Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 953 fois
  • 64 J'aime
  • 5 Commentaires

Le Premier Gang Bang d'Adrienne

Chapitre 1

Orgie / Partouze

Mon prénom est Adrienne. Je suis âgée de 28 ans, mesure environ 1 mètre 75, et suis issue du métissage entre un père Italien et une mère Française. Ma peau est relativement blanche mais j’ai hérité des yeux de biches de mon père, mes yeux sont marrons/verts, de ses longs cils et du tempérament chaud des femmes méditerranéennes. Mes courbes sont plutôt avantageuses, mes hanches sont larges et ma poitrine est ronde et ferme. J’ai de longs cheveux bruns bouclés qui m’arrivent légèrement au-dessus des seins. Très perfectionniste, mon épilation était complète. J’obtiens souvent ce que je veux et sait me montrer convaincante quand cela s’avère nécessaire.


Malgré un parcours sans faute, une scolarité plus que correcte et un physique pour le moins avantageux, j’ai choisi d’occuper un poste d’assistante de direction dans une grande entreprise pour les opportunités salariales et le confort de vie que cela m’octroi. Cela me permet d’habiter un coquet appartement au sein d’une ville magnifique, appartement que j’habite, par choix, seule.

Bien loin des clichés de la jeune secrétaire sexy, je m’affuble en général d’un tailleur noir, talons noirs, chemisier blanc ou haut laissant légèrement entrevoir la poitrine et je m’applique quotidiennement à coordonner mes sous-vêtements. Ceux-ci sont choisis avec goûts, parsemés de fines dentelles et laisse entrevoir une partie de mes fesses et de mes seins.


Sur la centaine de collaborateurs que je vois chaque jour, la plupart d’entre eux sont âgés, mariés, ont des enfants et ne correspondent pas franchement à l’idée que je me fais de l’homme parfait. La plupart d’entre eux me reluquent du coin de l’œil, à la machine à café, certains font des détours jusqu’à mon bureau, engagent la conversation, d’autres me laissent entendre qu’ils aimeraient me connaitre plus intimement : mes réponses sont à chaque fois les mêmes et sont négatives. Ces hommes ne m’intéressent pas, j’ai besoin de nouvelles expériences et d’hommes au physique d’athlète, avantageux, et surtout bien membrés.


Je suis à la recherche d’homme virile, bestiale dans l’action mais tendre dans les sentiments et respectueux. De quelqu’un de libre, jovial, et sachant s’épanouir dans la sexualité, n’ayant peur d’aucune expérience nouvelle. En bref, de quelqu’un n’ayant aucun tabou et aucune limite.


Je n’ai pas peur de dire que j’aime le sexe, surtout quand celui-ci est réalisé de manière bestiale. Fort et puissant à la fois. Intense. Mes expériences sexuelles se limitent à avoir fait l’amour avec quelques hommes, pour la plupart au cours de relations sérieuses. Il m’est arrivé d’avoir quelques brèves aventures avec de jeunes femmes, avec plusieurs hommes, sans jamais sauter le pas. Mais quelque chose m’obsède depuis quelques temps : réaliser un gang bang. L’idée me parait folle, surréaliste, peut être sale, mais terriblement excitante à la fois. N’ayant encore jamais eu l’occasion de réaliser un tel fantasme, j’ai toujours gardé pour moi ce fantasme à la limite du raisonnable.


Etant assistante de direction, j’ai en charge de répondre aux besoins matériels de mon responsable, et de veiller à la logistique des événements que nous préparons. C’est pourquoi il m’arrive fréquemment de réserver pour nos prestataires des réservations dans de grands restaurants, des salles de réunions pour nos séminaires, et, quelques fois pour nos gros clients il m’arrive de faire appel à des escortes girls, et pour certaines occasions, je réserve à ces gros clients des chambres d’hôtels.


Nous faisons toujours, mon responsable et moi, appel aux mêmes filles. Celles-ci sont des pros, connaissent les règles du jeu et les limites à ne pas franchir. Je ne les ai jamais rencontrées, mais les ai souvent au téléphone.


Leur profession me fait d’une certaine manière envie et me fait fantasmer à la fois. Tard le soir, quand personne n’était plus au bureau j’en ai profité pour leur poser quelques questions par téléphone. J’ai voulu savoir leurs positions préférées, le nombre d’hommes avec lesquels elles faisaient l’amour, le tarif qu’elles demandaient pour chacune des prestations, et j’ai surtout voulu savoir si elles se protégeaient au cours de leurs rapports.


J’ai ainsi pu apprendre que « Victoire », ma principale interlocutrice, réalisait tout type de prestation, pour de coquettes sommes (jusqu’à deux fois le salaire que je pouvais me faire dans le mois ce qui pouvait se révéler intéressant), et qu’elle pouvait, à la demande du client, accepter de faire sans capote malgré les risques que cela engendrait.


