Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 35 206 fois
  • 119 J'aime
  • 4 Commentaires

Pourquoi est-elle aussi salope ?

Chapitre 1

La rencontre.

Avec plusieurs hommes

A 30 ans, j’ai rencontré au Cap d’Agde où je passais une semaine une jeune femme de mon âge. Sur la plage, cela nous a conduit à bavarder de choses et d’autres, notamment notre goût partagé pour le naturisme, l’exposition des corps au soleil, etc.


Hélas, je terminais mon séjour et je n’avais plus qu’une soirée à passer au Cap. Cela ne nous a pas empêchés de partager un repas bien arrosé de rosé de pays, si bien que lorsque vers 23 heures, nous avons quitté le restaurant, nous avions chaud les oreilles (comme on dit familièrement).


Contrairement à la réputation des lieux qui veut qu’on y baise copieusement, il ne s’est rien passé entre nous... juste un échange de baisers un peu chauds et de nos numéros de téléphones. Fabienne a eu l’air déçue que je ne l’emmène pas dans un des établissements coquins du lieu pour y poursuivre la soirée. Mais je voulais être en forme pour avaler les presque mille kilomètres d’autoroute pour regagner la banlieue nord de Paris... En partant au lever du jour, je pensais arriver en début de soirée.



L’été était terminé et j’avais presque oublié Fabienne quand celle-ci m’a adressé un message sur mon portable : ‘’Comment vas-tu ? Suis seule ce WE ! Envie de baiser ! Et toi ?’’

Au moins, les choses étaient claires. Je répondis aussitôt : ‘’Dispo. Adresse ? Quelle heure ?’’

La réponse ne tarda pas : ‘’Ce soir 21 h 00’’ suivi de l’adresse du côté d’Orly.

Il me restait une petite heure pour me préparer et traverser tout Paris et une partie de la banlieue...


Fabienne habitait le dernier étage d’un immeuble des années 50 avec une grande terrasse donnant plein sud. Alors que nous racontions ce qui s’était passé depuis les deux mois écoulés, elle dit en riant que cette terrasse était bien pratique puisqu’elle pouvait y poser nue dès qu’il faisait beau. Je n’étais pas trop étonné de ces propos car ne nous étions pas rencontrés dans un des hauts lieux du naturisme de France... et accessoirement le plus grand baisodrome du secteur.


— As-tu profité de la plage et des dunes lors de ton séjour ?

— Oui... et pas que !

— Raconte...

— Le soir où nous avons mangé ensemble, j’ai été un peu déçue que tu ne m’aies pas sautée mais je me suis rattrapée en allant achever la soirée au GLAMOUR...

— Je connais... L’ambiance y est particulièrement chaude les week-ends !

— Tu veux dire ‘’bouillante’’ ! J’étais à peine arrivée que j’étais accostée par trois gars qui m’ont entraîné dans un coin à câlins et ils se sont bien occupés de moi !!!

— Ils t’ont baisée à la suite l’un de l’autre ???

— NON... Dès que j’ai été nue sur le lit, ils m’ont entrepris de toutes les manières possibles... Pendant que je suçais alternativement deux bites de belle taille, le troisième me faisait un cunni’ très HOT qui m’a envoyée en l’air en peu de temps... Sa langue et ses doigts étaient particulièrement agiles si tu vois ce que je veux dire !

— Oui... un peu !

— Mais attends que je te raconte la suite ! Les deux mecs que j’avais sucés se sont installés sur le lit, l’un d’entre eux s’est couché sur le dos, la bite dressée comme un pal sur son pubis. J’avais compris... Il avait envie que je l’enjambe et glisse sur son sexe... Mais c’est lorsqu’il m’a couchée sur lui que j’ai deviné puis senti que son copain allait me sodomiser !!!

— Et alors ???

En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

— Ça n’a pas tardé... Il s’est agenouillé entre nos cuisses et son vit est entré dans mon cul sans autre préparation... Heureusement, s’il était long, il était assez fin !

— Et le troisième ???

