Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par Anonyme
  • Lue 22 641 fois
  • 63 J'aime
  • 0 Commentaire

La Piscine -b

Chapitre 1

Voyeur / Exhibition
63
5

L’année dernière l’été fut très chaud, quoi de plus gai alors que de plonger dans une piscine ! Mes finances n’étant pas au plus haut, je devait me contenter de la piscine municipale. Vaste bâtiment construit au début du siècle, le bassin avait la particularité d’avoir des bords très hauts, plus de 1 mètre au dessus du niveau de l’eau. Les vestiaires étaient constitués soit de cabine personnelle soit de salle commune. Je pénétrais donc dans une de ces cabines et me déshabillait promptement, mis mon nouveau maillot Hawaii et me dirigeais vers le bassin. Petit passage aux douches, ensuite le bassin froid pour les pieds. Peu de monde en ce début d’après-midi, quelques vieilles dames munies de bonnets à fleurs en relief, quelques papy au abdominaux flasques, rien de très amusant.


Je plongeais donc dans l’eau fraîche, wouaw ! Quelques mouvements de brasses et puis en route pour une longueur en crawl. C’est alors que je remarquais les 3 filles, assises sur le banc qui court autour du bassin. Comme dans un film : une blonde, une brune et une superbe rousse. La blonde, la plus grande du groupe portait les cheveux courts, à la garçonne, vêtue d’une maillot bleu d’une pièce marqué USA TEAM, de longues jambes et une poitrine semblant parfait, moulée sous le maillot, les tétons en reliefs. La brune, plus petite, le cheveux longs, les yeux verts, une bonne poitrine et une cambrure à damné un évêque intégriste ; son maillot deux pièce vert clair faisait ressortir son bronzage récent.. La rousse, grande elle aussi, des cheveux lui tombant sous les fesses, de petites tâches de rousseur sur le nez et le corps, de grands yeux bleus, un maillot d’une pièce, échancré aux hanches, si bien que ses jambes semblaient ne jamais finir. Pas plus de 20 ans chacune.


Je manquais de ne pas m’arrêter de nager et de me cogner sur le bord, quelle magnifique tableau ! Je m’arrêtais mine de rien sur le bord, ainsi installé, je ne manquais plus rien de leurs gestes et je pouvais entendre ce qu’elles se racontaient. La blonde s’appelait Vanessa, la brune France et la rousse Ingrid, elles passaient visiblement leurs vacances ensembles chez France. Elles discutaient du film de la veille à la TV, le nom de la rose, commentant avec force détails la scène d’amour entre le jeune moine et la villageoise. Elles pouffaient de rire de temps en temps, rougissant légèrement des bêtises qu’elles se racontaient.


Puis tout à coup Ingrid posa les yeux sur moi, me sentant un peu coupable, je rougis et tournais la tête en essayant de prendre un air dégagé. Mais le mal était fait. Elle poussa du coude ses copines et après un rapide conciliabule, elles plongèrent toutes les trois dans l’eau. Je me retrouvait rapidement encerclé. Ingrid me demanda si je venait souvent ici et nous avons commencé à parler de tout et de rien. Elles me disaient qu’il était très rare de croiser dans cette piscine autre choses que les fossiles flottants qui nageaient tant bien que mal autour de nous. Elle me proposèrent alors un jeu, le jeu de la vérité. Chacun posait une question à quelqu’un de son choix et celui-ci devait absolument répondre la vérité. J’acceptais sans grand enthousiasme . Vanessa le posa la première question : ’ As-tu déjà fait l’amour à la piscine ? ’ Rouge jusqu’au oreilles je murmurais que non, fâché de m’être laissé entraîner dans cette aventure. France demanda ensuite à Ingrid quel était son fantasme sexuel le plus fort. Ingrid répondit sans rougir qu’elle rêvait de se faire sauter dans les vestiaires d’une piscine. Sans autre forme de procès, Vanessa me demanda si je voulait exaucer ce voeu. Me sentant perdu je répondis que oui, pourquoi pas. Nous sommes alors tous les 4 sortis du bassin et dirigé vers les vestiaires. La bosse dans mon maillot commençait à se voir et je fut heureux de me retrouver dans une cabine individuelle avec les trois filles. Nous manquions un peu de place, mais cela allait. Ingrid se colla contre moi et m’embrassa tout en commençant à détacher son maillot. France dénouait le noeud de mon maillot et nous nous sommes retrouvé rapidement nus tout les deux. Les yeux des 3 demoiselles s’agrandirent à la vue de mon sexe dressé, il faut dire que je suis assez bien pourvu par la nature ! Ingrid se laissa doucement glisser à genoux devant moi et prit ma bitte dans sa bouche, profondément. Elle suçait merveilleusement, tournant avec sa langue autour de mon gland tout en allant et venant avec la tête, s’arrêtant de temps à autre soit m’ayant avalé au plus profond de sa gorge soit en entourant le gland de ses lèvres et en me léchant avec sa langue experte . Les deux autres nous regardaient en silence. Après quelques instants, Ingrid se releva, s’appuya des deux mains sur le bancs et écarta les jambes, m’offrant la vue de sa chatte rousse et de son cul offert. Je pénétrais très facilement, elle était lubrifiée à la perfection par tant de désir et par la piscine. Elle gémis et je commençait à la bourrer avec force, elle s’accrochait au banc, puis se releva un peu et s’appuya contre le mur, elle était magnifiquement cambrée, le cul offert à mes coups de boutoir.