« Victoire » a senti que l’intérêt et la curiosité montaient en moi. Elle m’a ainsi proposé, à demi-mots de me rendre le lendemain soir à l’hôtel où mon responsable m’avait fait commander le service d’escort pour de très gros clients. L’enjeu était de taille : nous ne pouvions pas nous passer de leur financement et nous devions à tous prix les retenir de s’échapper vers la concurrence. Nous avions mis les bouchées doubles et demandées les meilleures prestations. Par curiosité, j’acceptai le rendez-vous.


La nuit passa. Au matin, je me revêtis de sous-vêtements rouges coordonnées en fines dentelles avec string assorti, et d’une jolie robe noire portefeuille laissant entrevoir la fente de mes seins, et de talons avec une fines lanière aux chevilles. Je mis un peu de parfum, et me regarda dans le miroir. Le résultat était classe, parfait pour l’occasion.


Afin d’aider et de seconder mon directeur je m’installai dans la salle de réunion du second étage. J’étais occupée à converser avec son homologue américain quand, entra 9 hommes. C’était donc eux, nos fameux clients à retenir.


En ce moment sur XStorySnap… (touchez pour voir)

Sur les 9, 3 d’entre eux avaient plus de la cinquantaine, 4 autres une petite quarantaine d’années et 2 autres étaient proches de mon âge. Sur ces deux hommes, l’un retint mon attention. Il avait un sourire charmeur, l’air coquin et un corps que je devinai musclé. Son parfum était enivrant, il était bien habillé. Il lui avait fallu moins de dix secondes pour m’émoustiller et me séduire.

J’étais pendu à ses lèvres tout au long de la réunion. Si j’hésitais encore hier soir à me joindre à l’hôtel pour assister à leur petite sauterie, j’étais désormais convaincue de ma présence.


Le désir monta en tout moi tout au long de cette journée. Nous avons passé en début de soirée notre dîner dans une salle magnifique. Le restaurant était parfait, la musique de fond donnait une ambiance feutrée à laquelle je n’étais pas habitué. Ce jeune homme me lançait des regards furtifs, toujours assortis de petits regards coquins. Cela en disait long sur ses intentions.

Lorsque mon responsable et les autres convives partirent, je m’éclipsai en direction de la chambre d’hôtel que l’on m’avait indiqué : 320 B. Une suite présidentielle. Lorsque j’arrivai sur le palier j’étais encore seule. J’ouvris la porte rencontra deux des escortes girls que nous avions sollicité pour cette occasion.


Loin de l’idée que je m’en faisais, elles n’étaient pas vulgaires, plutôt classe, et portaient de magnifiques sous-vêtements mettant en valeur leurs charmes. Leurs seins étaient fermes, opulents. Elles étaient toutes deux âgées d’environ 25 ans, cheveux longs et peau satinée. En sommes, des femmes désirables.


Nos convives étaient certainement au courant et habitués à ce qui se tramait. Le premier d’entre eux, un homme de 50 ans ouvrit subitement la porte. J’étais là en tant que spectatrice et totalement novice.


Le premier homme s’empara de la jeune femme, l’empoigna et l’embrassa langoureusement. Il se mit à lui caresser les seins, et à lui sucer le bout des seins de manière brutale. Le spectacle eut pour effet d’exciter les autres convives.


Bien que pour le moment en retrait, je commençais mois aussi à être excitée par ce qui se passait devant moi. Ma présence n’échappa pas au jeune homme séduisant que j’avais rencontré un peu plus tôt dans la journée.

Le premier homme continua de s’occuper de l’escort. Il baissa subitement son pantalon et arracha le bas de sous vêtement que portait la demoiselle. Celui-ci effectua quelques allées et venues sur les fesses de la jeune femme et l’empoigna fortement sur les hanches et la pénétra de manière brutale et vigoureuse.


Visiblement, la prestation du jour faisait abstraction du port du préservatif.


La scène qui se déroula sous nos yeux eut pour effet de faire monter le désir chez les autres convives. Les 7 autres hommes s’attaquèrent à l’autre escort.


Mes yeux étaient écarquillés à la vue de ce spectacle. Seul un d’entre eux ne participait pas à ce spectacle. C’était mon jeune apollon au regard coquin.


Il vint doucement vers moi. Je le laissai m’approcher. Il se mit à me déshabiller avec délicatesse. Il commença à m’embrasser, et à descendre sa bouche lentement dans mon cou. Il se mit à me déshabiller doucement, et continua ses bisous et caresse jusque sur mes seins. Il me suça le bout de ceux-ci, ce qui eut l’immédiate réaction de me faire mouiller et de m’exciter au plus haut point. Sa bouche était experte et son assurance me charma.


Lentement, prise dans l’excitation du moment, je baissai son pantalon, et commença à caresser sa queue à travers son caleçon. Il bandait sérieusement et la grandeur de sa bite me laissa songeuse. Il était définitivement très bien membré et le diamètre de son pénis en aurait rendu jaloux plus d’un.


Autour de nous, les filles gémissaient de plaisir, les corps étaient entrelacés, plusieurs hommes étaient sur chacune des filles. Nous étions les seuls en retrait.