— Il s’est arrangé pour planter sa queue dans ma bouche... Mes trois orifices étaient remplis ! Je ne te dis pas quel pied j’ai pris lorsqu’ils ont joui successivement... Je n‘arrêtais pas de jouir quand ils ont déversé leur foutre dans la capote !

— Ben dis donc... tu ne t’es pas ennuyée !

— Ça non... d’autant que la soirée n’était pas terminée ! Lorsque je suis allée au bar avec mes trois complices pour me désaltérer, j’ai été abordée par un couple d’une quarantaine d’années. Le mec a dit qu’il m’avait repérée dès mon entrée mais qu’il s’était fait devancer par les trois larrons... Et il m’a proposé une partie à trois avec sa copine ! Je lui ai dit que cela ne me gênait pas mais qu’il devait me laisser récupérer un peu ! On s’est retrouvés une bonne demi-heure plus tard quand je sortais du jacuzzi.


Tout ce que Fabienne venait de me raconter m’avait bien excité mais je voulais en savoir plus... Si j’avais un peu profité de bonnes occasions au Cap, depuis que j’en étais revenu, j’avais été plutôt sage... aussi je lui ai demandé de continuer son récit très excitant.


— Lorsque je suis sortie du jacuzzi, le mec s’est approché et il a commencé à m’essuyer avec une des grandes sorties de bain qui se trouvait à proximité... Il est passé sur tout le corps et il s’est attardé sur ma petite poitrine en faisant rouler les tétons puis tout doucement, il est descendu jusqu’à mon bassin et après avoir séché mon sexe, il a glissé plusieurs doigts dans ma fente pour me caresser pendant que son pouce faisait rouler mon clitoris...

— Ça commençait bien !

— Oui... ensuite il m’a allongée sur un des matelas de plage où la femme me tendait les bras et m’a invitée à un 69... Nous étions tête-bêche et je peux te dire qu’elle ne manquait pas de savoir faire ! Une vraie bouffeuse de minou !!!

— Et le mec ??? Il vous regardait vous gougnotter ???

— NON... Il est venu derrière moi, il a ouvert ma raie et j’ai senti son souffle sur mes orifices puis, c’est sa langue que j’ai sentie...

— Ne dis pas qu’il s’est contenté de cela ???

— Non... Tu es trop impatient ! Après il a ouvert mon sphincter en introduisant deux puis trois doigts et quand il a jugé que je devais être prête, il m’a sodomisée... Je l’ai senti passer bien que je sois habituée... Sa bite devait mesurer au moins 20 cm au repos avec un diamètre en rapport... Quand il a été au fond de mon cul, il a saisi mes hanches entre ses mains et m’a copulée comme s’il avait été dans ma chatte...

— J’imagine que la fille ne devait pas en perdre une miette !!!

— Certainement mais son cunni’ était si savant qu’elle m’a envoyée en l’air en moins de temps qu’il faut pour l’écrire !!! Puis elle a remplacé ses doigts par un gode de bonne taille (il devait être dans sa besace...) et elle l’a fait aller et venir dans ma chatte qui était littéralement inondée de cyprine... Quand nous avons joui, le mec s’est épanché dans la capote... et il a été généreux !

— Et après ???

— Il s’est retiré, la femme a ôté le préservatif et nous nous sommes régalées du foutre qui nappait sa bite. C’est à ce moment que la femme (qui était sa régulière) m’a remercié en disant qu’elle ne pouvait pas absorber la bite de son mari dans son cul et qu’elle cherchait dans les clubs coquins une femme susceptible d’absorber cette queue qu’elle trouvait gigantesque !

— Sacré soirée ! Et si maintenant on pensait un peu à nous ???

— OK... Je vois que tu es très en forme ! Tu me baiseras après, pour l’instant je vais profiter de ta queue bien raide pour m’envoyer en l’air à la cavalière !


C’est ainsi que ma première soirée avec Fabienne commença !

Je me suis allongé sur le divan du séjour dès qu’elle a achevé de me mettre nu puis elle m’a enjambé pour s’empaler sur mon sexe couvert d’une capote !

