Le site de l'histoire érotique
  • Histoire érotique écrite par
  • Histoire vraie
  • Publiée le
  • Lue 11 315 fois
  • 202 J'aime
  • 4 Commentaires
  • Corrigée par l'équipe

Ma première fois, un souvenir gravé à jamais

Chapitre 1

Hétéro

Je vais vous raconter ma première fois, à la fin des années quatre-vingt-dix. J’avais un peu plus de dix-huit ans, très timide et donc vierge. J’ai rencontré cette fille lors d’une soirée d’hiver dans une salle des fêtes. Tout le monde s’est retrouvé dehors après qu’une bagarre venait d’éclater dans la salle. On a sympathisé en attendant que ça se calme. Nous finissons par échanger nos coordonnées - LOL, vive le début des 06. Elle avait un sourire enivrant. On se donne rendez-vous la semaine suivante, dans le même genre de soirée...


Cette fois, nous faisons connaissance plus précisément. J’apprends qu’elle a deux ans de plus que moi, nourrissant certains fantasmes en me disant qu’elle doit avoir de l’expérience. C’est une jolie blonde, mince, sexy avec des petites formes. Nous ne nous lâchons pas de la soirée, et finissons par nous embrasser lors d’une série de slows. Je suis aux anges, excité comme jamais. Ce n’est pas ma première copine, mais c’est la deuxième qui me caresse à certains endroits bien précis... Je suis de mon côté peu entreprenant, n’osant pas trop. La soirée se termine, nous nous quittons sur de longs baisers, je sens mon boxer se mouiller à mesure que les baisers s’enchaînent. Elle caresse mon sexe à travers mon jeans et me fait jouir en quelques caresses. J’espère juste qu’elle ne s’en est pas rendu compte, tellement cette éjaculation est arrivée vite et sans me prévenir.


Son chauffeur arrive et elle me laisse, le jeans taché - merci la nuit - sur le parking.


Nous ne pouvons-nous voir que le samedi soir, car je suis étudiant et ne peux avoir une voiture que le week-end. Elle bosse de nuit jusqu’au samedi matin. De mon côté, je retourne dans ma chambre d’étudiant le dimanche en fin d’après-midi. Nous passons donc les samedis ensemble, des promenades l’après-midi, un petit resto le soir avant un cinéma, le premier week-end, un bowling avec des amis le deuxième...


Habitant chacun chez nos parents - sauf la semaine où j’ai une chambre d’étudiant - nous ne pouvons pas être au chaud et tranquilles pour profiter l’un de l’autre...


Lors de notre troisième week-end, je passe la chercher vers vingt-deux heures - elle ne peut pas sortir avant car un repas de famille est prévu chez elle. Il pleut et fait froid. Elle me rejoint dans la voiture, une modeste 205, confortable et avec un bon chauffage. Elle est magnifique, joliment maquillée, une jolie robe mi-cuisse, une veste qu’elle retire rapidement, dévoilant un haut très moulant et décolleté mettant en valeur ses jolis petits seins. J’entends encore sa voix me demander :


— Je te plais ce soir ?


Et moi de répondre :


— Oui, comme tous les soirs où l’on se voit, mais tu es encore plus séduisante et craquante ce soir.


Je me sens déjà très excité, avec une érection qui déforme honteusement déjà mon jeans. Elle a un sourire et un regard différent bien différent ce soir...


Excitation et stress se mélangent. Je ne me suis pas préparé à passer le pas ce soir-là, même si j’en ai très envie. Je n’ai même pas de capote avec moi. Il est vingt-trois heures, elle me dirige dans un chemin à l’écart, à la fois caché, mais permettant de voir si quelqu’un arrive. La lune est pleine, la nuit très claire.


Les baisers s’enchaînent puis elle prend ma main et la pose sur son haut. Je caresse son sein pour la première fois au travers. Je commence à bander comme un dingue. Ma main glisse timidement sous le vêtement après plusieurs minutes à caresser son sein et jouer avec son téton qui a durci sous l’action de mes doigts. Sa main se pose sur mon sexe par-dessus mon jeans. Je lui murmure amoureusement malgré moi et malgré mon stress un :


— Tu me donnes très envie ma chérie.


Elle me répond d’une voix très sensuelle et enivrante :


— J’ai très envie de sexe ce soir...


Puis, elle commence à prendre les choses en main et me demande de passer à l’arrière de la voiture. Une fois installés à l’arrière, elle m’embrasse de nouveau, jouant avec ma langue et en déboutonnant mon jeans. Rapidement, elle sort mon sexe de mon boxer, il est trempé de pré-sperme tant je suis excité. La situation me fait paniquer de plus en plus, sentant que l’excitation est déjà très ou trop forte. Je lui dis alors dans un langage très approximatif et maladroit que je n’ai pas de préservatif. Elle me dit de ne pas m’en soucier, qu’elle a pensé à tout, pour finir par dire :


— Je n’en ai pas besoin pour le moment.


Ses dernières paroles me font imaginer bien des choses. Elle commence à me masturber doucement et dit :


— J’ai envie d’y goûter avant que tu me pénètres.


Je suis super surpris, ces paroles ne lui ressemblent pas, tant elle paraissait sage juste là. Je suis incapable de répondre, tellement ses dires me surprennent et m’excitent. Elle remonte alors son haut puis le retire. Elle se penche sur mon sexe, frottant ses tétons sur mon gland. Je mords mes lèvres pour contenir mon excitation.

Étonnement et malgré la situation, je réussis à me calmer un peu, avant de sentir sa langue sur mon nœud. Je pousse un cri de plaisir en sentant ses lèvres glisser sur mon sexe. C’est indescriptible, meilleur que dans mes rêves les plus cochons.

Elle commence lentement à me sucer en s’appliquant. Je peux sentir ses lèvres baveuses glisser sur ma tige, sa langue caresser le haut de ma queue et rapidement, je sens que je vais exploser. Je lui demande de ralentir, ce qu’elle fait en me regardant dans les yeux. Ce nouveau rythme est sans effet sur mon excitation. Me sentant gesticuler en gémissant, elle relève la tête en souriant et me demande :


— C’est ta première ?


J’ai honte de répondre que oui et hoche la tête.


Elle sourit de nouveau en me disant de me laisser aller, de profiter. Je suis soulagé qu’elle ne le prenne pas mal et elle reprend mon sexe dans sa bouche. Elle est chaude et baveuse. Je sens encore plus sa langue sur mon gland, caresser le frein... rapidement. Je n’en peux plus et j’explose dans sa bouche dans un râle de plaisir, tel que je me sens partir, comme dans un état second qui dure quelques secondes.


Elle avale mon jus et se redresse sur la banquette arrière avant de venir se blottir contre moi. Elle me chuchote alors :


— J’espère tu t’en souviendras longtemps..., mais le meilleur est à venir, tu as toujours envie de moi ?


Je hoche la tête pour acquiescer déjà heureux par ce qui vient de se passer. J’ai hâte de vivre la suite mais, je me sens vidé, au sens propre comme au sens figuré.


La suite... au prochain épisode.

Diffuse en direct !
Regarder son live