Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 2 907 fois
  • 63 J'aime
  • 1 Commentaire

plus belle la vie

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Plus belle la vie


L’histoire n’a rien à voir avec l’émission télé, ce sera le récit de mon mariage et surtout de ma lune de miel.

Je ne vais pas vous ennuyer avec les détails du mariage, mais simplement vous dire qu’émotionnellement, c’est d’une intensité exceptionnelle.

Les frissons de l’entrée dans l’église et les bouffées de chaleur avant de dire oui devant monsieur le maire, ce n’est vraiment pas du folklore.

La nuit de noce c’est par contre très surfait, car quand on a vraiment fait la fête, bu un peu plus que de raison, il faut se faire une raison pour le feu d’artifice nuptial.

Que ce soit pour moi ou mon mari, cela s’est davantage résumé à un gros câlin tendre dans les bras l’un de l’autre avant de sombrer dans les bras de Morphée.

Pour la lune de miel, c’est une toute autre histoire.

Nicolas m’a longtemps laissé croire à une semaine romantique dans un gîte en Ardèche, mais la réalité ce fût le Club Med à l’île Maurice offert par ses parents.

Je vous passe le détail du trajet train avion bus horriblement long et la récupération du décalage horaire qui gâche un peu la première journée.

Pour le reste ça n’est que du bonheur, un cadre magnifique, une plage immense juste à côté et une équipe d’animation fantastique.

A cette période de l’année très peu de français hormis un groupe de commerciaux du bâtiment avec qui nous avons sympathisé mais surtout une délégation d’allemands avec qui nous avons fraternisé voire plutôt même copulé.

J’ai eu droit à ma vraie nuit de noce, le second jour où nous ne sommes sortis de la chambre que pour boire et manger.

On est passé par toutes les phases du romantisme à la passion et une multitude de petits jeux coquins qui m’ont sévèrement allumé la libido.

Résultat le lendemain, un mari avec le porte-drapeau en berne et moi encore chaude comme une braise.

Mais ce n’est pas parce que maintenant il fallait me dire madame que nous allions mettre un terme à nos fantaisies prénuptiales.

On a donc passé un accord, journée tourisme bisous et romantisme, et le soir on se lâche.

Je fus donc totalement respectable dans la journée, mais beaucoup moins pour les soirées.

La première soirée, il devait y avoir 80 mecs pour une vingtaine de nanas dont une bonne partie qui restaient isolées avec leur compagnon.

Alors la petite nana que j’étais qui acceptait de danser avec tous les hommes et de trinquer avec eux, eu rapidement son petit succès.

Ca excitait d’ailleurs beaucoup Nicolas de me voir me faire draguer ainsi par tous ces mâles loin de leurs épouses pour la plupart.

Avec les allemands ce fût rapidement physique et gestuel, car je ne comprenais pas le traître mot de ce qu’ils me racontaient, mais ça avait le mérite de m’éviter les lourdeurs du baratin.

Ce premier soir de luxure, je le partageais finalement avec un géant blond beau comme un dieu qui fut un peu dérouté au début par la présence de mon mari à nos côtés, mais qui se montra tout de même à la hauteur, manquant toutefois quelque peu de résistance.

J’eu donc droit à ma première double pénétration de femme mariée, mais surtout à quelques positions acrobatiques autorisées par ses intéressantes capacités physiques.

Il n’avait certes pas un sexe proportionnel à son gabarit, mais cela m’allait très bien pour une pénétration vaginale avec les pieds qui ne touchent plus terre.

Dommage quand même pour sa faible endurance malgré tous mes efforts.

Le lendemain toutefois, ma réputation était faite et je pus rapidement voir dans le regard de ces messieurs que l’information avait bien circulé.

Les soirées promettaient d’être désormais réellement agitées.

L’équipe d’animation dû certainement être mise dans la confidence, car je fus sollicitée de nombreuses fois dans les interventions participatives des petits jeux qu’ils organisaient.