Elle me faisait face... Fabienne était une grande jeune femme très jolie et elle le savait. Ses cheveux blonds vénitiens coupés en carré laissaient voir de grands yeux verts ourlés de longs cil, un nez un peu retroussé et une bouche gourmande pour ne pas dire sensuelle... La poitrine n’était pas très volumineuse – un bonnet B certainement – et pointait sur son buste comme un demi citron. La taille souple était ornée d’une chainette dorée et le pubis était garni d’un toupet de poils blond foncé.


Dès qu’elle a été en place, Fabienne s’est mise à monter et à descendre sur mon sexe que je voyais entrer au plus profond de sa chatte... Certainement que ce qu’elle m’avait raconté de sa soirée au GLAMOUR l’avait excité car son sexe était plein d’une abondante cyprine qui avait tendance à mouiller mon pubis... Mais voir cette jolie fille prendre (et me donner) son plaisir avait de quoi m’exciter.


Je n’ai pas tardé à sentir ma jouissance monter dans mes reins et je me retenais car je voulais partir en même temps que Fabienne... c’est bien meilleur quand les partenaires jouissent en même temps...


Elle avait deviné que je me retenais car soudain elle a dit, presque en criant :


— Vas-y... Lâche-toi... Je viens !


Et effectivement, elle a plaqué son pubis contre le mien pour que ma bite entre au plus profond de son sexe et elle s’est mise à jouir... Instantanément, j’ai inondé le fond de la capote de longs jets de foutre ! Quelques instants plus tard, elle se dégageait et après avoir ôté le préservatif, elle a englouti mon sexe dans sa bouche pour se repaître de mon jus... Sa bouche était chaude, sa langue frétillait et agaçait mon frein, elle jouait de ses joues pour me pomper comme si elle vouait extraire les dernières goûtes de ma jouissance !

Il n’y a pas à dire... Elle savait pomper un sexe !

Je n’en avais pas assez... Fabienne me faisait furieusement envie... Je bandais encore à moitié lorsque je me suis placé entre ses cuisses et que j’ai joué avec le bout de mon gland dans sa fente pleine de cyprine...


— Oui... Viens mais couvre-toi... on ne se connaît pas encore assez !


Donc, il y aurait des lendemains... Elle a couvert mon sexe et m’a dit :


— Je suis prête ! Vas-y... Fais-moi reluire !


Je ne demandais pas mieux... Je suis entré dans sa chatte et j’ai pris Fabienne sous les genoux pour placer ses jambes sur mes épaules... Dans cette position, je pouvais entrer dans son sexe et aller au plus profond, un peu comme si je la baisais en levrette ! Et c’était bon... J’allais à nouveau au fond de sa chatte et je sentais qu’elle massait le bout de ma queue avec ses muscles internes quand je m’arrêtais pour qu’elle me sente bien...


Puis nous avons changé de position... Fabienne s’est mise à quatre pattes m’offrant ses orifices... Je ne savais pas lequel prendre... allai-je la sodomiser puisqu’elle était adepte ??? Non j’avais envie de sa chatte béante !


Je me suis glissé dans son sexe en saisissant Fabienne aux hanches pour assurer ma prise... Au bout de quelque temps, elle a ramené un des oreillers entre ses jambes et s’est affalée dessus... Elle voulait sentir le frottement sur sa fente et moi, j’allais de plus en plus vite car je sentais que mon plaisir n’allait pas tarder... Nous avons joui presque en même temps et si je m’étais déjà bien vidé, cette fois-ci, j’avais été encore plus généreux... Décidément cette fille était une ravageuse, bonne suceuse, c’était aussi une baiseuse hors pair !


Heureusement que nous étions un samedi soir car cette nuit-là, nous avons baisé quatre fois et lorsque Fabienne a tenté de ranimer ma bandaison pour une cinquième partie, j’ai déclaré forfait !


— Qu’à cela ne tienne... J’ai ce qu’il faut pour me satisfaire... mais rien ne vaut une bite bien vivante !


Et elle a sorti de sa table de chevet un beau gode noir et elle s’est fait jouir sous mes yeux ébahis...

Ce n’est qu’au réveil que j’ai pu la baiser une nouvelle fois !

Quelle santé !

Mais je n’étais pas au bout de mes surprises...


A suivre.

Diffuse en direct !
Regarder son live