Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 28 372 fois
  • 251 J'aime
  • 10 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

A la plage naturiste

Chapitre 1

Avec plusieurs hommes

Bonjour à tous. Cette histoire se passe pendant l’été 2020. Après la période un peu particulière du confinement, ma femme et moi avons repris une vie normale. Notre travail prend une place importante. Nous avons tous les deux posé trois semaines de vacances au mois d’août avec la ferme intention d’en profiter (sans faire n’importe quoi non plus, le virus étant toujours là).

Nous avons donc décidé de passer notre première semaine de vacances dans le Nord, dans un hôtel à proximité d’une plage naturiste. Nous voulions éviter l’affluence des plages du sud de la France et aussi passer du temps dans le plus simple appareil. Julie adore s’exhiber et moi, j’aime sentir le désir qu’elle suscite dans le regard des hommes. Alors, autant joindre l’utile à l’agréable !


La route est assez longue, nous sommes arrivés lundi en fin d’après-midi. Pour notre première soirée, nous avons décidé d’aller manger dans un petit restaurant pas très loin de notre hôtel. Nous nous mettons en terrasse vu qu’il fait encore doux. Il n’y a pas grand monde et la rue n’est pas très fréquentée. Ma femme porte un t-shirt et une petite jupe en jean très courte qui laissent deviner qu’elle porte des sous-vêtements noirs. Pendant que nous prenons l’apéritif, je lui lance un petit défi : aller aux toilettes et revenir sans sa petite culotte. Elle me dit :


— Tu veux commencer les vacances comme ça ?

— Pourquoi pas !

— D’accord. Je reviens dans deux minutes.


Elle part aux toilettes et quand elle revient, je remarque qu’elle a aussi visiblement enlevé son soutien-gorge puisque ses seins ballottent quand elle marche. Elle s’assoit et me montre le morceau de tissu en boule dans sa main en me disant :


— Voilà ! Ça te plaît ?

— Oui !


Elle la met dans son sac à main. Je commence à être excité, surtout qu’un homme pas très loin de nous n’arrête pas de regarder ma femme. A un moment, je lui dis discrètement :


— Je crois que tu as un admirateur.

— Qui ça ? Le mec, là ?

— Oui. Tu as envie de jouer un peu ?

— Comment ça ?

— Tu pourrais lui en montrer un peu plus...


Pour seule réponse, elle me sourit. Quelques secondes plus tard, elle se tourne légèrement pour être face à son voyeur et elle écarte les jambes. L’homme doit avoir une vue imparable sur la chatte totalement épilée de ma femme.

Julie passe le reste du repas à croiser et décroiser les jambes et à s’exhiber devant cet inconnu. D’ailleurs, il nous a offert une coupe de champagne pour le dessert. Après avoir réglé l’addition, alors que nous allions partir, j’attrape ma chérie par la taille et je lui dis à l’oreille :


— Tu pourrais lui donner un petit souvenir.

— Quoi ?

— Ta petite culotte...


Elle me lance un regard coquin avant de la prendre dans son sac. Elle approche de la table du voyeur et la dépose sur sa table. Il semble très surpris. Ma femme a aussitôt tourné les talons et nous sommes partis.

Sur le chemin du retour vers l’hôtel, je passe plusieurs fois ma main sous sa jupe. Elle mouille vraiment beaucoup. Ce petit manège l’a excitée, elle aussi. Dès que nous sommes arrivés dans notre chambre, nous avons fait l’amour.



Le lendemain, Julie et moi sommes allés sur la plage en début d’après-midi. Il n’y a pas beaucoup de monde. Même si la majorité des personnes sont nues (logique pour une plage naturiste), il y a aussi quelques textiles et des femmes topless. Je remarque aussi qu’il y a pas mal d’hommes seuls.

Nous avons trouvé une place un peu à l’écart. Je me déshabille entièrement. Ma femme enlève sa robe pour apparaître en maillot de bain deux pièces. Avant qu’elle ne s’allonge, je lui demande :


— Tu n’enlèves pas au moins le haut ?


Elle me sourit et enlève le nœud de son haut. Seins nus, elle s’allonge sur le dos. Je la trouve vraiment magnifique. En jetant un coup d’œil autour de nous, je constate que je ne suis pas le seul à la trouver magnifique. Plusieurs hommes et même deux femmes la regardent avec attention. Après quelques minutes, nous allons nous baigner. J’adore voir ses gros seins ballotter pendant qu’elle marche au milieu de tous ces inconnus.

