Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 551 fois
  • 40 J'aime
  • 5 Commentaires

plaisir de jeunesse

Chapitre 1

Erotique

J’adore danser de très près.

Depuis toute jeune, j’aime danser tendrement dans les bras de mes cavaliers.

Je me souviens quand j’avais 17 ans, il y a déjà malheureusement plus de 20 ans, la sexualité n’était pas tout à fait aussi libre qu’aujourd’hui.

Nous ne prenions pas la pilule aussi facilement, nous devions nous débrouiller pour trouver notre plaisir.

Moi, mon deal, c’était les soirées dansantes et les batailles de piscine avec les copains.

Les garçons n’avaient aucune expérience, nous étions plus avancées et à la recherche de vraies sensations.

Quand je repense à ces petits plaisirs, ces petits flirts, j’en suis encore émoustillée.

Je me souviens de Philippe, étudiant en médecine, sans expérience aucune qui avait 19 ans, qui était fou amoureux de moi.

Il faut dire que je n’étais pas farouche, taille 38, longs cheveux blonds, une croupe d’enfer, une petite poitrine fière, souvent libre.

J’étais assez exhibitionniste, aimant exposer plus qu’il ne faut mes charmes, attirant la mâle convoitise.

C’était l’été, nous fêtions la fin de la rhéto chez une copine, le soir était tombé, on dansait dehors dans une certaine obscurité.

J’avais été happée par ce Philippe, et nous dansions enlacés.

J’aimais danser collée, j’aimais sentir l’émoi masculin se développer et j’aimais sentir l’érection de mon partenaire.

Je faisais tout pour l’entretenir, je sentais qu’il s’arrangeait pour se frotter, ne disant rien, ou même le sentant, je lui faisais comprendre que j’appréciais le moment.

J’ai tout de suite compris, qu’en satisfaisant les garçons, on avait un succès garanti, un choix de partenaire beaucoup plus large.

Cette soirée là, le frottement de cette verge en érection sur mon ventre m’a procuré mon premier orgasme avec un garçon.

Philippe, de son côté à éjaculé dans son pantalon, je crois que lui aussi a eu sa première éjaculation féminine.

Ne pouvant baiser, ne pouvant satisfaire ma sexualité normalement, j’ai compensé par les soirées où je provoquais mes partenaires, même ceux de mes amies qui voyaient cela d’un mauvais oeil.

La piscine était aussi un terrain de chasse parfait, pour les frottis frottas.

On se battait, j’étais coincée dans des bras puissants, mon derrière arrondi, épousant le bassin des garçons qui bandaient au contact de mes fesses, hypocritement, évidemment on faisait comme si de rien n’était.

Je me débattais comme une diablesse en écrasant de mes fesses leur verge tendue.

Parfois, nous faisions des passage sous lu entre les jambes de chacun.

Je m’arrangeais pour rater mon passage et heurter leur tige.

J’oublie de vous dire que je choisissais toujours des maillots une taille trop grande, laissant lors de ces jeux, souvent ma poitrine bien visible.

Puis j’ai évolué, il m’en fallait plus.

J’étais moi même en première candi, je kotais, j’étais dans une pédagogie e filles, évidemment, en vis à vis d’une maison d’étudiants en face.

Ces petits malins étaient à l’affût de ce qu’on faisait dans nos chambres.

J’aimais me promener en slip et soutien quand je revenais des labos, et j’avais remarqué que dans la chambre du premier en face, un garçon était toujours au poste les soirs, fermant souvent mal mes rideaux qu’en je faisais ma toilette.

Un soir, rentrant la nuit tombée, étant en charge d’arrosera plante de ma voisine de kot, n’ayant pas allumé, la fenêtre étant ouverte, je fus moi même voyeuse sur un kot d’en face, où un garçon commençait à se déshabiller sans avoir tiré les rideaux.

J’étais curieuse, j’attendais, il était maintenant tout nu, il se lavait, il s’occupait de ses attributs assez développés au repos, j’en mouillais, je trouvais cela excitant, je me caressais imaginant des scénarios torrides.

C’est là que j’ai eu l’idée de lui rendre la monnaie de sa pièce.

S’étant apparemment mis au lit, tout feu éteint, la fenêtre ouverte à 5 mètres, je suis revenue dans mon kot, en faisant du bruit et pleine lumière et j’ai commencé moi aussi à me dévêtir lentement.

Voulant m’assurer qu’il était au poste, je suis discrètement retournée voir chez ma voisine pour constater qu’il ait bien là.

Vous imaginez que j’étais trempée.

Revenue dans ma chambre, en slip et soutien, j’ai d’abord ôté mon soutien pour lui livrer mes seins.

Assise face à lui, je faisais durer le coiffage de mes longs cheveux blonds, en passant de temps en temps une de mes mains sur les pointes de mes seins qui aient tendus comme jamais.

Je voulais tout lui montrer de moi.

J’ai ôté mon slip, je circulais nue dans la chambre, hésitante dans le choix de vêtements pour le lendemain, puis je saisis mon nécessaire à ongles, et revins me positionner bien en face m’occupant de couper les ongles de mes pieds en écartant vous imaginez bien mes jambes pour lui livrer tout de mon intimité.

Vicieuse, je m’arrangeai pour lui montrer tout les détails, de faire semblant de mettre un tampax.

Je suis sûre qu’il s’est masturbé à fond pendant le spectacle.

Vous imaginez bien que nue dans mon lit, je me suis aussi fait un petit plaisir ...

Diffuse en direct !
Regarder son live