Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue {{{NB_VUES}}} fois
  • 92 J'aime
  • 1 Commentaire

Plaisirs inavouables dans le hammam

Chapitre 4

Hétéro
PLAISIRS INAVOUABLES DANS LE HAMMAM
CHAPITRE 4
Mon cours d’aquagym vient de se terminer. Je file tout de suite en direction du hammam. Arrivée dans la seconde pièce, ils sont là. Paul et Myriam m’attendent lovée l’un contre l’autre. Comme d’habitude à cette heure tardive, nous sommes seuls.
— Alors Françoise, toujours dans les mèmes dispositions ?— Qu’est-ce que tu veux dire Paul ?— Myriam est prête !
Myriam en guise de consentement me fait signe de venir me mettre à côté d’elle. A peine assise, elle enroule son bras autour de mes épaules et tourne sa tête vers la mienne. Nos bouches ne font qu’une. Sa langue force le passage et s’introduit à l’intérieur de mes lèvres puis la mienne prend le relai. Sa main plaquée contre mon sein le masse par-dessus le tissu du maillot. Elle a le même deux pièces que la fois dernière. D’une main, je caresse son entre-jambe pendant que nos langues continuent leur partie de cache-cache. Paul est debout devant nous, une grosse bosse au niveau de son sexe. Myriam le regarde tout en me donnant de furtifs baisers dans le cou.
— Je vois que ça te plait mon cochon !
Du coup, il sort son braquemard qu’il caresse lentement. Myriam descend les bretelles de mon maillot et me suce le téton. Pendant qu’elle le mordille, je profite qu’elle est penchée sur moi pour dégrafer son soutif et caresser ses seins pantelants. Elle se redresse.
— Oui, continue, j’adore !
Je les malaxe avec une certaine frénésie. Malgré leurs volumes, ses seins restent fermes. Je martyrise ses tétons qui durcissent et elle me fait sentir qu’elle aime ça. Son corps se tortile à mesure que je les pince. De son côté elle ne reste pas inactive et baisse mon maillot jusqu’à la ceinture pour introduire sa main jusqu’à mon pubis.
— Lève-toi !
Je fais ce qu’elle me demande. D’une traite, elle descend mon maillot jusqu’à mi-cuisse et me voilà debout devant elle, pubis au niveau de sa figure. Du bout des doigts, elle lisse ma vulve rasée, en écarte les lèvres et découvre mon intimité. Ses gestes sont lents et précis. Mon clitoris ne tarde pas à durcir et sortir de sa cache. Elle l’emprisonne entre ses doigts et une vague de plaisir m’envahit. C’est maintenant à mon tour de lui procurer de la jouissance. Je repousse sa mains et m’agenouille dans le compas de ses jambes. J’écarte le tanga afin d’accéder à sa chatte toujours aussi fournie.
— Attends !

