Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 18 625 fois
  • 19 J'aime
  • 0 Commentaire

Plus que par le cul

Chapitre 1

Trash

Le vent défait sa chevelure qui coulait sur la poitrine nue, comme une figure de proue. Face au mistral, les seins offerts, elle attend qu’il soit près d’elle. Un simple coup de fil pour dire qu’il arrive ne suffit pas à la demoiselle. Ho ! Il ne faut que patienter deux ou trois heures. C’est long quand on a envie. Leur dernière fois était hier au soir. Pour elle c’est loin, elle voudrait qu’il ne la quitte pas. Son corps est vide sans lui.

C’est son premier homme, le premier qui s’occupe d’elle aussi bien. Elle l’attendait, fille bien élevée dans un cocon familial serré. Sa mère lui avait dit qu’un jour elle trouverait un grand bonheur avec un garçon, sans trop lui dire en quoi ce bonheur serait grand. Il l’a prit dans les bras, l’a embrassé rapidement. Trop rapide à son goût. Elle a passé ses bras autour du coup serré ses mains derrière lui. Elle sentait quelque chose de dur contre son ventre.

Leur nudité était normale sur cette plage. Elle savait bien que c’était son sexe qui bandait. Elle en avait vu beaucoup ; pas aussi dur, alors celui-ci ou un autre…. Il n’osait pas trop demander qu’elle le touche. Elle n’osait pas le prendre dans sa main. Alors elle frottait son ventre sur le morceau de chair. Lui voulait qu’elle lui fasse du bien. Elle voulait qu’il calme sa chaleur au bas ventre.

A l’abri d’une petite dune, couchés sur le sable ils se sont approchés l’un de l’autre. Deux êtres qui se voulaient. Instinctivement elle écartait ses cuisses, passait ses jambes sur celles du garçon. La position idéale pour faire l’amour une première fois. Conscient que c’était sa première fois, il entrait prudemment dans le vagin. Elle avait un peu mal, il sentait du bien être. Puis, lentement elle sentait qu’il lui faisait du bien. Elle commençait à se donner totalement. C’est à peine après une minute qu’elle ressentait un orgasme meilleur que ceux qu’elle se donnait.

Et puis ils se sont retrouvés presque tous les soirs. Elle aimait le faire bander en le touchant. La suite cherchée arrivait toujours. Des fois elle se mettait sur lui, dirigeait la queue vers son sexe. Une fois il a voulu qu’elle lui lèche le gland. Amoureuse elle ne pouvait refuser. Un peu écœurée elle le prenait dans sa bouche. C’était une drôle d’impression que de sentir une queue vivante dans sa bouche. Lui était renversé en arrière, prenant un plaisir égoïste. Elle tenait la bite avec une main à la base. Sa bouche allait et venait. Lui sentait ses cheveux sur son ventre. Soudain elle sentait le jet de semence dans la bouche. Son écœurement passait en sentant le goût salé. Elle avalait la jouissance de son homme. Un moment après elle voulait elle aussi avoir sa part. Elle lui caressait la chatte. Elle se donnait volontiers. En poussant sa tête elle faisait comprendre qu’il lui fallait elle aussi avoir la chatte dans la bouche. Se faire bouffer le biscuit par cette bouche aimée la faisait partir vers les limbes plusieurs fois.

Ils sentaient qu’il fallait baiser ensemble, même si de temps en temps il était attiré par le corps d’une autre. Bien sur une fois elle l’a vu avec une autre qui lui suçait le poireau. Elle en était excitée sur le moment, au point de se caresser devant le couple. Elle lui a fait la tête un moment allant refuser ce qu’elle aimait.

Le soir, le dernier ils se sont livrés totalement, surtout elle. Il lui fallait plein de plaisirs nouveaux. Les 69 ne suffisaient plus. Elle appréciait de se mettre en levrette : elle aimait senti sur ses fesses les poils du pubis de son homme. C’est là que tout a déraper. D’elle-même elle prenait n peu de son jus pour le mettre sur son anus. Il était encore vierge de toute pénétration. Elle était curieuse de savoir comment ça faisait de sentir une queue là justement. Et là, ça lui a fait mal. Elle sentait son sphincter s’écarter. Il lui semblait que son cul allait s’ouvrir en grand.

Il la lui mettait tout au fond. Enfin il arrêtait sa pénétration en restant totalement immobile. Elle patientait en attendant qu’il sorte. C’est justement quand il entamait le retrait qu’elle ressentait enfin un plaisir délicat. D’un mouvement de rein elle le faisait revenir. Elle accélérait le mouvement de la sodomie, jusqu’à l’orage de l’orgasme. Quel début de soirée. Elle lui a pris la queue dans la bouche pour le faire durcir encore. Elle ne la voulait plus dans le sexe, elle voulait que la sodomie. Même couchée sur le dos, elle ouvrait son cul, uniquement le cul. Il ne pouvait plus la baiser que par la bouche ou le cul. Il ne demandait pas mieux : c’est plus serré par là. Elle pense que si un jour elle veut sentir une bite dans le con, il lui faut acheter un gode, un très gros gode. Son cul est réservé à sa queue, seulement à sa bonne queue.

Diffuse en direct !
Regarder son live