Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 383 fois
  • 35 J'aime
  • 4 Commentaires

PokémonVR

Chapitre 33

Loser

Divers

Un gigantesque sourire barrait mon visage. Secoya, au contraire, tirait une tête de trois pieds de long. Il semblait perdu. On lisait la stupéfaction sur son visage. Bientôt, ce fut de la colère. Une colère noire explosait continuellement en lui. Il bouillait. Bientôt, il tourna son visage vers nous. Du mètre qui nous séparait, je distinguais clairement ses yeux devenus noirs de fureur.


— Comment as-tu osé, petite salope ! tonna-t-il en s’approchant d’elle.


Instinctivement, je me plaçai devant Ayaka. Encore nue, elle était en train d’essuyer le sperme étalé sur son visage avec sa main.


— Quelqu’un n’aurait pas un mouchoir ? demanda-t-elle en ignorant totalement Secoya.


Aucune réponse. Aucun de nous n’en avait. Ayaka grimaça en attrapant un filet de sperme du bout de ses doigts avant de le laisser tomber au sol.


— C’est dommage que tu n’aies pas pensé à comment s’essuyer, commenta-t-elle en daignant enfin poser ses yeux sur le scientifique devenu fou.


Secoya ne releva pas la remarque. De là où je me trouvais, j’ignorais s’il continuait d’observer le corps nu de ma petite-amie, mais cette idée suffit à me donner envie de lui crever les yeux. Une juste vengeance par rapport à ce qu’il nous avait fait subir, me fis-je la réflexion. Pourtant, Secoya nous tourna le dos avant de traverser l’arène. Il se plaça dans l’un des rectangles blancs tracés au sol délimitant la zone dans laquelle le Maître de la Ligue devrait se trouver pendant le combat. Il croisa les bras en nous toisant d’un regard mauvais.


— Je vous attends, dit-il méchamment. Je vais en finir avec vous, misérables ingrats.


Des ingrats ? Comme si nous devions le remercier de nous avoir enfermés dans un univers meurtrier, me dis-je. Ce type manquait tant de lucidité que cela en devenait ridicule.


— Dépêchez-vous ! insista-t-il.

— Désolé les gars, mais je vais devoir me nettoyer, nous prévint Ayaka. Je ne suis pas fan de rester à poil devant Secoya, ajouta-t-elle. Surtout pas après qu’il m’ait éjaculé dessus.

— Prends le temps de te nettoyer et de te rhabiller, répondit Loser. Je vais me débarrasser de ce type.

— Tu es sûr ? intervins-je.

— Prends ça comme ma manière de me faire pardonner de vous avoir mal jugés, ajouta-t-il avant de se diriger vers le second rectangle de l’arène.


Je ne m’y opposai pas. En revanche, nous ignorions totalement les Pokémon que comptait utiliser Secoya. Le connaissant, cela ne me disait rien qui valût. Mais il était désormais trop tard pour réfléchir ; Loser avait pénétré dans l’arène. Ainsi, un dôme se forma autour d’eux afin que ni Ayaka ni moi ne nous blessassions à cause du combat à venir. Loser ne pouvait désormais plus reculer. Vaincre Secoya ou mourir. Il n’avait aucune autre option.

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)



De là où nous nous trouvions, nous ne pouvions plus rien entendre de ce que disaient Secoya et Loser. Je voyais leurs lèvres se mouvoir, mais aucun son n’atteignait mes oreilles. Bientôt, Loser envoya son premier Pokémon : Crustabri. Celui de Secoya ne tarda guère à le rejoindre : Dracolosse. Devant moi apparut alors un écran sur lequel, comme sur les jeux originaux, les barres de santé de chacun des deux Pokémon s’affichaient en vert. Néanmoins, celle de Crustabri vira au rouge après une attaque Fatal-Foudre du Dracolosse adverse. Un coup dur pour Loser. Il répondit pourtant avec un Picots qui, j’en étais certain, poserait problème à Secoya. Dorénavant, à chaque fois qu’un Pokémon de Secoya entrerait sur le terrain, il perdrait 12% de sa santé.


Crustabri fut envoyé au tapis avec une attaque Dracogriffe. Loser le remplaça par son Voltali. Le Pokémon Électrique lança alors l’attaque Fatal-Foudre qui paralysa instantanément le Dracolosse. Toutefois, cela ne l’empêcha guère de lancer une attaque Colère qui fit chuter les PV de Voltali à 42%.


— Je crois que Loser n’a plus rien pour contrer Dracolosse, jura Ayaka.


Je me tournai vers elle. Elle avait achevé de se rhabiller. Sa main droite semblait gluante et pleine de restes de substance blanchâtre. Je décidai de ne pas lui faire réflexion dessus.


— Il a réussi à le paralyser, mais s’il n’a plus d’attaques Glace, il risque d’y laisser encore un Pokémon. Il va falloir qu’il fasse quelque chose pour reprendre l’avantage.

— Tu as raison, mais quelque chose me dit que ce ne sera pas simple.


