Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • 9 J'aime
  • 0 Commentaire

A la plage

Chapitre 1

Inceste

Alain est allongé sur le sable, il regarde Aline et Véro, elles jouent dans l’eau, il se retourne et s’endort à l’hombre du parasol.

Des voix le réveillent, il y  a des voix de femmes et des voix d’hommes, il reconnaît la voix de Véro et d’Aline mais à qui sont ces voix d’hommes ?

Il se retourne et voit deux hommes la trentaine, assit avec les deux femmes, l’un d’eux est très proche d’Aline et il lui semble même, qu’une de ses mains est sur son bas du dos, l’autre est couché tout contre Véro et lui caresse l’entre cuisse.

-          Faut pas vous gêner, si je vous emmerde, il n’y a qu’à le dire !

-          Ho ! Pardon mon cœur on t’a  réveillé ?

-          Vous n’avez pas honte de vous faire peloter devant tout le monde ?

-          On discute, on ne se fait pas peloter, comme tu dis !

-          Ha non ? Ce mec te caresse le dos et le cul et l’autre caresse la cuisse et la chatte de ma sœur et ils ne vous pelotent pas ?

-          Tu n’as rien d’autre à faire gamin, vas jouer dans l’eau et laisse nous tranquille ! dit le mec qui caresse le cul d’Aline.

-          Je suis gamin mais je te donne deux secondes pour dégager. Vous n’avez pas honte toutes les deux ?

-          Mais enfin Alain, on ne fait rien de mal, on discute !

-          Toi tu discute et lui te paluche et l’autre viole ma sœur, tu veux que j’appelle papa, il viendra vous aider, il n’est pas loin, juste là, à l’hôtel ?

-          Calme-toi mon chéri ce n’est pas la peine d’en faire un drame, pour une discussion !

-          Ta mère à raison gamin, vas jouer dans ta rue et laisse les grands entre eux !

-          Je viens de te dire de fiche le camp gros con, ici je suis chez moi cette plage est à moi et tu dégage et vous les deux putes vous allez rentrer et vite !

-          Comment ça la plage est à toi ?

-          Je suis le patron ici, cet hôtel est à moi et ces deux putes sont ma mère et ma sœur alors dégage !

-          Alain tu n’as pas le droit de nous parler comme ça, tu t’énerve pour un rien !

-          On verra si papa le prendra comme tu le dis quand je lui dirais que tu te fais palucher sur la plage devant les clients et que tu laisse ma sœur à la merci d’un con, qui la viole sous tes yeux !

-          Tu ne vas pas raconter ça à ton père tout de même, nous n’avons rien fait de grave !

-          Puisque ce n’est pas grave pourquoi tu as peur ?

Deux gars de la sécurité de l’hôtel, voyant leur patron au prise avec deux individus, venaient d’arriver.

-          Un problème monsieur ?

-          Sortez-moi ces deux mecs, ce ne sont même pas des clients et faites venir mon père !

-          Bien monsieur de Valmont !

-          Non, non, pas la peine de déranger mon mari l’histoire est close !

-          Ici c’est moi le patron et c’est moi qui commende et je veux que papa soit au courant de ce que tu fais !

-          Alain tu veux te venger, c’est ça ?

-          Me venger de quoi grand dieu ?

-          Tu le sais bien ?

-          Oui et toi aussi maman, la vengeance est un plat qui se mange froid, je t’ai dit que je me vengerais et c’est mon jour !

-          Ne dis rien pour ta sœur ce serait horrible !

-          Je me vengerais de vous deux et tout de suite, je t’avais dit, que tu regretterais un jour de m’avoir humilié devant ma sœur et ses copines !

Oui Alain avait une vengeance à accomplir envers sa mère et sa sœur, elles l’avaient traîné dans la boue et humilié et cela devant un parterre de filles et depuis ce jour il n’osait plus sortir n’y se montrer en public.

Alain de Valmont, marquis de saint Verrant, venait d’hériter du titre et de la fortune de son grand-père paternel et tenait sa vengeance.

 Le père d’Alain était mort voilà quelques années dans un accident et il était le seul héritier de sa fortune et du titre, sa mère était remariée et Alain avait laissait la gestion de son hôtel à son beau-père, avec qui il s’entend très bien.

 Le reste de sa fortune était aux mains des banquiers et des tuteurs. Alain n’aura 18 ans que dans deux jours et prendra enfin la direction de son patrimoine.

L’histoire ?

 Les deux femmes ont pris une photo d’Alain, qui pour innocente qu’elle soit, peut sembler compromettante. En effet la photo semble montrer Alain en train de sodomiser un homme, alors qu’en fait si l’on regarde bien, ils ne sont pas sur le même plan et l’homme porte un slip couleur chair.

