Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Lue 13 852 fois
  • 84 J'aime
  • 4 Commentaires

piegées

Chapitre 3

Zoophilie

Il est 14h, on sonne à la porte, c’est Titi, nous partons chez Jean. Il vit seul depuis le décès de sa mère, il a la trentaine, c’est un gentil garçon mais un peu simplet, nous nous demandons ce qu’il va oser nous demander.

Il nous attend devant chez lui, il est excité comme tout.

— Alors les filles c’est vrai vous allez tout me montrer ?

— Oui Jean mais calme toi, ok ?

— Oui, mais tout me montrer même votre chatte et votre cul ?

— Arrête Jean, et entrons.

A peine entrées, nous sommes surprises Titi et moi par l’odeur, ça sent le vieux, le chien est là qui nous regarde, c’est propre mais bizarre, comme si rien n’avait bougé depuis des années.

Jean nous saute littéralement dessus il veut toucher nos seins, il nous masse les fesses.

— Calme toi, et attends on va se deshabiller pour toi ok ?

— Oui, à poils, à poils, à p..

— Oh tu n’es pas au stade d’accord ? tais-toi et regarde.

Nous nous déshabillons , et une fois nue Titi commence à me caresser la poitrine, le bout des tétons.

Jean est pétrifié, puis

— ça alors, vous n’avez pas de poils en bas ? je peux toucher aussi ?

— oui, viens, mais doucement.

Il fut d’une douceur angélique, il osa à peine toucher mes lèvres, puis il se baissa et me sentit le sexe, comme un chien le ferait avec une femelle.

— Alors ça sent bon ? montre nous toi aussi.

— Oui ça sent bon, je peux goûter ?

— Vas-y lèche le , regarde Titi comment elle fait.

Titi se mis à genoux devant moi et commença à me sucer le clitoris, à forcer mes lèvres avec sa langue sous le regard de Jean qui n’en perdait pas une. D’un coup il se releva et baissa son pantalon, c’est alors que je vis son sexe, il était énorme, au moins 20cm et très gros.

— Titi, matte la queue c’est énorme.

— Waouw, cette bite, montre la.

Jean, tout fier s’approcha de nous le sexe à la main, Titi fut la première à le prendre en main, puis se baissa et commença une superbe pipe. Elle avait du mal à l’enfoncer dans sa bouche, mais je voyai qu’elle prenait du plaisir à ce qu’elle faisait.

— Et moi alors, j’ai pas droit d’y goûter aussi ?

— Viens, elle est super bonne.

Nous nous sommes retrouvées les deux à genoux, suçant ce sexe à tour de rôle, Jean gemissait

— Oh putain, c’est bon, on m’avait jamais fait ça, oh oui c’est chaud.

On sentit son corps se raidir et il nous envoya son sperme dans la bouche, Titi cette salope avala tout.

— Bon alors tu as eu ce que tu voulais, on peut partir avec la photo ?

— Ah non, vous me montrez comment vous êtes égoïnes.

On s’est mise à rire,

— Ok vilain voyeur

En 69 Titi et moi commencions notre ouvrage, et comme à chaque fois, j’aimais retrouver le goût de son sexe, la saveur de son bouton et son savoir-faire avec sa langue, très vite la jouissance montait en nous. Jean repris de la vigueur et voulu sodomiser Titi pendant que je lui broutais le minou.

— Oh ! non Jean, je ne veux pas, pas là.

Me rappelant du marteau, au contraire j’encourageais Jean a y aller.

— Laisse toi faire Titi, tu verras, c’est comme un manche de marteau, je vais te lécher la rondelle.

— Non Elise s’il te plait.

— Tu verras tu vas aimer.

Je mis deux, puis trois doigts dans son petit trou, puis après l’avoir légèrement distandu, je pris la bite de Jean et la guida devant l’entrée interdite.

— Aie, non s’il te plait, arrete tu me déchires.

— AIEEEE, non ça fait mal.

— Ta gueule, on va nous entendre, et ça y est le gland est passé, détends toi et lèche-moi pendant qu’il finit.

— T’es une salope Elise.