Tout en restant assise, elle retire son tanga dévoilant sa forêt pubienne qui remonte jusqu’au bas ventre. Je caresse ses poils doux avant de dégager sa fente luisante de mouille. Je lèche son clitoris déjà bien saillant avant de l’engloutir et le sucer avec vigueur. Elle se pâme de plaisir. J’écarte ses jambes en plaçant mes mains sur ses genoux. Ma langue parcourt sa fente sur tout sa longueur. Je me redresse et plante mon doigt dans sa caverne trempée. Sans plus attendre, je rentre un deuxième doigts. Ils s’activent dans sa chatte. Mes mouvements sont de plus en plus rapides. D’une main, elle se caresse les seins pendant que l’autre est descendue sur son clito qu’elle masturbe.
— Continue, ça vient !
Accompagnée de spasme, elle jouit. Des perles blanchâtres tapissent sa toison de poils noirs.
— Pour quelqu’un qui ne fait jamais ça avec des femmes, tu te débrouilles très bien !
Me complimente-t-elle tout en reprenant son souffle. Je reprends mes aller-retours dans sa chatte et une deuxième vague gicle sur mes doigts. Paul se masturbe devant nous. Sa bite est à quelques centimètres de ma figure.
— Vas-y, il n’attend que ça !
Me dit Myriam. Il avance un peu plus vers mon visage et d’un coup je gobe sa queue. J’abandonne le vagin de Myriam pour saisir à pleine main les fesses de Paul. Elle se penche à son tour sur lui et nous nous partageons son sexe. Il me vient soudain une idée. Je laisse Paul face à Myriam et me place derrière lui. Pendant qu’elle continue sa fellation, je lui caresse les bourses.
— Oh putain ! C’est trop bon !
Il a vraiment un beau petit cul. J’introduis mon doigt imbibé de ma liqueur dans son anus. Il répond à cette intrusion en se raidissant de tout son corps. Myriam qui a compris ce que j’étais en train de faire le maintien par les hanches. Mon doigt tournicote dans son cul et j’en prends un réel plaisir. Mais il tente de résister en serrant ses fesses.
— Ecarte tes jambes, laisse toi faire !
Myriam arrête sa fellation et me vient en aide en poussant les hanches de Paul vers moi. Il ne résiste pas à l’assaut de mon doigt qui s’enfonce encore plus dans l’anus. Alors que Myriam le masturbe d’une main experte, il éjacule sur elle.
— Tu aurais pu te retenir, j’en ai partout !
Il ne lui répond pas et se retourne vers moi.
— A nous maintenant !
Marmonne-t-il en me caressant la poitrine. Myriam le rejoint et les voilà tous les deux qui me font un concert à quatre mains.
— Viens !
Myriam m’entraine vers l’endroit le plus sombre de la pièce. Elle place par terre mon maillot et me fait m’agenouiller dessus. Je suis à quatre pattes, les fesses bien exposées. Je ne sais quelle langue explore ma fente puis mon petit trou mais c’est super bon. Deux mains m’écartent les fesses, la langue fourrage mon anus pendant qu’un doigt s’introduit dans ma fente. Paul et Myriam sont tous les deux derrière moi et je n’arrive toujours pas à déterminer qui fait quoi. Pour toute parole, j’entends des bruits de sussions et ce doigt va et vient et me fait mouiller comme une folle. Soudain, je n’entends plus rien. Ils se sont retirés tous les deux.
— Prête ?
C’est la voix de Myriam. Comme je ne sais pas quel sort ils me réservent, je ne réponds pas. Il ne faut pas attendre longtemps. Le gland de Paul se pose contre ma rosette. Deux mains dont je reconnais les longs ongles manucurés de Myriam m’écartent les fesses. Dans l’euphorie, je n’ai pas exigé de Paul qu’il mette un préservatif. C’est la deuxième fois qu’il va me sodomiser, il y prend goût.
— Ma bite connait la route !
S’exclame Paul en se marrant.
— Peut-être mais ça fait toujours aussi mal !— Comme ça c’est mieux ?
Il vient de reculer de quelques centimètres mais c’est pour mieux me perforer quelques secondes après.
— Salaud, et sans préservatif avec ça !— Je te sens bien.— Et moi aussi si tu veux tout savoir !
Il me ramone le conduit pendant que Myriam soupèse mes seins. C’est vrai que par rapport aux siens, je suis plutôt plate. Paul qui s’est déjà vidé les couilles tout à l’heure n’arrive pas à jouir. Mais il insiste et à force de me pilonner, il est en train de me déglinguer le troufignon.
— Alors ça vient ?— Soit patiente, ça ne va pas tarder.
Je le sens à bout de souffle. Fort heureusement, il n’y a pas que moi qui s’en aperçoit. Myriam quitte ma poitrine pour s’occuper de son mâle. Je ne sais pas ce qu’elle est en train de lui faire mais en un rien de temps, mes boyaux sont envahis de sperme chaud. Paul se retire rapidement et cède sa place à Myriam.
— Reste comme ça, tu es à moi maintenant !
Elle profite de la crème onctueuse s’écoulant de mon trou du cul pour glisser sa main dans mon vagin. Pour ne pas me faire mal avec ses ongles, elle a serré ses doigts contre sa paume de main. Son poing tout entier pénètre dans les entrailles. Elle enfonce sa main petit à petit. C’est plus gros qu’une bite et je me retiens de crier tant la douleur est intense mais le plaisir aussi. A tel point qu’à peine sa main est-elle ressortie que j’envoie une grosse giclée que je n’arrive pas à contenir.
— Une vraie fontaine !— Attends un peu, la prochaine fois que je te tombe dessus, tu peux compter sur moi pour te faire la même chose.— Chiche ?
Sur ces belles paroles, nous allons prendre une douche bien méritée.
Diffuse en direct !
Regarder son live