Quand nous regagnons notre place, je croise le regard plein d’envie de quelques hommes et ça me plaît énormément. Une fois près de nos serviettes, je lui dis :


— Chérie, tu pourrais...

— Oui ?

— Tu peux enlever le bas si tu veux.


Elle s’exécute aussitôt et me lance un simple "voilà" avant de s’allonger. Elle est totalement nue. Elle m’excite terriblement. Même s’il y a d’autres femmes sur la plage, je ne peux pas m’empêcher de regarder le corps de ma femme.

Julie prend du plaisir à être nue et à se sentir regardée. D’ailleurs, quand un homme passe devant nous, je remarque qu’elle écarte les jambes. Elle recommence cela plusieurs fois dans l’après-midi, mais je ne lui dis rien.

Quand vient l’heure de rentrer, je lui demande :


— Alors, ça t’a plu ?

— Oui, c’était bien. Et toi, tu as aimé ?

— Oui, beaucoup.



Mercredi, nous retournons à la plage et nous nous mettons à peu près au même endroit que la veille. Cette fois, ma chérie est seins nus sous sa robe. Elle enlève le bas dès que nous arrivons. Nous alternons entre baignades et bronzette.

Au milieu de l’après-midi, un homme dans la cinquantaine est venu s’allonger juste en dessous de nous, à environ deux mètres. Il jette plusieurs coups d’œil en direction de Julie. Plus le temps passe, moins il est discret. Il faut dire que ma femme est allongée sur le dos et qu’elle exhibe totalement sa chatte en écartant les jambes. Elle lit un livre nonchalamment.

A un moment, je lui dis :


— Tu as vu le mec, là ? Il n’arrête pas de te regarder.

— Oui, j’ai vu.


Sa désinvolture m’étonne. Elle rajoute :


— Pourquoi tu me demandes ça ?

— Tu ne voudrais pas jouer un peu ?

— Comment ça ?

— Je ne sais pas. Tu pourrais te mettre dans certaines positions, histoire de l’exciter un peu...

— Pourquoi pas...


Elle a continué à lire un peu, puis après quelques minutes, elle s’est mise à quatre pattes et elle a fait mine de chercher quelque chose dans son sac. Le voyeur s’est allongé sur le ventre, faisant semblant de lire lui aussi. En réalité, ses yeux sont scotchés sur le corps de ma douce (et je le comprends).

A un moment, elle s’est allongée sur le ventre et m’a demandé de lui mettre de la crème solaire. Alors que j’allais le faire, je me suis dit que c’était l’occasion idéale pour pousser le jeu un peu plus. Je lui ai donc répondu :


— Tu pourrais demander à ton admirateur. Je suis sûr qu’il en meurt d’envie.


Elle a marqué un temps d’arrêt, avant de me lancer un grand sourire. Elle s’est redressée en se mettant sur ses coudes pour se retourner. Sans gêne, elle s’adresse à l’homme qui la regarde encore :


— Excusez-moi.

— Moi ?

— Oui. Vous voulez bien me mettre de la crème solaire sur le dos ? Mon mari ne veut pas.

— Euh... Oui... D’accord.


Il a l’air surpris. Il se lève et vient s’asseoir à côté de Julie, face à moi. Je le regarde poser ses mains sur le corps de ma femme, ça m’excite. Ça ne dure pas très longtemps. Quand il a fini, il dit :


— Voilà.

— Merci, mais... Vous voulez bien m’en mettre aussi sur les jambes ?

— Oui, bien sûr.


Elle écarte un peu les jambes. L’homme doit avoir une vue imprenable sur le sexe de ma femme. Je remarque d’ailleurs que, même s’il ne bande pas, sa queue a pris de l’ampleur. Il met de la crème sur les cuisses et les mollets de Julie. Elle lui demande :


— Vous pouvez m’en mettre un peu sur les fesses aussi ?


Il me remarque, semblant chercher mon approbation. Je lui fais signe que c’est OK. Il répond "oui" du bout des lèvres. Il met alors une main sur chaque fesse de ma femme. Il semble apprécier, vu le sourire qu’il affiche.

Quand il a fini, Julie le remercie. Il retourne à sa place sans rien dire. Il fait à nouveau semblant de lire son livre, mais son regard est fixé sur le corps de ma douce. Elle est toujours allongée sur le ventre, les jambes écartées.