France et Vanessa s’embrassaient sur la bouche en se caressant la poitrine, ravies du spectacle. France caressait doucement la vulve de sa copine à travers le maillot trempé. Ingrid m’expulsa de son vagin d’un magnifique coup de croupe et me demanda de m’asseoir, France en profita pour prendre mon sexe dans sa main ’ je ne peux pas en faire le tour avec mon pouce et mon index, il est vraiment fantastique ! Ingrid s’empala alors sur mon sexe tendu et commença à monter et descendre de plus en plus vite. Elle jouis en criant, ses gémissements résonnaient dans toute la piscine. Elle se releva et s’appuya le dos contre la paroi, en écartant les cuisses. Je m’enfonçais à nouveau en elle, debout contre le mur. Je cognais de plus en plus fort puis n’y tenant plus je la remplissait de mon foutre en regardant le regard amusé de ses amies. Je restais encore quelques instant en elles, quelques mouvements de va et vient finissant de nous combler. Une fois nos maillots remis, nous sommes sortis et dirigés à nouveau vers le bassin. Quelques vieux nous jetaient de drôles de regards en nous croisant.


Une fois dans l’eau, nous avons repris notre jeu qui devenait très intéressant ! Ingrid demanda à France si elle avait déjà fait l’amour dans un endroit où on pouvait la surprendre. Elle réfléchi un peu puis déclara que non. Eh bien en route dit Vanessa, tant que nous avons une grosse bitte sous la main ! Nous sommes alors sortis à nouveau et dirigés vers les douches des dames. Deux rangées de pommeaux, des chaînes, rien de romantiques. Le sol était couvert d’eau froide , quelques traces savonneuses ici et là, la saleté relative de l’endroit semblait émoustiller ma future partenaire car elle s’assit immédiatement par terre, puis se mis sur le dos. Ingrid et Vanessa se postèrent chacune à un des accès afin de nous prévenir de la présence éventuelle de personnes indésirables. France enleva rapidement son maillot et j’arrachais presque le mien, j’avais repris une bonne vigueur et mon sexe dressé lui apparu sous le nez. Elle le pris elle aussi dans sa bouche, assise devant moi, baignant dans l’eau savonneuse stagnante. Quelques rapide coups de langues finirent de me mettre en parfaite condition. Elle caressait mes couilles avec ses ongles longs ce qui provoquait à chaque fois de délicieuse décharge électrique dans toute ma verge. Puis elle se mis sur le dos par terre. Je la pris d’un seul mouvement, jusqu’à la garde. Le sol glissant ne m’assurait pas une position très confortable, de réussi à la pousser un peu et en pivotant je pris appui avec mes pieds contre le mur des douches, ainsi installé je pu redoubler de violence dans mes coups de boutoirs. Nous étions tellement excités par le risque de nous faire prendre que nous avons jouis très rapidement. Elle parti en premier, criant et me griffant le dos, elle gémissait et me murmurait des mots cochons, qu’elle avait senti ma grosse bite jusque dans son estomac, que j’étais un amant fantastique. Quand je senti ma semence monter, je me retirais et lui recouvrait le ventre de bon jus bien épais, elle se frotta mon sperme partout sur son corps comme si il avait s’agit d’un savon pour la douche, elle se lécha les doigts ensuite puis repris mon sexe dans sa bouche et le nettoya impeccablement. . Elle se releva et pris une douche rapide. Les deux autres nous rejoignirent et nous reprîmes le chemin de l’eau fraîche. Je dois vous avouer que je commençait doucement à faiblir, mais la perspective de m’envoyer la belle Vanessa me redonnait du courage.