Je repris le clito de Titi en bouche, excitée de voir son cul offert et perforé par la bite de jean, Titi changeait doucement de ton dans ses gémissements, elle me reprit également en bouche tout en laissant monter en elle une jouissance qu’elle ne connaissait pas.


Jean accéléra le rythme, ce qui fit jouir Titi, dans sa jouissance elle me mordit le clito et je suis partie comme une folle. Jean se retira, et un filet de sperme sortait du cul de ma copine.

— Les filles c’était super bon.

— Merci, mais où peut-on se laver ?

— Dans la salle de bain, au fond du couloir.


Celle-ci était modeste mais propre, Titi me fit des reproches.

— Salope, qu’est-ce qui t’a pris de vouloir me faire enculer par cette queue.

— C’était excitant, et toi tu as hésité quand tu me l’as fait à l’église ?

— Ouais, mais c’est dégueulasse quand même,

— Dis tu crois qu’il y en a d’autres avec nos photos ?

— .

De retour dans la pièce, Jean était assis, mais il rebandait, incroyable, après deux jouissances il était de nouveau raide.

— Les filles vous voulez pas recommencer avec la bouche ?

— T’es increvable toi !

— Allez soyez sympa.

— Elise fais le, moi je me repose.

— Ok, tu veux pas te casser le cul deux fois c’est ça ?

— C’est malin.

Jean se couchai par terre et moi je commençais à le sucer, les fesses hautes ce qui permis à Titi de me caresser aussi.

Très vite je sentis une langue me lécher, mais je ne reconnaissais pas celle de Titi, puis un truc froid me toucher le minou.

— Titi, tu fais quoi?

— Rien, laisse toi faire, tu verras tu vas aimer, suce et laisse moi faire.

Je repris ma succion, mais un peu inquiète. La langue recommença à parcourir mon sexe, elle me paraissait énorme, elle s’enfonçait entre mes lèvres, écrasait mon clito et remontait sur mon anus.

— Jean tu aimes ce que fait Elise ?

— Oh putain oui j’aime ça.

— Et toi Elise ?

— Oui.

— Vous êtes des égoïstes vous ne pensez qu’a vous, Jean tiens bien Elise par les épaules s’il te plait.

— Et oh pourquoi ?

Sans avoir le temps de trop réagir Jean me coinça entre ses bras et la tête contre sa bite.

— Élise reprends le en bouche n’aie pas peur.

— Tu vas faire quoi ?

— Je pense aux autres moi.

Elle tapa sur mes fesses, et là je compris, Marmot, je l’avais oublié, il mit ses pattes sur mes flancs et avec l’aide d’Elise il me prit comme ça.

— Non pas le chien, salope arrete.

— Tu as voulu qu’il m’encule, assume.

— Pas le chien non, stop, arrete il gonfle, il ..

Titi ne disait rien, Jean non plus, on entendait que le chien qui haletait et moi qui gémissais en pleurs, le chien se colla à moi, une boule énorme se mit à gonfler dans mon vagin.

— Il est trop gros je vais éclater, je le sens trop, c’est trop...bon, mon dieu je vais jouir.

— Il te fait jouir le chien , petite chienne ?

— Titi, oui je vais jouir, je vais jouir.

Un cri sorti de ma bouche en sentant Marmot se vider dans mon sexe, je n’avais jamais joui comme cela avant, effondrée je ne fis même pas attention au bruit impudique que fit mon sexe quand Marmot se retira, j’était tétanisée au sol, Jean excité s’était branlé sur mon visage sans que je m’en aperçoive.

— Merci pour nous deux les filles.

— Ça va Elise.

— T’es dégueulasse d’avoir fait ça.

— Pardon mais on devient folle là0

Sans rien dire, nous sommes parties nous relaver, au retour Jean était habillé, il avait mis la photo sur nos habits, en nous voyant, il se mit à pleurer en nous disant que c’était la première fois qu’il faisait l’amour avec des filles et pas des putes.

Attendries nous l’avons embrassé et demandé qui lui avait donné la photo. Sa réponse nous stupéfia, mais enfin nous savions à qui on avait à faire, et pouvions, nous aussi préparer une vengeance..

Diffuse en direct !
Regarder son live