Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 9 379 fois
  • 84 J'aime
  • 1 Commentaire

Prélassement

Chapitre 1

Hésitations

Voyeur / Exhibition

Ma voisine est une salope.

Oui, c’est vraiment une salope. Ca fait 8 ans qu’on crèche ici et c’est tout juste si elle me dit bonjour. Elle s’appelle Mégane, c’est marqué sur leur boîte à lettres. Ca fait deux ans qu’elle est partie étudier à Lyon ou à St-Etienne, je ne sais plus et puis je m’en fous ! Mais elle revient souvent, même en semaine ici chez ses parents. Son père voyage beaucoup et sa mère travaille. C’est une meuf qu’est plutôt bien carrossée avec ses 20 ans passés, toujours tirée à 4 épingles, classe quoi ! Moi, je bosse en ce moment au supermarché Lidl du quartier, petit boulot d’été, un boulot d’étudiant pour mes 18 ans et sûrement pour fêter mon bac. Ce matin, Mégane vient faire quelques courses, passe à la caisse, comme quasiment tous les jours.


Le mec devant a un petit mot gentil pour moi, la jolie blonde qui le suit, je la connais, on était au lycée ensemble, j’me la ferai bien, mais elle est sympa, elle me demande aussi des nouvelles de mes parents, Mégane, elle, quand elle passe, elle regarde ailleurs...


— Ca fera 12 euros et 23 cts. Vous avez la carte du magasin ?

— Non.


Et elle se tire. Vue de derrière, elle est pas mal, elle a un beau cul, y a pas à dire et devant, il y a du monde au balcon même si le monde se cache bien. Je me suis déjà tapé une vieille comme elle, enfin, un peu plus vieille qu’elle, quand même, mais elle, je n’y pense même pas.


Enfin, je n’y pensais même pas jusqu’à cet aprem !

Je suis tranquille à la maison, mes parents bossent. Je dois appeler ma copine sur skype et on va se faire un petit plaisir, ça va sûrement se terminer comme ça – Allez, montre-la moi ! Et moi, allez, montre-les moi !- et puis elle me dira qu’elle mouille même si ce n’est pas vrai, je la croirai et ça me fera bander et elle me demandera de gicler sur l’écran, elle adore ça !!!


Il fait une chaleur à crever et tout à fait par hasard depuis notre terrasse, je l’aperçois en maillot de bain qui va s’installer dans sa chaise longue... J’l’avais jamais vue en maillot de bain ! Elle est quand même canon pour une meuf plus vieille que moi ! Elle va me faire bander si ça continue. Elle aurait pu aller se mettre au bord de sa piscine, au-delà de l’angle de la maison, là je ne l’aurais pas vue. Au lieu de ça, elle reste de ce côté là de la maison, tranquille, juste contre la haie qui sépare nos deux jardins, comme exprès !


La haie qui sépare nos deux jardins ? Il y a peut-être un coup à faire ! Parce que, de là où je suis, je ne vois pas très bien ses nichons. Elle a un maillot taille basse, c’est sûr, et un soutif qui n’a pas l’air de cacher grand-chose, mais je vais m’approcher ! La haie ne va pas jusqu’au fond du terrain, au-delà, je verrai peut-être mieux. Alors, sans me presser et sans avoir l’air de regarder chez elle, je vais jusqu’au fond du terrain, au composteur, je dépose les deux épluchures de pomme de terre qui justifient que je sois venu jusque-là, je me retourne pour revenir tout naturellement vers la maison, et là, le spectacle est déjà bien meilleur que depuis la terrasse. Je remonte doucement, putain son regard se tourne vers moi, elle me fait un petit sourire et un geste discret de la main, geste auquel je réponds brièvement et maladroitement avant de remonter derrière le haie à l’abri de ses regards. Je ne la vois plus et c’est dommage.


Je n’ai pas rêvé, mais elle avait glissé sa main dans sa petite culotte, pas beaucoup, mais quand même ! En fait, ce n’est pas un maillot de bain, ce sont ses sous-vêtements, putain, la salope avec juste un string noir !


Alors sans faire de bruit, je m’approche de la haie, elle ne peut pas me voir au travers, moi non plus, j’aimerais bien, alors j’écarte quelques branches et je l’aperçois, je la devine, là, à 3 mètres, je la vois de ¾ arrière, elle ne me voit pas, elle a bien glissé sa main droite dans son petit string. Putain, la salope, elle ne va quand même pas se branler le minou, là dehors. Je crois rêver, pas contre, ça, je ne rêve pas que je bande, je bande ! Et elle qui enfonce doucement sa main ...


Et puis sa main qui saisit son smartphone, elle compose un n° et commence à parler... Des banalités d’abord, un mec, c’est sûr...