’ Ne perdons pas de temps ’ dit Ingrid, comment veux-tu qu’il te prenne ? Vanessa me regarda au fond des yeux et répondit : ’ vite et bien dans l’eau du petit bassin ’. Le petit bassin était souvent désert, les enfants fréquentant d’autres piscine moins sinistre, de grands escaliers y menaient, de larges marches sous l’eau, de quoi prendre appui pour nombre de jeux.... Nous nous sommes dirigés vers les marches. Assise dans l’eau, Vanessa a enlever son maillot, nous étions loin du regard des derniers baigneurs, la piscine fermait ses portes dans moins de dix minutes, nous craignons plus le maître nageur faisant sa dernière ronde. Sans attendre, je la pris appuyé contre le bord, de l’eau jusqu’à la taille clapotant au rythme de nos mouvement. Elle était délicieusement brûlante, accompagnant mes mouvements, le bassin en avant, anticipants mes coups de boutoirs. Elle gémissait doucement. France passa derrière moi, se saisi de mes couilles fatiguées et commença un massage sublime. ’ Tu as une bitte magique ’ me murmura Vanessa. Elle pris une profonde respiration et jouis doucement en m’embrassant. Je continuait à la bourrer consciencieusement, alternant les coups de reins rapides et les mouvements plus lents mais plus profond, elle avait fermé les yeux depuis sa jouissance exquise. Après quelques instant, elle les rouvrit doucement, elle avait le regard brillant des femmes qui ont pris un pied phénoménal, elle me regarda droit dans les yeux et me dit qu’elle sentait qu’elle allait jouir à nouveau. J’accélérais le rythme, le s’accrocha à mes épaules, accompagnant toujours mes mouvements avec son bassin, jetant sa chatte vers l’avant, cherchant la pénétration la plus profonde possible. Elle recommença à gémir, à secouer la tête, ses superbe cheveux blonds trempés me fouettaient le visage, j’accélérais encore et elle jouis en criant cette fois, puis à peine calmé elle recommença, et encore. Nous nous sommes alors arrêté, elle était au bord de l’évanouissement de plaisir. Elle plonga sous l’eau pour reprendre ses esprits. France et Ingrid nous regardaient toujours, jalouses du plaisir qu’avait pris leur copine mais heureuses pour elle. J’allais venir pour la troisième fois et je voulais un apothéose. Je les invitaient sur le bord et elles se mirent à genoux devant moi. Vanessa prit ma bite en bouche, la suça un peu puis la passa à Ingrid qui l’enfonça loin dans sa gorge avant de la passer à France. Mon sexe fit ainsi le tour de leur trois bouches gourmande à plusieurs reprises. Elle léchaient, mordillaient, pompaient, se giflaient l’une l’autre avec ma verge en riant. Je senti rapidement le sperme monté, je me retint le plus possible puis me retirais de la bouche onctueuse d’Ingrid et lui arrosait le visage en grognant de plaisir. Ce fut une véritable fontaine, comme si j’avais fais des réserves durant des mois, elles furent toutes trois aspergées et leur beau visage fin couvert de ma semence onctueuse. Il y eu bien 10 jets épais, les souillant dans les cheveux, dans la bouches, sur leur poitrine, partout. Ingrid repris rapidement mon sexe dans la bouche et le nettoya avec une ferveur incroyable, cherchant les dernières gouttes de sperme à avaler. Elles plongèrent ensuite dans l’eau pour se laver.


Nous nous sommes ensuite quitté, nous reverrons nous un jour ailleurs ? ? ?

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder