Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 3 727 fois
  • 34 J'aime
  • 1 Commentaire

La plus belle vue de Vienne...

Chapitre 1

Hétéro
34
5

... Cette année, le congrès médical de février a lieu à Vienne.


4 jours à tenir un stand, bottes de cuir, collant chair, robe sexy et blazer cintré, pour attirer un maximum de médecins à venir tester notre produit.


La robe bleu marine et noir d’aujourd’hui, au décolleté plongeant, met particulièrement bien en valeur ma poitrine avantageuse et ma taille fine.


Elle a d’ailleurs l’air de ne pas laisser indifférent le jeune homme de l’accueil qui remet les badges aux participants, au vu de ses regards réguliers bien appuyés.


A un moment creux où les stands sont délaissés au profil des salles de conférences, je m’approche de lui et commence à échanger quelques mots en anglais. Il vient d’Iran, mais vit à Vienne depuis une dizaine d’années, et travaille au centre des congrès de la ville en attendant de finir ses études en anthropologie. Bien que n’étant pas mon genre d’homme à première vue (et n’étant pas célibataire...), le costard noir sur chemise blanche fait malgré tout toujours son petit effet, et je sens une chaleur naître au creux de mon entrejambe et remonter à l’intérieur de mon ventre, jusqu’à en rosir mes joues.


A sa question sur mon jour de retour en France après le congrès, et comme j’adore explorer en solo de nouvelles villes lors de mes déplacements pros, je lui réponds que je ne rentre que lundi et suis toute seule tout le week-end. J’ai déjà eu l’occasion de visiter Vienne, et lui demande s’il connaît d’autres endroits un peu moins connus à découvrir.


Il me répond alors qu’il se fera un plaisir de m’emmener dimanche, voir le plus joli point de vue sur la ville, tout en haut d’une colline, et bien moins connu des touristes que le château de Sissi. Il me propose aussi de me faire découvrir samedi soir un de ses bars préférés dans le quartier branché.


Pendant les 4 jours de congrès, à chaque fois que je sens son regard tourné vers moi, je m’efforce de prendre une pause des plus sexys: un doigt placé innocemment dans ma bouche ou qui descend dans mon décolleté ; des dents qui mordillent ma lèvre inférieure au gloss rosé ; un accoudement suggestif sur une table haute pour faire ressortir mes fesses afin qu’il n’y ait aucun doute sur la forme échancrée du string en dentelle noire que je porte... Derrière son comptoir d’accueil, j’arrive à distinguer son pantalon de costard qui semble bien tendu au niveau de son entrejambe, ce qui accroît d’autant plus mon excitation déjà forte.


Le vendredi a lieu la soirée de fin du congrès dans un lieu historique de la ville, THE Place to be, pour décompresser après 4 longs jours. Musique rythmée, spot coloré et Vin blanc à volonté, et voilà que je me mets à me déhancher comme jamais au milieu de la piste de dance. Un jeune médecin au crâne rasé a l’air d’apprécier cette danse endiablée et vient se rapprocher, puis se coller, poser ses mains sur mes hanches, et me fait valser. La danse devient de plus en plus hot, et je sens soudain son membre durcir au creux de mes reins. Une chaleur m’envahit toute entière et je sens déjà ma chatte tout humidifiée qui crie de désir. J’aimerais tellement entraîner ce bel inconnu dans un coin à l’écart et sentir sa bite s’enfoncer violemment bien profond en moi et...



Mais la musique prend fin et tout le monde est invité à rentrer. Accompagnée de mes collègues, je ne peux malheureusement pas suivre cet inconnu et ma chatte se contentera arrivée à l’hôtel, de mon simulateur clitoridien qui la fera exploser rapidement en un puissant orgasme.


Le samedi soir, après avoir marché toute la journée dans les rues animées du centre historique de Vienne, je rejoins mon Iranien de l’accueil du congrès, au point de rendez-vous fixé. Il m’amène dans un de ses bars préférés d’un quartier branché. Il reste juste à l’arrière du bar un petit banc pour 2, dans une espèce d’alvéole, bien à l’écart des autres tables plus classique.


Après avoir dégusté un cocktail local - ma foi délicieusement bon - et échanger deux trois anecdotes sur nos vies respectives, il commence à passer sa main droite autour de mon cou, et me caresser les cheveux de l’autre, en me complimentant sur la douceur de ceux-ci. Puis sa main descend sur ma poitrine qu’il flatte d’une caresse au niveau de mes tétons qui n’en attendaient pas moins pour se dresser. Il glisse alors un doigt à l’intérieur de mon pantalon, et le descend jusqu’à l’orée de ma vulve, accentuant la chaleur et l’humidité traduisant mon excitation déjà bien avancée. Un baiser langoureux, puis un taxi, et nous nous retrouvons chez lui, un matelas posé à même le sol.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Il me déshabille sensuellement, admire quelques secondes ma lingerie très sexy pendant qu’il retire son tee-shirt et son jean noir, laissant apparaître son membre déjà fièrement dressé et d’un calibre qui me fait échapper un wow d’exclamation.



Il rentre d’un coup dans ma chatte trempée, puis me pilonne sauvagement, me laissant pousser des cris de plaisir brut. Je monte alors sur lui pour lui montrer à quel point j’aime également prendre les rênes, mon beau cochon. Il a l’air d’apprécier au son des râles qu’il émet, puis me soulève pour attaquer une levrette tout en m’enfonçant un doigt dans le cul. Cul qu’il ne tardera pas à explorer en y enfonçant progressivement son membre, et qui me fera hurler d’une douleur mêlée à un plaisir intense lorsqu’il y déchargera sa chaude semence.



C’est épuisée, après cette soirée torride que je rentre à mon hôtel en taxi, prends une bonne douche chaude, et me redonne un dernier shoot d’endorphine grâce à mon jouet vibrant préféré, avant de plonger dans un profond sommeil.



Le Lendemain matin après avoir testé la plus grande patinoire d’Europe en extérieur pour mon plaisir perso, je le retrouve au bord du fleuve, puis nous prenons un bus jusqu’à l’arrêt de celui qui monte sur la fameuse colline dont il m’avait parlé.


Ce deuxième bus est bondé, et nous nous retrouvons tout à l’avant, coincés devant la paroi qui sépare le pare-brise, collés l’un à l’autre, sa bite pressant mes fesses. Ce cochon aux yeux brillants de désir glisse alors sa main dans mon pantalon sans que personne ne puisse le remarquer et commencer à me masturber délicatement. Je sens cette chaleur si agréable m’envahir et me concentre pour ne pas pousser de petits gémissements et éveiller l’attention du conducteur à notre gauche et des passagers à l’arrière. Qu’est-ce que c’est bon ! La scène est terriblement excitante, je suis en train de prendre mon pied dans un bus bondé, grâce aux doigts experts d’un total inconnu...


Arrivés en haut de la colline, nous courrons comme des fous dans la forêt, et il m’entraîne dans une pente assez raide où on aperçoit une vue magnifique sur le fleuve et la ville. Il n’avait pas menti, c’est effectivement assez magique.


La, il dégaine sa bite qui avait déjà commencé à se raidir lors du trajet en bus, et je la prends tout entière dans ma bouche. Les mouvements de va-et-vient, habilement accompagnés des caresses de ma main et du jeu de ma langue le font monter rapidement dans un délicieux état d’excitation élevé. M’interrompant alors avant qu’il ne soit trop tard, je l’invite à me pénétrer sauvagement en levrette contre un arbre, un de mes fantasmes depuis longtemps. La sensation est exquise et j’adore l’odeur de l’écorce de l’arbre sur mes doigts quand il effectue des va-et-vient profonds en moi. "Oh oui vas-yyyy mon salaud, enfonce-toi tout au fond ooOh !"


Il m’allonge ensuite sur le sol recouvert de feuilles mortes, et j’apprécie ce bruit de feuilles froissées quand il enfonce en moi son dard d’un grand coup.


Je lui crie des mots obscènes en français, et ça m’excite de plus belle de savoir qu’il ne peut pas les comprendre. J’ose lui crier tout plein de mots que je n’ai jamais osé crier à quiconque auparavant...


— Je suis une belle salope, hein, qui aime se faire prendre par une grosse queue d’un inconnu contre un arbre;

— Vas-y défonce-moi, je suis ta chiennasse et j’aime tellement ça !


Puis, arrivé au bout de ses efforts pour retenir sa sève, je ressens les tressaillements de sa bite à l’intérieur de moi, et il éjacule d’un coup en poussant un cri de plaisir que j’accompagne par le mien et un puissant orgasme.


Je pense que je me souviendrai longtemps de cette plus belle vue de Vienne.....

Membre XStorySnap du jour
Flamme -
Suiveur -
Snap
Chatter avec
Webcam XStory du moment
Regarder