Je commençai à m’abaisser pour le sucer goulûment. Je m’amusai quelques secondes à faire des allers et venues sur son pénis, garda en bouche son gland pendant quelques secondes et me mit à le sucer vigoureusement. Son sexe devenait de plus en plus tendu et il se mit à gémir de plaisir. Il aimait visiblement ce que je lui faisais.


Devant tant d’ardeur et d’application, il me mit brusquement à quatre pattes, en appui sur la table basse et commença me doigter. Ma chatte était humide et trempée. Je n’avais jamais ressenti autant d’excitation.


Alors que les autres continuaient à s’occuper des deux autres filles, il présenta son gland à l’entrée de ma chatte et me donna énorme un coup de rein. Je sentis son énorme sexe en moi. Il se mit à me limer généreusement la chatte en levrette. Il me donna quelques claques sur les fesses, me toucha la poitrine, faisait ressortir et rentrer son gland en moi. Après de vifs coups de reins, il s’agrippa à mes hanches, me pilonna avec fougue et vigueur, et dans un long râle, il se lâcha en moi.


Le sperme coulait de mon vagin. Autour de nous, je remarquai que le silence s’était fait. Les deux filles étaient en train de sucer d’autres hommes.


A ma grande surprise, bien qu’épuisée, j’avais encore besoin de sexe.


Deux autres hommes vinrent vers moi. Ils présentaient une forte érection et n’avait visiblement pas encore éjaculés.


Les deux hommes me transportèrent et me mirent étendue sur la table. L’un d’entre eux me pénétra brutalement et sans détour, alors même que le sperme de mon précédent prétendant continua de couler sur mes cuisses. Le second m’ouvrit la bouche avec ses doigts et me força à lui lécher son pénis. Il était bien plus petit que celui de son prédécesseur, et il en profita pour que je lui fasse une gorge profonde. Au bout de quelques minutes, je sentis un plusieurs jets chaud descendre au fond de ma gorge. Ce salopard venait de faire en moi pendant que son collègue me pilonnait en missionnaire.


Ces hommes savaient pourtant que je n’étais pas une escort mais ils me traitèrent et me souillèrent comme l’une d’entre elles.

Après m’avoir pilonné avec vigueur, il fit aussi en moi. Une fois sa besogne terminée il me présenta l’extrémité de son pénis, encore parsemé de sperme et me força à le nettoyer.


J’étais au summum de l’excitation. Ceci représentait pour moi l’interdit et était tout à fait inédit.


Totalement consentante, 3 autres hommes vinrent vers moi. L’un des 3 hommes s’allongea sur le tapis par terre, m’installa sur lui sur le dos et présenta son gland à l’entrée de ma chatte, toute humide et remplit de sperme encore chaud. Celui-ci rentra en moi sans difficultés. Les 2 autres regardaient la scène avec grand intérêt et se masturbait devant ce spectacle.


Après m’avoir baisé généreusement, il enleva son sexe de ma moule et le présenta à l’entrée de mon anus. Bien que non friande de sodomie, j’étais tellement excitée que je le laissai faire. Il me donna un petit coup dans les reins et son sexe rentra dans mon anus. Au summum de l’excitation son compère se baissa et se mit à me pénétrer généreusement. Sentir ces deux queues en moi me fit pousser un gémissement de plaisir. Le troisième homme lui, se mit à me pénétrer la bouche.


Le premier me sodomisa sans vergogne, me dilata l’anus et au bout de quelques minutes lâcha son jus en moi. Son gland était rouge et sa verge avait quasiment doublé de diamètre devant l’intensité du moment. Celui qui s’occupait de ma chatte m’écarta les lèvres et s’amusait à entrer et à sortir son sexe. Après plusieurs allers-retours il se mit à propulser son jet en moi. J’aime sentir la chaleur du sperme en moi lorsque l’on me pénètre.


J’étais étendue sur le tapis de cette immense suite, la chatte et l’anus rempli de sperme de ces hommes que je ne connaissais à peine. Celui qui me pilonnait la bouche et sortit son sexe, se mit à se masturber et éjacula sur mes seins.


Les 3 autres arrivèrent, se régalèrent de la scène, et déjà émoustillés par les deux escort girls, ils mirent à se branler au-dessus de mon visage. Ils jutèrent relativement rapidement sur mon visage, mes seins et mes hanches. J’étais exténuée. Les deux escort m’aidèrent à me lever. Le jus de ces hommes coulèrent de mon visage, recouvrait mes lèvres, descendirent de ma poitrine, recouvra mon nombril. En me mettant debout et me mettant face à la glace, je me rendis compte que mon maquillage était parti, le bas de mon sous-vêtements était en lambeaux, et du sperme continuait de couler le long de mes cuisses et de mon anus.


J’avais été purement et simplement souillée par ces hommes qui avaient fait de moi l’objet de leur plaisir.


Les deux escortes me firent signe de me rhabiller, ce que je fis à toute vitesse.


Mon jeune apollon me fit un grand sourire en coin, et me lança un regard complice et satisfait.


Je repartis pleine et légèrement revêtu en taxi en direction de chez moi après cette folle soirée, où je n’aurais jamais cru faire mon premier gang bang…

Diffuse en direct !
Regarder son live