Cette photo a été prise de loin, Alain est sur son bateau et aide son matelot à tirer un bout et il semble qu’Alain tient l’homme par les hanches et le sodomise mais ceci est faux.

Les deux femmes ont montrées cette photo, le jour des 17 ans d’Alain devant tout le monde, laissant croire à tous qu’il était homosexuel, depuis ce temps il est traumatisé.

Les moqueries vont bon train et les filles le fuient.

-          Que se passe t’il mon grand, pourquoi as-tu fait virer ces deux mecs ?

-          Ta femme et ta fille étaient en train de se faire baiser devant tout le monde par eux !

-          Tu ne peux pas te passer de faire du scandale hein salope et avec ta fille en plus, tu la laisserais se faire baiser à l’âge qu’elle a, rien que pour faire chier le monde !

-          Il ment, on discutait juste avec ces deux gars et lui il dormait, il n’a rien vu du tout !

-          Ah oui, je n’ai rien vu et le mec qui te pelotait le cul et l’autre la chatte de ma sœur !

-          Je te crois Alain ! Tu ne dirais pas cela sans raison et je connais ta mère, il lui faut une punition et avec le mal qu’elles t’ont fait, c’est à toi de les punir !

-          Je pars un mois avec le bateau, je voulais partir seul mais je vais les prendre avec moi, toutes les deux, elles vont se faire chier un mois entier !

Le lendemain, les deux femmes et Alain embarquaient pour un mois sur le voilier et appareillaient vers la Corse.

Les premiers jours tout allait bien même si les deux femmes étaient en colère contre lui, elles savaient ne rien pouvoir faire.

La vengeance d’Alain allait bon train, seule avec lui à bord, mis à part de se faire bronzer et dormir, il n’y avait pas grande distraction.

Sa sœur vient le voir cet après-midi  et lui demande, si elles peuvent se mettre nues pour bronzer et il n’y voit aucun inconvénient.

Les deux femmes se passe de la crème, il est à la barre et voit bien, que cela prend plus de temps qu’il n’en faut, surtout aux endroits les plus sensibles. Il ne dit rien, il sait depuis déjà longtemps, que les deux femmes font l’amour ensemble.

Il met le bateau au mouillage pour se reposer et va dans sa cabine,  il n’en sort que vers 15 h et va au salon prendre un café, sa sœur est là.

-          On a eu tort Alain, on voulait rigoler le jour de tes 17 ans et on t’a fait du mal, je m’excuse, je ne savais pas que cela irait si loin !

-          Pourquoi tu te laisses faire par maman ? Tu sais que c’est une salope et tu fais tout ce qu’elle veut, la photo, c’était son idée je suis sur !

-          Je me laisse faire pour prendre du plaisir, j’aime quand elle me mange la moule et j’aime lui manger la sienne, pourquoi tu refuse de baiser avec elle, c’est une sacrée cochonne tu sais et elle n’attend que ça ?

-          Si je baise avec elle, elle me tiendra par la queue et ça je ne le veux pas !

-          Je pense au contraire que c’est toi qui la tiendras, tu sais, papa ne la baise plus depuis longtemps, elle l’a trompé une fois et depuis il ne la touche plus et la surveille en permanence, c’est pour ça qu’elle a virée gouine!

-          Ecoute-moi bien ici à bord c’est moi qui commande, ou vous vous comportez comme des gens civilisés ou je vous fous à l’eau, et vas passer un vêtement, je vous permet d’être à poil pour bronzer, pas plus ! Franchement ça ne te gène pas de me montrer ta moule comme ça ?

-          Non, franchement non ! J’aime bien te la montrer même et ne me dit pas que tu n’aime pas la voir, sinon pourquoi tu la regarde !

-          Comment faire autrement, tu es là, assise en tailleur face à moi, ta chatte rasée bien ouverte, je vois même ton petit trou !

-          Tu es imbécile Alain ou tu le fais exprès, il faut faire comment, t’expliquer les choses, si je te montre mon minou c’est pour une raison, non ?

-          Si je comprends, mais je n’ai pas envi et tu le sais !

-          Menteur, tu bandes comme un bouc, tu es puceau c’est ça et tu as peur de moi, tu as peur des filles, dit moi Alain !

-          Bien sur que je suis puceau et alors, ce n’est pas parce que tu es une traînée, que je dois faire pareil !

