Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 2 278 fois
  • 55 J'aime
  • 2 Commentaires

Plaisir virtuel amélioré

Chapitre 1

Erotique
55
5

Tout débute un jour d’ennui au boulot. Comme de temps en temps, je m’en vais visiter un tchat. Quelques conversations ouvertes, donc une avec une femme de ma ville, 10 ans de plus que moi. Nous échangeons quelques messages, nous sommes tous les deux en couple. C’est sa première fois sur le tchat, moi loin de là. Nous échangeons sur nos envies, nos plaisirs, nos fantasmes, enfin, j’ai plus l’impression de me dévoiler que l’inverse. J’ai face à moi une femme timide, elle n’ose pas se dévoiler, me décrire ses plaisirs, ses envies. Malgré cela, je prends plaisir et espère secrètement réussir à la faire se libérer, lui faire dire ses envies. Notre discussion dure une bonne partie de la journée jusqu’à ce que je quitte le boulot. Je lui annonce que je serais normalement disponible le soir même pour discuter. Rendez-vous pris sur le tchat pour continuer. Avec quelques minutes de retard, je me connecte, soulagement, elle est connectée.


— Te voilà, j’allai quitter...

— Choses promises, choses dues. Je ne suis pas seul, j’ai fait au mieux pour venir te parler.


Notre dial reprend. J’arrive à la débrider, enfin. Elle m’apprend qu’elle a été très coquine et libérée avec un ex dans sa jeunesse. Je sens que de lui remémorer ces moments, éveille sa sensualité, l’excite. Je prends plaisir à la voir se débrider. Cela dure un long moment, puis notre dial prend une autre tournure, nous nous imaginons l’un à côté de l’autre plein d’excitations et d’envies, nous déshabillant puis nous caressant. Je bande devant mon écran, j’ouvre mon jean et me caresse en même temps. Elle me dit être dans son lit et en faire autant. La femme douce et réservée se libère, ses envies sont décuplées, je la sens perdre le contrôle.


— Je t’imagine à quatre pattes, je suis derrière toi, te prends et te mets des fessées. Tes fesses rougissent...

— Je t’insère un doigt dans ton p’tit cul.

— Hummm j’aime, tu me fais me sentir salope, ça m’excite, continue.


Nous continuons jusqu’à ne plus tenir, nous jouissons. Quelle soirée, quelle excitation procurée par les mots et nos imaginations, j’adore ! Nous finissons par échanger nos mails. Le lendemain midi, je ne résiste pas à l’envie de lui écrire. Un petit mail pour la remercier de la veille. Elle me répond quelques jours après, en me disant qu’elle avait également adoré et qu’elle ne s’était pas reconnue. Nos échanges sont par intermittence, plusieurs par soirée parfois puis plus aucun pendant trois-quatre jours. Connaissant le quartier où elle habite, étant de sortie dans le quartier un soir, j’ose lui envoyer la photo du bar où je suis : - J’imagine que tu ne dois pas être très loin, peut-être même que tu es près de moi. Elle me répond instantanément :


— Effectivement, j’y suis, je t’attends.


Mon cerveau bouillonne, je me souviens de sa description, je cherche du regard une femme pouvant lui ressembler. Il y en a plusieurs, toutes très belle...


— Impossible de te reconnaître, mais pas de doute que tu m’aies reconnu toi, je dois être le seul homme de la soirée à faire les 100 pas et admirer toutes ces belles femmes à ta recherche. Aide-moi, dis-moi au moins ce que tu portes. Plus de réponse, muette, la soirée se passe, je ne la trouve pas. Le lendemain matin, elle me répond :

— Non, je n’étais pas là hier soir, c’était pour voir ta réaction, ce que je porte, une petite jupe noire, un chemisier blanc et des escarpins !


Ce petit mail accompagné d’une pièce jointe. J’imagine déjà une photo d’elle dans cette tenue. Déception, c’est une photo de la façade du bar prise de l’intérieur de sa voiture...


— Joueuse, tu m’as bien eu. Tu aurais pu m’envoyer une photo de toi dans ta belle tenue du jour, plutôt que celle du bar pour te faire pardonner !


Sa réponse ne se fait pas attendre, je reçois une photo d’elle sans visage au volant de sa voiture. Qu’est-ce qu’elle est ravissante, je la complimente ! S’ensuit une longue période où nous échangeons quasiment tous les jours, nous nous envoyons des photos fréquemment. Je la conseille sur les tenues qu’elle porte, ça lui plaît. Elle aime sentir les regards des hommes sur elle, elle se sent plus femme plus excitante, et ça l’excite !! Un vendredi soir, je suis en soirée chez un ami, je reçois une photo d’elle en robe fine, légèrement transparente...