Ayaka me glissa alors un mot à l’oreille. Un mot qui me glaça le sang. J’étais tellement mal à l’aise que je remarquai à peine que le Voltali, après avoir été mis K-O par un second Colère, fut remplacé par Ectoplasma qui parvint à mettre K-O Dracolosse en deux Ball’ Ombre. Ce fut alors que je pus constater qu’Ayaka avait vu juste. Lorsque Mewtwo apparut sur le terrain, je compris que les cinq derniers Pokémon de Secoya correspondaient aux cinq Pokémon légendaires de première génération.



Loser, totalement paniqué par l’apparition de Mewtwo, le Pokémon légendaire le plus puissant de la première génération, fit de son mieux pour affaiblir son adversaire. Malheureusement, le Mewtwo adverse, plus rapide, frappa le premier et mit K-O Ectoplasma en une attaque Psyko. La terreur apparut alors sur le visage de Loser. Et sans doute était-elle également lisible sur nos visages. Je connaissais l’équipe de Loser. Il lui restait trois Pokémon. Florizarre, un Pokémon dont les capacités défensives le rendaient monstrueusement coriace. Malheureusement, sa faiblesse au type Psy ne lui permettrait de tenir que deux tours, tout au plus. Kicklee, un Pokémon puissant et rapide, mais dont les capacités défensives et son type Combat ne lui permettraient pas de tenir ne fût-ce qu’un tour. Et Rapasdepic, un Pokémon que Loser appréciait pour son attaque Bec Vrille, mais qui ne suffisait pas à en faire un adversaire coriace.


Loser, désemparé, envoya son Rapasdepic, le seul Pokémon qui permettrait, avec un miracle, de vaincre Mewtwo. Ce ne fut toutefois pas le cas. Le Bec Vrille de Rapasdepic fit perdre 21% de sa santé au Mewtwo adverse qui, à l’inverse, mit Rapasdepic K-O en deux attaques Psyko. Ce fut bientôt au tour de Florizarre, puis de Kicklee. Aucun de ces deux Pokémon ne put survivre à l’attaque Psyko du Pokémon légendaire adverse. Loser avait perdu. Avec un regard de désespoir, il tourna son visage vers Ayaka et moi. Il pleurait. Je ne pus que l’imiter. Ayaka aussi. Nous éclatâmes en sanglot lorsque Loser tomba au sol. Nous comprîmes alors ce qu’il nous restait à faire. Nous ouvrîmes la liste. Celle que nous espérions ne jamais avoir à rouvrir avant de sortir de ce jeu maudit. Mais pourtant, nous dûmes le faire. Le nom de Loser devait rejoindre les noms de ses dix-sept confrères.



Le choc était rude. Si rude. Des vingt bêta-testeurs, Ayaka et moi étions les seuls survivants. Un massacre. Rien de plus, rien de moins. Dix-huit morts, tout cela pour quoi ? Pour soi-disant assouvir un désir qui n’avait jamais existé. Dix-huit personnes avaient perdu la vie, en vain. Après tout ce qu’ils avaient traversé, ils auraient mérité de rester en vie. Cowboy77 n’avait même pas eu le droit à un avertissement ; la mort s’était emparée de lui avant que l’annonce mortelle ne tombât. Pikasama, qui était mort par ma faute, parce que j’avais été vaincu par Ondine. Detsuky, qui n’avait pas survécu à la chute de la tour de la Sylph SARL. MissMalice qui avait perdu les esprits après la mort de Destuky. M. A. nuel, qui s’était noyé pendant le naufrage de l’Océane. Ceux-là sont morts de manière détournée. Ce jeu n’était rien de plus qu’un ramassis abject d’absurdités et d’injustice. Ils étaient morts sans avoir échoué. Le jeu les avait tués pour le plus grand plaisir de Secoya.


Secoya. Cet homme, qui venait d’achever Loser, se tenait à quelques mètres devant moi. À ma portée. J’adorerais l’étrangler. Le faire souffrir. L’entendre hurler. Mais à quoi bon ? Ma tête devenait lourde. Pensais-je trop ? J’avais pourtant l’impression de ne pas suffisamment réfléchir. Tout semblait flou. Plus rien n’avait de sens. Jusqu’à ce rire. Un rire dément. Secoya.


— Et un de moins ! chantait-il à moitié. C’est si simple de vous vaincre, avec une équipe pareille ! J’espère que tu as profité de ton petit copain, Ayaka, parce qu’il va mourir.


Mon instinct me dicta comment agir ; mon corps ne m’obéissait plus. Je me mis à avancer. Lentement. Une main frôla la mienne. Ayaka. Je ne me retournai pas. Je ne le pouvais pas. Je ne me contrôlais pas. Bientôt, je me retrouvai à côté du corps de loser. Il était immobile. Mort. Mes émotions étaient bloquées. Pas mon poignet. Ma main se ferma sur une Poké Ball, accrochée à ma ceinture. Je l’envoyai. Mon ultime combat débuta ainsi.

Diffuse en direct !
Regarder son live