— Allo, Kevin ?


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Et puis ça devient rapidement plus précis...


— C’était bon lundi, tu sais, je suis prête à recommencer..... Avec qui ? ... Antoine ?...... Mais je ne l’ai jamais fait !..... Double quoi ?...... Pénétration ?...... Je ne sais pas trop... Mais on peut se voir quand même..... Oui, j’ai envie que tu me baises, oui...... Non, je ne peux pas plus fort, il y a des voisins......


Putain, la salope, je dois me tirer d’ici. En partant, je fais tomber un truc par terre, j’ai l’impression qu’elle a marqué un arrêt, mais non, elle continue, je me barre vite fait et je monte à l’étage, et de là, j’ai une meilleure vue sur cette salope qui me fait bander grave. Je la regarde de haut, là, elle ne peut pas me voir. Elle a toujours l’air de téléphoner et doit discuter comment l’autre va l’enculer la prochaine fois qu’elle le voit. Je suis en train de me branler grave pendant que cette salope se titille la moule, et puis elle se glisse un ou deux doigts dans son soutien-gorge, putain ça doit être génial de la palper, de la peloter, de lui pétrir les nichons, je vais bientôt gicler quand elle se lève, se tourne vers notre maison, vers l’endroit où je suis, elle doit me voir ou alors elle fait semblant de ne pas me voir et rentre dans sa maison. Je ne sais pas ce qu’elle est allée faire, mais j’aimerais bien qu’elle revienne en petite tenue.


Au bout de 5 minutes, elle réapparaît dans un peignoir de bain tout blanc et va s’asseoir à nouveau sur le bord de la chaise longue.


Elle me tourne le dos, elle reprend son smartphone... Oh non, elle ne va pas encore discuter de l’art et la manière de se faire baiser avec son mec. C’est vrai qu’elle est baisable, la salope !

Et puis tout d’un coup, elle se lève, toujours en me tournant le dos et fait doucement tomber son peignoir parterre... Ce n’est pas vrai ! Elle est complètement à poil et elle disparaît doucement derrière sa maison pour aller sûrement faire un plouf dans sa piscine. Putain, ce n’est pas vrai ! Elle ne pouvait pas rester là, à poil sur son transat !!

Elle a vraiment un beau cul fait pour y planter ses doigts avant d’y planter autre chose !

Je l’ai perdue de vue alors je me dis que je dois retourner dans le fond du jardin, et là, j’ai une chance de pouvoir la mater discrètement. C’est ce que je fais, mais je ne vous dis pas dans quel état d’excitation je suis !


Je la vois qui nage, qui sort de l’eau à poil. Elle ne s’emmerde pas, remarque, elle est chez elle et elle n’est pas censée savoir que quelqu’un la mate ! Si elle continue, je vais gicler là ! Elle continue et puis elle sort et revient vers moi, enfin dans ma direction, enfin vers son transat où son peignoir l’attend, ses nichons, putain, je remonte vite fait dans la maison pour pas qu’elle me voie, je me remets à l’observer depuis l’intérieur, elle prend son temps pour s’essuyer, je l’essuierais bien, moi, vraiment baisable la meuf !


Quand elle a fini, elle remet son peignoir et puis remonte chez elle par l’extérieur et regarde vers la fenêtre derrière laquelle j’essaie de me planquer, mais elle doit me voir quand même parce qu’elle me fait un petit signe de la main, elle m’envoie même, je rêve, elle m’envoie un baiser, j’ai l’impression qu’elle a vu mon manège depuis le début, ce n’est pas possible autrement et moi qui lui renvoie son baiser de ma main libre ! Elle disparaît, je ne sais pas quoi faire. Alors, je ne fais rien ! A part finir de me branler en pensant à elle !


Le lendemain, je retourne à mon boulot, j’angoisse à l’idée de revoir Mégane, mais elle ne vient pas. C’est le surlendemain qu’elle vient faire des courses. Et quand elle passe en caisse, elle est tout sourire, c’est bizarre, c’est la fin de la matinée...


— Bonjour, ça va ? Il fait chaud ici, la clim fonctionne bien ? Enfin si vous voulez vous baigner cet aprem, n’hésitez pas, venez prendre un dessert ou le café...

— Euh !... Oui, bien sûr, enfin... Peut-être, on verra, c’est gentil, merci, peut-être, si j’ai fini...

— Oui bien sûr : Comme vous voulez :)


Et puis elle est partie ? Putain quel cul !

Je rentre chez moi, il est 14h, je mange un morceau tout en réfléchissant à ce que je dois faire.

J’y vais ? J’y vais pas ?

A suivre...

Diffuse en direct !
Regarder son live