Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Fantasme
  • Publié le
  • Lue 4 358 fois
  • 6 J'aime
  • 0 Commentaire

Premiere chaleurs

Chapitre 1

SM / Fétichisme

Enfin le vent glaçant du début d’année avait été chassé par un écrasant soleil printanier, les vêtements s’étiolaient, les jambes et avants bras se découvraient, les peaux se coloraient délicatement, bref une véritable petite saison des amours.


Il était un jeune homme d’une trentaine d’années, un beau gaillard comme l’on pourrait dire, 1m80, musclé, avec un véritable surplus de testostérone, qui lui assurait une libido débordante, le crâne rasé, son allure ne laissait apparaître que confiance en soi et une évidente virilité qui lui amenait irrémédiablement des jeunes filles, se révélant la plupart du temps soumises et cherchant une figure protectrice, dans ses robustes bras.


Rien n’aurait pu laisser deviner la suite des événements…


Il travaillait dans un milieu d’hommes, le genre d’endroit ou le machisme s’impose sans même qu’on s’en aperçoive, les blagues graveleuses, les appellations féminines pour moquer tel ou tel collègue, les sifflements dans la rue pour faire retourner une petite jupette…

Pour autant son métier n’était guère valorisant, uniquement destiné à soulever des choses lourdes, il ne recommandait pas beaucoup de capacités intellectuelles.


Et c’est alors qu’il établissait la pose de barrières dans un hippodrome juste avant une course hippique, qu’il croisa son regard pour la première fois, un regard qui allait bouleverser sa vie à jamais.


Ce qui le frappa en premier lieu ce fut son allure, la plupart des invités et spectateurs étaient pour l’occasion habillés de façon plutôt chic, mais là cette jeune femme avait une prestance naturelle qui détonnait, elle se démarquait de toutes par un mélange de grâce et d’autorité, ce fut ça qui l’attira immédiatement… Le choix de sa robe, noire, stricte, classe, caressant un corps à se damner, terriblement sexy…

Lorsqu’elle se retourna et vint planter son regard dans le sien, il ne put réfréner le réflexe de baisser les yeux, qui se retrouvèrent alors subjugués par les bottes, était ce du cuir, et là sur les cotés des petites boucles… Elles épousaient à la perfection le galbe de ses mollets, et cachaient jalousement des pieds qu’il savait déjà divins…


Toutes a ses réflexions, il n’esquissa pas le moindre geste lorsque les bottes s’avancèrent dans sa direction, ce fut comme de l’hypnose, le lent mouvement des jambes, l’impression qu’elles changeaient à chaque fois, qu’il fallait à chaque fois les redécouvrir, toujours avec le même trouble…


« Pourriez-vous m’indiquer l’endroit où les nettoyer »


Une voix cristalline ou rauque, encore un mélange indéfinissable mais enchanteur, les mots qui résonnent, les ondes sonores qui glissent en lui comme une douce chaleur.


« Je vous demande pardon Madame ? »


Il est temps de se reprendre, un petit sourire de circonstance, les yeux dans les yeux, la machine de séduction est en marche.


« Mes bottes, vous semblez les trouver sales vu la manière peu discrète dont vous les fixiez il y a quelques secondes »


Le rouge aux joues… Il se retrouve en train de rougir devant cette jeune femme qui semble plus jeune que lui, un comble… Surtout que la garce ne semble pas décidée a le lâcher du regard, et ses yeux… Mon dieu ses yeux… ils sont perçants, impossible de s’en détourner, de leur cacher quoique ce soit, ça serait donc ça lire au fond des yeux ? en tout cas il n’arrive pas a cacher grand chose et dans un baroud d’honneur tente de sauver les apparences en tournant la situation a la dérision, son seul échappatoire :


« Rassurez vous, vous êtes bien trop ravissante pour qu’on le remarque »


Toujours cette tentative de sourire charmeur, et en retour toujours ce regard intense, et l’absence d’émotions sur son visage… Lui au contraire est un véritable livre ouvert, rougissant, les yeux fuyants, dansant d’une jambe a l’autre.


« Ça avait pourtant l’air de vous choquer vous »


Elle ne le laisserait pas s’en sortir, il allait devoir sortir le grand jeu, et si elle voulait le déstabiliser, elle allait avoir du répondant en face :


« Oui mais moi je dois être un fétichiste »


« Ça je l’avais deviné depuis longtemps, donc je réitère ma question, où vas-tu nettoyer mes bottes »


Elle avait répondu du tac au tac, alors même qu’il esquissait un air coquin pour accentuer sa phrase, ça l’avait saisi du coup en plein vol et le sourire fripon désiré c’était transformé en air hagard, la bouche légèrement entrouverte, le regard figé.


« Bon suis moi »


Le ton n’attendait aucune réponse, aucun refus, il était l’unique voie à suivre. Elle s’était mise à le tutoyer soudainement, et supposait qu’il était incapable de prendre les choses en main, et ça ne l’avait absolument pas choqué, ça lui plaisait au contraire, dans son esprit il tentait de tourner cela a son avantage en se convaincant que c’était une occasion a saisir, qu’au pire ça ferait rigoler les copains, mais plus profondément il était troublé, impossible de le nier, c’était la première fois qu’il était déboussolé de la sorte


Et il la suivit, délaissant ses obligations, jusqu’à un box ou était enfermé un magnifique pur sang a la robe brune, aux muscles saillants, a la crinière sombre. Sans un regard pour lui depuis qu’elle lui avait demandé de la suivre, elle passa sa main sur le dos de l’animal, flattant sa croupe.


« C’est mon champion, je l’ai dressé moi-même »


Cette fille était propriétaire d’un aussi beau cheval de course ? il était pourtant habitué à voir la richesse dans cette station balnéaire, la jeunesse dorée qui paradait dans les rues, ses petites bourgeoises qu’il prenait un malin plaisir à baiser sauvagement comme pour prendre sa revanche sur eux tous… Là il était devant une fille qu’il dépassait d’une tête, au corps délicat, aux longs cheveux fins, au parfum envoûtant… et elle posait sa botte sur le bord d’un petit muret, son regard acier allant de mes yeux à celle ci.

Le message a le mérite d’être clair…

Diffuse en direct !
Regarder son live