Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 1 553 fois
  • 3 J'aime
  • 0 Commentaire

je pose pour elle

Chapitre 1

Lesbienne

Il fait chaud dans cette boite, le son est trop élevé, en plus on me sert un coca, comme si j’aimais cette boisson étrange. Une jeune femme arrive, pique le verre pour boire d’un seul trait le coca.

Excuses moi, quand j’ai soif je ne sais pas me retenir.

Pas de quoi.

Sortons, tu veux, cette boite est infecte.

Elle me prend le bras, nous sortons. Il pleuvote. Au milieu d’un grand bavardage elle s’arrête pour m’embrasser pas sur les joues, j’aurais compris à la rigueur, directement sur la bouche.

Tu sens bon, j’ai envie de toi.

Mais ?

Pas de mais, j’habite à coté, il pleut nous y allons.

Je me trouve chez elle avec un appartement plein de photos de femmes nues la plus part.

C’est mes clichés, tu aimes ?

Oui, c’est beau, les modèles sont belles.

Déshabilles toi que je te vois.

Mais ?

Tu as honte de ton corps. Allez je te donne deux minutes.

Je n’ai pas honte de mon corps, je vais le lui montrer. Je quitte mes peluches en tournant le dos, si elle voit, ce sera mes fesses. Je fait un 180° et hop je suis nue devant elle.

Ah, tu a gardé tes poils, tu es dépassée. Allez je vais te raser.

Elle m’entraîne sans me demander mon avis dans sa salle de bain. Je suis assise sur le bout des fesses contre la baignoire froide. Elle me rase rapidement. Je me sens plus que nue, surtout que ses mains se sont attardées sur ma chatte là où mis à part moi, mon copain, ma gynéco, personne n’a jamais touché.

Je la suis dans son studio qui touche l’appart. Quelques meubles lit, chaises fauteuils, tapis sont rassemblés. Je dois être sur le lit, couchée, assises, les jambes réunies les cuisses ouvertes, les fesses ouvertes pour voir mon cul. Bref une série surtout porno.

Nous revenons chez elle, elle m’embrasse et :

Je te désire

Moi non,

Tu ne connais pas l’amour entre filles

Non, je ne veux pas

Idiote tu ne sais pas ce que tu perds.

Elle m’embrasse à nouveau mais cette fois appuie son baiser de caresses sur les seins. Elle a gagné, je vais goûter à elle puisqu’elle dit que c’est si bon. En plus j’ai le souvenir de sa main sur mon sexe. Alors je la laisse faire ce qu’elle veut. Elle plaque directement une main sur le pubis. Je sens sa chaleur sur moi En plus je suis restée nue, fragile donc. Un seul doigt lui suffit pour taquiner ma fente que j’entrouvre doucement. Elle ne me fouille pas comme une dingue, tous ses gestes sont d’une douceur extrême, même sa langue dans la bouche. Sa salive est merveilleusement crémeuse sous ma langue. Son doigt chemine sur la protection du clitoris. Il la soulève doucement, mettant à jour mon petit rocher. Je sens qu’elle y passe deux doigts, un de chaque coté, elle me branle aussi bien sinon mieux que moi.

Je suis tendue vers sa caresse envahissante. Je me donne en entier. Elle peut me faire ce qu’elle veut. Elle me pousse sur son divan. Je suis bien, elle m’embrasse sans rien demander sinon de rester avec sa main sur moi. Elle ajoute sa bouche quand elle s’assoit. Sa bouche embrasse mes seins, l’un après l’autre. Je suis perdue. Je deviens son esclave.

Elle prend ma main, je l’avais oublié. Je suis l’intérieur de sa cuisse. Plus je monte plus c’est chaud, brulant quand je suis sur sa figue. Elle est trempée.

Caresses moi aussi !

Où ?

J’ai l’art et la manière de poser des questions idiotes. Je suis sur sa chatte et je demande où. Je me réveille un peu du cocon où elle m’a mise. Je trouve ce que je trouve, je caresse n’importe quoi : bingo, le clitoris. Là je sais comment faire. Elle bouge dans tous le sens, elle gémit et cri son orgasme. Ainsi moi, pauvre débutante je fait jouir une vrai lesbienne. Je me déchaîne sur sa chatte. Je prends du plaisir à lui en donner. Ma main traverse son sexe va plus bas, là où normalement je ne devrais pas aller. Son petit trou me tente : le mien tente bien la queue de mon copain. C’est doux autour. Je ne fais que frôler l’anus. J’espère surtout qu’elle voudra que je continue. Une gouine, n’est ce pas ça n’aime que sur le con. En caressant la raie des fesses je traverse déjà une zone à risque. Pourtant elle ne me refuse pas l’accès. Alors j’y vais. Je caresse le tour, j’insiste bien un moment, je me mouille le doigt et là, sans redemander j’entre sans frapper.

Elle ouvre son cul à mon doigt. Je caresse à grand aller et retour. Elle ne fais qu’accompagner mes mouvements. Elle se venge en léchant le minou avec sa longue langue si experte. Elle aussi sait venir sur les culs, la preuve quand elle me lèche le mien.

Je ne pensais jamais avoir tant d’orgasme avec une autre fille. Photo ou pas, je viens souvent chez elle comme elle vient chez moi. Des fois elle voudrait voir mon copain pour se faire mettre une queue dans le cul. Je ne la comprends pas. Par contre j’ai pris goût à nos tête à queue. J’adore lui lécher son con quand elle m’en fait autant. Entre nous, ça dure des heures parfois. Je préfère que mon copain ne soit pas là.

Diffuse en direct !
Regarder son live