-          Tu pense vraiment ce que tu viens de dire ou tu es jaloux, je ne suis pas une traînée comme tu dis, loin de la, je t’admire Alain car depuis la mort de papa, tu es le petit homme de la famille, tu suis tes études et tu es toujours présent pour nous et quand maman s’est remariée, tu as accepté Jean et lui a même montré une grande affection et tu la pris comme confident et lui a confié ta fortune, tu sais qu’il en est fier et toi aussi, ce que tu ne veux pas comprendre, c’est que je t’aime comme une fille, pas comme ta sœur !  

-          Le jour ou je voudrais une fille, j’en trouverais une tout seul et je la prendrais pucelle et pas gouine !

-          C’est ça ! Tu es jaloux parce que tu ne m’as pas dépucelée, alors viens le faire grand imbécile car je suis pucelle et si l’autre jour je me suis laissée peloter, c’était pour que tu me regarde autrement que ta sœur et crois-moi, je languissais que tu te réveille car ces mecs étaient vraiment entreprenant!

-          C’est vrai tu es pucelle ?

-          Bien sur mais je languis de ne plus l’être et de pouvoir dormir avec toi toutes les nuits, tu n’aimerais pas m’avoir toutes les nuits pour toi et me faire l’amour !

-          Si mais il y a maman et tu sais qu’elle ne m’aime pas beaucoup et si elle sait ça elle fera des histoires !

-          Tu te trompe fais la paix avec elle, viens, on va dans ta cabine et après on s’occupera du reste !

Il suivit sa sœur dans la cabine, elle était déjà nue et lui n’avait que son bas de maillot, ils ne furent pas longs à se retrouver enlacés sur le lit, bouche contre bouche langue contre langue, Véro était heureuse, elle était arrivée à ses fins, elle avait attendue les 18 ans de son frère pour en faire son amant mais elle ne voulait pas attendre plus, son pucelage lui pesait et elle aimait Alain, d’amour. Elle savait qu’elle allait trouver des moments difficiles avec lui et que leurs vies allaient être changées. Elle ne savait pas comment réaliser son rêve de vivre sa vie avec lui mais faire l’amour ensemble lui semblait un bon début !

Les deux jeunes gens n’avaient ni l’un ni l’autre d’expérience mais ils trouvèrent le mode d’emploi immédiatement.

Alain caressait sa sœur et elle le caressait, les bouches allaient sur les corps et trouvaient les sexes des deux amants, Alain fouillait de la langue la vulve de sa sœur, elle avait du mal  à emboucher le vit de son frère, il est si gros et si long, Alain est monté exceptionnellement pour un homme de son âge, sa verge de 25 cm a une épaisseur 5.5 et Véro a un peu peur car il va falloir qu’elle se donne à lui et elle a des doutes, sur la capacité de son vagin à supporter une telle poutre.

Il est doux et sa langue se fait insistante, il a trouvé le petit bouton et sent bien que sa sœur apprécie ses caresses, il va dans sa vulve jusqu’à son anus et le lui lèche, la minceur de Véro fait que ses fesses sont bien écartées et laisse le passage à la langue et aux doigts qui la fouille.

Alain est sur elle, elle remonte ses genoux sur ses tout petits seins, pour lui offrir l’entrée de sa vulve, son gland la pénètre et viens butter contre l’hymen, elle le sent gros, il la déchire et se déchire aussi, ils ont mal ensemble, il a stoppé l’intromission, c’est elle qui d’un mouvement du bassin s’emplit la vulve de son vit, ses couilles viennent buter sur ses fesses et son gland tape son utérus.

   Il est en entier dans la vulve de sa sœur, quel bonheur, quel plaisir il vient de la dépuceler et de se dépuceler, c’est bouche contre bouche qu’ils jouissent, elle voit les étoiles monter dans ses yeux, du plus profond de son ventre, le vit de son frère lui donne un plaisir fou, ce n’est pas la première fois qu’elle jouie mais c’est la première fois qu’elle le hurle à la face du monde, elle est emportée par une vague et son cœur manque quelques battements quand Alain déverse sa semence au fond de son vagin.

Il reste en elle, son vit ne ramollit pas, il continu à la prendre, le sperme et le sang coulent entre les jambes de Véro, son sang à elle mais aussi le sien.

Une autre vague encore plus forte les emporte et c’est ensemble qu’ils s’endorment, un dans l’autre épuisés et heureux.

Il se réveille une heure plus tard une sensation étrange l’envahi, on lui malaxe le sexe, Alain est toujours enfoui au plus profond de sa sœur, il a rebandé et le vagin de sa sœur a des contractions qui lui malaxe le pénis, il comprend qu’elle jouit en dormant, alors il donne de petit coup de reins, elle est réveillée et sent le vit aller et venir en elle, elle sent son vagin se contracter et dans une myriade d’explosion elle jouit.

La suite bientôt

Diffuse en direct !
Regarder son live