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)


— Ma nouvelle robe pour aller au casino ce soir. J’espère qu’elle me portera chance.

— Tu es magnifique, tu auras sans aucun doute du succès.


Ma soirée n’est pas incroyable, l’ambiance n’est pas au rendez-vous, je rentre vite. Sur le chemin du retour, mon esprit est ailleurs, je repense à elle. Machinalement, je prends la route du casino, en espérant qu’elle y sera. Au pire, c’est toujours sympa d’aller jouer un peu. Trente minutes plus tard, me voilà arrivé, je me gare et me dirige vers l’entrée. Contrôle d’identité effectué, je fais le tour des machines. A ma droite, une table de roulette, plusieurs personnes autour sur les tabourets et derrière, je reconnais instantanément la robe portée sur la photo. La femme a le même corps, pas de doute, c’est bien elle, et juste devant, ce doit être son mari. Instantanément, je prends mon téléphone, les prends en photo et lui envoie. Je quitte l’emplacement pour ne pas qu’elle me reconnaisse.


— Je confirme, tu es magnifique !!!!

— Content que ça te plaise, je n’ai pas fait attention en te disant que j’allais au casino, j’aurais dû être plus vigilante...

— Peut-être que ton inconscient voulait que ce soit moi qui profite de la vue que tu offres aux hommes ce soir, que l’on joue ensemble.

— Quoi ? Non pas ici, et encore moins ce soir, je suis avec mon mari...


Je la sens inquiète, stressé par ma présence et ce que je pourrais faire.


— Tu es venue au casino pour jouer, jouons alors. Ne t’inquiète pas, je reste en retrait. J’ai remarqué que l’homme assis à la machine 302 à ta droite était souvent distrait et te mater souvent. Fais en sorte de jouer, de l’exciter !

— Je ne sais pas si je vais réussir, je vais essayer d’être discrète et que personne ne s’en aperçoive.


Je la vois regarder l’homme et partir en direction du bar en laissant son mari jouer. Elle s’assoit à une table face à cet homme et se commande un cocktail. Elle défie du regard l’homme, croise et décroise ses jambes, joue avec la paille dans sa bouche ! Elle sait parfaitement jouer de ses charmes et allumer les mecs.


— Tu es délicieuse, gourmande à souhait, continue comme ça, tu prends plaisir à l’exciter ça se voit !!


Tout à coup, l’homme quitte sa machine, s’approche d’elle et vient l’aborder. L’échange dure quelques instants avant que l’homme retourne à une machine.


— Il est venu me draguer, me complimenter. Mais n’a pas insisté quand je lui ai dit que j’étais avec mon mari, j’ai une boule au ventre, je suis excitée !

— Coquine, ça te plaît de jouer les allumeuses comme ça. Je suis sûr que t’es excitée au point de mouiller ton petit string.

— C’est vrai, je ne sais pas ce qui m’arrive, oui il est mouillé je le sens bien...

— On va pousser le jeu un peu plus loin. Finis ton verre et dirige-toi aux toilettes, tu prends la cabine du fond. Là, tu vas retirer ton string et tu le laisseras derrière les toilettes, je vais aller le récupérer, tu finiras la soirée sans string, la chatte à l’air...

— Tu repousses mes limites, je ne sais pas ce qui me prend de suivre tes indications, mais ça m’excite terriblement. Je la vois quitter le bar et se dirige vers les toilettes. Je vais me placer dans le hall d’entrée en attendant de la voir sortir et aller récupérer son dessous. Elle ressort, je fais mine de l’ignorer pour ne pas être reconnu. Je récupère le string, effectivement elle mouille bien, il est trempé. Je suis tout excité !

— Voilà c’est fait, à toi de le récupérer. Je retourne avec mon mari, fini de jouer pour ce soir, merci pour l’excitation et la découverte, j’espère que tu te branleras dans mon petit string de salope !!!! Le jeu s’arrête là, non sans lui avoir envoyé un dernier message !

— Ton string je te l’ai rendu, je suis passé à côté de vous et je l’ai posé dans ton sac au-dessus de tes affaires, tu devrais peut-être le cacher, je me suis bien branlé et j’ai essuyé mon sperme avec. A ton tour de prendre plaisir ce soir, en te caressant ou avec ton chéri, tu penseras à moi et à l’homme qui t’as draguée !!!

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder