Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 3 864 fois
  • 13 J'aime
  • 1 Commentaire

Pierrot

Chapitre 1

Trash

Je ne peux pas connaitre de filles à mon âge: je n’ai que 15 ans, pourtant j’aimerai bien jouir avec une autre personne. J’ai pu convaincre une vague cousine de me toucher la bite un soir sous la lune en nous promenant. Je sais qu’elle avait envie de jouir, j’en ai profité. Elle a préféré se masturber devant moi qui bandait que se donner. La seule façon qu’elle a trouvé de me faire jouir était la plus naturelle pour elle après m’avoir montrer comment une fille se donnait du plaisir. Je regardais sa chatte pleine de mouille, sa main allait et venait sur ma bite. Je n’ai pas mis longtemps à gicler. Elle n’a jamais plus voulu me branler.

Un après midi, avec un copain nous étions en plein bois quand je l’ai vu sortir son engin pour pisser. Je regardais sa bite avec envie, je voulais la prendre dans ma main. Sa bite était belle, pourtant il ne bandait pas. Il était en train de la rentrer quand je lui ai demandé de me la montrer encore. Étonné il le faisait. Sans rien dire je l’ai prise ans ma main, je l’ai serrée, il commençait à avoir une érection.

Je changeais de position pour être à mieux de le masturber. S’il ne le voulait pas, il n’en disait rien. J’ai pu faire descendre son jean avec son slip. Sa bite grossissait encore plus. Je faisais deux ou trois va et vient avec son prépuce: il était vaincu. Je lui ai demande de se mettre tout nu, ce qu’il a fait sans rechigner. Je voyais sa bite, ses couilles et surtout son cul.

A mon tour, devant lui, je me suis mis aussi nu. Je bandais. J’ai approché ma queue de la sienne pour faire les comparaison, j’étais à peine plus long que lui et moins gros.. J’ai repris mes caresses sur lui. Il me laissait faire ce que je voulais.

J’en voulais tant que je le faisais sans rien demander. Il faut dire que mes va et vient le laissait inerte, sinon que le plaisir le touchait. J’ai su arrêter avant son orgasme pour qu’il se tourne. J’ai posé ma bite sur son anus. J’ai aussitôt repris mes travaux sur son bout de chair gonflé. Il me semble encore avoir l’empreinte de sa bite dans ma main droite et de ses couilles dans ma main gauche.

Pierrot était mon premier garçon, pourtant dans mes fantasmes je me voyait mettant ma bite au cul d’une fille. Je bandais trop pour abandonner ce que je faisait. Je mouillait son anus avec de la salive, mon gland était contre le cul, entre ses fesses. Je sentais bien que j’étais près de lui faire subir ce que je ne connaissais pas. Je me disais que j’avais de la chance d’avoir ce cul à ma disposition.

J’avais peur de lui faire mal en entrant, alors j’ai fait calmement la pénétration. Je sentais avec plaisir mon gland écarter son rectum: il s’était penché en avant, me donnant son postérieur. Je suis entré sans qu’il s’en plaigne. Je forçais à peine pour lui mettre toute la longueur de ma bite. C’était meilleur que la masturbation que m’avait faite en vitesse ma cousine. C’était bien meilleur que quand je me branlais. Je suis resté un petit moment sans bouger au fond du cul.

J’avais toujours sa bite en main quand il m’a demandé de la li lâché. Il préférait se branler lui-même excité qu’il était par la présence de ma bite dans son cul.

— Tu aime de faire mettre comme je fais ?

— Oui, c’est excitant, je me branle en même temps, c’est encore meilleur.

— Tu as déjà été enculé ?

— Non, c’est la première fois.

— On recommencera ?

— Oui, j’aimerai te la mettre aussi à mon tour.

— D’accord.

J’ai continué un moment. J’ai souvent arrêter pour ne pas jouir trop rapidement. La nature est mal faite, alors que je voulais presque arrêter j’ai jouis. Je sentais mon sexe avoir ses spasmes normaux. Je sentais surtout son anus se refermer sur moi: il jouissait aussi.

Je suis sorti de son corps. Nous nous sommes retrouvés face à face, nous débandions tous les deux. Nous nous sommes allongés sur l’herbe sous les arbres. Côte à côte nos mains caressaient le corps de l’autre, particulièrement les pubis pour nous faire bander encore. Il me racontais ce qu’il avait ressenti avec ma pine dans son cul. C’est ce que je devais ressentir un peu plus tard. C’est pourtant ainsi qu’un moment après nous avons encore bandé. Sa bite me plaisait toujours autant, il me semblait même qu’elle avait grossi.

