes parents.

Il arrache littéralement mes vêtements. En deux minutes, je me retrouve entièrement nue.

-Putain, la juge, s’extasie Pat, comme elle est gauler. Je sens qu’on va bien s’amuser.

Je me débats de toutes mes forces, mais je fais pas le poids à côté d’eux. Et ce chien qui tire la langue en me fixant d’un regard froid.

Pat me fait pivoter, de façon que mon sexe soit entre les deux fauteuils de devant.

-J’ai décidé d’offrir un extra à mon chien avant de m’en débarrasser. Vas-y Rex.

-Mais vous êtes fous, hurle ai-je, arrêtez tout çà, çà va vous coutez cher.

Mais le museau du chien est déjà contre ma fente. Sa truffe, humide frotte contre mon clitoris. Puis, c’est sa langue qui rentre en action.

— Arrêtez-le, c’est sale. Je vous en supplie, retirez vôtre chien.

Mais la langue, râpeuse, continue son léchage. Elle écarte mes lèvres, et pénètre au plus profond de moi même.

Je ferme les yeux. Je ne reste pas insensible aux caresses de cette langue. Je me cambre légèrement en avant.

Pat, derrière moi, a saisit mes seins.

-Oua, comme ils ont devenus durs. Et les bouts, ils ont doublés de volume.

-Tais toi salaud, lui dis-je, tu ne vois pas que je me régale.

Ma chatte est toute mouillée. Que c’est bon putain. Il ne peut pas rentrer son museau.

Je tire le chien par ses oreilles pour le maintenir contre moi.

-Vas-y salaud, bouffe moi la chatte sale mâle.

Boris caresse le sexe de Rex. Il se gare dans un sous bois.

-Tu es prêt mon chien, tu vas niquer une juge, pendant qu’elle me taillera une pipe.

-Vous allez me faire prendre par la chien. Pat, s’il te plait, pour tes parents, résonne ton copain, je verrai ce que je peux faire pour qu’il garde son animal.

-Vous allez voir, vous allez vous régaler.

Pat me fait changer de position. Je suis à genoux, mon visage appuyé contre la vitre. Seule, la pluie qui ruisselle rompt le silence. Puis, je sens une masse poilue me grimper sur le dos, des pattes qui me griffent les flancs. Mais surtout, je sens une queue dure comme du béton à l’entrée de ma fente.

-Noonnn, crie ai-je, haa..haaa, pas çà.

Je suis en larmes. Le molosse entame ses va et vient. Sa queue tape au fond de mon vagin. petit à petit, la douleur s’estompe pour laisser la place à une sensation de plaisir.

Je sens le désir monter en moi.

Boris me tourne le tête, et pose sa queue en érection contre mes lèvres.

-Alors, cette pipe, tu me l’a fait, sale pute.

Sans réfléchir, j’ouvre la bouche, et l’avale. Le chien accentue ses coups de reins, je sens la bave couler sur mon dos, puis un liquide brulant qui se mélange avec ma mouille. Il se retire aussitôt en couinant. En même temps, Boris vide sa semence au fond de ma gorge en poussant des grands "han" de bucherons. Moi, mon orgasme est terrible.

J’éclabousse le 4x4 de ma cyprine. Je suis épuisée.

Je prends la tête du berger allemand, et la tire entre mes jambes.

-Nettoie ma petite chatte, lui dis-je. Tu vois comme une femme, même une juge, peut être une pute.

Comme s’il avait compris, Rex pousse un petit aboiement.

-Boris, j’ai un grand parc chez moi, je peux prendre Rex si tu veux. Il sera pas malheureux avec moi. Tu pourras venir le voir quand tu veux. Toi aussi Pat. On va bien s’amuser tout les quatre.

Diffuse en direct !
Regarder son live