Elle me dit à voix basse :


— Tu es content ?

— Ose me dire que ça ne t’a pas un peu excité toi aussi...

— Peut-être...


Un peu plus tard, ma douce s’assied en tailleur. J’ai envie de lui toucher les seins, de caresser son corps, et même un peu plus... Je lui demande si elle veut aller dans un coin plus tranquille. Elle comprend tout de suite et accepte. Nous nous levons et partons à la recherche d’un endroit isolé. Après quelques minutes de marche main dans la main, nous voilà dans un endroit désert, près d’une dune. Nous posons nos serviettes et nous nous allongeons. Nous nous embrassons et nous caressons.

Alors que nous sommes en train de nous masturber mutuellement, j’aperçois quelqu’un caché derrière un rocher. Je préviens Julie :


— Je crois qu’il y a quelqu’un là-bas.

— C’est le mec de la plage, non ?


Je regarde plus attentivement et je crois effectivement le reconnaître. Vu mon état d’excitation, qui n’a fait que monter depuis le début de l’après-midi, je lance :


— Tu veux qu’on lui dise de nous rejoindre ?


Elle me sourit et me dit :


— Si tu veux, oui.


Je fais donc signe au voyeur de s’approcher, ce qu’il fait aussitôt. C’est bien l’homme qui était à côté de nous sur la plage. Il vient vers nous, mais s’arrête à quelques mètres. Je lui fais à nouveau signe de venir. Il pose sa serviette à côté de Julie et s’assoit dessus, fesses sur les talons.

Ma femme, allongée sur le dos et toujours en train de me branler, se saisit de la queue du voyeur. Je me mets à genoux, au niveau du visage de ma douce. Elle gobe mon gland et commence à me sucer. Elle tourne ensuite la tête de l’autre côté et demande à l’homme de se rapprocher. Elle le suce à son tour. Elle alterne entre nos deux queues pendant quelques minutes. J’ai une main sur un de ses seins depuis le début. L’autre homme, lui, se contente de se faire sucer sans rien faire d’autre. Il semble un peu intimidé. Elle lui dit, sans aucune gêne :


— Tu peux me toucher si tu veux !


Il devait attendre le feu vert, puisque dès que Julie a dit ça, il a posé sa main sur son autre sein. Je ne sais pas pourquoi, mais j’adore voir ma femme se faire caresser les seins par un autre homme.

Alors qu’elle le suce en me branlant lentement, je sens le plaisir monter. Je n’ai pas le temps de la prévenir qu’un premier jet de sperme arrive sur son visage, suivi de plusieurs autres. Elle m’a regardé pour me dire :


— T’abuses...


Au même moment, l’homme prend sa queue en main et jouit sur les seins de ma femme. Il se lève, prend ses affaires et part sans rien dire. En le regardant s’éloigner, je crois avoir aperçu un homme caché derrière un rocher.

Julie s’essuie avec un mouchoir. Nous allons nous baigner. Je lui demande :


— Ça t’a plu ?

— Oui, mais bon...

— Quoi ?


Elle se colle contre moi pour m’embrasser et attraper mon sexe. Nous sommes retournés sur nos serviettes. J’ai léché sa superbe chatte avant de la prendre en levrette. Pendant que nous faisons l’amour, je jette un coup d’œil vers le rocher et cette fois, je suis sûr qu’il y a quelqu’un. Je ne dis rien à Julie.

Ses fesses, qu’un autre homme a touchées un peu plus tôt, m’excitent terriblement. J’approche mon pouce de son petit trou et le pénètre doucement avec. Après quelques minutes, je ne tiens plus et je jouis en elle.

Nous allons nous baigner à nouveau pour nous rafraîchir un peu. Je lui dis que quelqu’un nous regardait derrière un rocher pendant que nous faisions l’amour. En riant, elle m’a répondu :


— Tu aurais dû lui dire de venir !


Nous sommes ensuite retournés sur la plage, puis nous sommes allés manger dans un petit restaurant. Julie ne porte pas de soutien-gorge sous sa robe, d’ailleurs elle n’en a plus porté pendant le reste des vacances.

Le soir, de retour à l’hôtel, nous avons fait l’amour de manière très sensuelle.

Diffuse en direct !
Regarder son live