Pierrot s’est penché vers moi, je ne sais pourquoi. J’ai su quand il a arrêter. Il m’a embrasser la bite avant d’ouvrir la bouche en grand pour la mettre dedans. J’ai senti ce plaisir comme une avancée: c’était excitant de voir sa bouche avec ma bite dedans, se sentais sa langue caresser mon gland, je sentais ses lèvres autour de ma queue. Heureusement pour lui il a arrêté. J’aurais aimé qu’il continue, je sais que j’aurais joui encore plus fort dans sa bouche

Il m’a demande de me mettre sur les genoux. C’était mon tour de me faire mettre. Je bandais comme un âne. Il m’a branlé pour la première fois: c’était bon, j’aurai encore joui. Il est venu derrière moi. Je sentais sa bite entre mes fesses. Il mouillait bien avec sa salive l’entrée de mon corps.

Il est entré. Je sentais que mon cul s’ouvrait pour céder le passage. Il me semblait voir ce que ce passait. J’avais mal un bon moment, comme un homme que je n’étais pas encore je serrais les dents. Je sentais passer toute sa tige entre mes fesses. Quand il était tout au fond, je n’ai rien senti sinon que quand il a repris la sodomie, je commençais enfin à sentir un plaisir étrange envahir mon ventre.

— Branles moi, je préfère.

— Tu aime te faire mettre ?

— Assez oui.

Il a pris ma bite pour me branler: il branlait bien. C’était sacrément bon avec sa bite dans le cul. Je l’ai senti jouir au fond de mon cul. C’était un drôle d’effet de le sentir se déverser en moi. J’ai joui aussi.

Nous avons passé je ne sais combien de jour à jouer aux homos, et ça trois fois par jour, surtout les soirs. Pierrot aimait bien se faire mettre, j’aimais l’enculer et nous nous sucions régulièrement.

OOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOO


Le temps a passé, Je suis âgé de 30 ans, je suis père de famille, mon épouse est des plus sensuelle. Elle aime à peu près tout, sauf m’avaler quand je jouis dans sa bouche, ce qu’elle accepte volontiers à condition que je lui en fasse autant. Nous étions en ville faisant des courses quand nous rencontrons Pierrot, le Pierrot dont j’avais parlé à ma femme.

Que faire quand on rencontre un ancien amant avec sa femme? Le lui présenter bien sur, même si vous pensait qu’elle peut en être jalouse. Pas du tout, elle l’invite pour le soir même à la maison. Je n’en dit rien. Le soir Pierrot vient chez moi. Je suis surpris de son cadeau: un énorme bouquet à ma femme. Au moins il est poli. Elle l’interroge sur sa vie actuelle.

Gêné, il répond comme il peut aux questions:

— Êtes-vous marié ?

— Non je …

— Oui ?

— Je vis avec un ami.

— Vous avez un ami ?

— Oui, le seul.

— Vous n’avez pas perdu ce que vous faisiez avec Yves,

— Non.

— Si je vous demandez de recommencer pour une fois avec mon mari ?

— Ce serait avec plaisir;

Mon épouse décide pour moi. Elle donne mon cul au premier amant que j’ai perdu de vu depuis je ne sais combien de temps

— Allez, mettez vous tout nus et bandez bien, je veux voir deux belles bites.

Pour accentuer son désir, elle défait la ceinture de Pierrot, lui fait sortir la bite: il ne bande pas. Il ne commence à bander que quand je suis nu moi aussi. Il me fait bander ce con. Ma femme aussi est nue. Elle s’assoie sur un fauteuil, me montre sa chatte: baise moi devant ton copain qui te la mettra en même temps: te verra tu jouira bien.

Je m’installe à genoux devant elle qui en attendant se branle. J’entre dans son puits plus que mouillé. Je me régale toujours autant dans son ventre. J’aurais même préféré son cul. Je ne peux pas, elle veut me voir avec une bite dans le cul.

Avec a propos, elle prend de sa cyprine pour la mettre sur l’anus. Pierrot profite qu’il a mon arrière train à disposition pour venir poser sa bite sur mon cul. Des souvenirs de jeunesses remontent. Il entre lentement dans mon ventre. Je fais la grimace: ma femme me console; tu verra tu jouira mieux ainsi. Elle surveille bien ce qu’il me fait. Au bout d’un instant je reconnais que ma bite dans le sexe de mon épouse et la bite dans le cul de Pierrot me font plus de bien que d’habitude. Ma femme me donne sa bouche et sa langue. Pierrot me caresse le pubis.

Excitée, elle ne tient pas longtemps: je la sens jouir. Je ne débande pas avec la bite dans mon cul. Je sort du con de ma femme: Pierrot prend ma bite humide de cyprine pour me branler. Il y a longtemps qu’une main d’homme ne m’a pas toucher la bite. Il réussit l’exploit de me faire jouir en même temps que lui. Mon sperme se perd sur le ventre de ma femme. Il se penche pour le lécher.

Je suis incapable de dire si nous recommencerons, elle a beaucoup aimé de voir avec une bite au cul. Pourtant je préfère la lui mettre dans le lit conjugal. Et si elle voulait nous voir faisant un 69 ?

Diffuse en direct !
Regarder son live