Ils furent donc deux ce soir-là à me rejoindre en compagnie de mon amant de la veille, dont un plus âgé qui me semble-t-il devait être un de leur responsable.

La séance fut effectivement plus longue, mais surtout plus drôle, car sous la direction du plus âgé, ils ont longuement joué avec moi et même si l’on ne se comprenait pas vraiment, j’ai adoré leurs caresses et les petits jeux de mime que je leur faisais pour les guider vers ce que je souhaitais.

A un moment, j’en avais deux qui me suçaient vigoureusement les tétons, pendant que le troisième me léchait le clitoris, c’était divin.

J’ai fini la soirée sur un cocktail rhum ananas sperme que j’ai bu d’un seul trait.

Le lendemain, je ne sais pas si c’était lié à mon humeur ou à la trop forte insistance de ces étrangers, mais je décidais de passer la nuit seule avec mon mari, qui me fit l’amour avec beaucoup de tendresse.

Nous fûmes ensuite invité à une sortie en catamaran, avec le groupe d’allemands, j’étais la seule femme avec pour tout vêtement un paréo que j’avais acheté la veille à un vendeur de plage et un tout petit string.

Erreur grave de ma part, j’ai pris un de ses coup de soleil sur la tête qui ne m’a pas permis de remercier comme je l’aurais voulu, mes camarades de jeux.

L’avantage d’une insolation, c’est que cela ne dure pas trop longtemps et je leur promis de les récompenser le soir suivant pour toutes les attentions qu’ils m’avaient apportées quand je ne me sentais pas vraiment bien.

J’ai appris par l’intermédiaire d’un animateur Mauricien, qu’ils lui avaient fait acheter pour eux un nombre important de préservatif.

Merde, sur le bateau, ils étaient 17, c’était un peu beaucoup même pour moi, mais finalement ils ne furent que 12 à nous rejoindre, ce qui est déjà pas mal je vous l’assure.

Ils nous l’on joué bizarre au début car un par un, ils m’ont prise apparemment pour montrer aux autres de quoi ils étaient capables.

Les deux premiers furent très classiques avec une missionnaire et une levrette, mais quand mon géant de troisième me prit de façon disons plus aérienne, cela leur débrida un peu l’imagination.

Je fus ainsi prise un peu dans tous les sens, tous les trous et à peu près sur tout le mobilier certes restreint de la chambre et la salle de bain.

J’ai trouvé cela très original et très amusant finalement, bien que j’ai failli me casser la figure plusieurs fois.

Il y eu bien sur la séance de groupe, mais qui ne me laissa pas un souvenir impérissable.

Pour finir sur une séance de pipe super longue car beaucoup de ces messieurs voulaient tous la leur, mais très peu furent capable d’ouvrir le feu une troisième fois.

La dernière soirée fut très soft et romantique, car je voulais rester sur un beau souvenir de l’endroit.

Le jour du départ, nous avons retrouvé le groupe allemand à l’aéroport de la réunion ou nous faisions escale, mais ils ne prenaient pas le même vol que nous.

Nous avons trinqué une dernière fois avec eux et ils ont eu l’extrême délicatesse de me couvrir de cadeaux, à tel point que nous avons dû payer une taxe de bagage supplémentaire.

Ce sera je pense un des super souvenir de ma nouvelle vie de femme mariée.

Certains me reprocherons de ne pas donner davantage de détails physiques, mais je suis une femme et c’est davantage mon ressenti que j’essaie de partager avec vous.

Si vous voulez visualiser, faites travailler votre imagination ou louez-vous un film, car moi je ne sais pas faire.

Je ne vous ai malheureusement pas fait le détail des visites touristiques, mais mes deux plus beaux souvenirs en dehors de la baignade dans un véritable aquarium, sont la visite des jardins de pamplemousses et celle de la ferme aux crocodiles (ils font aussi des maquettes de bateaux extraordinaires).

PS : danser le sega avec un mauricien, c’est super chaud et leurs spectacles sont super beaux.

Bisous à tous.

Nanette.

moinaninette@gmail.com

Diffuse en direct !
Regarder son live